Aller au contenu

Pimc

Membre
  • Contenus

    90
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Pimc

  • Rang
    Forumeur en herbe

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. @dentelle de mot pourquoi son hypophyse? Elle est très grande? Toute pleine d'hormone?
  2. « Dieu est, donc l'homme est esclave. L'homme est libre, donc il n'y a point de Dieu. Je défie qui que ce soit de sortir de ce cercle, et maintenant, choisissons. » disait Bakounine. Devant la simplicité un peu ringarde de cette "démonstration" on peut manquer le mot important qui est "choisissons". Bakounine a choisi et pour lui l'homme est libre, et quand bien même celui ci choisirait de se faire esclave de Dieu il n'en resterait pas moins libre. Fondamentalement libre car ce peut être un choix de se faire serviteur.
  3. Ta question est paradoxale car tu pose une contrainte à "la réflexion - aussi libre possible -". Or être libre n'est ce pas se départir au maximum des contraintes : l'oiseau est l'image toujours évoquée pour signifier la liberté car il semble abolir la contrainte gravitationnelle elle même. Être libre, penser librement, c'est sans doute être sois même et penser sois même, à partir de là personne ne peux imposer un postulat métaphysique de base (qu'il soit religieux ou agnostique) à son voisin sous peine de l'amputer de l'étincelle de liberté qui l’habite.
  4. "Quant aux villes du pays que le Seigneur votre Dieu vous donnera en possession, vous n'y laisserez personne en vie" deuteronome 20:16-17 Cela mis à part le grand jihad ne demande pas de tuer et même l'interdit puisque interdire l'assassinat fais partis des 10 commandements des religions "du livre". Ceci est à replacer dans sont contexte historique et la "loi du talion" de l'ancien testament était bien sur en vigueur dans ces sociétés tribales (juives et arabes). L'équivalent du "tu ne tuera point" du coran est assez édifiant en cela qu'on voit tout de suite l'héritage du tribalisme "mecquoi" ou arabe que connut Mahomet : " Et; sauf en droit, ne tuez point la vie qu'Allah a rendu sacrée. Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche [parent] . Que celui-ci ne commette pas d'excès dans le meurtre, car il est déjà assisté (par la loi)". En effet si la vie est sacrée le "droit", la loi tribale que Mahomet a adaptée et déifiée, l'est aussi et permet la vengeance légale (talion) dans le cadre de la famille, du clan, de la tribu et bien sûr par extension dans le cadre de l'Oumma. En gros c'est une mentalité assez proche de celle des corses (XD).
  5. et pourtant... la bêtise semble obéir à cette règle, comme la marée revient toujours selon les mouvements de la lune, les vagues de l'imbécilité s’échoueront toujours là où il y a des hommes. Où pas, après tout l'erreur est humaine.
  6. Ah ah ah... Les guerres de religions à proprement parlé sont très très rares... Israël et le Hamas ne se battent pas parce qu'ils sont respectivement juif et musulman mais à cause de l'antagonisme de leurs intérêts matériels respectifs. Le Nord Soudan VS le Sud Soudan guerre de religion ou guerre pour le pétrole? La déstabilisation au Sahel est il le résultat d'une volonté de suprématie inhérente à l'Islam où bien le résultat de la gabegie de la France-à-frique (Afrique), des trafiques d'armes et de drogues passant par le Sahara, de la présence de ressources comme l'uranium et le pétrole? Je vous propose de lire cette page http://www.monde-dip...3/02/CORM/48760 intitulée "Pour une analyse profane des conflits" un article de G. Corm Et pour ce qui est du jihad il en existe en fait deux : le "petit" qui est la guerre contre les incroyants et le "grand" qui le combat individuel de chacun pour être unn bon musulman.
  7. T'as raison :) L'histoire n'a pas à être un instrument politique... Du coup son opinion se base sur la cartomancie et le PMU? Tous nous savons que les erreurs ne doivent pas se répéter, or sans histoire impossible de comprendre les erreurs passées et donc de les éviter dans le gestion de la cité, la "politique". L'histoire est l'instrument politique par excellence car il requiert l'objectivité et la prise en compte d'innombrables facteurs, exactement comme la politique (non pas la "politique" des JT et des partis, ça ça s'appelle du bizness).
  8. Bonjours je jette un coup d’œil sur ce topic et je m’arrête vite sur ce poste sans doute déjà contredit... D'abord je ne lit pas en diagonale et la "légende" que tu invoque est matérialisée par des pierres tombales dans beaucoup de cimetières français. Premier fait historique l'alliance entre Hitler et Staline n'était pas "tacite" (synonyme d'implicite) mais tout à fait explicite et formelle, elle pris la forme d'un traité signé à Moscou en 1939 et appelé le "pacte germano-soviétique". Deuxième fait historique les premiers organismes dissous par Hitler à son arrivé au pouvoir furent, le parti communiste allemand (après l'incendie du Reichstag le 27 février 1933) et les syndicats de travailleurs par le décret du 2 mai 1933. Troisième fait historique les socialistes (au sens de la première internationale) furent depuis le début le fer de lance de la résistance en France, les immigrés espagnols et italiens, mais aussi les cellules souterraines du PC ainsi que les révolutionnaires de le CGT. Quatrième point la "défaite" ou bataille de Stalingrad prend fin le deux février 1943 soit longtemps après le déclenchement de l’opération "Barbarossa" (22 juin 1941) et le renversement effectif de l'alliance des totalitarismes nazie et soviétique. Tout ceci est facile à vérifier et permet de distinguer le vrais du faux! Tes allégations susmentionnées étant plus stupide que mensongères, fruits de l'inculture d'individus tenant leur filtre idéologique comme l'illumination de la vérité et non comme le brouillard de leur vacuité intellectuelle.
  9. J'ai lu en diagonale le contenu de cet échange et je voudrais ajouter mon point de vu, il ne m'a pas semblé le voir inscrit mais je peux me tromper, je vous pris d’excuser une possible répétition. Je précise que mes connaissances économiques sont extraordinairement lacunaires, j’essaierais donc de ne pas dire trop de bêtises sans promettre pour autant que mon apport sera très constructif. D'abord il me semble qu'il faut faire un point sur étymologie du terme "économie" formé de "oikos" et "nomos", deux termes grecs. "Nomos", "nomoi", signifie "loi" (il existe plusieurs termes pour la loi en ancien grec, "dikè", "thésis", "nomos", qui correspondent à différentes étapes des juridictions de la Grèce antique) et "oikos" signifie la propriété meuble et immeuble du grec, son patrimoine, regroupant la maison, les dépendances, les bêtes, les champs, les objets artisanaux, les esclaves, les travailleurs "prolétaires" à son service, et les personnes de sa famille qui lui sont soumises (femmes et enfants). Economie signifie donc "loi de la propriété" or deux lois me semblent faciles à tirer du concept de propriété, non par mon propre travail mais par celui des historiens et d'un penseur très rarement cité dans les débats économiques. D'une part il faut considérer que nos système politique sont basés sur les modèles grecques classique construit sur la base de la "polis", territoire délimité ayant en son centre urbain un pôle de souveraineté politique (économique, militaire, judiciaire...). Or la "polis" est communément définie comme un "synoikisme", le rassemblement de propriétés privés ayant pour but d'établir des réglementations publiques s'imposant sur l'ensemble des habitants du territoire. On pourrait donc se dire que si la "polis" est un rassemblement de propriétés privés naît du consensus de propriétaires (dans le but sans doutes de protéger leur propriété de menaces extérieures comme intérieures), sa nature exclut intrinsèquement les prolétaires de l'appareil politique. Il ne me semble pas connaitre de système politique qui ne fut pas dirigé part un groupe plus ou moins grand de propriétaires (svp ne citez pas les régime pseudo-communistes dans lesquels les moyens de productions étaient la propriété de l'état, lui même accaparé par un petit groupe que l'on peut considérer comme les propriétaires de fait de l'ensemble des capitaux, forces de production et de coercition; ainsi à "communisme" préférez dorénavant le terme de "capitalisme d'état" pour désigner ce type de régime). D'autre part un certain Proudhon, dans son livre "qu'est ce que la propriété?", démontre l'existence de deux lois qui sont : 1 la propriété privée de l'individu tend en générale à augmenter de façon exponentielle et les propriétés plus grandes phagocytent les propriétés plus petites car le monde étant fini toutes ne peuvent augmenter de façon exponentielles (quelques faillites extraordinaires ne sont que des exceptions, sauf dans le cas de crises comme les invasions, les révolutions, les catastrophes naturelles) ; 2 la propriété permet au propriétaire de s'accaparer le travail du prolétaire car l’absence de moyens de production rend la force de travail du prolétaire inutile, cette lois est énoncée de façon célèbre : "la propriété c'est le vol". Je vous encourage à lire cet ouvrage car je suis dans l'incapacité de reproduire ici la somme des démonstrations mathématiques réalisées par Proudhon. Ainsi la propriété exploite et exclu le prolétaire du pouvoir politique, ce qui lui permet de s’accroître toujours plus. Il me semble donc que la propriété est la cause principale des inégalités économiques, politiques et de toutes les inégalités qui en découlent.
  10. Vote blanc= vote nul et pas abstention En faite j'eus mieux fait de la fermer
  11. Le problème du "bon sens" c'est que ce n'est pas le même pour tous: pour certains appliquer la peine de mort c'est du bon sens pour d'autre c'est totalement absurde.
  12. Certes les citoyens ont sanctionné Sarko mais hollande applique grosso modo la même politique: retraite à 62ans, expulsion des sans papiers, démantèlement des camps roms, règle "d'or" sur les dépenses publique, morale à l'école , amen aux entreprises qui virent et délocalisent... L'alternance n'est que poudre aux yeux, le système donne le choix entre deux grands partis qui ont les mêmes objectifs: l'obtention du pouvoir et la pérennisation du système actuel car celui ci leur permet justement d'accéder au pouvoir.
  13. Et toi tu mérite de l'ouvrir ta gueule? Et moi? La question de ce sujet me semble étrange... Pour ce qui est de la democratie nous n'en sommes pas une puisque le seul pouvoir politique qui est donné aux citoyens c'est de choisir leurs représantants qui eux exercent un pouvoir réel. En gros un esclave qui choisit son maître reste un esclave. Je conseille la vidéo de chouard en première page, c'est un type qui a des idées très intéressantes et très originales.
  14. Pas nécessairement manipulatrice laisse moi rire, entretenir une folie plus ou moins douce dans la tête des fidèle pour assoir son pouvoir si c'est pas de la déstabilisation mentale je veux bien me faire bonne sœur (bonne sœur qui sont coupée pour la plupart du monde extérieur comme dans les sectes les plus mauvaises). Contribution financières pas obligatoire, en voilà une belle blague! Vous avez sûrement entendu parler de la dîme impôt obligatoire que payait le peuple à l'église pendant des siècles et grâce au quel l'église apostolique romaine s'est construit un empire financier précurseur des grandes multinationales d'aujourd'hui. Pour les atteintes à l'intégrité physique tu as parlé toi même des prêtre pédophiles je ne sais pas ce qui te faut de plus. Reçament il y a eut des manifestation violentes de catos intégristes contre une pièce de théâtre ou bien une exposition artistique, tu veux des troubles à l'ordre publique en voilà. Pour les détournement des circuits économiques traditionnels on peut siter la banque du Vatican accusée de blanchiment d'argent donc maintenant tu sais.
  15. Une religion est une secte qui a réussi Au début Mahomet comme Jésus étaient des gourous entourés d'un petit nombre de fidèles qui a grandit par les armes et le prêche. Je pense qu'on peut dire qu'une secte devient une religion quand elle compte des adeptes nombreux dans les couches supérieures de la société, elle n'est plus alors considérée alors comme un groupement d'illuminés mais acceptée comme une composante acceptable et même désirable de cette société.
×