Aller au contenu

azaZO

Membre
  • Contenus

    17
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de azaZO

  • Rang
    Forumeur balbutiant

Informations Personnelles

  • Pays
  1. C'est parfaitement faux. Il y a très peu d'immigrés à la CGT, et pas énormément non plus au PCF. Et s'il y a bien un parti et un syndicat qui se soucient des Français mal payés, c'est bien ceux-là.
  2. Les Arnault, les Dassault, les Sarkozy, les richards de père en fils. les parents et grands-parents de nos dirigeants dirigeaient déjà la France en 40. Ils s'allongeaient devant l'Allemagne à l'époque, aujourd'hui les dirigeants s'allongent devant l'Amérique. Le peuple français et le peuple algérien doivent se souder contre eux, et contre le gouvernement algérien.
  3. Je parie que ce mot d'ordre a été activé par le gouvernement, ou par ses relais nationalistes dans la population, pas par le peuple qui s'en fout. T'as raison, faut pas ressasser : faut éclairer les événements. C'est pas parce qu'on décide de faire un trait sur le passé que le passé ne continue pas de dicter nos gestes. Il faut éclairer nos gestes et ceux des autres pour comprendre où on en est, et de quel poids le passé pèse.
  4. Oui, c'est vrai. Alors il faut qu'ils se mettent à penser. Et pour ça faut que de plus en plus de gens, algériens, français ou d'ailleurs, se mettent à comprendre qui sont les responsables de la misère et de l'acculturation des peuples.
  5. Qu'est-ce qui te soulagerait vraiment, qu'ils cessent de pratiquer leur foi ? L'important n'est-il pas qu'ils la pratiquent pacifiquement ? C'est ça que ça voulait dire, cette histoire d'"enjamber", qu'ils ne font de tort à personne, alors foutons leur la paix.
  6. ça n'a rien à voir avec la France ? Ouh la, faut se mettre à potasser son histoire et sa géographie, l'ami. L'occupation de l'Algérie par les Français de 1830 à 1962, ça a rien à voir ? La guerre contre ceux qui demandaient leur indépendance (comme tout le monde) pendant 8 ans, rien à voir ? L'immigration algérienne massive voulue par les élites françaises à partir de la fin des années 60, rien à voir ? La ghettoïsation des immigrés, rien à voir ? Et, last but not least : Le soutien militaire et financier de la France à l'Etat algérien depuis l'indépendance, dont l'Etat algérien se sert pour écraser son peuple, l'humilier, le rendre misérable et créer les conditions de son désir d'exil... Rien à voir ? La chose à savoir, concernant l'Algérie et tous les pays africains, c'est que la France est matériellement complice de toutes les dictatures dans ses anciennes colonies. Donc, être algérien et brûler le drapeau français en France, ça a du sens (même si c'est pas celui que lui donne l'Algérien français, qui fait surtout ça pour avoir le sentiment qu'il fait partie d'un peuple, mais ça rejoint évidemment tout le reste.)
  7. Non ça n'a rien à voir. Les Algériens qui ont brûlé le drapeau n'ont pas spécialement envie de cogner leur voisin français. Ils disent (maladroitement, sans doute) quelque chose non pas sur la France mais sur leur pays, ou plutôt sur l'absence de leur pays, qui n'existe pas encore parce que les élites algériennes empêchent le peuple algérien d'exister autrement qu'en étant soumis à ses diktats.
  8. Selon les organisateurs de l'apéro saucisson-pinard, l'islam a chassé porc et alcool du quartier parisien de la Goutte-d'Or. Reportage. Rue89 ne recule devant rien. La lecture d'un énorme dossier [1] (76 articles ! ) sur la Goutte-d'Or mettant en garde contre ce quartier « dangereux » et « islamisé » sur le blog de Riposte Laïque, l'un des mouvements à l'initiative du fameux apéro saucisson-pinard (interdit par la préfecture [2]), ne nous a pas empêchés d'aller faire un tour dans ce Kandahar parisien. Les « enquêteurs » de Riposte Laïque, après « 36 semaines » d'investigation, apportent ces effarantes conclusions : « Pour les femmes intégristes, c'est un véritable défilé de mode, allant du hijab à la burqa, en passant par le jilbab, le tchador, le niqab, le sitar. [¿] Les hommes intégristes, par contre, portent presque tous la même tenue, le kamis, une sorte de robe blanche, déclinée en deux modèles. » « Comme en Iran, comme en Somalie, comme au Soudan, une milice religieuse musulmane contrôle plusieurs rues du quartier Barbès, et une partie d'un grand boulevard parisien ! » « Une personne digne de foi a déclaré à l'auteur avoir entendu, en passant un lundi vers midi dans la rue Myrha¿ l'appel du muezzin. » Il serait trop long de citer tous les résultats de l'enquête, menée par un certain Maxime Lépante, dont la plupart des interlocuteurs sont anonymes. Sans doute la peur d'être poursuivis par les dangereux barbus de la Goutte-d'Or. La « déferlante musulmane » de la Goutte-d'Or L'organisatrice de l'apéro saucisson a également pris soin de protéger son identité. Sur sa page Facebook (supprimée), cette « Sylvie François » -un pseudo évidemment- affirme qu'elle vit à la Goutte-d'Or et, dans une longue interview à Riposte Laïque [3], fait ce témoignage édifiant : « Cher Monsieur, trouver du pinard et du saucisson à la Goutte-d'Or, depuis un certain temps, relève de l'exploit ! Je ne vous parle même pas de pouvoir en consommer au troquet du coin¿ La déferlante musulmane dans le quartier est en train de nous imposer la prohibition islamique des produits de nos terroirs, parce qu'ils ne sont pas conformes à je ne sais quelle règle religieuse ! » A la Goutte-d'Or, il y a, c'est vrai, de nombreux musulmans. Des barbus, des voilées et la majorité sans signes distinctifs. Discussion avec un homme d'environ 50 ans, rasé de près : « Vous buvez ? - Plus une goutte depuis 30 ans. - Ah. Vous avez arrêté de boire parce que vous vous êtes réfugié dans la religion ? - Non, parce que j'ai changé de job. Quand j'étais garçon de café, j'étais saoul tout le temps. Je suis éc¿uré par l'odeur maintenant. - éa vous choque les gens qui boivent ? - Non, je vais vous raconter. Boumediene [4] disait : ¿Je construit un bistrot et une mosquée. Le bistrot pour ceux qui veulent boire et la mosquée pour ceux qui veulent prier.¿ Je pense pareil. » A la Goutte-d'Or, on trouve rillettes, pâté et saucisson La Goutte-d'Or ressemble un peu à ça. Rue Myrha, aux abords de la mosquée, de nombreux bars. Proposent-ils de l'alcool ? Lorsqu'ils ne sont pas halal -ce qui est souvent le cas- oui. Proposent-ils du saucisson ? Oui. Si Sylvie François a du mal à trouver du saucisson, une adresse à la Goutte-d'Or la ravira : la charcuterie Au Cochon d'or, à l'angle de la rue des Poissonniers et de la rue Dejean. Soit à quelques minutes de la mosquée. Au restaurant Les Trois Frères, on propose rillettes, pâté et saucisson et même des côtes de porc en plat du jour. Le bar est superbement fourni. Bon, concédons à Riposte Laïque qu'il y a aussi du couscous et du thé à la menthe. En tout, il y a au moins une dizaine de bars et autres débits d'alcool et de saucisson dans le quartier (4 ou 5 rues). Si la mystérieuse Sylvie François était plus attentive à sa vie de quartier, elle saurait que des apéros de quartier (avec du pinard et du saucisson, oui ! ) sont parfois organisés, que les riverains picolent dehors tous les ans à l'occasion du parcours du vin blanc [5]¿ Les prières du vendredi ne dérangent que le vendredi Les habitants du quartier étant majoritairement issus de l'immigration maghrébine et africaine, les boucheries halal, les épiceries africaines et les restaurants proposant des spécialités « pas françaises » ont fleuri ces dernières décennies. Naturellement, répond Ahmed, un habitant : « Mon boucher, par exemple. Un jour, j'ai appris que sa viande n'était pas halal du tout. Je lui ai dit : ¿Mais t'es un enculé, pourquoi tu écris halal sur ta boucherie ? ¿ Il m'a dit que c'était du commerce. J'ai fini par comprendre. Honnêtement, c'est vrai qu'il y a pas de choucroute dans le quartier, mais si tu veux une choucroute, marche un peu et tu en trouveras, c'est pas dramatique. » Claude (prénom modifié) vit à la Goutte-d'Or depuis les années 70. Elle remarque que les barbes sont plus nombreuses mais s'étonne de l'organisation de l'apéro saucisson : « C'est quand même une provocation cet apéro. Est-ce qu'on va secouer une ruche pleine d'abeilles ? Non. Alors là, il vaut mieux s'abstenir parce que les prières du vendredi, elles dérangent, mais uniquement le vendredi. » En effet, les riverains de la rue Myrha n'apprécient pas forcément que la rue soit bloquée deux heures le vendredi après-midi. Un jeune homme avoue son embarras : « Voyez. Je suis musulman mais je vous assure, entendre ¿Allah Akbar¿ dans la rue, ça me gêne, l'islam doit être discret. Surtout en ce moment¿ » Les mosquées de la Goutte-d'Or sont surpeuplées Le responsable de la mosquée, lassé de répondre aux journalistes, ne veut pas nous répondre. Il préfère nous convier à une conférence de presse prévue prochainement. Devant le bâtiment, un rez-de-chaussée plutôt modeste pour un lieu de culte, un fidèle se justifie : « Vous croyez quoi ? Si on prie dehors le vendredi, c'est parce qu'il n'y a pas de place dedans ! Tout simplement. Les deux mosquées du quartier sont trop petites. » Dans une grande confusion, quatre habitués de la mosquée tentent de savoir qui a organisé l'apéro. L'un avance que c'est un coup classique de l'extrême droite. L'autre que c'est la gauche. Le troisième prétend que ce sont les sionistes pour faire oublier Gaza. Le dernier, propriétaire d'une pizzeria dans le quartier, s'excuse d'exister : « Je vous assure, je ne vais à la mosquée que le vendredi. Je suis tolérant, je respecte les autres. » Les mosquées de la Goutte-d'Or sont de plus en plus fréquentées depuis la fermeture de la mosquée de Tanger dans le XIXe arrondissement. Dans l'attente de l'ouverture d'un lieu de culte plus important en 2012, les responsables des mosquées essayent de calmer le jeu. (Voir le reportage de Bakchich) Contrairement à ce qu'affirme Riposte Laïque, les femmes ne sont pas empêchées de traverser la rue Myrha pendant la prière. Des passantes ont même pu enjamber les fidèles sans plus d'encombres. L'apéro n'aura pas lieu. Sa tenue aurait été créatrice « de risques graves de troubles à l'ordre public » a jugé la préfecture de police de Paris. Nul besoin de ce type d'événement pour « rendre à ce quartier son âme populaire ». Il ne l'a pas perdue.
  9. Oui, que de nervosité. Les Algériens, c'est parce qu'ils ne savent pas de quoi être fier : leur classe dominante les écrase sous son talon de fer depuis l'indépendance, et avant c'étaient les Français. Bref, c'est un peuple qui n'existe pas encore et qui rêve d'exister. Les Français, ça a existé, mais avec la soumission à la worldculture d'origine américaine, on ne sait plus non plus tellement ce que c'est. Drucker ? Sarkozy ? Aubry ? Le Pen ? Non, un peuple ça ne peut pas être ses représentants, ça ne peut être que lui-même, ses champs, ses cafés, ses chansons. D'ailleurs, un Algérien de base ressemble plus à un Français de base qu'un Français de base à un Français de la haute. Le malheur c'est que l'Algérien de base et le Français de base ne le savent pas encore. Mais quand ça viendra, alors là...
  10. Ne vous trompez pas d'ennemi, les amis. Allez, bonne journée !
  11. T'es trop aigri pour comprendre ce qui se passe, l'ami. Ecoute plutôt ça l'ami.
×