Aller au contenu

Ave

Membre
  • Contenus

    23
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Ave

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 02/17/1992

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Mecklembourg-Poméranie Antérieure
  1. C'est vrai qu'un souhait de mourir normalement vient avec une souffrance, ce qui laisse la vie sembler insupportable, independamment du fait s'il y a une cure à la situation. Mais ma perspective était une autre: Il ne faut pas de justification pour mourir et pas du tout une permission. Les médicins et psychologues et tous les sciences peuvent bien dire les chances qu'il y a pour être curé de la souffrance, même s'ils ne savent pas si le traitement fonctionnerait dans le cas spécifique. Il es toujours à la personne à décider s'il veut encore subir les souffrances dont elle souffre. Il est aussi vrai qu'un soulagement peut être seulement sensée quand il y a un sens du contraire ou uns sens en soi-même. Sans corps, on ne peut pas senser, alors il n'y sera jamais un sens de "soulagement" dans le mort. Mais c'est complètement égal. Seulement l'absence des souffrances peut suffire. Dans la mort tout est égal, vraiment et absolument égal, car il n'y a rien. Absolument rien. (Sinon on est religieux, on va bien avoir des images d'une éxistence après la mort, mais c'est une attitude toute personnelle et arbitraire; on ne peut pas considérer cela de toute facon, respectivement c'était déjà considéré quand on accepte que cela est toujours une décision complètement individuelle)
  2. On m'a jamais demandé si je voulait être né - alors pourquoi veut-on m'empêcher de faire la décision après ma naissance et après je suis venu à une conscience, ce qui me rend capable de le questionner?
  3. Ce sont les jeux de la série "Civilization".
  4. Certainement: non. La définition d'une dictature n'est pas égale à la définition du nazisme. À part de cela nazisme n'est jamais quelque chose ce qui est opposé par le peuple. Il peut, mais c'est complètement égal. En fait, Hitler probablement était un des plus populaires politiciens dans son peuple des dernières siècles - au moins pour la durée de sa régime.
  5. Mme Merkel a aussi dit que les comparaisons aux nazis doivent arrêter. Pas les persécutions des dissidents en Turquie, pas la construction d'une dictature là, pas les ménaces permanentes - non ! - les comparaisons aux nazis. On peut penser ce qu'on veut, mais la gouvrnement turc sais appuyer les boutons allemands. À cette heure Erdogan pourrait risquer plus tant qu'il continue ses reproches du nazisme contre les allemands. Drôle ca.
  6. Bienvenue sur ForumFr Ave

      aa
×