Aller au contenu

Raph01

Membre
  • Contenus

    314
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Raph01

  1. La religion est une croyance. Il faudrait déjà établir à partir de quel moment l'homme a cru ou plutôt a t il connu une période sans idole ou superstition ? je ne connais pas de telle société...
  2. partant du constat que je ne ressens aucune crainte, que je ne suis pas mystique, je rentre dans quelle case ?
  3. ouééééé Enfin quelques passages de la bible hébraïque ou de l'Ancien testament abordent ce sujet. C'est d'ailleurs pour cela qu'il n'y a rien de proprement sectaire de croire, mais la pensée sectaire menace tout croyant. Un autre point que l'on pourrait développer.... Sinon, si je comprend bien le sujet de ce forum, c'est se foutre de la gueule des athées ou des croyants. On a le choix ?
  4. Bon, déjà t'es pas top dans l'humour. :D C'est par l'étude philosophique que l'on sert Dieu (autant te dire que tes vannes à la Kave Adams sont pas de niveau). C'est pourquoi l'homme doit concentrer ses efforts pour approfondir aussi bien les sciences "profanes" que spirtuelles. Par ailleurs, ou ai je écrit qu'il attend quelque chose de nous ? Il m'a fait à son image...Amplement suffisant que je ne vaille pas moins que lui, tout en étant loin du rang d'Avraham.
  5. Je crois qu'un flingue peut me fumer en moins d'une seconde, je crois que la foudre peut s'abattre sur ma maison, je ne crois pas en l'enfer ni même que Dieu puisse changer ma condition d'homme. Mais ça ne m'empêche pas de le respecter. Servir Dieu par crainte est un stade inférieur, que celui de le servir par amour. Courber l'échine face à Dieu par peur est un statut inférieur que celui de lui parler d'égal à égal.
  6. ou de liberté.... Si vous en foutez pas la peine de répondre....Ma question s'adressait à Alain75.
  7. Vous pensez que l'on adopte une croyance par peur ou crainte d'une quelconque divinité ?
  8. Je suis contre la peine de mort. Mais je doute que le plaidoyer de son avocat ait été dans ce sens. Il est là pour défendre son client pas pour réviser les lois en vigueur dans le pays. Au mieux, il aurait pu demander pourquoi le moratoire n'est plus appliqué.
  9. je ne conteste rien, je ne me prononce même pas mais ma question reste "Le droit a t il été appliqué?" Ou s'agit il d'une mascarade de justice ? Si mascarade sur quoi se base t on ?
  10. C'est quoi le fond du sujet ? Ben oui les athées ont le droit de se foutre de la gueule des religions et les croyants ont le droit de se foutre d'eux. Une fois qu'on a dit ça.
  11. Je ne vais donner mon opinion sur la peine de mort, de toute façon elle ne changera rien au sort de cet homme. Mais avec tous ces recours qui ont eu lieu, peut on réellement dire que les principes de justice ont été bafoués ?
  12. Vous voulez faire un pèlerinage vous allez à Birkenau- Aushwitz.....Vous pourrez toujours ramener un souvenir en faisant une quenelle devant un wagon. C'est une chose de lire des thèses sur le Web, une autre d'affronter la réalité. La parole de ceux qui l'ont vécu n'a pas de sens ? Et au nom de quoi celle de vos "idéologues" en aurait un ? Celle là on me l'avait jamais fait. Du fait qu'ils ont été des victimes ils ne pourraient pas rentrer dans le débat et contredire vos thèses. Vous leur laissez encore une légitimité à vouloir affirmer que l'existence des camps de la mort n'ont jamais fait débat à leurs yeux ou cela n'est réservé qu'à une bride textuelle après les années 70 ? Par ailleurs, vous ne connaissez visiblement rien d'eux, la plupart ne sont pas dans une situation victimaire si chère à vos théologiens du "soralisme" mais de témoins. Cela est bien plus gênant pour les révisionnistes et negationistes. Ils ne sont pas dans la pensée du "avec" ou "sans" nazisme mais dans le vécu. Au final, commme je vous l'écris, une nouvelle fois, il ne peut y avoir de débat entre vous et moi. Vous n'êtes même pas dans le débat mais dans une énumération de clichés sur cette période, un processus de délégitimation et non de l'histoire. Toujours dans le flou, ne jamais aller au fond de sa pensée et rester dans les codes de langage et du courant révisionniste : relgion, interdits, mots magiques, shoah business, intouchable... Vous êtes enfermé dans un système de pensée qui vous oblige à nier la qualité des intervenants (les anciens déportés), des associations dont la plupart sont irreprochables comme la fondation Birkenau-Aushwitz ou celle de la mémoire de la Shoah. Et faute de pouvoir apporter des éléments concrets, vous êtes dans des parallèles totalement inappropriés mais habituels des youtubeur révisionnistes et ou pseudo-humoristes qui faute de fond font mouche avec des mots trash. Placer le terme gang bang dans un échange sur un génocide, je me demande vraiment par quel processus vous êtes passé. Alors je ne sais pas de quoi vous voulez encore discuter. Si c'est pour me demander si vous pouvez utiliser le terme d'hystérie juive ou de gang bang pour parler d'un nazisme et du genocide, vous pouvez le faire. La loi gayssot ne vous en empêche pas ni votre conscience d'ailleurs.
  13. Moi perso, je voulais seulement voir si vous aviez le même courage derrière un clavier que devant un homme. Décidément, vous êtes dans la défilade, soit vous ne dites pas toute votre pensée, soit vous fuyez. Vous ratez cette occasion d'enfiler l'uniforme des révisionnistes que vous adulez. Vous allez me relancer sans doute pendant un petit moment sur ce sujet, mais ce n'est pas en répétant bêtement les textes que vous lisez sur Egalité et Reconciliation ou équivalent que je vous trouverai plus crédible. Comme je vous ai dit, restons en là, pour moi vous êtes formaté et et je suis certain que vous pensez pareil en ce qui me concerne. Bonne soirée.
  14. ps: pour moi le débat est clos,à un moment on tourne en rond. Ma proposition est là, vous en faites ce que vous voulez, je pourrais vous organiser ça pour septembre sans souci.
  15. Alors puisque vous vous en foutez, je vous propose un petit truc hein. Et promis je suis très sérieux. Si vous voulez je vous organise une rencontre avec un ancien déporté. Et vous lui tiendrez le même discours qu'ici même : que son engagement était affilié à Israël, qu'il était dans un camps de concentration car le terme extermination est apparu bien après (?) qu'il a participé à un business et surtout vous finirez en apothéose en lui disant s'il commence à froncer les sourcils, qu'il est dans une forme d'Hystérisation juive ! Je ne sais pas si ça se passera sans violence ou du moins sans un coup de canne. Non mais franchement, je ne sais même pas si vous vous rendez comptes que vos insinuations sont insultantes envers ces gars leurs compagnons dont certains étaient des goyim. Je passe mes vacances à Cracovie, 60-80km des camps, je fréquente des allemands et des polonais. Je vis au milieu des goyim, je n'ai aucune velléité sioniste. Je suis intégré dans la vie et citoyen Frano-Polonais. Bref tout ce qu'il y a de plus normal. Ce qui s'est passé est du passé, je ne vais pas brûler une bougie tous les soirs, je ne fais pas demander une larme à la date des libérations des camps. Au final les rares fois que j'en parle, c'est quand j'entend les mecs qui me récitent leurs fables sur les camps qui ne seraient pas au final si, que la shoah ne serait que ça. Bref, des mecs qui ont lu des brides de ce passé et se font entraîner voir lobotomiser le cerveau par quelques gugus qui se déclarent pseudo-intellectuels ou experts.Je sais que c'est de bon ton, d'être décalé, à contre courant à tout prix mais à un moment, il faut être sérieux.
  16. Désolé mais un héritage n'est pas une pensée ni un dogme, cela n'influence ni mon être ni ma vie.....Au pire le destin en a été tout autre! Vous n'avez toujours rien compris.Et pour la psychanlise vous repasserez. Je le vis très bien.
  17. J'ai même lu du Faurisson monsieur c'est vous dire... En revanche, je vais au delà d'une couverture, et je ne délègue rien à un tiers,; je vous ai écrit à peu de mots les mêmes idées. Pour moi la shoah, ce n'est pas seulement de la littérature mais un héritage. Allé, je vais être sympa et vous mettre sur Une piste (à vous de vous débrouiller de traduire mais il s'agit de mon acte de naissance fils de Josef****né en 1923): Vous comprendrez donc que la branlette soralienne, une couverture d'un bouquin c'est un peu léger.... Et je vais être franc avec vous, en dehors que mon père a œuvré pour la mémoire en Pologne (sans avoir d'idéal sioniste ni même foutu ses pieds en Israël ); en dehors donc qu'il savait très bien faire la distinction entre les camps de concentration et ceux de la mort pour avoir survécu aux deux; en dehors qu'il n'a dû son salut qu'aux épluchures des patates des SS...Je pense qu'en lui tenant un tel discours, il vous aurait au mieux craché à la figure au pire proposé de tester la chambre à gaz d'Auschwitz pour que vous saisissiez. La vous auriez eu droit à un Juif hystérique comme vous en rêviez dans les pages précédentes. :D Chose plus curieuse encore, pour avoir eu la chance ou le malheur d'avoir discuté avec deux bourreaux, ils ont beaucoup moins de mal à décrire leurs horreurs que vous avez à les écrire ou les conceptualiser. Pourtant vous n'êtes en rien responsable. Comme quoi l'enfermement idéologique ça marche aussi en 2015 et il existe encore des ponts. Pour le reste je maintiens mon propos : Voilà, vous pouvez décomposer votre phrase et faire tous les acrobaties sémantiques possibles.
  18. Non vous dîtes que" Ce ne sont pas des octogénaires qui sont en charge de la mémoire " mais des organisations liées à Israël". Vous dites tout cela dans un total flou artistique auquel je vous ai opposé de deux plus importantes associations et fondations européennes de la mémoire sur la Shoah. Votre propos est donc insultant pour ces organisations.... Tiens tiens.... Annette Wieviorka : "en fait, toute une partie de l'argumentation de Finkelstein a mis très mal à l'aise ceux qui sont familiers avec l'argumentaire des négationnistes. Je pense notamment à Pierre Vidal-Naquet, qui a refusé de préfacer ce livre. La postface de Rony Brauman tire le livre davantage encore du côté de l'argumentation des négationnistes. Finkelstein rejoint les négationnistes quand il affirme que cette « industrie de la Shoah », synonyme pour lui de sa mémoire, n'existe que pour le profit de l'État d'Israël, pour légitimer par exemple sa politique vis-à-vis des Palestiniens. Il est très proche des discours que tient Roger Garaudy". http://www.histoire.presse.fr/actualite/et-aussi/enquete-sur-une-polemique-la-shoah-business-01-05-2001-5260 Annette Vieviroka, Annette Wieviorka, née en 1948, est une historienne française, spécialiste de la Shoah et de l'histoire des Juifs au XXe siècle : http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article115 Allé je vais être sympa et réécrire mes propos " . Pour vous la déconstruction de la "mémoire de cette histoire" sert à la cause palestinienne et non à rétablir une quelconque véracité historique.... Votre argumentaire est un copir-coller des thèses de de Roger Garaudy, Faurisson etc...Vous exploitez la shoah, holocauste (mettez le nom que vous voulez) ou même tout autre génocide, pour remettre en cause la légitimé d'Israël ou du moins lutter contre lui." Bref, je confirme et atteste tout ce que j'ai écrit. Et votre petite couverture de livre en fait de même. Vous nous parlez d'une pensée sans le nazisme (?!?) alors que vous ne pourriez pas vous en passez pour conforter vos idées.
  19. Vous même dites que la mémoire de la Shoah, holocauste, génocide ou autre (à priori c'est un "événement" chez vous on est encore dans le flou), "ses" procès, ou manifestations mémorielles sont liées à Israël à sa politique, remettant même en cause les associations et leurs vétérans. Vous ne savez même plus ce que vous écrivez. Propos totalement faux et honteux aussi bien pour l'entreprise de mémoire qui a été entrepris à Auschwitz -Birkenau ou on est dans un exemple de devoir universel; insultant pour des des associations telles que la Fondation pour la Mémoire de la Shoah qui au sein de son conseil d’administration des historiens, des anciens déportés, résistants etc... Donc oui VOS IDEES expriment un mythe politique qui va jusqu'à vouloir enlever et supprimer la légitimité des survivants et de leur oeuvre. Et je le répète, je me fous que vous soyez révisionniste ou pas...Vous avez visiblement un problème avec vos propres écrits ou vos idées.
  20. Et bien nous y voilà, ce fut long à accoucher. Vous avez raison, on s'en contrefout que VOUS soyez négationniste ou non. En revanche, il est toujours intéressant de gratter un peu une démarche pseudo-intellectuelle, pseudo-philosophique qui cache une cause déguisée. Pour vous la déconstruction de la "mémoire de cette histoire" sert à la cause palestinienne et non à rétablir une quelconque véracité historique. A partir du moment que cela touche Israël ou les Juifs vous êtes dans la théorie et le complot du mythes théologique, politique, du XX siècle ou plus précisément la seconde guerre mondiale. Et pour cela tant pis si votre argumentaire est un copir-coller des thèses de de Roger Garaudy, Faurisson etc...Vous exploitez la shoah, holocauste (mettez le nom que vous voulez) ou même tout autre génocide, pour remettre en cause la légitimé d'Israël ou du moins lutter contre lui. On ne pas pas dire que ce soit une démarche intellectuelle neutre ou objective. Vous êtes dans une lutte consistant à nier ou amoindrir tout fait qui dans votre imaginaire, pourrait servir à la cause israélienne. Au final, comme je vous l'ai déjà dit, vous avez parfaitement intégrée cette prétendue "pensée nazie" sans laquelle vous auriez un angle d'attaque en moins envers l'Etat Hebreu. :gurp: Cette obsession, se retrouve dans votre conviction que "Ce ne sont pas des octogénaires qui sont en charge de la mémoire de cette époque, ce sont les organisations liées à Israel", que vous évitez bien et ce n'est même plus suspect.... Sauf, qu'une fois de plus, la thèse du monopole mémoriel par Israël ne tient pas la route. Et cela est facilement démontrable par des exemples concrets. Prenons celui de la fondation d’Auschwitz qui autant le dire a le poids le plus considérable sur le devoir de mémoire de cette période historique : - Son Président est Piotr MA Cywiński, qui fut Président de l' Inteligenicia Catholique de Varsovie. Il fait encore parti à ce jour du Conseil des musées au ministère de la Culture et de du patrimoine national POLONAIS. Il a reçu plusieurs distinctions comme celle de la réussite dans le domaine de la culture chrétienne. Il est connu pour son dialogue judéo-chrétien mais pas Israélo-polonais. Il est connu pour le rétablissement et la réconciliation des peuples frontaliers, comme le dialogue ukrainien polonais, mais pas sur des convictions du moyen orient. -le Comité international consultatif qui a pour tache, d'assurer la transparence de la fondation compte plus de 20 nationalités dont la plupart sont ambassadeurs et diplomates de leurs Etats. Parmi ceux-là, on trouve bien Israël mais aussi la Russie, la France ou la Turquie, la Suisse, L'Azerbaïdjan... Autant dire, une représentation divers de toutes les orientations politiques, idéologiques qui ne sont pas toujours ou n'ont jamais été en faveur d'Israël. Le conseil de fondation a lui également une large représentativité, ne faisant pas place à une influence ou une main mise d'Israël. Le seul membre qui a exercé une fonction officielle en Israël est : Agnieszka Magdziak-Miszewska, Ancien Consul à New-York et ambassadeur de Pologne en Israël. J'ai pris volontairement un exemple "éloigné" de la France mais on pourrait faire le même topo sur d'autres organismes comme la Fondation pour la Mémoire de la Shoah dont le Président d’Honneur est Simone Veil, ancien Minsitre de la FRANCE ou le vice président, Raphaël Esrail, ancien déporté et résistant dont vous devriez vous en inspirer et cesser votre fixette sur les juifs et Israël : « L’histoire n’est pas suffisante. On n’est pas là pour raconter notre drame, si on raconte quelque chose, et surtout quand on a 90 ans, si on le raconte, c’est pour faire voir ce que des hommes ont été capables de faire par rapport au nazisme. En réalité par rapport à une idéologie qui était prédominante. C’est cela qu’on peut faire. C’est contre cela qu’on lutte. C’est une première chose. La seconde, c’est qu’il faut l’école. Non pas pour dire la misère … la misère... Mais pour organiser une réflexion sur l’homme, sur l’humanité, sur le vivre ensemble. Ne pas s’admettre l’un l’autre, c’est justement détruire cette démocratie sur laquelle la France est bâtie, depuis 1789… Essayons de la faire vivre. Ce qui se passe à Auschwitz concerne tout le monde, ce n’est pas seulement les juifs, c’est tout le monde. Dans la mesure où les valeurs universelles sont bafouées, il n’y a plus d’humanité » On est bien loin là de vos procès par les organisations "Israéliennes" , mascarades, à la solde sioniste, exploitation à des fins idéologiques mais bien sur des valeurs universelles. Alors sortez un peu de vos cercles conspirationnistes, engagés, idéologiquement en faveur d'une cause ou d'une autre et apprenez à regarder l'histoire recul et non fanatisme. Et ne me dîtes pas que je suis à la solde sioniste-israélienne. Je déteste tout autant la minorité qui exploite la shoah en faveur de l'idéal sioniste qu'en faveur de la Palestine.
  21. J'ai oublié: prendre une position victimaire, se défendre de ses propos et ne pas assumer son fond de pensée... Je vous l'ai déjà dit, je ne vous suspecte ni d'être un nazi, ni même un négationniste. Au mieux un mec qui nous pont une litanie qu'il a appris sur quenelle.com ou faurisson.nz Je ne vous gratifierai donc pas de tous ces termes, qui sont lourd de sens et que j'emploie par parcimonie contre les vrais criminels. Encore pris la main dans le sac....Vous êtes tellement obnubilé par la période 1939-1945 et les juifs (sans les citer) que selon vous la loi Gayssot (sans la citer non plus) serait exclusivement destinée à ces faits alors qu'ils couvrent l'ensemble des crimes contre l'humanité, génocides et même apartheid : Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale ......... Crime de génocide Art. 6. - Aux fins du présent Statut, on entend par crime de génocide l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : a) Meurtre de membres du groupe ; b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ; c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ; d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe. Crimes contre l’humanité Art. 7. - 1. Aux fins du présent Statut, on entend par crime contre l’humanité l’un quelconque des actes ci-après lorsqu’il est commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque : a) Meurtre ; b) Extermination ; c) Réduction en esclavage ; d) Déportation ou transfert forcé de population ; e) Emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ; f) Torture ; g) Viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ; h) Persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste au sens du paragraphe 3, ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou tout crime relevant de la compétence de la Cour ; i) Disparitions forcées de personnes ; - 48 - j) Crime d’apartheid ; k) Autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale. ..... Je ne sais pas dans quel monde vous vivez mais je vous informe que chaque année un vibrant hommage est rendu aux soldat morts en 14-18 par le Président de la république lors Cérémonie du ravivage de la flamme. Par ailleurs, la FNAM, le CRID, l'ONAC, les anciens combattants (regroupement 39-45/14-18) et tant d'autres associations continuent à perpétuer la mémoire. Histoire de se marrer, vous allez pas aussi me demander les associations des anciens combattants de la révolution française?
  22. On est pas dans un sujet de philo là, ais dans un condensé de préjugés de votre part. Quant à savoir comment nous penserions sans le nazisme, c'est déjà la voyance ou du fantasme, celui de croire que nous sommes guidée par cette période de l'histoire et qu'elle influence notre comportement. Au mieux, cette période nous rend plus vigilant au même titre que d'autres atrocités comme 14-18 sinon on en fait abstraction pour se construire nos propres idéaux. On en fait pas une religion, on en fait pas une thèse ni une anti-thèse. Bref vous êtes bien l'un des seuls ici à en être obsédé. Sans tailler des quotes hein....User et abuser des subterfuges tels que : "de mots interdits et de formules magique" par qui on ne le saura pas... "une religion " qui servirait qui ? On ne la saura pas non plus.... "ne pas oser nier mais écrire qu'au fond "les camps d’extermination" sont une création étymologique après guerre. Comme si aucun historien ne faisait clairement le distinguo et qu'une liste des camps de concentration et camps de la mort n'existait pas. Mettre en opposition le révisionnisme et le négationnisme pour ne pas en être taxé. Rattacher la question israélo-palestinienne au nazisme tout en se gardant de conforter une quelconque thèse. "parler d'hypersensibilité juive" pour ne pas écrire juiverie, voir un "juif" ou un "gauchiste" toutes les 5 minutes comme lors de la bonne vieille propagande en 33. Bref, toujours rester dans le sous-entendu scabreux et se défendre de toute pensée nauséabonde. Mais si on compile vos propos sur les 8 pages de ce sujet, cela ne tient pas 30 secondes. Un propos "glissant" pourrait passer mais vous suintez le Soralien, le Faurisson and co.
  23. Et Hitler ne pouvant vivre de son art aurait été la putain de Soral ou JMLP (plus probable vu son age) qui l'entretiendrait. Bref sujet couillon du mois.
  24. Tiens ça me fait penser...Si le nazisme n'avait pas existé, peut être que les français sauraient que la vodka n'est pas qu'un alcool de patates mais aussi une liqueur aux mille parfums !
×