fallait-il la Révolution française ou fut-ce une erreur?

Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)
Bonjour la tolérance. Je ne critique que les idées, c'est plus qu'un droit mais un devoir. Accepter le fait de critiquer est le socle même de la tolérance mais bon...

C'est bien là ton problème : tu n'acceptes pas la critique et les avis opposés au tien.

Qui t'as dit que j'étais un coupeur de tête? Je suis contre la peine de mort...

Encore un procés d'intention sans aucune affirmation de ma part.

Je n'ai jamais affirmé que tu étais un coupeur de tête : nous polémiquons sur la révolution française, je te le rappelle.

Les coupeurs de tête sont les révolutionnaires (suis le débat, un peu! :snif: ) et les valeurs que tu attribues à leur idéologie (humanisme, tolérance, respect...) a un relent de poudre aux yeux.

Encore une conclusion hâtive de ta part.

Dans une société, il est nécessaire de savoir vivre avec autrui, c'est le B.A BA de la vie sociale. Comprendre cela c'est un peu sortir de son animalité.
Sincèrement si tu as ri, j'en suis heureux, cela ne doit pas t'arriver souvent (procés d'intention de ma part mais ça fait du bien)

Plus sérieusement tu me crois naïf à ce point?

Le problème ce n'est pas la république mais les hommes qui la gèrent selon les époques.

C'est qu'un Bush, président d'une république est la honte du monde. Sarkozy également.

Je te l'accorde, les exemples actuels ne sont pas en ma faveur. Néanmoins, les idées de la première république issues de la révolution française, Assemblée constituante, sont novatrices et allant dans le sens humaniste.

Les procès d'intention sont, chez toi, monnaie courante, nous l'avons bien compris.

Idées novatrices, certes. Mais inefficaces, et le temps nous l'a prouvé.

Cette forme de gouvernement a été fondée par la force, le sang, la conspiration, la trahison et, qui plus est, à UNE voix de majorité.

Force est de constater que les bases de ce système gouvernemental sont bien fragiles : la république n'est qu'un colosse aux pieds d'argile.

Modifié par Valtesse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Ouais et vivement qu'il pleuve qu'on rigole !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

:snif:

Vite, agenouillons-nous aux pieds de Tlaloc, dieu de la pluie!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mistral gagnant Membre 3 967 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Seth, tu va finir plus royaliste que le roi :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kathyBoise Membre 176 messages
Forumeur inspiré‚ 34ans
Posté(e)

Erreur ou pas c'est fait, me semble t il?! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
WEAPON Membre 6 171 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

ce qui est fait, est fait. mais ce qui reste à faire et à faire :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'athéologue Membre 1 404 messages
Forumeur alchimiste‚ 62ans
Posté(e)
C'est bien là ton problème : tu n'acceptes pas la critique et les avis opposés au tien.

T'as rien compris, son Altesse. Je réponds, j'argumente, je contredis, mais je n'interdit rien. A quoi sert un Forum si tout le monde est d'accord?

Je ne t'interdis pas d'etre royaliste, mais permet moi de m'exprimer contre tes idées, c'est la moindre des tolérance.

Je n'ai jamais affirmé que tu étais un coupeur de tête : nous polémiquons sur la révolution française, je te le rappelle.

Les coupeurs de tête sont les révolutionnaires (suis le débat, un peu! :snif: ) et les valeurs que tu attribues à leur idéologie (humanisme, tolérance, respect...) a un relent de poudre aux yeux.

Encore une conclusion hâtive de ta part.

Qu'il y eut des excès au cours de la Révolution Française, des ignominies ? C'est un fait.

Je remets simplement l'histoire dans le bon sens et ai rappelé les apports par l'Assemblée Constituante et la Convention, 4 ans avant la Terreur (justement nommée).

Ce ne sont que des faits historiques . Que l'humanisme et la fraternité, la liberté ne fasse pas parti de tes valeurs c'est ton droit, elles restent néanmoins des valeurs universelles sur lesquelles s'appuie notre république et beaucoup d'autres, voire des monarchies constitutionnelles, je l'avoue.

Des valeurs sur lesquelles s'appuie la Raison.

Force est de constater que les bases de ce système gouvernemental sont bien fragiles : la république n'est qu'un colosse aux pieds d'argile.

Raison de plus pour la défendre et faire en sorte qu'elle ne serve pas de faut prétexte pour envahir des pays comme l'Irak par exemple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)
T'as rien compris, son Altesse. Je réponds, j'argumente, je contredis, mais je n'interdit rien. A quoi sert un Forum si tout le monde est d'accord?

Je ne t'interdis pas d'etre royaliste, mais permet moi de m'exprimer contre tes idées, c'est la moindre des tolérance.

Tu n'interdis rien, mais tu es souvent agressif vis à vis des personnes avec qui tu polémiques.

Je ne veux en aucun cas t'empêcher d'exprimer tes idées, tant que tu me laisses énoncer les miennes et ce, sans acerbité.

Qu'il y eut des excès au cours de la Révolution Française, des ignominies ? C'est un fait.

Je remets simplement l'histoire dans le bon sens et ai rappelé les apports par l'Assemblée Constituante et la Convention, 4 ans avant la Terreur (justement nommée).

Ce ne sont que des faits historiques . Que l'humanisme et la fraternité, la liberté ne fasse pas parti de tes valeurs c'est ton droit, elles restent néanmoins des valeurs universelles sur lesquelles s'appuie notre république et beaucoup d'autres, voire des monarchies constitutionnelles, je l'avoue.

Des valeurs sur lesquelles s'appuie la Raison.

Je ne mets pas en cause les bonnes volontés de certains qui croyaient au changement, comme ce corrompu de Danton ou son ami Desmoulins, et même ce boucher fou de Robespierre et son abruti de disciple, Saint Just.

Quant à Marat, je m'abstiendrai de commentaires, afin d'éviter de perdre mon calme...

Mais je méprise leurs méthodes.

Et la résultante de ce coup d'état sanguinaire, quelques siècles plus tard, prête à sourire...

Raison de plus pour la défendre et faire en sorte qu'elle ne serve pas de faut prétexte pour envahir des pays comme l'Irak par exemple.

La défendre, je te laisse ce soin.

Pour ma part, je me dispenserai d'en faire autant...

Je suis tapie dans l'ombre, j'attend son déclin avec impatience.

Le cas de l'Irak est hors-sujet.

Cela dit, entre nous, je n'ai jamais fait partie de ceux qui souhaitaient encourager les américains à envahir ce pays et intenter un procès de pacotille à Saddam Hussein pour, au moins, deux raisons :

-Hussein faisait du bon boulot dans son pays et matait les barbus iraniens.

-Les guerres sont fort onéreuses, nous avons mieux à faire que de nous enliser dans ce genre de gouffre financier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)
Que l'humanisme et la fraternité, la liberté ne fasse pas parti de tes valeurs c'est ton droit, elles restent néanmoins des valeurs universelles sur lesquelles s'appuie notre république

la République ne s'appuie pas sur la Fraternité et encore moins sur la liberté. Un système politique qui se sent le besoin de placer des caméras à chaque coin de rue et des puces de tracage dans les ordinateurs et les caméras n'est à mon sens pas un régime prônant la liberté.

Je ne mets pas en cause les bonnes volontés de certains qui croyaient au changement, comme ce corrompu de

Danton ou son ami Desmoulins, et même ce boucher fou de Robespierre et son abruti de disciple, Saint Just.

Quant à Marat, je m'abstiendrai de commentaires, afin d'éviter de perdre mon calme...

Des gens charmants en effet. CHARLOTTE CORDAY WILL NEVER DIE :snif:

Mais je méprise leurs méthodes.

Moi je les hais carrément leurs méthodes. Ce sont des méthodes de communiste.

Et la résultante de ce coup d'état sanguinaire, quelques siècles plus tard, prête à sourire...

"tout ça pour ça". C'est clair que c'est un gros gâchis pour pas grand chose au final... é croire que la RF ne se voulait pas tant que ça l'amie du peuple et de la prospérité... :snif:

Je suis tapie dans l'ombre, j'attend son déclin avec impatience.

Vivement que ça saute qu'on se marre.

Le cas de l'Irak est hors-sujet.

Cela dit, entre nous, je n'ai jamais fait partie de ceux qui souhaitaient encourager les américains à envahir ce pays et intenter un procès de pacotille à Saddam Hussein pour, au moins, deux raisons :

-Hussein faisait du bon boulot dans son pays et matait les barbus iraniens.

-Les guerres sont fort onéreuses, nous avons mieux à faire que de nous enliser dans ce genre de gouffre financier.

Tout à fait mais j'en rajouterai deux autres : je vois pas pourquoi de jeunes occidentaux iraient se faire trouer la peau loin de chez eux pour imposer à des gens qui n'en veulent pas un système politique décadent et dégénéré. Franchement, je comprend mal... ;)

Par ailleurs c'est un corollaire, si les Irakiens voulaient tant que ça la démocratie ils avaient qu'à se bouger le cul. Vu le nombre d'armes qu'ils semblaient posséder :o ça devait pas être dur de faire tomber un régime comme ceui de Saddam, qui n'était pas une dictature totalitaire mais un bête régime autocratique et autoritaire, le genre de régime qui tombe tous les 3 jours dans d'autres coins du monde. Mais ils ne l'ont pas fait. Donc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kira Yamato
Invité Kira Yamato Invités 0 message
Posté(e)

Cool ! Presque mon sujet d'étude d'histoire contemporaine de ce semestre. Enfin, sur le fond... pas sur la forme. Car je vois mal un historien pondre un sujet comportant un jugement de valeur aussi flagrant.

Désolé mais je ne vois pas l'intérêt historique d'un tel sujet. L'idéal, si je reprend les thèmes, aurait été de faire une analyse comparée entre d'une part les actions et réactions de ceux qui pensaient que la Révolution était nécessaire (Billaud- Varenne, Guizot et autre Michelet) et de ceux pour qui ce fut une erreur (entre autres les légitimistes dont "la montre s'est arrêtée en 1789").

Même se demander si la Révolution a été, ou non, bénéfique à la France constitue une nouvelle fois un jugement de valeur. Ceux qui sont d'accord avec ce sur quoi elle a abouti répondront forcément oui, les autres non. Quel intérêt ? In fine, chacun croira ce que l'autre rejettera.

Bon... je vais reprendre des points qui m'ont parus intéressant, non pas dans leur ordre d'apparition mais dans un ordre chronologique (histoire de contextualiser ;) ).

Ensuite, elle était inévitable dans le sens où il y a eu une mutation des esprits que la haute noblesse n'a pas tenu compte comme en Angleterre

Ce qui me gêne dans cette phrase, c'est la caricature qui en découle et qui renvoit à une prétendue image des nobles de la fin de l'Ancien Régime.

Il faut savoir que ce qu'on pourrait appeler les Idées des Lumières ne touchent pas que le domaine de la politique ou de la société. Quand bien même, s'il fallait faire un schéma de la diffusion desdittes idées, on irait de la noblesse vers la petite bourgeoisie. Même les philosophes des Lumières ne sont pas des monsieurs-tout-le-monde (si mes souvenirs sont bons, Montesquieu était baron), et tous ne sont pas reclus par rapport à la société (Mirabeau, député du Tiers Etat en 1789). Rien que pour ces faits, la généralisation n'est pas pertinente.

Je vais prendre un autre thème important du XVIIIème siècle qui, à côté de la question politique et sociétale, a fait l'objet d'une grande attention dès les années 1750 : l'agriculture. Les agronomes dressent alors un portrait somme toute dépréciatif de l'agriculture française : peu de bétail, donc peu d'engrais, donc nécessité de recourir à la jachère qui rend inutilisable un tiers des terres de France. En quelques mots, le potentiel agricole de la France est sciemment inexploité par des pratiques désormais jugées archaïques.

Qui sont ceux, à votre avis, qui appliquèrent les premiers les conseils des agronomes ? Ben... des aristocrates éclairés. Citons notamment le duc de La Rochefoucauld-Liancourt (un des protecteurs français d'Arthur Young).

Donc, oui, des mutations touchèrent la haute noblesse.

Tout ça pour dire que tous les membres de la noblesse, en 1789, n'allait constituer ce futur camp qu'allait être celui des légitimistes, qu'on retrouvera jusqu'au début des années 1880.

bon alors...il faut recadrer les choses : le roi a certes était mal conseillé

Mouais... pas entièrement d'accord. A nuancer.

Avec ce genre de commentaire (celui que je cite n'est ni le premier, ni le dernier), on retire du dernier roi de France de l'Ancien Régime l'image d'un personnage quelconque, à la limite de l'incompétence. Mais encore aujourd'hui, pour les futurs historiens, la biographie de Louis XVI reste un champ bien ouvert car inexploité.

Rarement il est précisé que Louis XVI était un érudit. Il était passioné de géographie, de sciences naturelles (il a lancé divers expéditions, à l'instar de celle que commande La Pérouse), de mécanique (au-dessus de son bureau, il s'est aménagé un petit atelier personnel).

Non, Louis XVI n'était pas forcément du genre à se faire mener par le bout du nez par l'Autrichienne.

Je me souviens, au début du semestre, quand mon prof d'histoire moderne nous a présenté la bibliographie du cours. Quand il est arrivé au régne de Louis XVI, il a lu le titre d'une biographie, Louis XVI, écrite par Evelyne Lever. Il a alors levé les yeux de sa feuille et nous a dit "C'est le moins pire". Et de rajouter à peu près en ces termes "Concernant la biographie de Louis XVI, vous avez du pire, de l'excécrable, et de la poubelle" (rire de la classe :snif: ). Et pour cause, la première fois que j'ai lu les caractères précédents de Louis XVI, ce n'est pas dans quelque biographie écrite par un historiens. C'est de la part de Riyoko Ikeda, l'auteur de... la Rose de Versailles !! (qui se base sur le Marie-Antoinette de Stephan Zweig)

é Clio, fait qu'à l'avenir, un historien transcende cette ancienne image collée au souvenir du dernier roi d'Ancien Régime...

Attention, je ne dis pas que Louis XVI n'a pas été, un jour, mal conseillé. A l'issu de l'affaire du collier, bien que le Cardinal de Rohan a été innocenté par le Parlement de Paris, Louis XVI l'exil purement et simplement à la demande d'une Marie Antoinette en pleurs ; ce qui est passé pour une injustice flagrante et a participé au mythe des mauvais conseils susurés à l'oreille du Monarque. Je dis juste que lui prêter de façon sempiternelle cette sorte d'ingénuité reviens à lui dédaigner tout avis personnel sur les questions de son temps (et les expéditions montrent qu'il en avait). Or, Louis XVI avait une conception de la société, régie par un ordre bien défini, dans laquelle il était impensable que le peuple gouverne. Tout simplement. C'st pour cela qu'il a résisté aux tentatives de changements, et c'est pour ça qu'il a souhaité le droit de veto (ce qui prouve, tout de même, qu'il savait prendre des décisions, d'autant qu'à ce moment, certains de ses conseillers avaient passés les frontières, y comprit Mesdames les Tantes).

La RF est illégitime, c'est une minable petite émeute de bourgeois frustrés de ne pas avoir de pouvoir par rapport à l'aristocratie, combinée aux erreurs politiques d'un Roi mal conseillé

Je suis presque ravi que le sujet a vite abordé la question de la République. Après tout, ce n'est pas hors-sujet :snif:

La Révolution n'est pas Républicaine dans ses fondements. Les révolutionnaires non plus (les députés du Tiers, donc beaucoup de bourgeois, furent eux-mêmes dépassé par les événements, notamment lors de la Grande Peur). Le mot lui-même de "révolution" gardait encore, au moment de l'événement, son sens physique originel. En effet, le terme était tout d'abord utilisé dans les sciences physiques pour qualifier la rotation d'un corps autour d'un astre (cf. en latin, revolutio : retour). Il y a donc cette idée de recommencement. Le terme est ensuite entrée en histoire, et notamment pour qualifier la Glorious Revolution (souvent mentionnée ici) qui avait pour but, pensait-on alors, de revenir à ce qui a été perdue de vue, à savoir la monarchie constitutionnelle. Pour la Révolution de 1789, c'est pareil. C'est principalement le caractère absolutiste qui est visé (et son expression, les lettres de cachet, la Bastille).

La République n'est envisagée qu'au moment où on voit que le roi résiste. On dépose d'abord le roi avant de proclamer la République, en 1792. Mais dès ce moment, on constate que tout ce qui s'est passé entre 1789 et 1792 prend une teinte républicaine dans les esprits. Nicolas Billaud-Varenne développe le thème de l'Acéphocratie (je crois, il faudrait que je vérifie, mais j'ai laissé tous mes cours et livres à cent kilomètres de là où je vous écrit :o ) qui consistait, grosso modo, à dire que depuis longtemps, la France était en République sans le savoir. Pour ce faire, il s'appuye sur la prise de pouvoir de Pépin III le Bref pour dire que la monarchie actuelle est une usurpation... (bon, cegenre de reprise de l'histoire n'est pas nouvelle ; les parlementaires remontaient aux institutions mérovingiennes pour justifier leur statut de représentant du peuple auprès du pouvoir royal).

La suite envisageable serait donc que les républicains s'affirment comme les détenteurs de l'héritage révolutionnaire. Or, j'en viens à ta phrase, Seth rotten :

Le problème c'est que la République s'est formée dans le sang mais qu'elle a un peu de mal à l'admettre.

La question de la Première République a été centrale tout au long du XIXème siècle. Cet héritage se révéle en effet bien lourd par les Républicain, et ce dès 1830, non seulement à cause de la Terreur, mais aussi avec la période instable qu'est le Directoire.

Le 5 et 6 juin 1831, lors de l'insurrection républicaine suite aux obsèques du général Lamarque, le gouvernement du parti de l'ordre a utilisé à son profit cet héritage. On est donc sous la période de monarchie constitutionnelle de Louis-Phillipe, un héritier de la Révolution ! Son père est Philippe Egalité, a voté la mort de son cousin non sans arrière-pensée, et à fini sous la guillotine : comme quoi tous les héritiers de la Révolutions ne sont pas républicains. Les affiches qui furent édités à l'attention des citoyens, agitaient le spectre de la Terreur. Dans les mentalité d'alors, République = Terreur.

Même si, dans les années 1840, Michelet publie son Histoire de la Révolution Française (ndlr : oeuvre longue mais très agréable à lire, d'autant que la présentation événementielle est tout à fait viable pour réviser sa Révolution) qui montre que la Révolution ne se limite pas à la Terreur, les Républicains eux-mêmes s'attachent à gérer cette histoire. Ainsi, entre février 1848 et mai 1849, l'ensemble des mesures prises par le gouvernement provisoire républicains témoignent d'un souci constant de légalisme (établissement rapide de loi constitutionnelles, respect des délais pour les élections), de légitimité (suffrage universel) et d'ordre car le Directoire, par son instabilité et par les coups d'Etat, n'a absolumment pas laissé l'impression d'un régime capable d'assurer l'ordre (donc, répression des journées de Juin contre la "classe dangereuse" réceptive aux idées socialistes). C'est une des raisons pour laquelle on peut affirmer, pour reprendre la formule de Maurice Agulhon, qu'en 1848, les français font "l'apprentissage de la République" (et ils lui donneront raisons, comme on le verra tout de suite après).

En 1871, événement capital, Thiers décide la répression de la Commune ; la Troisième République assure l'ordre contre la dernière manifestation du Paris Révolutionnaire.

Enfin, dès 1876, le camp républicain (toute nuances confondues : opportunistes et radicaux) sortira toujours vainqueur des élections législatives.

Suite à ce long développement (peut-être même trop long...), je voudrais revenir sur la Révolution sur le long terme. L'événement, en lui-même, n'a pas une importance pragmatique au-delà de toute chose : la prise de la astille a, je crois, libéré cinq ou sept prisonniers. C'est ce qui en découle qui est éminemment plus important. En effet, durant tout le XIXème siècle, elle a constamment été citée, magnifiée, utilisée comme la base fondamentale de tout nouveau régime. Beaucoup de personnages politiques se sont appuyés dessus pour asseoir leur légitimité.

Napoléon Bonaparte lança, après son coup d'Etat du 18 Brumaire : "la Révolution est fixée aux principes qui l'ont fait naître ; elle est finie".

En 1830, un préambule est ajouté à la Charte : "Louis Philippe, roi des Français, à tous présents et à venir, Salut !" ; or, le préambule est une nouveauté issu de la Révolution, de même que l'idée que tous les hommes à venir ont les mêmes droits que ceux qui vivent là, maintenant (cf. la portée universelle de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen).

En 1851, pour appuyer son coup d'Etat, Louis Napoléon Bonaparte s'appuie sur le souvenir, non pas de l'Empire, mais du Consulat, donc de la Première République.

Enfin, Clémenceau affirme, à la fin du XIXème siècle : "La Révolution est un bloc : on l'accepte en entier ou on le rejette". Il peut désormais l'affirmer, la Troisième République ayant fait, dans l'opinion, le nécessaire pour prouver qu'elle ne fut pas comme la Première (et en fait, le véritable moment fondateur dans l'histoire de la République a été la Deuxième République : elle livra aux républicains l'expérience qui leur manquait).

L'événement à parcouru le XIXème siècle. Et je pense que, parce qu'elle a été perçue quasi-unanimement comme un haut fait qu'elle l'est effectivement devenue. J'y vois une situation de fait.

Maintenant, bibliographie :

sur la période, deux ouvrages généraux... :

_ Barjot, Encrevé, Chaline, La France au XIXème siècle

_ François Furet, La Révolution (T 1 et 2)

...ou centrés sur des périodes intéressante :

_ Maurice Aghulon, 1848 ou l'apprentissage de la République

_ Eric Anceau, 1848-1870, la France entre ordre et mouvement

_ François Caron, La France des patriotes

sur l'histoire de la Révolution et de la République :

_ Claude Nicolet, Cheminement de la pensée républicaine en France, 1789-1924

(ouvrage primordial !)

En plus, Seth (et tout autre étudiat en histoire), si tu as un jour un travail à faire sur le Bonapartisme de Louis-Napoléon Bonaparte, sur les légitimistes, ou tout autre parti conservateur, voici un ouvrage indispensable et très très utile (et très populaire chez les profs de contempo) :o

_ René Rémond, Les droites en France

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Je sais je l'ai lu et utilisé dans un exposé sur l'Action Française :snif: Bien que l'Histoire de l'Extreme-Droite en France de Winock m'ait plus servi, Rémond ayant la détestable habitude de nier qu'il y ait eu des mouvements fascistes ou fascisants en France ce qui est totalement faux.

Je reviens pas sur le reste de ton message car, argh, j'en ai absolument pas le courage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kira Yamato
Invité Kira Yamato Invités 0 message
Posté(e)
:snif: ne t'en fais pas, je comprend que la tartine soit quelque peu difficile à avaler.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dabord Membre 861 messages
Forumeur accro‚ 39ans
Posté(e)

Surtout que ta réponse est inadéquate. On ne demande pas de réfléchir bêtement et scolairement mais de s'impliquer davantage dans la réponse.

Pour moi (et je dis bien pour moi) il ne faut pas confondre les actes avec l'idée de la révolution française. Si l'on peut comprendre l'envie de changer un peu de rapport de force (les bourgeois ayant toujours voulu davantaj de pouvoir) il est stupide d'essayer de justifier l'assassinat de Louis XVI, de sa femme et de bien d'autres... je me souviens et cela me semble intolérable, que les livres d'histoire font de l'assassinat du Roi et de sa famille un grand moment festif. Or un assassinat n'a rien de glorieux bien au contraire. Dois-je rappeler que des révolutionnaires sont responsables de l'enfermement et de l'assassinat de Louis Charles Capet âgé d'à peine dix ans...

Je ne veux pas juger c'est une autre époque mais évitons de faire d'un canage une fête glorieuse et joyeuse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Surtout que la population a relativement mal accepté l'assassinat du roi, si mes souvenirs de lectures sont exacts. Ca n'a pas été très bien compris.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dabord Membre 861 messages
Forumeur accro‚ 39ans
Posté(e)

Si tu le dis... je ne savais pas. Enfin, ça prouve au moins qu'il existait des "gens biens" qund même à l'époque. (bon là je porte un jugement c'est pas bien ok)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

C'est surtout que pour beaucoup le Roi ça restait le Roi, révolution ou pas. C'est à dire l'ambassadeur de Dieu sur terre. Le régicide restait un crime extrêmement grave, très choquant pour une population qui pour beaucoup se foutait totalement des idées républicaines et libérales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Une part très importante de la population restera, jusqu'à l'extrême fin du XIXe siècle, particulièrement hostile à ce concept de République qui était surtout synonyme d'assignat ne valant rien du tout, de conscription et d'attaques contre le culte. Il n'est qu'à voir les révoltes de Vendée qui ont été initiées par le peuple, lequel est allé chercher la noblesse pour le mener au combat.

Quant à l'assassinat du Roi, après un procès grossièrement truqué, pire qu'un crime abject, c'est une faute politique abyssale qui ligue toute l'Europe contre la Convention.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dabord Membre 861 messages
Forumeur accro‚ 39ans
Posté(e)

Alors le point de vue commun sur la rf véhiculerait un mythe?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant