Aller au contenu

r.gsq

Membre
  • Contenus

    11
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de r.gsq

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 02/25/1997

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. r.gsq

    Régulation mentale

    Mon but etait non pas de me masturber cerebralement en ecrivant ce sujet mais d'exposer un concept extrement simple, à savoir se forcer à resoudre ou rejeter un probleme qui derange plutot que de se satisfaire du sentiment de confusion qui fait suite à ce probleme. Cela permet de rester inconditionnel en quelques sortes car on ne prend pas en compte le contexte pour exercer cette pression sur soi, on l'exerce par principe, sans prendre en compte notre humeur du coup.
  2. r.gsq

    Régulation mentale

    Comment echapper au chaos de l'existence dans cette réalité où tout est possible, le meilleur comme le pire. Comment conserver sa volonté d'être maitre de soi-même dans une existence nous plongeant dans des situations qui nous poussent à croire que nous n'avons pas le contrôle et que nous ne pouvons que les subir. Comment, peu importe les circonstances, rester inconditionnel face au mouvement de la vie nous disperse vers des situations difficiles qui nous font perdre la raison (à des degrés diverses bien entendu) ? Je considère qu'il est possible de rester adapté et détendu dans n'importe quelle situation si l'on prend le reflexe de resoudre ou rejeter les doutes qui nous traversent l'esprit plutot que de les laisser trainer. C'est à dire éliminer les problèmes qui n'en sont pas, comme l'objet d'un complexe ou toutes sortes de détails qui encombrent l'esprit, afin de rester détendu par recul sur ses peurs ; et resoudre les problèmes jugés legitimes, comme une apprehension (si celle ci n'est pas à rejeter car irrationnelle), afin de rester satisfait grace à une volonté d'adaptation mise à jour régulierement. Certaines personnes prennent la vie trop au serieux, d'autres ne se mettent pas assez la pression. Le but de cette discipline est d'optimiser la gestion de son mental afin de trouver un juste milieu entre detente et satisfaction en définissant ce qui encombre la tete et ce qui empeche de garder le contrôle sur sa vie. Avec le temps, ce reflexe qui vise a rejeter les problemes surestimés et resoudre ceux qui ont leur importance lorsqu'un sentiment de confusion s'installe devient automatique et n'occupe plus les pensées même si se le rappeler de manière cyclique permet de maintenir cet état d'esprit chaque jour. Il peut être interessant de comparer les journées avec cette discipline et les journées sans, voir si le niveau de detente et le niveau de satisfaction augmentent grace à un plus grand contrôle de soi.
  3. r.gsq

    Régulation psychologique

    merci ça fait plaisir, je trouvais cette idée un peu osée parce qu'elle peut sembler autoritaire vis à vis de soi, mais je pense qu'elle a un certain potentiel si elle est bien exploitée. A voir sur le long terme du coup ! Pour ma part j'essaie de comparer lorsque j'en prend conscience au reveil et lorsque je l'ignore voir s'il y a du changement et je constate que je suis plus energetique mais j'ai du mal a determiner si je me sens plus detendu en rejetant les doutes ce qui me semblent futiles. Je suis tenté de dire oui mais ce serait tout reduire à la psychologie et oublier le contexte qui est determinant là dedans pour sûr.
  4. r.gsq

    Régulation psychologique

    Moi j'aime bien mediter la dessus.
  5. Bonjour à tous, J'ai recemment developpé une discipline qui vise à supprimer le sentiment de confusion de manière systematique et j'aurais aimé avoir votre avis la-dessus. Si à chaque fois qu'on est dérangé par un probleme, on prend l'habitude d'en prendre conscience et de le résoudre, ou de le rejeter s'il n'est pas assez important pour qu'on y prête attention, on se conditionne à se libérer l'esprit (donc à accroitre notre bien-être) et à continuer à traiter l'information de manière fluide puisqu'on s'est mis d'accord sur le problème en question (donc il n'y a pas de blocage). Ainsi nous restons plus adapté à la situation présente. Par exemple plutôt que d'appréhender de devoir rendre quelque chose pour demain et de laisser le problème en suspension, prendre conscience par réflexe qu'il y a un sentiment de confusion qui dérange, et ainsi se mettre d'accord sur le moment de s'y mettre (déja pour ne plus y penser si l'on décide de reporter le problème à un moment défini). Si l'on décide de le traiter maintenant, chercher la peur qui est le plus responsable de cette confusion (comme la peur de rester bloqué sur le devoir qu'on doit rendre, ou encore la manière de s'y prendre) afin d'y voir plus clair et mieux faire face au problème et ne pas le fuir. Pour un problème mineur comme la peur d'avoir oublié de fermer une porte à clé, afin ne pas valoriser aveuglément tout ce qui nous dérange en se forçant à resoudre, juger de la pertinence du problème en question pour voir s'il n'est pas exageré. Si l'on a tendance à trop se prendre la tête avec ce genre de peur, décider non pas de resoudre le problème mais de le rejeter pour s'en libérer sans nourrir notre paranoïa. Bref en gros prendre le réflexe, en se le rappelant périodiquement, de resoudre les problèmes qui nous dérangent, ou de les rejeter s'ils ne sont pas pertinents, dans le but de rester serein. A terme cela devient naturel et n'impose plus de pression pour appliquer cette discipline. Par cette discipline, n'echappons nous pas en partie à l'inconscience de pouvoir contrôler notre réalité, inconscience causée par la banalité de la vie et le mouvement dispersif de nos pensées qui nous apprennent à accepter tout un tas de situations absurdes ? Merci pour cette lecture !
  6. r.gsq

    Régulation psychologique

    oui pardon je devrais changer le mot "peur" par "crainte" d'autant plus que je l'emploie dans toutes les phrases et que cela ne correspond generalement pas ! Merci pour la remarque !
  7. r.gsq

    Régulation psychologique

    Quand je parle de problemes je parle des problemes que notre cerveau cherche a resoudre pour qu'on puisse continuer a evoluer correctement dans notre environnement, pas forcement de vrais problemes comme des problemes conjugaux ou financiers. Le cerveau traite pleins d'informations chaque seconde et parfois ça bloque, c'est surtout ce genre de problemes dont je parle, comme par exemple une decision quotidienne a prendre comme : quoi manger ce midi ?. Si l'on hesite entre manger des pates ou riz (exemple a la con encore une fois xD) mais qu'on se met pas reelement d'accord sur la question, on aura moins de satisfaction a manger ensuite.
  8. r.gsq

    Régulation psychologique

    Oui c'est vrai que les termes que j'utilise sont pas forcement corrects mais c'est l'idée globale qui compte avant tout. Non (c'est nul on peut pas corriger ce qu'on post sur ce site) je voulais dire "se rappeler de resoudre ou rejeter LES problemes qui surviendront a l'avenir.
  9. r.gsq

    Régulation psychologique

    Quand je dis que les doutes se cumulent je parle de problemes dont on porte attention mais qu'on finit par mettre de coté par flemme ou par volonté de l'oublier pour continuer a avancer dans une demarche. Par exemple quelqu'un fait ses bagages pour partir en vacances et il pose la question du nombre de t shirt a prendre. Il decide d'en prendre 3 sans etre sur que cela suffit, ce qui fait qu'il aura cette incertitude qui va le perturber dans la suite des decisions a prendre. Et les doutes peuvent ainsi se cumuler créant ainsi un sentiment de confusion generale meme si on en a pas forcement conscience. Non pas les personnes mais l'arriere gout que peuvent avoir certaines interactions !
  10. r.gsq

    Régulation psychologique

    En fait c'est hyper large, tout les doutes qui nous empechent d'etre sûr de soi afin de continuer a vivre l'instant present et de ne pas ruminer (n'est ce pas la d'ailleurs la cause du fait de penser, refuser de se liberer d'un probleme concret en s'evadant dans le monde des idées ?). Par exemple si une interaction avec quelqu'un que je viens d'avoir m'induit dans un etat de confusion parce que mon interpretation que je m'en fais est negative, je vais me forcer a analyser ce qui m'induit dans cet etat, comme une reaction ou un comportement inapproprié (si ce n'est pas exagéré, auquel cas je decide d'en avoir rien a faire). Non seulement je tire une conclusion pour m'ameliorer dans mes relations et en plus je me libere l'esprit. L'idée de rejeter ou resoudre permet d'optimiser le niveau d'interet qu'on apporte aux problemes (ne pas prendre trop la vie au serieux mais garder le controle sur sa realité) ça peut etre un peu tiré par les cheveux cette "discipline" mais pour ma part a terme ça devient naturel et je resous presuqe inconsciemment les doutes qui me traversent l'esprit les uns a la suite des autres plutot que de les laisser se cumuler.
  11. Bonjour à tous, J'ai recemment developpé une discipline qui vise à annihiler le sentiment de confusion et j'aurais aimé avoir votre avis la-dessus. Si à chaque fois qu'on est dérangé par un probleme, on prend l'habitude d'en prendre conscience et de le résoudre, ou de le rejeter s'il n'est pas assez important pour qu'on y prête attention, on se conditionne à se libérer l'esprit (donc à accroitre notre bien-être) et à continuer à traiter l'information de manière fluide puisqu'on s'est mis d'accord sur le problème en question (donc il n'y a pas de blocage). Ainsi nous restons plus adapté à la situation présente. Par exemple plutôt que d'appréhender de devoir rendre quelque chose pour demain et de laisser le problème en suspension, prendre conscience par réflexe qu'il y a un sentiment de confusion qui dérange, et ainsi se mettre d'accord sur le moment de s'y mettre (déja pour ne plus y penser si l'on décide de reporter le problème à un moment défini). Si l'on décide de le traiter maintenant, chercher la peur qui est le plus responsable de cette confusion (comme la peur de rester bloqué sur le devoir qu'on doit rendre, ou encore la manière de s'y prendre) afin d'y voir plus clair et mieux faire face au problème et ne pas le fuir. Pour un problème mineur comme la peur d'avoir oublié de fermer une porte à clé, afin ne pas valoriser aveuglément tout ce qui nous dérange en se forçant à resoudre, juger de la pertinence du problème en question pour voir s'il n'est pas exageré. Si l'on a tendance à trop se prendre la tête avec ce genre de peur, décider non pas de resoudre le problème mais de le rejeter pour s'en libérer sans nourrir notre paranoïa. Bref en gros prendre le réflexe, en se le rappelant périodiquement, de resoudre un problème qui nous dérange, ou de le rejeter s'il n'est pas pertinent, dans le but de rester serein. Par cette discipline, n'echappons nous pas en partie à l'inconscience de pouvoir contrôler notre réalité, cette inconscience causée par le mouvement dispersif de la vie qui nous apprend à accepter tout un tas de situations absurdes ? Merci pour cette lecture !
  12. Bienvenue sur ForumFr r.gsq

      aa
×