Aller au contenu

Humeurs vagabondes

  • billets
    11
  • commentaires
    18
  • vues
    532

couleur peau


81 vues

Depuis le temps qu'ils se tournaient autour l'un l'autre, qu'il n'avait d'yeux que pour elle et elle de désir que pour lui. Comme la lune pour le soleil, toujours à se voir, jamais se rencontrer...et pourtant, la lune et le soleil se rencontrent alors...

Cela faisait des jours et des jours qu'ils se parlaient sur le tchat d'un forum, loin des yeux mais pas loin du sourire à lire les mots de l'autre. Les taquineries devinrent plus fines encore au fur et à mesure qu'ils se découvrent, il y a une alchimie indéniable qui se crée. Comme une course effrénée de l'un vers l'autre...la palpitation, le rythme des sensations qui s'accentue, l'excitation de se retrouver derrière le clavier. L'envie de savoir qui est "elle" et qui est "il"...

La vie rend possible ce que les autres estiment être pure folie : deux vies séparées qui se rencontrent par un beau week end du mois d'octobre...il l'invite chez lui, elle accepte...ils se sont uniquement parlés, jamais vus...ils se découvrent visuellement...

"Il n'est pas un beau gosse" se dit-elle en le voyant...il n'est pas le genre d'hommes qu'elle aime en temps normal, il n'est pas canon...mais lui reviennent alors les mots sur le clavier...

"Elle n'est pas taille mannequin" se dit-il en la voyant...mais il ne cherche pas un mannequin, il cherche à connaître une inconnue au clavier tellement trépidant. 

Tous les deux se font la bise quelque peu intimidés de se voir enfin. Des sourires, des regards gênés, un silence...il l'invite à entrer prendre un thé. La discussion se porte sur ce qu'ils ont échangé il y a peu. Sur les banalités de la vie...pour mettre fin à cette situation somme toute agaçante pour qui l'a déjà vécue, il lui propose de lui faire découvrir les environs : une balade dans une ville, quoi de mieux pour parler de tout et de rien...

Il la contemple à chaque seconde de cette rencontre de peur que le temps ne passe vite et que la belle s'en aille à jamais...pourvu que je lui plaise...

Elle le trouve drôle, bavard mais, après tout, elle l'est aussi et le savait par les conversations et sent qu'il est quelqu'un de bien, posé et attentionné.

L'après midi passe de maisons typiques en églises romanes en passant par la cathédrale gothique et une curiosité le long d'un fleuve remuant. Ils s'assoient sur un banc, proche l'un de l'autre...il oserait presque lui passer la main derrière les épaules mais il se retient...elle essaierait presque de poser sa tête sur son épaule après un éclat de rire mais elle se retient...le retenue est un signe prémonitoire de plus amples contacts...

"Qui sait ?" se disent-ils chacun de leur côté...

Le soir arrive et l'hôte a prévu de l'emmener manger dans un restaurant brésilien pour clore une journée magnifique...les regards se font de plus en plus complices et le vin argentin servi les désinhibe un peu plus...une chanteuse entame un classique de Chico Buarque...elle le prend par la main et l'emmène à danser : quelle drôle d'idée que voilà lui qui danse comme un pied...elle guide sa main sur ses hanches puis l'entraîne dans un corps à corps torride. Il sent son coeur palpiter de plus en plus d'être proche du sien...elle sent son corps réclamer plus de contact pour être peau contre peau..

Le repas fini, il lui réserve une surprise : un bar à cocktail glacier...elle n'a plus de place pour une glace mais la gourmandise est ce qu'elle est...lui est attiré par un rafraîchissement plus antillais...la pièce est tamisée. Les sièges sont larges mais quelque chose de l'ordre de l'attraction attire ces deux aimants...qui deviennent inévitablement amants : lorsque le serveur apporte les commandes, ils trinquent glace contre rhum...et instinctivement leurs lèvres s'approchent doucement, de plus en plus près...se frôlent...se découvrent...le baiser est alors suave et langoureux...comme si toute la tension charnelle palpable dès leur premier mot ensemble se libérait dans une énergie folle.

Le baiser fini, le goût de l'autre en mémoire, ils dégustent leur dessert...mais le retour se fera sans un mot...juste des regards et des sourires qui en disent long sur l'envie de ces deux là. Arrivés à l'appartement, les affaires jetées sur le canapé du salon, les deux se regardent comme si chacun attendait de l'autre un mot, une parole pour dire stop...mais rien ne sortit ni de l'un, ni de l'autre...alors les lèvres s'attirèrent encore et toujours, pour une lutte acharnée pour dominer l'autre...

Il dégrafa doucement le chemisier de la belle, non sans la regarder pour s'assurer qu'il ne se méprenait pas...elle sourit pour lui dire qu'elle était d'accord pour aller plus loin...il sourit heureux de voir qu'ils étaient sur la même longueur d'onde sensuelle et sensorielle...Il découvrit une poitrine splendide, généreuse...il l'embrassa et vit qu'elle en était ravie. Leur étreinte devint plus fougueuse encore lorsque qu'elle s'occupa de lui enlever tee shirt et jean et vit qu'il était certes rond mais pas non plus hideux physiquement. Il lui déboutonna sa jupe et découvrit un petit ventre qu'il adora de suite :

"elle n'est pas taille mannequin mais bon sang qu'elle est sensuelle à souhait" se dit-il...ils étaient faits pour être nus l'un contre l'autre...les jambes s'enfourchèrent à un rythme fou...puis il calma la température qui montait en lui...ne rien gâcher, profiter de cet instant.

Alors, il lui embrassa délicatement le cou de ses lèvres posées et sentit une peau sucrée et salée...un régal pour lui...ses yeux au plus près de sa peau, il put en admirer pleinement la couleur du désir...il descendit alors sur sa poitrine puis ce petit ventre qu'il avait trouvé charmant et qui se donnait par la cambrure de la belle...il arriva alors au plus près de son intimité féminine pour y poser encore une fois ses lèvres puis sa langue pour la sentir vibrer sous ses aller et retour délicat...il peut la goûter alors pleinement et sentir le corps de son amante réagir pleinement. 

Elle le regarda de sa position lui donner ce plaisir intense : il n'est certes pas le premier ainsi se dit-elle, mais il a cette délicatesse qui rend le moment sublime. Alors en échange de cette jouissance, elle le ramène vers lui pour à son tour lui donner du plaisir et faire de sa bouche un temple de sensualité et de délicatesse...il en bascule la tête à la renverse...

Les deux corps alors se posent l'un à côté de l'autre sur le côté et vint le moment de faire de deux corps une union charnelle : lui entrant en elle avec la plus grande des douceurs et elle passant sa jambe gauche au dessus de celle de son amant...les mouvements du bassin sont délicats mais profonds, puis de plus en plus appuyés...elle ne tient plus, elle le bascule sur le dos et le chevauche mais elle aussi avec des mouvements amples et emplis d'une envie de fusion des corps...la cadence s'accélère encore et encore jusqu'à ce que les deux corps ne tiennent plus et jouissent à l'unisson...

Fatigués de cette étreinte tellement puissante, les corps s'allongent, les visages se font face, les regards se croisent...chacun regardant la couleur peau de l'autre...instant magique et qu'on souhaite éternellement présent...la fatigue rend la belle endormie...lui la regarde encore en se disant qu'il a la chance d'avoir son âme soeur en face de lui, celle qui a la même couleur peau.

Ils avaient la couleurs de la passion, la couleur peau

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×