Dites ce à quoi vous pensez

Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

bah j ai faim vé aller manger

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité guillom
Invité guillom Invités 0 message
Posté(e)

je pense à : pourquoi ? oui pourquoi ? :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wanerlevner Membre 705 messages
Forumeur forcené‚ 33ans
Posté(e)

Est ce que je cours ce soir ou pas ??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
juliecalo Membre 63 messages
Forumeur en herbe‚ 27ans
Posté(e)

que je regrette de ne plus parler à une ancienne amie :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
coyenne8 Membre 51 messages
Forumeur en herbe‚ 30ans
Posté(e)

veux allé a la plage mais il y a trop de monde :o:o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bbcasual Membre+ 24 351 messages
non, rien....‚ 41ans
Posté(e)

Faudrait peut-être que je sorte un peu.. j'ai la voiture à laver...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Charlytiti Membre 273 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)
Moi je pense là tout de suite à mon envie pressante...et à sortir de ma boite, plus qu'une heure pour le week-end!!! :coeur:

moi je pense a ma copine que j'aime encore et qui ma quitté :coeur::o :D ;):o:o :D :( :( :( :( :( :o :D :( :( :( ;) :D :D :D :D :D :D :D :D :D :p :first::first::first::first::first::first::first::first::first::first::first::first::first::first::first::first::bo: :D :coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur:

:coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::snif::snif: :) :coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur:

:coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur:

:coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur:

:coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur:

:coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur:

:coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur:

:coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur::coeur:

Il y a plein d'histoires d'amour dans la vie !

:o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
roméo24 Membre 170 messages
Forumeur inspiré‚ 48ans
Posté(e)

Après quatre semaines d'absence, durant lesquelles j'ai observé de très loin la vie de ce forum, je pense à revenir sur la pointe des pieds, timidement, avec la peur de déranger. Les jours passés m'ont enseigné une certaine humilité, j'ai appris à ne pas confondre « être brillant » et « être bruyant », à accepter non plus les différences mais l'indifférence, à rester à ma place, celle que l'on m'a attribuée, fût-elle inconfortable et teintée d'insipidité.

Comme avant, j'ai rassemblé autour de moi quelques-uns de mes accessoires favoris. Briquet, paquet de cigarettes, cendrier : je suis paré pour partir à l'assaut de ce clavier qui, pourtant, se refuse et se dérobe sous mes doigts. Comment lui en vouloir, d'ailleurs ? Leurs caresses se font si maladroites et leur galop est si lent ! J'avais jadis un peu de musique au bout des phalanges, chaque page blanche était mon terrain de jeu favori, mon bac à sable, ma gourmandise suprême. J'avalais les mots au kilomètre, je savais défier les lois de l'apesanteur pour mettre chacune de mes phrases en orbite, je pouvais donner du sens aux alliances les plus insensées, nul néologisme ne me faisait peur, j'étais prêt à tous les à-peu-près¿ Mais je dois m'y résoudre : j'ai égaré quelque part ce qui me restait d'élégance, de plaisir, de foi ou d'utopie. J'éprouve une joie tiède à me retrouver seul, face à cet écran, qui ne me renvoie que l'écho - si ténu - de mes propres mots. Et ma prosodie vagabonde, en dilettante, sans plus chercher à atteindre non pas une impossible perfection, mais à toucher un c¿ur qui m'est cher, comme elle le faisait autrefois.

Je sais pourtant qu'écrire restera toujours une aventure, mais je crains qu'elle ne soit circonscrite à des chemins de fortune sans surprise, sans chausse-trappe, sans aucun de ces frissons qui vous parcourent délicieusement l'échine et vous font sentir plus vivant. J'avance à pas comptés sur un sentier de randonnée pour baladeurs du dimanche, entre deux haies soigneusement taillées, sans crainte de trébucher, moi qui n'aime que le souffle de l'épopée, le désordre des batailles et l'audace des conquistadores.

Vous me pardonnerez, si vous lisez ces lignes, leur trop plein d'académisme, leur excès de prudence, leur agaçant petit côté appliqué. Vous remarquerez aussi qu'aucun point de suspension ne vient contrarier leur aspect bien rangé et qu'à défaut de dentelle, je me suis mis au canevas. La trame est mince, mais en attendant ce qui ne viendra peut-être pas, il faut bien continuer à se bercer d'illusions.

Et si je serre les poings, en silence, c'est pour que jamais ne s'évapore ce qui me reste d'avant. Si peu de choses. Des paroles, des serments, des secrets, un ruban. Car ce soir, je suis là et j'écris et je ne sais plus lequel de nous deux est absent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
RIPPERDUCK Membre 2 846 messages
Forumeur alchimiste‚ 55ans
Posté(e)
Après quatre semaines d'absence, durant lesquelles j'ai observé de très loin la vie de ce forum, je pense à revenir sur la pointe des pieds, timidement, avec la peur de déranger. Les jours passés m'ont enseigné une certaine humilité, j'ai appris à ne pas confondre « être brillant » et « être bruyant », à accepter non plus les différences mais l'indifférence, à rester à ma place, celle que l'on m'a attribuée, fût-elle inconfortable et teintée d'insipidité.

Comme avant, j'ai rassemblé autour de moi quelques-uns de mes accessoires favoris. Briquet, paquet de cigarettes, cendrier : je suis paré pour partir à l'assaut de ce clavier qui, pourtant, se refuse et se dérobe sous mes doigts. Comment lui en vouloir, d'ailleurs ? Leurs caresses se font si maladroites et leur galop est si lent ! J'avais jadis un peu de musique au bout des phalanges, chaque page blanche était mon terrain de jeu favori, mon bac à sable, ma gourmandise suprême. J'avalais les mots au kilomètre, je savais défier les lois de l'apesanteur pour mettre chacune de mes phrases en orbite, je pouvais donner du sens aux alliances les plus insensées, nul néologisme ne me faisait peur, j'étais prêt à tous les à-peu-près¿ Mais je dois m'y résoudre : j'ai égaré quelque part ce qui me restait d'élégance, de plaisir, de foi ou d'utopie. J'éprouve une joie tiède à me retrouver seul, face à cet écran, qui ne me renvoie que l'écho - si ténu - de mes propres mots. Et ma prosodie vagabonde, en dilettante, sans plus chercher à atteindre non pas une impossible perfection, mais à toucher un c¿ur qui m'est cher, comme elle le faisait autrefois.

Je sais pourtant qu'écrire restera toujours une aventure, mais je crains qu'elle ne soit circonscrite à des chemins de fortune sans surprise, sans chausse-trappe, sans aucun de ces frissons qui vous parcourent délicieusement l'échine et vous font sentir plus vivant. J'avance à pas comptés sur un sentier de randonnée pour baladeurs du dimanche, entre deux haies soigneusement taillées, sans crainte de trébucher, moi qui n'aime que le souffle de l'épopée, le désordre des batailles et l'audace des conquistadores.

Vous me pardonnerez, si vous lisez ces lignes, leur trop plein d'académisme, leur excès de prudence, leur agaçant petit côté appliqué. Vous remarquerez aussi qu'aucun point de suspension ne vient contrarier leur aspect bien rangé et qu'à défaut de dentelle, je me suis mis au canevas. La trame est mince, mais en attendant ce qui ne viendra peut-être pas, il faut bien continuer à se bercer d'illusions.

Et si je serre les poings, en silence, c'est pour que jamais ne s'évapore ce qui me reste d'avant. Si peu de choses. Des paroles, des serments, des secrets, un ruban. Car ce soir, je suis là et j'écris et je ne sais plus lequel de nous deux est absent.

Bonsoir Roméo! Très touchant ce que tu écrit, du coup je chiale, tu m'a fait penser à ma copine,

elle n'est plus là! ;):o :o :D :D :o

(Par contre ma femme est toujours là! ):o :D :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Louéna Membre 1 062 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

oui c'est vrai très touchant.

moi là tout de suite, ou bien ya encore 24h, (et certainement demain), je pense à celui qui n'aurait jamais dût etre aussi proche de moi, celui à qui j'aurais dût dire non étant donné le lien que j'ai avec mon copain qui occupe ma vie depuis 9 mois. Je pense terriblement à lui alors que la monogamie me l'interdit. Je reve que mon téléphone sonne et de voir sur l'écran "biboun". Comment peut on s'attacher à une personne aussi vite ? Gaby, si tu savais comme tu me manques.

je pleure au sens propre du terme, litéralement sur mon sort, un sort que je me suis jetée toute seule ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant