Aller au contenu
  • billets
    17
  • commentaire
    0
  • vues
    1 980

Flatulence 1 - Le pet de provinces


179 vues

Chères amies lectrices 
Chers amis lecteurs 

Beaucoup de gens imaginent à tort que tous les pets sont de même nature. Hors, il n'en est rien.  Au fil des posts qui seront publiés ici, sur mon fabuleux Blog, nous allons approfondir le sujet.  Rien ne serait plus triste que d'ignorer cette magnifique émanation humaine que constitue le pet.  C'est avec toute l'exactitude possible que seront abordées ici les différentes sensibilités de chaque pet. 

Cette étude, exhaustive et d'un absolu sérieux, saura intéresser les plus curieux d'entre les lecteurs. Surtout si ces derniers aiment à partager leurs créations avec autrui. Quel que soit le lieu ou le moment. Il me faut donc recourir à une "méthode", un process élaboré avec soin, qui permettra la connaissance du pet.   Nombre d'individus croient qu'il y a des pets odorants, silencieux, sonores, inodores, sans conséquences. 

Péter est une émanation créative de l'être humain. Homme ou femme, c'est une constante de l'existence. C'est une chose utile, nécessaire et inévitable. Péter est beaucoup plus essentiel qu'on ne peut l'imaginer. Il faut toutefois péter dans les règles. Le faire avec goût, avec soin et en gardant présent à l'esprit l'hygiène. Péter sans hygiène peut avoir des conséquences souvent désastreuses. Tout spécialement en société. 

Nous allons ensemble examiner les pets les plus fréquents qu'il nous est donné d'émettre ou de percevoir. Que ce soit en public, dans les transports en commun, les repas de familles ou encore dans les spectacles. Il nous faut donc cataloguer les pets par catégories, avec rigueur et sens de l'observation. Pour la science. Chères amies lectrices, chers amis lecteurs, nous allons commencer par aborder le fameux < Pet de Provinces > 

Le Pet de Provinces 

Quantité de gens expérimentés nous affirment et nous assurent que ces pets ne sont absolument pas surfaits. Les Pets de Provinces ne sont en aucune façon comparables aux pets de Paris. Ils sont bien moins contrefaits. Le Pet de Provinces, contrairement à son cousin, le Pet de Paris, reste fidèle aux goûts des terroirs de France. Le bon pet de Provinces apporte un petit goût salin qu'on ne retrouve pas chez son cousin, le Pet de Paris. 

Le Pet de Provinces a la particularité de rappeler le goût unique de l'huitre fraîche, d'en rappeler les saveurs. Le Pet de Provinces éveille agréablement l'appétit tout en restant discrètement et longuement en suspend. Le Pet de Provinces ne se sert pas avec l'étalage un tantinet exhibitionniste qu'on retrouve dans le Pet de Paris. Il reste courtois, délibérément évanescent. Ses effluves parfumées attirent la préférence des esthètes du monde entier. 

Il n'est pas rare, dans le métro, de rencontrer des touristes émerveillés par un Pet de Provinces, en plein Paris. Ce Pet donnera certainement à ces mêmes touristes le désir intense de visiter les belles régions de France. L'onctueuse odeur des fromages de terroirs, par exemple, se retrouvent dans nombre de Pets de Provinces. Sans évoquer les spécialités charcutières de nos régions. Saucisses de Morteau, de Montbéliard, de Toulouse... 

Les Pets de Provinces sont moins falsifiés que les Pets de Paris. Pets de Paris souvent conçus par des faussaires. A Paris, où l'on se veut raffiné, il n'est pas rare d'avoir affaire à des pets "exotiques", de provenances autres. Certes, c'est l'alimentation qui joue un rôle fondamental et prépondérant dans l'élaboration viscérale du pet. Aussi, les Pets de Provinces, inspirés de nos belles campagnes, offrent des particularités régionales goûteuses. 

Chacun est libre de préférer le Pet de son choix. Mais rappelons aux amateurs une différence fondamentale. Le Pet de Provinces reste souvent un produit naturel, quelquefois biologique, mais toujours riches en saveurs. Le Pet de Paris reste avec un arrière goût dont les origines diverses sont souvent liées aux pollutions citadines. Il sera difficile aux amateurs éclairés de choisir d'autres effluves parfumées que celles de nos belles régions. 

En conclusion, il nous faut prendre conscience, parfois dans la douleur vexatoire, de la supériorité provinciale... 

Oncle Julien

Tous droits réservés - © - 2020 -

Oncle Schlingo.jpeg

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Ce billet ne peut plus recevoir de commentaires supplémentaires.
×