bactéries pétroleuses


transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

Proche-Orient a du pétrole. En France, on essaie d'avoir des idées. Et les Américains ont¿ des bactéries. Modifiées par l'homme, ces êtres microscopiques sont aujourd'hui capables de manger nos déchets végétaux pour en tirer un ersatz de pétrole, qui ferait saliver plus d'un ingénieur de Total. Suivez le guide.

http://www.rue89.com/infusion-de-sciences/...ies-petroleuses

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

pascalin Membre 15 218 messages
le corps sur Terre, l'esprit ailleurs ‚ 47ans
Posté(e)

Ayant travailler sur des moteurs atmosphériques pendant pas mal d'années ,l'enjeu est tout bonnement phénoménal !

La statégie bactériologique est porteuse d'un espoir ! mais il ne faudrait compter sans les lobies et autres travers...

Quoi qu'il en soit , la réaction à l'intérieur d'une chambre de combustion ne necessite que deux facteurs(plus un :snif: ): l'"offrant" : l'air, et le "détonant" : le combustible via un troisième : l' étincelle ,la fulgurance dont plusieurs modes sont opératoirs: élévations de températures des comburants(bizz), arcs électriques entre deux pôles...élevation de la pression des gaz(Bizz :snif: )

Il faut pousser plus loin les recherches dans ce domaine car c'est une démarche prometteuse!

La re(.)structuration du pétrole n'est pas une idée nouvelle en soit(car les millions d'années l'atteste!) mais ce qui est nouveau c'est l'approche .. affaire à suivre !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flovia Membre 3 074 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

L'idée est plus qu'intéressante, c'est vrai! :o

Mais il ne faut pas mésestimer la puissance et l'ingéniosité primaire des bactéries, hélas! :snif: (Ce sont elles qui craquèlent et soulèvent l'asphalte de nos bonnes vieilles route, par exemple...)

Ce sont elles, rappelons-le, qui infestent nos systèmes de climatisation. Egalement elles, qui sont à l'origine des maladies nosocomiales (première cause de mortalité chez nous). ;)

Si vous saviez l'impuissance des hôpitaux à se débarrasser des bactéries qui infestent leurs murs, si vous connaissiez le mal qu'elles infligent, en sus, aux grands brûlés! ;)

Ces bactéries-là sont de type multirésistant, à savoir que peu d'antibiotiques et plus généralement, que peu d'antiseptiques, ne sont capables de les éradiquer complètement. Ne reste que l'eau de javel forte concentration ou le feux, pour en venir à bout... Impasse, donc...

De plus, elles développent aisément ce que l'on appelle un plasmide de résistance (c'est à dire, pour faire simple, un morceau de chromosome libre contenant l'information génétique des transformations subies par une bactérie "lambda" face aux agressions, antibiotiques, notamment), lequel est transmissible à d'autres bactéries par conjugaison...

Pourquoi pensez-vous que le corps médical restreigne la prescription d'antibiotiques?

Parce qu'ils coûtent chers en dépenses publiques, premièrement! Parce qu'ils sont nocifs pour la santé, certes! Réduisent nos capacités naturelles d'auto-défense, d'accord! Eradiquent nos "bonnes" bactéries, bien sûr! Mais aussi, parce que les chercheurs n'ont pas la possibilité de suivre l'évolution des résistances bactériennes, en matière de nouvelles générations d'antibiotiques... :snif:

On se doit de prendre en compte l'énorme faculté d'adaptation de ces petites bêtes aux conditions de survies extrêmes! Elle est plus que déconcertante ...Aptitude à résister à de grosses variations de températures. Avec transformation sous forme de spore, pour un métabolisme réduit, en cas de souffrance vis à vis des agressions externes. Aptitude à pouvoir demeurer des années sous cette forme mais aussi à pouvoir reprendre un métabolisme actif dans des conditions adéquates...

Avouez que cela laisse songeur!

Evidemment, les espèces Escherichia coli, pour les bacilles, et Saccharomyces, pour les levures semblent le moindre des dangers. Quoique...Certains types de coliformes sont extrêmement mobiles, pour peu que le support soit adéquat. Et mobilité égale danger supplémentaire.

Alors, je dis: méfiance, tout de même!

Non que je sois férue de scénarios catastrophes... Mais j'aimerais être, pour ma part, assurée que ces travaux de recherche restent confinés, qu'ils soient totalement maîtrisables . Pour avoir cotoyé les micro-organismes assez longtemps, j'émets quelques doutes... :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant