Liberté de la presse en France ...( Quelles limites sont octroyées )?

Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Sauf qu'il existe une loi sur les documents classifiés.

Et si le journaliste en question doit posséder une accréditation auprès du ministère de la Défense rien ne dit qu'il a une habilitation au confidentiel défense. Et là il aurait violé 2 fois la loi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

pascalin Membre 15 220 messages
le corps sur Terre, l'esprit ailleurs ‚ 47ans
Posté(e)
Sauf qu'il existe une loi sur les documents classifiés.

Et si le journaliste en question doit posséder une accréditation auprès du ministère de la Défense rien ne dit qu'il a une habilitation au confidentiel défense. Et là il aurait violé 2 fois la loi.

Vu le journaliste ,il a tout les papiers qui vont bien,le problème ne vient pas de lui;

la raison est qu'il met en porte à faux les dirigeants de l'époque sur le sujet très sensible du 11 septembre et que le pouvoir ,misérablement ,maladroitement et dictatorialement musele quiconque s'oppose et divulgue des informations compromettantes et celà n'a rien à voir avec une quelconque accréditation ; les journalistes sont normalement protégés pour leurs sources (et oui ,une loi existe :snif: ) et dans ce sujet c'est cette loi qui est mis en cause pour des raisons citées plus hauts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chameaulo VIP 11 192 messages
Final Five‚ 36ans
Posté(e)
Vu le journaliste ,il a tout les papiers qui vont bien,le problème ne vient pas de lui

Et à part ton sentiment personnel, t'as des infos sur son accréditation? :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Soyons précis:

Des journalistes disposent d'une accréditation auprès du ministère de la Défense, d'autres auprès du ministère de l'intérieur auprès des services du premier ministre et peut-étre aussi de la Justice.

Il existe aussil 'association des journalistes parlementaires.

Il y a également des journalistes accrédités comme auditeurs à l'Ecole des Hautes Etudes Militaires comme par exemple Alexandre Adler.

Cela c'est une chose.

Les habilitations aux documents classifiés s'en est une autre.

Je reppelle qu'il existe 4 niveaux qui sont:

- 1 diffusion restreinte

- 2 cofidentiel défense

- 3 secret

- 4 très secret

Et, j'attire votre attention sur un point qui n'a pas été évoqué. En faisant référence à des documents concernant al quaïda, ce journaliste a quand même dit ou fait savoir que nos services de renseignement avaient la capacité de savoir telle et telle chose. Hors dans ce métier la prévention est capitale. Espérons que ces indiscrétions n'empécheront pas dans le futur nos agents d'avoir accés à des renseignements leur permettant de contrer des attentats sur notre sol.

Parce que c'est de cela qu'il s'agit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)
Usagi

Les agents action agissent toujours sur ordre du politique. C'était également le cas cette fois là. L'ordre venait au moins du ministre de la Défense de l'époque: Charles Hernu.

Ca ne serait jamais arrivé quand Alexandre de Marenches tenait les clefs de la boutique.

"Le renseignement est un métier de seigneurs".

Un peu de douceur dans un monde de brutes, voici le magnifique château datant de la fin du XIII ème siècle qui a appartenu au Comte Alexandre de Marenche (mon cher Comte :snif: ), avant d'être vendu en 1970 :

jardin_a_la_francaise.jpg

Nostalgie, quand tu nous tiens... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pascalin Membre 15 220 messages
le corps sur Terre, l'esprit ailleurs ‚ 47ans
Posté(e)
Vu le journaliste ,il a tout les papiers qui vont bien,le problème ne vient pas de lui

Et à part ton sentiment personnel, t'as des infos sur son accréditation? ;)

tu veux pas que je te founisse son numéro de sécu non plus ? :o

c'est un professionel qui veut faire son métier et qui le fait bien et le fait avec sérieux et vu l'homme et ce qu'il dit ,il n'est pas assez bête pour ce mettre dans cette situation par rapport à des papiers qu'il n'aurait pas ...,

l'art de noyer le poisson ,non ? :o

Bon allez une petite question pour ceux que ça interesse :snif:

Est-ce que vous avez vu en entier la vidéo de France 5 de "Revu et Corrigé"?

je pose cette question parce que vu certains posts ,les propos et les infos du journaliste en question n'ont pas bien étaient compris :snif:

Modifié par pascalin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Ah oui des journalistes qui défendent d'autres journalistes. Indépendance assurée.

S'il n'est pas assez béte pour se mettre dans une situation compromettante comment se fait-il qu'il s'y retouve?

Sur son propre site géopolitique.com il n'y fait aucune allusion et pourtant là il contrôle l'info.

Qui fait de l'intox.

C'est quand même marrant ces journalistes français qui d'une manière ou d'une autre finissent toujours par cracher sur ceux qui sont en charge de la sécurité du pays.

Il faudra bien que l'on finisse aussi par regarder les réactions et comportements de cette profession sous cet angle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pascalin Membre 15 220 messages
le corps sur Terre, l'esprit ailleurs ‚ 47ans
Posté(e)

ah ok d'accord ,j'ai compris :snif:

si la presse est muselée ,on ne peut rien faire ,ok ,ok :snif: on est mal là ,je vous le dit on est mal ,aucun moyen d'avoir une presse vraiment libre ;ça fait peur :o

comment veux-tu l'indépendance d'un journaliste s'il ne divulgue pas l'information au grand jour ?

c'est justement la liberté de la presse et même celà ,il ne pourrait pas le faire ? ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alan Shore Membre 134 messages
Forumeur inspiré‚ 62ans
Posté(e)

La première chose que j'ai faite a été d'écouter l'interview de Dasquié. J'ai entendu un homme, un pleurnichard, qui commençait par dénoncer, comme hypocrite, la courtoisie avec laquelle il avait été traité. La DST aurait du le torturer, il en aurait eu pour son argent.

Est-ce un homme loyal ? Il n'a pas été torturé. Tout juste lui a-t-on monté un bateau pour exercer une pression. Résultat des courses, il lâche le morceau, c'est-à-dire, une taupe du service qui lui fournissait l'information. Ce qui intéressait la DST, c'était la taupe, pas le petit journaleux qui exerçait son métier en faisant du copié/collé. Tellement conscient de ce qu'il faisait et de l'importance des documents qui lui était confié qu'il les rangeait dans un débarras ouvert à tout un chacun.

Un journaliste d'investigation ? Disons tout au plus un paparazzi de troisième rang. Le simple fouille-merde, quoi. Il voulait son heure de gloire, et bien, il l'a. Qu'il en profite et n'oublie pas de faire monnayer ses interviews. La gloire a un prix, qu'il paie maintenant.

En ce qui concerne l'indépendance et la liberté de la presse, maintenant.

é qui appartient-elle ? Qui la manipule ? On a vu le "courage" de ce pisse-copie qui craque à la moindre pression, et on voudrait nous faire croire que les journalistes sont des êtres hors du commun qui ne cèdent jamais à la direction à laquelle ils appartiennent.

Les journalistes sont des hommes comme les autres, et je doute qu'ils soient incorruptibles, qu'ils ne soient pas sensible à l'avancement, que l'attrait du pouvoir ne les intéressent pas. D'ailleurs, il suffit de voir les indéboulonnables qui perdurent des décennies à leur poste pour comprendre que dans ce milieu comme dans beaucoup d'autres, le combat dans le panier de crabes est la voie royale.

Je n'ai pas beaucoup plus d'indulgence pour les politiques. Et ceux-ci ont bien compris que leur sort était lié aux médias donc à leur propriétaire d'abord et aux journalistes ensuite. Là où je m'insurge, c'est que l'on peut voter pour les uns et pas pour les autres.

Conclusion : la liberté de la presse, oui, mais pas sans contre-pouvoir. Et ce contre-pouvoir n'existe pas. Ce sont les médias, professionnels à la solde des publicitaires, qui préparent les élections et qui font élire les politiques qu'ils promeuvent. L'exemple de Sarkozy est suffisamment éloquent sur ce point. Celui de Chirac face à Balladur, en son temps aussi. Chirac était donné perdant et la presse n'avait d'éloges que pour Balladur. Quelles ont été les engagements de Chirac envers la presse, qui a-t-il payé, pour que d'un mois à l'autre, la vapeur s'inverse ? Cela n'a intéressé personne, bien entendu, et surtout pas la presse.

Le pouvoir est dans la maitrise de l'information. Qui est maitre de l'information ?

Modifié par Alan Shore

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

Et, en guise de rappel

La charte des devoirs professionnels des journalistes français

Un journaliste, digne de ce nom,

- prend la responsabilité de tous ses écrits, même anonymes ;

- tient la calomnie, les accusations sans preuves, l'altération des documents, la déformation des faits, le mensonge pour les plus graves fautes professionnelles ;

- ne reconnaît que la juridiction de ses pairs, souveraine en matière d'honneur professionnel ;

- n'accepte que des missions compatibles avec la dignité professionnelle ;

- s'interdit d'invoquer un titre ou une qualité imaginaires, d'user de moyens déloyaux pour obtenir une information ou surprendre la bonne foi de quiconque ;

- ne touche pas d'argent dans un service public ou une entreprise privée où sa qualité de journaliste, ses influences, ses relations seraient susceptibles d'être exploitées ;

- ne signe pas de son nom des articles de réclame commerciale ou financière ;

- ne commet aucun plagiat, cite les confrères dont il reproduit un texte quelconque ;

- ne sollicite pas la place d'un confrère, ni ne provoque son renvoi en offrant de travailler à des conditions inférieures ;

- garde le secret professionnel ;

- n'use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée ;

- revendique la liberté de publier honnêtement ses informations ;

- tient le scrupule et le souci de la justice pour des règles premières ;

- ne confond pas son rôle avec celui du policier.

Paris, Juillet 1918 - révisée en janvier 1938

copié sur: http://www.snj.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
korloff Membre 774 messages
Forumeur accro‚ 29ans
Posté(e)

Guillaume Dasquié, journaliste d'investigation, auteur et spécialiste des questions de terrorisme et de renseignements, a été placé en garde à vue mercredi et mis en examen jeudi pour détention de documents couverts par le secret défense. En avril 2007 il avait publié des extraits d'un rapport DGSE sur son site et dans le journal Le Monde, relatifs à l'organisation d'Al Qaida et aux finances de Ben Laden. Interview:

Vous avez été mis en garde à vue dans les locaux de la DST, ce qui est assez exceptionnel. Est-ce parce que vous avez reproduit des documents, en plus d'avoir écrit des articles?

L'instruction de l'affaire nous en dira sans doute plus sur les raisons d'un tel déploiement de force. Je suis certain que la DST ne poursuit aucune croisade personnelle contre moi. D'ailleurs, l'équipe qui m'a entendu a été courtoise et professionnelle. En revanche, le sous-directeur de la DST et le substitut du procureur ont fait pression sur moi et c'est inadmissible.

Je crois que le problème de fond est que la fuite de ce document n'était pas organisée par les cabinets ministériels, qui orientent les révélations, offrant des scoops prédigérés aux médias. Ce document-là n'était pas destiné à être rendu public. Mais c'est justement notre travail de journaliste d'investigation de nous affranchir de ces petits réseaux ministériels qui tentent de nous instrumentaliser.

Vos péripéties ne sont pas finies. Mardi, vous devez passer en procès devant la 17e chambre correctionnelle pour la divulgation d'un document concernant l'affaire Borrel, ce magistrat retrouvé mort à Djibouti

Oui, mais mon avocat a demandé un report. Il faut dire que suite à la perquisition, mes ordinateurs et mes disques durs ont été saisis. Il me manque donc les documents nécessaires pour ma défense ! J'ai besoin de temps pour reconstituer un dossier.

Quelle est la marge de man¿uvre du journaliste face au «secret défense»?

La jurisprudence européenne est claire: on a le droit de dévoiler des documents confidentiels défense s'ils contribuent à l'intérêt général. Là, on parle d'un document sur Al Qaida datant d'avant le 11 septembre 2001, et révélé en 2007! L'organisation n'est plus du tout la même, et ces informations ne mettaient en aucun cas en péril le dispositif de lutte contre le terrorisme. En revanche, elles contribuaient à informer le public.

Propos recueillis par Anne Kerloc'h

Source : 20Minutes

post-40227-1197295200_thumb.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Je fusionne avec le sujet qui existe déjà...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)

On peut quand même s'étonner qu'un journaliste aussi "pontu" soit-il puisse affirmer que :"ces informations ne mettaient en aucun cas en péril le dispositif de lutte contre le terrorisme".

Il me semble que les différents services en charge de la sécurité sont mieux placés pour une telle évaluation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant