Aller au contenu

Odyssea

Membre
  • Contenus

    24
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Odyssea

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 11/16/1972

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  1. Tu ne verras peut-être pas ce mot, A., mais je te souhaite un bon anniversaire, si c'est bien le 16 novembre. Un pas de plus en avant ; quoique les nombres ne sont que des conventions sociales. Mais parfois, ils sont beaux.

      aa
  2. "C'est à cause que tout doit finir que tout est si beau." C-F Ramuz -Adieu à beaucoup de personnages-
  3. Namasté Attchibhatt, Connais-tu Jean-Dominique Bauby, auteur du livre "le scaphandre et le papillon"? En voici le lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Scaphandre_et_le_Papillon Je te joins également la bande annonce du film réalisé par la suite : Nous en reparlerons si tu le souhaites, je te comprends plus que tu ne le crois. Si un jour tu le désires, sache que ma boîte privée t'est ouverte papillon.
  4. A Attchibhatt, Redressez-vous, levez la tête et mouchez votre nez, plier genou ne vous mènera pas bien loin. Si vous souhaitez apprendre à tous ces gens comment devenir un guerrier pacifique (guerrier en esprit, pacifique dans le coeur) vous devez vous-même atteindre le sommet afin de ne pas les tromper et leur offrir autre chose que de belles paroles semées à tout vent. Elles les éblouiront mais ne germeront pas, vous ne feriez que perdre votre temps. Voyez comme nombreux sont ceux qui ont besoin de ce que vous avez à apporter. Parlez avec eux, offrez-leur ce dont ils ont besoin, et avouez votre souffrance car cela vous rend plus humain¿ mais ne vous érigez pas en maître, ne tombez pas dans le piège de la séduction et du besoin de reconnaissance car vous savez comme moi que ce sont des réminiscences de cet ego qu'il vous tient tant à c¿ur de combattre. Et surtout, ne fustigez pas ceux qui ne succombent pas au miel de vos idées, car il n'existe nulle vérité qui ne soit erreur en sursis. Notre monde est une jungle, il est nécessaire de puiser en sa force intérieure pour l'affronter car il n'est pas toujours possible de tout embrasser. Les méthodes de méditation diverses, de yogas ou de sophrologie, permettent à chacun de se ressourcer, mais en aucun cas elles ne doivent diminuer la puissance du guerrier. Voici la définition des nouveaux guerriers : " Au premier niveau, ils (ces nouveaux guerriers) représentent ceux qui assument leur agressivité et qui acceptent la nécessité des conflits. Mais ils recherchent, au-delà de leurs luttes et leurs stress, l'idéal de la maîtrise de soi dans l'espoir de trouver du sens au travers de leur action. " Celle de Millman : " Lorsque le corps, entièrement détendu et plein d'énergie, est sensible et ouvert à la vie; [...] lorsque les émotions, libérées de toute tension gênante, se manifestent comme pure émotion; [...] lorsque le mental, libéré des distractions internes n'est plus que pure attention à l'instant présent [...] un déclic se produit. C'est le satori, un état que connaissent occasionnellement tous les athlètes, les artistes, les musiciens, etc. " Celle de Castanéda " La différence entre un guerrier et une personne ordinaire, c'est que le guerrier voit tout comme un défi, une opportunité de grandir, alors que la personne ordinaire voit tout ce qui lui arrive comme une chance ou une malédiction. Le guerrier ne croit ni à la chance ni à la malédiction. Il prend complètement en charge ce qui lui arrive. " Et celle d'Anguttara-nikâya " Guerriers, nous nous appelons guerriers. Nous nous battons pour la haute vertu, pour les grandes causes, pour la sagesse suprême, et c'est pourquoi nous nous appelons guerriers... " Sachez que je ne m'adresse qu'à votre esprit, d'égal à égal. J'assume pleinement mes propos et le regard des autres m'importe peu, alors au-delà des apparences prenez ce que je viens de vous apporter et réfléchissez-y dans votre intimité. Vous savez qu'une leçon se répètera toujours jusqu'à ce qu'elle soit intégrée ; descendez de votre propre pied d'estal ou devenez irréprochable, mais surtout, réveillez le guerrier qui est en vous pour ne pas vous effondrer à la première difficulté. Je te souhaite beaucoup de plaisir dans tes échanges en ce lieu qu'il serait regrettable que tu quittes.. Mon esprit est certain d'avoir exprimé ce qu'il devait, mon c¿ur espère ne pas t'avoir trop blessé. (le « tu » s'adresse à ton c¿ur, le « vous » à ton esprit, puisses-tu saisir cette distinction)
  5. A Karbomine... Bien sur que tu existes pour moi Karbomine¿ Et je crois en toi, en ta puissance intérieure, en ce feu qui te brûle et te consume, mais que tu apprendras à maîtriser avec le temps pour en faire ta force invincible. Transforme tes épreuves en cadeaux, peu savent le faire, mais tu appartiens à cette infime minorité qui possède ce pouvoir. L'amour est tout ce qui nous porte, je sais et je sens ce qui te manque, mais aucun de nous ne pourra jamais combler ce vide, toi seule possède la clé qui t'ouvrira la porte de tous les possibles, ne la cherche en aucun de nous. Une seule vérité, aussi dure qu'elle puisse paraître : « Tu es née seule, tu vivras seule et tu mourras seule, les autres ne font que t'accompagner ». Ce n'est pas triste, nous sommes tous enchaînés à ce même monde de l'incohérence et de la mort, mais nous pouvons devenir la morsure qui donne un sens au néant. Ne deviens jamais l'esclave de personne, ni de la société, ni de toi-même, et fiche-toi des jugements extérieurs. Prends la place que tu veux car tu as le droit de t'appartenir. Tant que tu sauras reconnaître l'illusion tu seras toujours supérieure à ceux qui te méprisent, et souviens-toi que ce mal qui te ronge est ton génie. Dépasse l'ennui, la peur, le monde, l'ailleurs et ce que l'on dit du temps. N'oublie jamais l'amour, mais ne t'y perds pas, apprend à reconnaître celui qui se donne par besoin de celui qui se donne par envie. Je ne travaille pas dans l'ombre mais pour la lumière, et ton destin sera le mien. Oublie ces livres, ils ne te seront d'aucune utilité, sers t-en pour apprendre ce que tu as à prendre, mais tu n'as rien à prouver à personne, nous finirons tous de la même façon quoiqu'il arrive. Alors vis, respire, fais exploser toutes tes couleurs, tu n'en auras qu'une de vie, ne perds pas ton temps à chercher ce qui est déjà en toi. Ne confonds pas sensibilité et sensiblerie, applique ce poème de Jean-Pierre Rosnay au quotidien, redresse la tête et sois fière, ne laisse jamais personne t'amener là où tu ne dois pas aller. Deviens une guerrière jolie fille, quand ta main se tend que celui qui la prend en saisisse toute la valeur, ne donne pas pour donner mais pèse chacun de tes gestes. Fuis le spectre de la culpabilité, crée ton propre code de l'honneur et n'y déroge jamais, peu importe les autres, ils ne sont pas toi. Alors ne vend jamais ton âme au diable et regarde-toi chaque jour bien en face dans ton miroir. Trouve l'homéostasie entre le dedans et le dehors, renforce ton mental et donne-lui la puissance qu'il mérite¿ Et pense à ces paroles du Zohar : « Si tu veux, tu le pourras. Fils de l'homme, regarde ! Contemple la lumière de la présence qui réside dans tout l'existant ! Contemple la force joyeuse de la vie des mondes d'en haut ! Vois comment elle descend et imprègne toute parcelle de vie que tu perçois avec tes yeux de chair et tes yeux de l'esprit. Contemple les merveilles de la création et la Source de tout vivant qui rythme chaque créature. Apprends à te connaître. Apprends à connaître le monde, ton monde. Découvre la logique de ton c¿ur et les sentiments de ta raison ! Ressens les vibrations de la Source de la vie qui est au plus profond de toi et au-dessus de toi et tout autour de toi. L'amour qui brûle en toi, fais-le monter vers sa racine puissante, étends-le à toute l'âme de tous les mondes. Regarde les lumières... Regarde à l'intérieur des lumières... Monte et monte Car tu possèdes une force puissante. Tu as des ailes de vent, de nobles ailes d'aigle... Ne les renie pas de peur qu'elles te renient. Recherche-les et immédiatement elles te trouveront.... » Il ne s'agit pas de poésie ni de mots ma belle, il s'agit de toi. N'oublie jamais, personne ne peut faire plus que toi pour toi, aucun d'entre nous ne pourra te porter. Nous pourrons te protéger un instant, nous pourrons t'épauler, te réchauffer, te consoler, mais rien de plus. Tu ne dois pas avoir peur de la route, car derrière toute peur se cache un désir. Les ombres du soir et ces monstruosités infâmes qui effrayaient tant le poète tu peux les maîtriser, tu peux les dépasser et les regarder de loin, de haut¿ les aigles ne vivent pas au fond des trous, ils dominent le ciel. Et si je t'aime tant c'est parce que je les vois tes ailes, et il est grand temps que tu les déploies pour noircir les pages de ce grand livre d'aventure que tu tiens entre tes mains. Ta vie sera ce que tu en feras, apprivoise-là, chéris-là, et ne la remet jamais entre les mains d'un(e) autre. Tu illumines comme personne, alors « va, vis, et deviens ».
  6. Ravie de constater que nos pensées se rejoignent Génie... sans concertation... J'attends pour ma part une réponse de votre part Attchibhatt... avec une grande impatience d'ailleurs, car cette dernière sera votre ultime vérité. Je vous place contre le mur, inutile de tenter de décortiquer mon ipséité, cela vous enfoncerait davantage. Ne perdez pas de vue le rôle que vous avez choisi, et en vous disant cela, sachez que je suis gentille car je vous aide.
  7. Bonjour Karbomine, Tu me ressembles à ton âge, et tu le sais ma belle. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'interviens à nouveau sur ce topic, sinon j'aurais passé mon chemin. Je viens de tout relire et d'intérioriser l'évolution de ces échanges. Fais-en de même avec du recul, sans émotions et sans affect. Ensuite protège-toi. Le reste est pour vous, prêcheur de bonne parole... vous constaterez que j'adopte le vouvoiement, je ne le fais quasiment jamais, car à l'instar de Prévert, je tutoie tous ceux que j'aime, je tutoie tous ceux qui sèment... Vous parlez d'éveil, vous parler de lumière... vous promettez d'éclairer de votre lanterne le chemin de ceux qui peinent derrière, vous situant de la même façon devant, ce qui est antinomique avec la base même de cet enseignement que vous affirmez vouloir partager. Cependant il vous manque une chose... il vous manque l'amour véritable, pur, complet et désintéressé. Regardez comme vous répondez à ceux qui n'entrent pas dans votre sillon, n'hésitant pas à les traiter de cafards, à les juger, à les enfermer dans les stéréotypes mentaux qui vous collent à la peau, ou devrais-je dire, qui habitent votre pensée loin d'être aussi claire que vous l'affirmez. Que nous apprenez-vous? Rien de plus qu'il ne nous soit possible de trouver dans les livres, des lieux communs issus de certaines philosophies asiatiques... Je me demandais à quel moment vous démontreriez votre puissance, et soudain, en vous relisant ce matin, j'ai découvert que votre lumière n'éclairait pas plus qu'une pile de poche. Je ne sais pas ce que vous cherchez ici, mais je sais une chose, vous n'êtes pas celui que vous prétendez. Je n'ai ni à développer ni à justifier ma réponse... ceux qui le souhaiteront pourront tout relire et tout analyser. Ils pourront y trouver le degré d'amour qui vous habite, et constater qu'apparemment vous devez y travailler. Vous avez du travail encore devant vous Monsieur. Il n'y a pas de maître, ici nous comptons tous pour un... Un pour un... Vous ne valez pas plus qu'un clochard et pas moins qu'un président, comme tout un chacun, et rien de plus. J'ai voulu croire en votre sincérité première, je me suis trompée, l'évolution de vos réponses démontre à quel point vous n'êtes en rien ce sage que vous voulez prétendre. Le prétendre même est la preuve de votre usurpation, et les réponses que vous offrez à ceux qui ne vous aspirent pas sont criantes de vérité. Un gourou en papier, voilà à quoi vous me faites penser ce matin. Ne tentez pas de phagocyter ceux à qui je porte mon estime, car ce matin je me pose la question de votre dangerosité, et pour cette raison je vais vous suivre et lire chacun de vos mots. Sachez donc qu'au moindre débordement vous me retrouverez sur votre chemin, que je ne vous épargnerai pas, que votre jugement m'est strictement équilatéral, que vous ne savez pas qui je suis, mais que je vous observe, que je ne suis pas dupe de la superficialité de votre discours, miroir aux alouettes qui ne décolle pas des lieux communs. Respectez davantage les autres, choisissez bien vos proies, et ne jouez pas au gourou de prisunic avec ceux que j'apprécie. Je reconnais votre talent, car vous en avez un, mais vous ne connaissez ce don que j'ai et qui me permet de sonder la réalité de votre profondeur. J'ai également mesuré les pourtours de votre égo, ainsi que ceux de votre impulsivité. Vous spéculez, alors faites-le, mais n'allez pas trop loin. Pour terminer, je vous prie de ne pas utiliser l'état de votre corps pour tenter de justifier l'élévation de votre esprit. C'est un registre dans lequel un véritable esprit éveillé n'entrerait pas.
  8. Karbomine, j'en pense que tu as raison. Apprendre à aimer nous permet de tisser des fils qui nous lient et nous relient... l'amour véritable, dans sa pureté et malgré l'aspect désuet (ou bleuet) que peut parfois prendre ce terme, est la seule clé... S'aimer et aimer les autres, aimer la vie, aimer le monde, et tout embrasser au plus profond de son être pour retrouver l'unicité du grand tout. Si je puis me permettre Attchibhatt, je sais exactement où j'en suis. Mais parler de mes difficultés (dans le monde réel car j'ai finalement une maigre expérience du monde virtuel), aide bien davantage ceux qui chutent encore et qui, dans le noir, tentent de trouver la porte qui mène à la lumière (et qui se situe à l'intérieur de chacun de nous). Ils comprennent ainsi que la route est dure pour chacun, que nous livrons tous un rude combat, et qu'ils ne sont pas seuls à vivre l'angoisse de leurs nuits. L'expérience m'a démontré que celui qui souffre ou qui peine a besoin de savoir que celui qui a trouvé la paix a lui aussi souffert, que l'on peut sortir de ce schéma à la force de nous-même, tout est surmontable, nous détenons toutes les réponses en nous, la porte est en dedans. Mes amitiés, Ody.
  9. "Ne pas trop se prendre au sérieux et juste rire le plus possible...." Tu as bien raison Enna... retrouver notre coeur d'enfant et rire de tout jusqu'à en avoir mal au ventre... Fantastique! Du coup je vais retrouver pour la journée cette petite chipie malicieuse qui vit aussi en moi... mes proches vont être contents! Tu vois, tu sais aussi parler comme un grand sage qui s'ignore...;-)
  10. Une jeune femme avançait à tâtons sur le chemin de la montagne et cherchait à savoir ce qu'était l'illumination. Elle rencontra un vieil homme qui semblait redescendre du sommet. Il portait un lourd fardeau et avançait dans sa direction. Elle lui demanda « Venez-vous du sommet ? Est-ce là-haut que se trouve l'illumination ? ». Le vieil homme acquiesça et lui sourit. Elle lui demanda alors « Mais qu'est ce que l'illumination ? ». Pour toute réponse le vieil homme posa son lourd fardeau à terre et se dressa devant elle. Surprise elle lui demanda alors « Mais qu'y a t-il après l'illumination ? ». Toujours sans répondre le vieil homme repris son lourd sac, le posa avec peine sur ses épaules, et continua son chemin. Il est toujours difficile, Attchibhatt, de s'entendre dire à quel point l'on est débutant malgré le travail fourni pour tenter d'avancer, mais pourtant, c'est salutaire. Oublier ses pensées, les laisser s'envoler comme des bulles de savon qui flottent dans l'air et s'éloignent jusqu'à perte de vue¿ Il me semble avoir parfois touché cet état de félicité où le monde était moi et où j'étais le monde¿ mais les pensées revenaient sans cesse, et noyée au milieu de ces spectres destructeurs je me suis perdue encore et encore. J'ai fini par trouver un compromis, élargir l'espace entre elles, c'est exactement cela. Le pouvoir de la concentration m'a permis de parfois être là (vraiment là), à travers différents petits actes insignifiants de la vie. C'est un chemin de paix et de sérénité, et si parfois il m'arrive de glisser, de dévaler la pente pour me retrouver tout en bas en regrettant amèrement qu'il n'y ait pas d'ascenseur au fond des précipices, chaque fois j'ai repris la route en évitant les bosses et les creux, parce que j'ai toujours cet espoir de pouvoir enfin admirer le visage des étoiles¿ Aucun d'entre nous n'en sortira vivant, tous le savent, pourtant beaucoup vivent comme s'ils ignoraient qu'il nous faudra mourir demain¿ beaucoup se perdent entre le matériel et l'existentiel, oubliant par là-même l'essentiel¿ la magie des instants où l'on s'appuie contre un vieux chêne centenaire pour écouter l'herbe pousser. Je te vous remercie, et je sais qu'il te vous sera facile de comprendre pourquoi, au milieu de toute la folie des hommes, si répugnants et si merveilleux à la fois... Karbomine, jolie fille, tu arriveras toujours à me faire sourire ;-)¿ garde précieusement ce peps qui te rend aussi pétillante qu'une coupe de champagne¿ tu es vraiment belle... Concernant le temps, mes ancêtres te diraient que l'homme pressé court toujours vers sa tombe¿ Ils te diraient aussi qu'il est sage de laisser l'heure aux autres et de garder précieusement le temps pour soi¿
  11. Odyssea

    La magie ?

    "Rien n'est miraculeux. Si l'on apprend ce que sait le magicien, il n'y a plus de magie." Richard Bach "Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout." Lockert Alors n'est-elle pas dans une fleur, dans le regard d'un enfant, dans les échanges, dans l'amitié ou dans l'amour?... tout est magique... et la vie, pour commencer...
  12. "N'allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n'y a pas de chemin et laissez une trace..."

    R.W.E

    Alors au plaisir de croiser tes pas...

      aa
  13. Salaam aleikoum Attchibhatt, Bien qu'intervenant très peu sur ce forum, au hasard de mes pérégrinations virtuelles mon regard a croisé ton message, et je tenais à te souhaiter la bienvenue, tu es ici chez toi puisque nous rayonnons dans toute l'immensité du monde. J'ai bien relu tes mots et je n'y ai vu aucune prétention, aucune référence livresque, aucun étalage de connaissances, je n'y ai vu qu'une sincérité transpirante à qui veut bien la saisir. Tu n'as sans doute rien à prouver et nous nous ressemblons probablement sur ce point. Je ne sais ce qui est le plus difficile, accorder sa pensée, sa parole et ses actes, ou tenter de toujours demeurer ici et maintenant sans se perdre entre hier et demain... jour après jour... Sur le net chacun peut raconter ce qu'il veut, mais si tout ce que tu dis est ta vérité, je te souhaite de pouvoir toucher quelques esprits et de leur apprendre à regarder avec les yeux de l'âme puisque c'est le seul chemin qu'il est réellement nécessaire de trouver pour enfin atteindre la lumière de l'évolution, celle que tu appelles l'éveil. Tout avoir ne suffit pas toujours... marcher, courir, tendre la main... ce qui est donné d'un côté est souvent repris de l'autre... comme on dit "chacun cherche son chat", mais j'ai appris que l'adamantine de la pensée brille souvent davantage auprès de ceux à qui il manque quelque chose, parce que derrière l'épreuve il y a toujours un cadeau. Alors je te souhaite de briller, de leur montrer à tous comme tu resplendis, d'illuminer les sillons de ce forum ou d'un autre, et de réussir à donner tout ce qu'il te tient de donner. Je n'ai pas grand chose à t'offrir, juste ces quelques mots et une poésie que j'aime particulièrement. Fraternellement, Ody Ordre du Jour Tenir l'âme en état de marche Tenir le contingent à distance Tenir l'âme au-dessus de la mêlée Tenir Dieu pour une idée comme une autre un support, une éventualité, une contrée sauvage de l'univers poétique Tenir les promesses de son enfance Tenir tête à l'adversité Ne pas épargner l'adversaire Tenir parole ouverte Tenir la dragée haute à ses faiblesses Ne pas se laisser emporter par le courant Tenir son rang dans le rang de ceux qui sont décidés à tenir l'homme en position estimable Ne pas se laisser séduire par la facilité sous le prétexte que les pires se haussent commodément au plus haut niveau et que les meilleurs ont peine à tenir la route Etre digne du privilège d'être sous la forme la plus réussie: l'homme. Ou mieux encore, la femme. JP Rosnay.
  14. Odyssea

    La magie ?

    Pour Titsta, J'aime beaucoup ce que tu écris. J'ai le rêve que les hommes soient prêts à tout entendre mais le temps n'est pas encore venu. Nous vivons dans une époque où l'inquisition n'est plus nécessaire, le conditionnement a travaillé à sa place même si l'évolution suit son cours. Je n'aime pas beaucoup parler de toutes ces choses en public, mais j'apprécie la teneur de ton discours, je ne pensais pas trouver des propos de qualité en ces lieux, sauf le respect que je vous dois à tous. Pour Génie, Tu sais que je ne joue jamais, le virtuel et tous ces forums sont une pièce de théâtre dans laquelle je n'ai pas envie d'avoir un rôle. Je n'ai pas besoin de tous ces autres, de tous ces faux-semblants, de ces excédents de bagages, de ces âmes à sauver, de ces conversations stériles qui ne mènent nulle part. Je ne suis venue que pour toi, parce que je t'aime, parce que j'ai levé les yeux au milieu de tous ces livres et que je t'ai vu avec ta pensée si extraordinaire. Si je te l'écris ici c'est parce que je n'ai rien à cacher, parce que je ne sais qu'être moi-même, parce que je ne joue jamais, parce que je ne triche jamais non plus, parce que j'ai appris à jeter mon égo à la poubelle et que je n'ai plus rien à prouver. Je sais qui je suis, je sais ce que je vaux et je te l'ai prouvé, je n'ai pas de temps à perdre dans des lieux comme celui-ci, et même pour toi je refuse de me perdre. Nephtys était enfouie au plus profond et tu es venu la réveiller, cette régression je l'ai payé cher, et maintenant je dois poursuivre ce chemin qui est le mien. Tu as ta place à mes côtés si tu le souhaites, mais il va te falloir faire un choix, parce ma route est remplie de solitude et d'obsession, de recherche et de travail, et il est grand temps que cette quête aboutisse à quelque chose de concret. Dans mon monde il n'y a pas de place pour les jeux déplacés, il n'y a que la vérité, la transparence et la recherche de la pureté. Je ne suis pas grand chose et je ne sais rien, mais tu sais que je suis vivante, et c'est tout ce que j'ai à t'offrir. S'il faut que je vienne vérifier ta pureté dans des endroits comme celui-ci c'est que ce livre que tu portes n'est pas à la hauteur de mon histoire, et dans ce cas j'aurai perdu beaucoup trop de mon temps. Maintenant je tourne cette page et c'est à toi de savoir si j'écris ton nom dans ce nouveau chapître qui commence. Et pour me faire pardonner cette digression, j'offre à ceux qu'une introduction à la magie intéresse un lien plutôt bien fait, celui qui cherche y trouvera quelques trésors cachés. http://miroir.urobore.net/
  15. Odyssea

    La magie ?

    Pour Yop. Merci pour cette touche d'humour, c'est mon arc-en-ciel matinal, et c'était pas gagné de m'arracher un sourire. Qu'il s'agisse de l'alchimie, du druidisme ou de n'importe quel domaine initiatique, le culte du secret à un sens. Prenons pour exemple le druidisme. Il faut 7 années (7 marches) pour devenir druide. Le fochlocon apprend au fur et à mesure, le savoir lui est distillé au compte goutte car il doit opérer un changement intrinsèque. Quand l'apprenti franchi une marche, le maître (l'Olam) lui donne de nouveaux éléments. La transformation (transmutation pour les alchimistes) se fait petit à petit, et donner d'une seule traite les éléments n'apporteraient absolument rien, car c'est à chacun de trouver les réponses en puisant dans sa mémoire originelle. L'histoire démontre la violence avec laquelle le pouvoir usurpé a toujours pourchassé ceux qui veulent retrouver la trace du savoir perdu. Les templiers, pour ne citer qu'eux, en sont l'exemple le plus parlant. L'histoire démontre aussi que de nombreux charlatans ont utilisé ces notions de secret pour jeter de la poudre aux yeux aux âmes en quête. Mais je pense que c'est nécessaire, c'est une sorte de sélection. Je comprends ceux qui s'élèvent à grands cris contre cela, cependant aucune porte n'a jamais été fermée, c'est à chacun de se pencher sur lui-même et de fournir le travail nécessaire pour trouver la bonne entrée. Je n'ai rien à prouver, je l'ai déjà dit. J'ai effectivement beaucoup de mal à discuter avec vous, c'est la première fois que je réponds à un post. Je n'ai pas entièrement soulevé ce voile, et plus je le soulève, plus je m'éloigne des autres. Ma lutte à moi réside simplement à ne pas m'éloigner trop des autres, même si plus j'avance, plus c'est irrémédiable. Je ne suis venue ici que pour l'amour d'une personne, ce genre d'endroit est effrayant pour moi, c'est comme une chute dans des profondeurs abyssales au milieu de pensées qui roulent sans fin et qui m'entrainent là où je ne dois pas aller. Cette réponse n'existe que pour le sourire provoqué par la lecture de ton post. Je suis d'une trop grande sensibilité, toutes ces mains qui se tendent et toute cette souffrance à travers les mots m'aspirent et m'éloignent de mon but. Comme deux chemins qui s'offrent à moi, celui de la vérité, ou celui de l'humanité, les deux n'étant pas forcément compatible en l'état actuel des choses.
×