Collection de capsules


Père Fonzie Membre 136 messages
Forumeur inspiré‚ 35ans
Posté(e)

Voilà tout est dans le titre, je collectionne les capsles de bouteilles depuis presque 8ans

maintenant, c'est une de grande passion que je voudrais faire partager aux non initiés ainsi qu'aux connaisseurs, car je suis sûr qu'il y en a sur le fofo :o

post-53592-1195706205_thumb.jpg

Actuellement j'en ai plus de cinq cent soit 3 tables comme celle ci ;):o

bon alors le mieux peut-être avant de se lancer dans la capsule, c'est de connaître la

capsule:

petit historique

Les bouchons ou capsules sont de petits objets circulaires utilisés pour fermer hermétiquement les bouteilles de verre.

Il a été inventé en 1892 par William Painter, le fondateur de la société Crown Cork and Seal qui est maintenant le premier fabricant mondial d'emballages métalliques. Par sa facilité d'utilisation, ce procédé de fermeture révolutionna l'industrie de l'embouteillage. A l'époque, la bouteille en verre était consignée, la capsule fut un des premiers symboles de la société de consommation car elle est à usage unique.

Les capsules sont fabriquées en métal (acier) et peuvent être décorées à l'extérieur du logo de la marque de la boisson. Un joint déposé à l'intérieur assure l'étanchéité de la bouteille.

Dès l'origine, les capsules ont été conçues pour pouvoir les sertir sur la lèvre du goulot des bouteilles de verre. Elles sont fournies au limonadier légèrement embouties, et un outil vient replier les ondulations sur le goulot pour lui donner cette forme caractéristique de couronne. Pour les ouvrir, il fallait alors se munir d'un décapsuleur.

Une des innovations dans ce domaine fut la capsule vissée, qui peut être ôtée simplement en la dévissant. La capsule à vis permet aussi de refermer la bouteille si celle-ci n'est pas vidée entièrement lors de sa première ouverture. Bien qu'aujourd'hui ce type de fermeture soit le plus répandu, il existe encore des fabricants qui produisent des bouteilles avec capsules qui ne sont pas dévissables.

Il existe des collectionneurs de capsules et d'innombrables bricolages ou jeux de bar qui utilisent les capsules usagées. Dans les régions chaudes, on voit parfois des carrefours proches des terrasses de café où le bitume est entièrement décoré de capsules noyées dans le revêtement !

Les capsules à vis

Une capsule à vis (ou bouchon à vis) sert à fermer hermétiquement les bocaux de conserve en verre et les bouteilles comportant un col fileté. Ces bouteilles, à l'inverse de celles qui sont fermées par des capsules, peuvent être rebouchées. Les capsules à vis existent dans une variété de dimensions, de formes et de matériaux.

200px-Screw_cap_juice_bottle.jpg magnify-clip.png Sur une bouteille de jus de fruit La capsule est soit faite entièrement d'un matériau souple, polyéthylène ou polypropylène, soit composée d'une coiffe métallique (généralement en aluminium) et d'un joint d'étanchéité écrasé ou posé. La coiffe métallique de la capsule (encore dépourvue de filetage) est appliquée sur le haut du joint et enroulée sur le filetage. Les joints existent en divers matériaux comme par exemple le liège, le polyéthylène, le Saranex (film coextrudé fait de polyéthylène, de chlorure de polyvinylidène et d'acétate d'éthylènevinyle) ou la feuille d'étain.

Les capsules en aluminium sont assez répandues, notamment (dans le monde francophone) en Suisse et au Québec.

Pour le vin

200px-Srew_cap_wine.jpg magnify-clip.png Sur une bouteille de vin Les vins ordinaires, dits de pays, sont en règle générale dotés d'une capsule à vis. Mais les problèmes de goût de bouchon dûs au trichloroanisole contenu dans le liège font que de plus en plus de bouteilles de vins plus côtés sont fermées par des capsules à vis. Contrairement à ce qui se passe avec les bouchons naturels, le goût est très peu modifié par les conditionnements décrits ci-après. Les variantes économiques de capsules augmentent l'oxygénation du vin et ne conviennent donc guère aux vins de garde, plus sophistiqués. Les capsules ont été introduites depuis le début des années 1970 sur les marchés australien (marque « Long Cap ») et suisse (marque « Stelvin »). Elles ont un joint d'étanchéité à base de chlorure de polyvinylidène qui, associé à une feuille d'étain, garantit une perméabilité à l'oxygène minimale (0,0002 à 0,0008 cm³ de O2 par jour). Des comparaisons entre des vins de 25 ans d'âge bouchés avec du liège et avec des capsules à vis ont montré la supériorité de cette dernière en matière de fraîcheur et de durabilité.

C'est cette raison qui a provoqué une augmentation de la part de marché des capsules à vis dans la viticulture australienne et néo-zélandaise

Pour la bière

200px-Screw_cap_beer.jpg magnify-clip.png Sur une bouteille de bière é la fin des années 1980 le bouchon à étrier (aussi appelé « bouchon à bascule ») réutilisable est revenu à la mode pour les bouteilles de bière. Cette alternative aux capsules serties présentait pour les brasseurs l'avantage de rendre les bouteilles rebouchables pour peu qu'elle s'accommode de techniques de bouchage modernes employant des machines. La capsule à vis fournissait une solution ici aussi et elle fut introduite au milieu des années 1990.

Et le meilleur pour la fin, les capsules de Champagne

Histoire de la capsule [modifier]

Les débuts [modifier]

Avant la fin du XVIIe siècle, le champagne était bouché avec un morceau de bois enveloppé de lin, de chanvre hermétiquement retenu par la cire à cacheter.

Puis jusqu'au début du XIXe siècle, les ouvriers cavistes fermaient manuellement les bouteilles avec un bouchon de liège dont le diamètre était deux fois plus large que celui du goulot de la bouteille. Ils tapaient dessus avec une batte afin de l'y faire entrer.

é partir de 1827, des machines à boucher apparaissent sur le marché champenois, mais il faudra attendre le milieu du siècle pour que ces machines soient réellement efficaces. Pour maintenir le bouchon en place, pendant la fermentation, on l'attachait avec une ficelle de chanvre à deux brins ; cette opération était faite à la main jusqu'au milieu du XIXe siècle. Mais comme la ficelle moisit petit à petit, ce qui a pour effet de faire sauter le bouchon, on ajouta un fil de fer pour consolider le premier ficelage.

C'est en 1844 qu'Adolphe Jacquesson déposa un brevet d'invention de capsule métallique et du muselet, deux innovations majeures dans le monde du champagne.

Ce négociant de Châlons-sur-Marne permettait ainsi de résoudre les problèmes de perte de vin due aux intempéries, à la porosité des bouchons ou au pourrissement des ficelles.

Il eut en effet l'idée :

  • d'utiliser des plaques en fer-blanc dépolies, laminées, et d'y découper des rondelles du même diamètre que celui des bouchons (appelées flancs),
  • de remplacer les habituelles ficelles par du fil de fer.

Pourtant il faut attendre 1881 pour voir les premières capsules de métal sur les bouchons désormais protégés, maintenus par des muselets de fil de fer rattachés au goulot de la bouteille.

Caractéristiques [modifier]

Autrefois, la plupart des capsules de champagne comportaient quatre encoches ou découpes (trois seulement pour les Moët & Chandon) et ceci jusque dans les années 1960. Certaines, fabriquées à Bordeaux entre 1900 et 1930, étaient également munies de languettes (comme les Pol Roger ou Monopole par exemple). D'autres encore étaient munies d'un trou carré en leur milieu (comme Giesler) pour laisser respirer le liège.

La grande majorité des capsules sont en fer-blanc, certaines plus recherchées sont en cuivre ou en aluminium ; l'acier étant pendant la Première Guerre mondiale destiné à des usages moins pacifiques.

Un nouvel espace de publicité [modifier]

Au début de leur utilisation, ces capsules possédaient toutes un aspect pratiquement identique et recouvraient les bouchons sans distinction de marque ou de provenance.

é la fin du XIXe siècle, on eut l'idée d'y estamper le mot « Champagne » qui apparaissait ainsi en relief, souvent accompagné d'une étoile. Puis aussi de les peindre en différentes couleurs.

Petit à petit, les producteurs se rendirent compte qu'ils pouvaient profiter de ce petit espace de métal pour indiquer leur nom, celui de leur localité, etc. Au départ en fer-blanc, sa décoration n'arrivera qu'au début du siècle, en relief tout d'abord, précisant le nom du propriétaire, quelques fois la marque. Puis, plus tard, apparaîtront la couleur et les dessins (armoiries, châteaux, etc.) qui au fil du temps, ont beaucoup évolué. Quant au millésime, il fait son apparition en 1906 à l'initiative de Pol Roger.

Dans un premier temps, seules les grandes marques sont concernées par ce phénomène. La technique ne permettait son application personnalisée qu'aux rares maisons qui en avaient les moyens. Après la Seconde Guerre mondiale, les techniques évoluent et permettent un prix de revient abordable. Mais il faut attendre 1960 pour que l'ensemble de ceux que l'on appelle « récoltants-manipulants » soient sensibilisés à ce problème de l'image de marque. Aujourd'hui l'évolution des techniques en matière d'impression, en particulier la tampographie, a permis aux grandes marques et aux vignerons d'obtenir des capsules de plus en plus élaborées.

On distingue deux techniques différentes de fabrication.

  • La sérigraphie d'une part, qui permet une bonne solidité des couleurs, une grande précision des traits et des coloris résistants à l'usure du temps et aux rayures.
  • D'autre part, la tampographie qui, ne permettant l'impression des couleurs que l'une après l'autre, nécessite des opérations successives délicates de séchage et de calage. Cette technique, plus artisanale, est plus souvent utilisée pour de petites productions.

La collection [modifier]

Le nombre exact de capsules de champagne différentes est difficile à déterminer précisément, mais il est estimé à plus de 30 000. En effet, au cours des dernières années, avec le développement de cette collection, les producteurs y voyant de nouveaux débouchés, ont multiplié les variétés de capsules, n'hésitant pas à changer de couleur tous les ans, pour toutes leurs cuvées. Certaines sont même faites à l'attention exclusive des collectionneurs, ces plaques sont dites de complaisance[1]

Alors que certains passionnés mettent en collection toutes les capsules qu'ils récoltent pourvu qu'elles soient nouvelles, d'autres préfèrent se focaliser sur un thème (animaux, personnages, écussons, flutes à champagne...) ou cherchent à avoir la totalité des capsules d'un ou plusieurs producteurs déterminés.

Traditionnellement, les capsules s'échangeaient selon la méthode « une pour une » entre collectionneurs, mais c'est de plus en plus « à la côte » que se déroulent les échanges. Cette côte est consultée principalement dans deux ouvrages : Le Lambert et le Cap's. Le premier, considéré comme la Bible du placomusophile, est de loin le plus répandu.

Galerie [modifier]

Exemples de capsules [modifier]

Ex_venoge.jpg La plupart des producteurs coiffent leurs bouteilles de capsules portant leurs noms ; ici une capsule de Venoge.

117px-Ex_commemorative.jpg Certains éditent des capsules pour des occasions précises ; elles sont alors dites commémoratives ; en l'occurrence un capsule Gonet pour l'éclipse solaire de 1999.

120px-Ex_anonym.jpg D'autres enfin ne personnalisent pas leurs capsules, soit parce que cela représente un coût trop élevé, soit parce qu'ils ne le jugent pas nécessaire.

Tableaux pour ranger les capsules de champagne [<a href="http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Capsule_de_Champagne&action=edit&section=8" title="Modifier la section : Tableaux pour ranger les capsules de champagne">modifier]

90px-Capsules_de_muselets_de_champagne.jpg

90px-Capsules_de_muselets_de_champagne_2.jpg

115px-Capsules_de_muselets_de_champagne_3.jpg

(Source Wikipédia)

Ben voilà c'est parti, les passionnés, lachez-vous! :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

anariel Membre+ 17 040 messages
Fée Rosse à Balai‚ 34ans
Posté(e)

je te mets les miennes de coté ! ! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lachtitebe Membre 1 message
Baby Forumeur‚
Posté(e)

coucou, moi aussi je suis placomusophile!!!

j'ai 600 capsules à ma collection, en voila une partie... (cf photo)

et j'aurais voulu te poser une tite question, je veux m'acheter le livre sur la cote des capsule, mais j'hésite entre le cap's 2008 ou le lambert 2008.!!! un choix difficile!!!lol

si jamais tu peux me conseiller...

merci d'avance

a bientot

:snif:

post-60709-1203204196_thumb.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
simon68 Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

bonjour je voulais savoir si vous échanger des capsules

simon68

Modifié par yop!
Pas d'adresse mail en public

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant