Aller au contenu

-stephanie-

Membre
  • Contenus

    60
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de -stephanie-

  • Rang
    Forumeur en herbe
  • Date de naissance 09/01/1989

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  1. -stephanie-

    Italie et Gréce : la démocratie en danger

    Salut, juste un petit article que je viens de lire Draghi, Papadimos, Monti : le putsch de Goldman Sachs sur l’Europe Mario Draghi est le nouveau patron de la Banque centrale européenne (BCE). Loukas Papadimos vient d’être désigné comme premier ministre grec. Mario Monti est pressenti comme président du conseil italien. Ce sont trois financiers formés aux Etats-Unis, dont deux anciens responsables de la sulfureuse banque Goldman Sachs. Est-il bien raisonnable de recruter les incendiaires comme pompiers ? Explications. Mon premier s’appelle Mario Draghi. Il est diplômé d’économie du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été chargé des privatisations italiennes de 1993 à 2001. Il est devenu gouverneur de la Banque d’Italie en 2006. De 1993 à 2006, il a siégé dans divers conseils d’administration de banques. De 2002 à 2006 il a été vice-président pour l’Europe de Goldman Sachs, la sulfureuse banque d’affaires américaine. Il vient d’être nommé président de la Banque centrale européenne (BCE). Mon second s’appelle Loukas Papadimos. Lui aussi est diplômé du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été professeur à l’Université américaine de Columbia avant de devenir conseiller économique de la Banque de réserve fédérale de Boston. De 1994 à 2002, il a été gouverneur de la Banque de Grèce : poste qu’il occupait quand la Grèce s’est « qualifiée » pour l’euro, grâce à des comptes falsifiés par Goldman Sachs. Puis, il a été vice-président de la Banque centrale européenne (BCE). Il vient d’être nommé, sur pression de l’Union européenne et du G20, premier ministre de Grèce avec le soutien des deux partis dominants. Mon troisième s’appelle Mario Monti. Il est diplôme de l’Université de Yale. Il a étudié le comportement des banques en régime de monopole. Puis il a été durant dix ans commissaire européen, de 1994 à 2004. D’abord « au marché intérieur et aux droits de douane » (ou plutôt à leur suppression) puis à la concurrence. Membre de la Trilatérale et du groupe de Bilderberg – selon Wikipédia – il a été nommé conseiller international de Goldman Sachs en 2005. Il vient d’être nommé sénateur à vie et l’Union européenne et le G20 tentent de l’imposer comme président du conseil italien. Mon tout c’est trois financiers européens (?), trois hommes de la superclasse mondiale, formés dans les universités américaines et étroitement liés à Goldman Sachs. « Government Sachs » : aux commandes de l’Europe ? La banque Goldman Sachs est surnommée aux Etats-Unis « government Sachs » tant elle est influente sur le gouvernement américain. Le secrétaire au Trésor de Clinton, Robert Rubin, qui procéda à la dérégulation financière, venait de Goldman Sachs. Tout comme le secrétaire au Trésor de Bush, Hank Paulson, qui transféra aux Etats les dettes pourries des banques, lors de la crise financière. L’actuel président de Goldman Sachs, Llyod Blankfein, aime à dire qu’il « fait le métier de dieu ». En fait, Goldman Sachs est au cœur de la prédation financière et elle est impliquée dans de nombreux scandales financiers : celui des « subprimes », celui de la tromperie de ses clients (à qui elle recommandait d’acheter des produits financiers sur lesquels elle spéculait à la baisse), celui du maquillage des comptes grecs. Ce sont les hommes de Goldman Sachs qui sont aujourd’hui poussés aux commandes. Par quels moyens ? Et pour quelles fins ? Faire prendre en charge par les peuples les fautes des banques ? Faire sauver l’Amérique par les Européens ? Dans six mois – et sauf imprévu – les Français vont élire un nouveau président de la République : il serait prudent de leur part de demander aux trois principaux candidats (en l’état, François Hollande, Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy) de s’engager à ne pas se faire imposer comme premier ministre un… ancien de chez Goldman Sachs.
  2. -stephanie-

    Pourquoi perdre son temps...

    salut, d'après ton message j'ai cru comprendre que tu pense que les candidats de gauche sont moins libéraux que sarkozy...la bonne blague. le jour où les gens arreteront de voter pour le partie unique (umps pour ceux comprendraient pas) peut être qu'on arrêtera de se faire e .
  3. salut, il me semble que la liberté c'est de choisir librement et consciemment ce à quoi un se soumet. biensur pour les lois de la nature on peut pas choisir.
  4. -stephanie-

    avantages et inconvénient de la religion

    ;)et en plus il a inventé les faux seins...humour quand tu nous tient...
  5. -stephanie-

    avantages et inconvénient de la religion

    c'était une blague imagé un peu gentille histoire d'essayer de faire comprendre une idée... j'ai mis un smillé, il me semble que c'était clair mais bon ça va j'arrête mes blagues, ça fait rire que moi apparemment.
  6. -stephanie-

    avantages et inconvénient de la religion

    bon je préviens j'ai eu un problème de balise fermées ouvertes, je sais pas quoi. donc j'ai viré les balises. excusez la présentation du message. (y a pas le grand carré avec les petits carré dedans) j'ai mis en italique mes réponses. j'espère que c'est compréhensible. "La nature, c'est le hasard et la sélection naturelle.". non c'est soit le hasard soit la sélection naturelle Le hasard, ce sont les mutations aléatoires. je ne pense pas que les mutations soit aléatoire. on peut croire au hasard à deux conditions : - on ne voit que les conséquences sens voir les causes - on ne croit que ce qu'on voit le reste on le suppose inexistant. Je ne dirais pas ça comme ça. - Tu jettes des dés, il y a un tas de causes qui feront que ce soit un tel ou tel résultat, tu ne peux pas le calculer, j'appelle ça le hasard (même si dans ce cas, il est déterministe). - OK tout est plan divin, etc... Mais ça n'explique pas par "quel hasard" il y a un Dieu donc tu reconnais que ce que tu appelle le hasard est en fait une multitude de causes agissent simultanément, avec une importance plus au moins grande, en ayant des conséquences plus ou moins contradictoires, et que étant donnée que tu as un trop "petit cerveau" pour tout analyser tu ne comprends pas les causes et que puisque ça "t'emmerde" de pas comprendre tu préfère dire que tout ça n'a pas de sens alors que ça en à un? après je suis d'accord c'est à chacun de trouver un sens à ça vie : certains peuvent le trouver dans la foi Et je n'y vois aucun problème, je respecte les croyants. dieu est silencieux, oui. est il absent? il serait plus juste de dire que toi, personnellement tu n'arrive pas concevoir cette idée (je suppose que tu n'y voit pas d'utilité?). C'est pas ça, c'est que les religieux ont tellement repoussé Dieu en dehors de notre Univers pour qu'il colle avec l'observation qu'on a de notre monde, que, s'il existe ou pas, ça devient la même chose. donc tu n'y vois pas d'intérêt, donc tu choisis de ne pas y croire. c'est en ça que ton raisonnement est moderne, matérialiste, individualiste..... tu ne pense et tu ne conçois que ce qui pourrait avoir une utilité (matérialisme) pour t'as vie (matérialisme) personnelle (individualisme). utilité = matérialisme vie = matérialisme personnelle = individualisme on peut penser que tout les hommes (...) sont tous, de manière égale soumit à quelque chose qui leur est supérieur. j'appelle ça dieu, car je suis quelqu'un de logique (une cause = une conséquence Si tu es quelqu'un de logique pour qui une cause = une conséquence, qu'est ce qui a causé Dieu ? Et si Dieu dit rien et ne se manifeste pas, comment être soumis à lui ? Et si ton Dieu à toi n'est pas le même que les dieux des gens qui sont au-dessous de toi, qui a raison ? Autant de questions qui me confortent dans l'idée de la laïcité. rien n'a causé dieu puisque il est à la fois sa propre cause et conséquence (il se suffit en lui même, il n'a pas besoin de cause pour être), et qu'il n'y a rien avant lui ni après lui (dans le temps et dans l'espace) puisqu'il n'est ni soumis au temps ni à l'espace ni à d'autres dimensions que nous ne connaissons même pas. a priori dieu s'est déjà manifesté au travers des prophètes. vue que les prophètes ne sont que des hommes ils ont peut être involontairement modifié le message que dieu leur avait donné. donc la soumission à dieu est quasiment impossible au vu de nos connaissances. c'est pour ça que je te répondrai que la soumission à dieu est à la fois le chemin et le but. le but car c'est ce que tu souhaite atteindre, le chemin parce que quand tu penses te soumettre à dieu ça n'ait peut être pas le cas. mais bon t'essaies quand même. je pense que dans la vie le tout n'est pas d'y arriver c'est d'au moins se donner les moyens d'essayer d'y arriver. les religions sont différentes mais l'idée de dieu, la croyance reste groso-merdo la même. même si les gens ne conçoivent pas dieu de la même manière ça ne l'empêche pas d'exister. "la vérité est un éléphant touché par trois aveugles. le premier touche la trombe et dit : c'est un serpent ; le deuxième touche une patte et dit : c'est un arbre ; le troisième touche la queue et dit : c'est un ver de terre" tu vois bien que tous les trois se trompent, que tous les trois ont touché la vérité, et que même si personne n'a comprit que c'était un éléphant au final l'éléphant existe quand même. donc dans la forme toutes les religions ont tords et dans le fond elles ont toutes également raison. imagine que là un quatrième aveugle arrive et dit : "vous dites que des conneries : le serpent, l'arbre et le ver de terre n'existe pas.". et ben lui c'est l'athée : il a rien touché du tout et il a rien comprit le pauvre.:D
  7. -stephanie-

    avantages et inconvénient de la religion

    C'est ton interprétation et je ne m'y retrouve pas du tout. Non, la religion, c'est une idéologie avec sa dogmatique, comme les autres. C'est surtout comme ça qu'on a créé des bains de sang !Le christianisme est un échec. L’islam est un échec. Le communisme est un échec. Le capitalisme est un échec. Pas vraiment. La nature, c'est le hasard et la sélection naturelle. On peut souhaiter la liberté sans être utopique. Dieu ne donne pas de sens, c'est à chacun de trouver un sens à sa vie. Mais le gros problème de la soumission à Dieu, c'est qu'Il est silencieux, Il est absent. On se retrouve au final obligé à se soumettre à des hommes, ceux qui ont écrit des textes "saints", ceux qui les interprètent, ceux qui se disent messagers, ministres, exécutifs, porte-parole, représentants - et avec l'infaillibilité qui va avec - donc "se soumettre à Dieu", ça ne veut rien dire du tout, on fini toujours soumis à une autorité humaine, qu'on en soit conscient ou pas. Moi, je préfère en être conscient.Bonne journée. bonjour, je me permet de commenter deux ou trois détails. "La nature, c'est le hasard et la sélection naturelle.". non c'est soit le hasard soit la sélection naturelle : la sélection naturelle ne se fait pas au hasard, elle se fait en fonction des capacités d'une l'espèce. ça ne laisse pas de place au hasard : par exemple, lors d'un changement climatique certains individus d'une même espèce seront mieux adaptés et survivront, les autre disparaitront. ça n'est pas le hasard : c'est une cause (changement climatique) et une conséquence (survie d'une seule partie de l'espèce en fonction de critères bien définit). on peut croire au hasard à deux conditions : - on ne voit que les conséquences sens voir les causes - on ne croit que ce qu'on voit le reste on le suppose inexistant. après je suis d'accord c'est à chacun de trouver un sens à ça vie : certains peuvent le trouver dans la foi, ça n'est pas une obligation mais c'est un droit, une liberté et je souhaite comme toi la liberté.:) dieu est silencieux, oui. est il absent? il serait plus juste de dire que toi, personnellement tu n'arrive pas concevoir cette idée (je suppose que tu n'y voit pas d'utilité?). en effet, on finit toujours soumit à des hommes. (c'est comme ça, ça s'appelle vivre en société). après on peut penser que tout les hommes quelque soit leur place dans cette société (et donc quelque soit leur degré de soumission vis à vis des autres hommes) sont tous, de manière égale soumit à quelque chose qui leur est supérieur. j'appelle ça dieu, car je suis quelqu'un de logique (une cause = une conséquence (même si la cause semble abstraite)). tu peux appeler ça le hasard ( tu accepte les conséquences sens les causes, chacun sa logique, je respecte même si je comprend pas). en effet, qu'on ait conscience ou pas d'être soumis à des hommes, on l'est de toutes manières, la conscience n'y change rien. le fait de vouloir essayer de se soumettre à quelque chose de supérieur (et silencieux, et invisible) n'enlève pas le fait d'être conscient de vivre en société et toute la soumission vis à vis des autres hommes que cela comporte. par contre cela peut permettre de relativiser, d'avoir plus de recul sur cette soumission et même dans prendre plus conscience. voilà, j'ai fini. bonne soirée à toi.
  8. -stephanie-

    L'histoire de l'Athéisme

    l'athée ne conçoit que ce que j'appelle "la science des choses matérielles" ou science moderne. par "choses matérielles" j'entend tout ce qui est quantifiable, tout ce à quoi on peut donner une unité de mesure (mètre, gramme, calorie, mètre/seconde ...). le croyant est capable de concevoir qu'il existe des choses non quantifiable (dieu, l'âme...). les religions sont donc "des sciences des choses immatérielles". cela n'empèchera pas aux croyants de reconnaitre l'existence ou l'intérêt des choses matérielles. l'athéisme n'a prie son essor qu'au moment où le matérialisme est apparue, ce qui est logique puisque l'un ne va pas sens l'autre. (biensur il existait des cas exceptionnels avant) C'est une vision par trop inexacte. Un scientifique, athée ou non, accepte beaucoup de choses qu'il ne pourra jamais quantifier avec certitude. Par exemple, en astrophysique on parle de matière noire et de masse manquante. 9/10e de l'Univers visible serait constitué d'une matière noire jamais observée... En outre, on accepte, toujours en astrophysique que l'Univers s'étend au-delà de l'Univers observable, la partie inobservable derait plus grande que la partie observable de centaines d'ordres de grandeur. De même, la notion de vide, de dimension, de temps sont acceptées alors qu'en physique quantique ils n'existent pas. L'Univers n'est pas séparable selon les expériences sur l'intrication quantique, donc : tout n'est que quantité d'informations. L'athée qui croit aux sciences croit donc en des choses qu'il ne pourra jamais voir, en des choses qu'il croit voir mais que la science lui démontre que ce sont des illusions produites par lui-même (dimension, temps, matière, couleur, odeur, saveur, goût etc.). Quand à l'âme etc., nous sommes d'accords que la science a prouvé que son existence n'est pas nécessaire pour expliquer quoi que ce soit dans un organisme biologique. Si nous pouvions constituer Claudia Schiffer particule par particule, elle serait l'exacte clone quantique de l'originale et vivante... le problème n'est pas de quantifier avec certitude ou sens certitudes, le problème c'est de n'accepter que des choses quantifiables ou possiblement quantifiables (peut importe la marge d'erreur). matière noire, masse manquante : qu'elle soit noire ou manquante ou invisible ou jamais observée (pour l'instant mais on pense qu'elle le sera un jour) ou ce que tu veux ça reste interprété comme de la matière et dans ce cas là l'athée l'accepte. il y a plein de chose qu'on ne peut pas voir mais auxquelles on peut donner des unités de mesure : air (concentration des différents gaz, mouvement dans l'espace...), les réactions chimiques se produisant à l'intérieur du corps (masse moléculaire des molécules inter-agissants, vitesse des réactions selon qu'il y est un catalyseur ou pas...), l'apesanteur (on voit le résultat mais pas la cause elle même). la science veut expliquer se qui se passe dans un organisme. organisme = atomes = molécules = tissus...bref l'organisme c'est la partie matérielle d'une personne. son âme est sa partie immatérielle. donc tu es d'accord avec moi pour dire que la science moderne ne s'intéresse qu'aux choses matérielles : le reste est soit inexistant soit inintéressant. particule par particule : soit matière par matière. et une fois que tu as recréé de manière identique un tas de matière, pense tu que l'âme qui si logera sera la même?
  9. -stephanie-

    L'histoire de l'Athéisme

    Je ne sais pas quand le matérialisme est apparu, mais Démocrite, un des plus célèbres matérialistes, c'était 4 siècles avant JC, période où l'athéisme était marginal. L'athéisme s'est surtout développé aux XVIIIème/XIXème siècles. biensur il existait des cas exceptionnels avant.
  10. -stephanie-

    L'histoire de l'Athéisme

    l'athée ne conçoit que ce que j'appelle "la science des choses matérielles" ou science moderne. par "choses matérielles" j'entend tout ce qui est quantifiable, tout ce à quoi on peut donner une unité de mesure (mètre, gramme, calorie, mètre/seconde ...). le croyant est capable de concevoir qu'il existe des choses non quantifiable (dieu, l'âme...). les religions sont donc "des sciences des choses immatérielles". cela n'empèchera pas aux croyants de reconnaitre l'existence ou l'intérêt des choses matérielles. l'athéisme n'a prie son essor qu'au moment où le matérialisme est apparue, ce qui est logique puisque l'un ne va pas sens l'autre. (biensur il existait des cas exceptionnels avant)
  11. -stephanie-

    avantages et inconvénient de la religion

    je cite ton message parce qu'en deux lignes tu as réussi à résumer toute la mentalité moderniste, laïciste et individualiste (je fais ce que je veux même si c'est n'importe quoi, je suis soumis à la société de consommation, à mon patron mais surtout pas à quelque chose d'immatériel, l'immatériel n'existe pas, dieu n'existe pas....). c'est impressionnent. la religion est au dessus d'un idéal. (exemple d'idéal : société capitaliste, communiste....bref rien à voir avec la religion). mais bon c'est vrai qu'on confond souvent les deux quand on est laïque. tu es anti-idéaliste... super : c'est comme ça qu'on a fait avancer le monde, qu'on a créé des civilisations : en ne suivant strictement aucun idéal... stabilité et fixation... rapport avec la saucisse...la stabilité permet la continuité, l'ordre, la logique, elle donne un sens à une vie personnelle, à un peuple, à une société, à une civilisation. l'instabilité, qu'est ce que ça peut apporter? dans t'as vie personnelle par exemple : trois divorces, 6 licenciements, 8 déménagements...chouette alors qu'est ce qu'on s'amuse.... la nature c'est la stabilité : elle obéie à des règles, à des lois immuables; les mouvements, les changements sont ordonnés et logiques, ils ont un sens. ce sens ne change pas : tout dans l'univers à sa raison d'être, rien n'est laissé au hasard. botter l'arrière-train d'un dictateur, biensur c'est extrêmement facile : il suffit juste de risquer ça vie pour un idéal. oups...tu n'en as pas. "l'athéisme c'est vivre debout"??? non c'est vivre soumi à autre chose que dieu : cela peut être la nature (vivre comme un animal, dans une grotte, sans amis, sans amour, sans art, en mangent par terre comme un chien), un autre homme (dictature), à une matière (l'argent), ou tout simplement à ses instincts (en gros la nourriture et le sexe). c'est pas joli, joli. mieux vaut être soumis à dieu, c'est à dire à ce qui donne sens à toutes choses.
  12. -stephanie-

    Débat sur les homos : des milliers de fidèles quittent l'Eglise

    je part de trois principes : une personne ne se résume pas à sa sexualité. on peut juger et condamner seuls les choix d'une personne peuvent mener à sa condamnation donc : un homosexuel n'est pas seulement un homosexuel je pense que l'homosexualité est une déviance/maladie l'homosexualité n'est pas un choix donc en gros, je juge la pratique comme étant anormale, et la personne non responsable donc pas condamnable (et je suppose qu'elle possède d'autres "caractéristiques" hautement plus intéressantes que sa sexualité). par contre un personne (hétéro ou homo) qui encourage la reconnaissance d'une déviance comme étant la norme, elle est condamnable : car elle choisi volontairement, consciemment, de défendre quelque chose qui n'a pas à l'être. je sais pas si je me suis exprimer correctement. (personnellement, j'essaie de me juger le plus honnêtement possible, et quand je trouve quelque chose qui ne va pas je me condamne à essayer de modifier/supprimer cette chose, ou au moins à ne pas la mètre en avant) pour conclure : "aimer son prochain" oui, mais tu sais ce qu'on dit? "qui aime bien châtie bien"
  13. -stephanie-

    Débat sur les homos : des milliers de fidèles quittent l'Eglise

    j'ai pas suivie le raisonnement : depuis quand les croyants n'ont pas de rapports sexuels??? tu les fais comment les enfants toi? le sexe est autorisé dans le cadre du mariage, il n'a jamais été interdit. en quoi ça dérange si certaines personnes n'ont pas envie ou besoin d'avoir une vie sexuelle? en quoi "les homo aiment faire l'amour" est un argument? (remarque : la sexualité pour la sexualité n'est qu'un plaisir matérialiste mis en valeur par notre société de consommation.)
  14. -stephanie-

    Débat sur les homos : des milliers de fidèles quittent l'Eglise

    aimer son prochain ça ne veut pas dire cautionner, trouver normal, ou même valoriser tout ce qu'il fait...
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité