Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Et vous, vous êtes plutôt Buda ou plutôt Pest?


Messages recommandés

Yavin VIP 32683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
budapest_zoom.jpg

Et vous, vous êtes plutôt Buda ou plutôt Pest?


Jeudi 27 mars - 07:36

[/Justifier]

[Justifier]

Une amie nous avait prévenus, «les Hongrois ne sont pas très sympas». Au pays de Sarkozy, rien ne nous étonne. Même s'il est vrai que parler à un Hongrois relève du dialogue à la Rambo, pas de «casse-toi pauvre con». Bien. Surtout que Budapest est belle. Et en devenir. Encore déchirée entre sa nostalgie de la monarchie austro-hongroise (ah Sissi!) et les années de régime communiste, elle promet une vie exaltante, avec ses stylistes enthousiastes, ses bars à l'ambiance alterno. Une ville entre deux rives, loin d'être pétrifiée.







Tour de shopping


buda_shopping_article.jpg

Budapest est fière de son tout nouveau centre commercial, baptisé Westend City. On y trouve toutes les grandes marques dont les avenues de la ville sont étrangement démunies. Pour les créations hongroises, direction la Retrock Deluxe Shop, boutique cosy qui vend, entre autres, Anh Tuan et Je Suis Belle. Les amateurs de sneakers seront comblés avec Tisza, marque née sous le communisme (c'était la seule disponible) et remise depuis quatre ans au goût du jour. On a craqué pour celles qui reproduisent le plan du métro! Pour finir, on ne manque pas le marché et ses tonnes de paprika, épice du pays.

Retrock, www.retrock.com
Tisza shoes, www.tiszacipo.hu
Marché couvert, au bout de Vaci utca



Tournée des bars


buda_bar_article.jpg


Après avoir démarré la soirée à la place Ferenc Liszt, on file à l'incontournable de Budapest, le Szimpla Kert. Enfilade de salles, labyrinthe de plantes, c'est l'Usine de Genève version Hongrie. A deux rues, on enchaîne au Szóda, des mêmes propriétaires. Ambiance orange mécaniquement manga, on adapte la rétine.

www.szimpla.hu, Kazinczy 14
Szoda, Wesseleenyi 18





Plongée aux bains


buda_bains_article.jpg


Située dans une région riche en sources naturelles, Budapest regorge de bains. Dans un parc au coeur de la ville, les bains de Széchenyi sont les plus grands d'Europe. L'eau vient de 2200 m de profondeur et remplit trois bassins extérieurs. Ouverts de 6 h à 22 h, ils accueillent tous les locaux. Ambiance très «Mort à Venise». Les plus festifs n'hésiteront pas à se rendre aux «Sparty» de Cinetrip, des fêtes au bord du Danube dans de l'eau chaude. La prochaine, le 12 avril.

Széchenyi, Allatkerti korut 11.
Sparty, www.djuice.hu/cinetrip


Nuit à l'hôtel




buda_hotel_article.jpg

Côté Danube, sa façade change de couleur en fonction de la température. Côté château, ses chambres invitent au repos. Situé côté Buda, le tout récent Lanchid 19 a tout compris du design. Beau et fonctionnel. De la suite, on prend un bain (jacuzzi!) vue sur le Danube.

Le restaurant, très barbarellesque, propose d'excellents menus. Avec terrasse discrète l'été.

Lanchid 19, +36 1 4191900
www.lanchid19hotel.hu


Virée aux musées




buda_musee_article.jpg

Il y a de tout, musée de l'ambulance, des pompiers, des flics, de la terreur. Et du contemporain, le Ludwig Museum. Il se trouve au tout récent Palais des Arts qui abrite une salle de concert classiques sans défaut (pas faute d'avoir cherché!). Au Ludwig, «on aura enrichi sa culture d'un Picasso, d'un Liechtenstein et d'un Warhol», sourit un ami. Et quel Warhol! Elvis! Pour voir plus grand, direction le Statue Park, à l'extérieur de la ville, qui réunit les monuments gigantesques datant du communisme. Lénine, Marx, Bela Kun, ils sont tous là.

Ludwig, www.lumu.hu
Statue Park, www.mementopark.hu


Halte au resto




buda_resto_article.jpg

Budapest ne manque pas de restaurants branchés. On en profite. Le pays n'étant pas encore à l'euro, les tarifs sont vraiment abordables. Tout en rondeur, déco années 1970, excellents plats (et copieux), le Menza séduit d'emblée. Que des sourires et on y goûte le goulasch au paprika, oui!

Au Café Leroy, la carte est aussi étonnante que raffinée. Une soupe à la fraise en entrée? Pourquoi pas. Service un peu lent, mais qui est pressé?

Plus select, le Mokka, à l'atmosphère sereine. Nombreux tapas sur une carte très internationale. Ne pas manquer le passage aux toilettes.

Les amateurs de somptueux cafés ne passeront pas à côté du Gerbeaud, dans la lignée de l'Angelina de Paris, du Demel de Vienne. On y goûte toujours les gâteaux d'Emil Gerbeaud, un Suisse.





Suite de l'article...
Source: Le Matin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×