Aller au contenu
  • billets
    3
  • commentaires
    116
  • vues
    9 766

l'auberge espagnole, saison 2


427 vues

Bonjour,

Depuis le temps que je l'annonce, c'est maintenant que je vous propose enfin de reprendre, notre banquet de la pensée.

Commençons par un plat de consistance, c'est la question:" du sens de l'Univers"?

C'est une question éternelle donc pas très originale,c'est pourquoi je vous propose de faire un rappel historique, des réponses, puis d'essayer de trouver les plus pertinentes à la lumière des dernières découvertes.

Bon appétit

4 Commentaires


Commentaires recommandés

Bonsoir à tous,

Un plat de consistance, en la circonstance vertgandazert, c'est une belle entrée en matière.

Un rappel historique... préhistorique, je vous laisse volontiers le soin de le faire, :smile2: je n'étais pas née au début de l'univers, lors du big bang, du grand chamboulement, du choc des titans et des atomes. Alors, je viens vous apporter à ma façon une petite contribution, un long pavé diraient certains mais néanmoins pavé de bonnes intentions.

Quel est le sens de l'univers... quel sens donner à ce rébus à double sens ? Comment faut-il l'appréhender, le comprendre ... dans le sens de raison d'être ou dans le sens de direction ! :o°

L'univers est vaste et diversifié, en continuelle effervescence, en perpétuelle extension, le nommer c'est le définir, c'est donner sens, forme et densité à cet espace informe nommé Univers. Un grand tout universel animé de particules particulières, bombardé de photons, de photiles, ;) de neutrons et autres empêcheurs de tourner en rond, une matière vivante emplie de plein, de vide, de quasars géants, de trous de vers... tel un pouls pulsant, propulsant vers un ailleurs peuplé ou pas de chimères.

L'univers n'a pas de frontières si ce n'est la barrière des mots et des idées. Dans cet Univers immense, cette sphère, cette toile gigantesque essaimée de milliards de planètes plus ou moins fertiles, plus ou moins hostiles, il y a la Terre où vit la micro-sphère des humains, une fourmilière qui vit, meurt, raisonne, se questionne : que suis-je, que fais-je, où vais-je dans ce grand univers ? Ne suis-je qu'une poussière propulsée sur le mur du temps, dans les micro-sillons des champs radio-magnéto en activité qui résonnent de mille échos du passé, présent et à venir en un faisceau de points d'interrogation laissés en points de suspension... se mouvant en points d'affirmations, en points d'exclamations. Eurêka j'ai trouvé !... en une évidence pleine de bon sens.

Au sein de cette fourmilière composée d'hommes et de femmes entre autres espèces animales diverses et variées, il y a ceux et celles qui pensent, s'interrogent, se posent et posent des questions, plus ou moins pertinentes, essentielles ou accessoires, que l'on nomme philosophes et ceux et celles qui à grands renforts de formules savantes, montrent, démontrent, nombrent, dénombrent, chiffrent, déchiffrent, que l'on nomme scientifiques. Parmi eux, il y a tout un flot de septiques cartésiens et vice versa, qui comme St Thomas ne croient que ce qu'ils voient. Illusions illusoires, les apparences sont trompeuses ou de la réalité des mirages de glace, de l'effet de réfraction sur la ligne d'horizon, leurrant l’œil et l'esprit des scrutateurs sur le pont supérieur et qui explique "scientifiquement" les raisons de la collision puis du naufrage du Titanic, sombrant sous un ciel scintillant d'étoiles.

Il y a ceux et celles qui encodent, décodent, décrivent les brins d’ADN qui constituent les maillons de la chaîne, que l'on nomme généticiens. Il y a ceux et celles qui décryptent les anciens hiéroglyphes, fouillent les grains de poussière, que l'on nomme archéologues et ceux qui fouillent les rivières à la recherche de pépites aurifères, que l'on nomme les orpailleurs. Vous avez dit atmosphère, atmosphère... c'est dans l'air du temps des chercheurs de cailloux, de bouts de météores, des chasseurs d'éclairs ou d'aurores boréales. Il y a ceux et celles qui à la recherche d'un signe, à l'écoute d'un signal sonore sondent le fin fond de l'univers, que l'on nomme astrophysiciens et ceux et celles qui explorent l'espace, que l'on nomme astronautes ou cosmonautes suivant leur appellation origine.

Et puis il y a ceux et celles qui au delà de la canopée, la tête dans les étoiles, rêvent, rêvent d'autres présents, d'autres lendemains, des poètes tirant des plants de fleurs sur la comète, que l'on appelle doux rêveurs, idéalistes ou bien encore utopistes. Et puis dans cette immensité universelle, il y a des entités inconnues ou méconnues qui se baladent, traversent l'espace que l'on nomme les anciens voyageurs et qui bientôt nous diront tout tout tout sur les mystères et le sens de l'univers qu'ils empruntent, parcourent à leur gré et connaissent par cœur sur le bout des doigts ou des antennes au choix. :alien:;)

Feuilleton saison 2 ... quand le Nord est sous la neige, au Sud c'est le printemps en hiver. :cool:

Belle soirée à tous les convives.

Lien vers le commentaire

Bonjour les amis,

je salut particulièrement "grain de sel" dont l'esprit pétillant et débordant s'est maintenant dédoublé en deux grains, tels le ying le yang, le photon le photile, rejoignant ainsi la dualité cosmique qui l'anime, pour notre plus grand plaisir.

Commençons donc notre quête du sens de l'univers, par un bref rappel:

Les hommmes depuis toujours semble t il se sont préoccupés de connaître les origines du Monde, avec les moyens à leur disposition. Pour cette raison, les cosmogonies traditionnelles se limitaient à l’Univers visible à l’œil nu, c’est-à-dire essentiellement au système solaire, et à la voûte étoilée.

Ce qui me semble intéressant de souligner ici c'est que l'homme s'est toujours tourné vers le ciel, pour connaitre l'origine du monde donc la sienne.

Notre époque matérialiste, semble vouloir ignorer cette évidence, c'est pourquoi je la rappelle en hors d'oeuvre.

L’étude du ciel est aussi ancienne que l’Humanité elle-même ; mais par définition, nous n’avons aucune trace écrite provenant de la préhistoire.

Toutefois, de nombreux monuments mégalithiques (Stonehenge, vallée des Merveilles, monuments mégalithiques bretons, Amérique centrale…) témoignent, par leur orientation, de préoccupations astronomiques, au moins en ce qui concerne les saisons.

Les premières traces écrites nous parviennent de Mésopotamie, sous la forme de tablettes d’argile vieilles de 6.000 ans. Leurs apports sont encore très présents aujourd’hui, autant dans la vie courante que dans l’astronomie moderne. On leur doit la définition :

des constellations ;

du zodiaque (du grec zôô vivre, zoidon figure d’animal, et zoidiakos qui concerne les constellations d’animaux) ;

des douze heures de la journée et de la nuit (origine dans les décans).

Janouchet et Marco-Polo, nous ont longuement parlé de ces "tablettes sumériennes" signe selon Sitchin d'une connaissance transmise par des extraterrestres venant de la planète "niburu" dont l'orbitre viendrait parfois à proximité de celle de la terre, pourquoi pas?

Je n'ai aucune connaissance particulière, encore moins personnelle, dans le domaine de la vie et des civilisations extraterrestres, je n'interviendrai donc pas directement dans ce domaine, notre ami "lumineux" spécialiste en la matière, nous informe en continue sur ce sujet sensible il le fait avec passion dans la pièce d'à côté, je l'en remercie.

Moi je vais revenir par le biais des philosophes grecs, fondateurs de la science occidentale, j'essaierai de vous parler de Platon d'Aristote et de leurs idées si génialeset si actuelles à bien des égards.

je me demande toujours comment l'esprit de l'homme peut être aussi inspiré?

c'est peut être parce qu'il s'est levé pour marcher debout et pouvoir ainsi regarder les étoiles?

Lien vers le commentaire

Bonjour,

je reviens sur une annonce récente, qui pourrait confirmer l'existence de la fameuse planète "niburu", dont des textes très anciens parlaient déjà selon l'hypothèse de Sitchin.

"Si Planète 9 existe, elle est énorme », écrit le Washington Post. Et énorme serait cette découverte, car ce n'est pas tous les jours que l'on découvre une planète inconnue dans notre système solaire. En fait, depuis l'Antiquité, il n'y en a eu que deux ! « Ce serait dans ce cas la troisième », a expliqué Mike Brown, un professeur d'astronomie planétaire, coauteur de la publication.

Konstantin Batygin et Mike Brown, de l'Institut de technologie de Californie (Caltech), n'ont pas observé directement Planète 9. Ils ont fait cette découverte par le biais de modèles mathématiques et de simulations par ordinateur. Selon leurs calculs, cette planète géante, mais très lointaine, aurait une masse d'environ dix fois celle de la Terre et serait sur une orbite vingt fois plus éloignée que celle de Neptune, qui évolue autour du Soleil à une distance moyenne de 4,5 milliards de kilomètres. Planète 9 effectuerait une orbite complète autour du soleil entre 10 000 et 20 000 ans, précisent Konstantin Batygin et Mike Brown. Il y a encore une grande partie de notre système solaire qui reste à découvrir, et c'est très exaltant », a commenté Mike Brown. Pluton a longtemps été considérée comme la neuvième planète du système solaire, mais a perdu ce statut car elle était trop petite. Elle est désormais classée comme une planète naine. La nouvelle planète découverte n'aura pas ce problème : sa masse serait en effet 5 000 fois celle de Pluton."

A suivre, ce serait assez extraordinaire

Lien vers le commentaire

Bonjour à tous,

En effet Vertgandazert le fait d'avoir acquis la station debout nous différencie des autres espèces se déplaçant en mode 4 x 4. Le fait de se dresser, se redresser, c'est l'avantage de voir plus haut, plus loin, de percevoir davantage à l'instar des suricates. À défaut de regarder ses pieds ou les fourmis par terre, il est préférable de se tourner du côté du ciel... d'autant plus en ce moment, c'est l'occasion ou jamais de lever le nez vers le plafond. En effet un exceptionnel alignement de planètes est visible dans le ciel, dont voici le mode d'emploi pour ne pas perdre une miette du spectacle présent sous le chapiteau de la voûte céleste :

Pour observer Jupiter, Mars, Saturne, Vénus et Mercure, il vous faudra à l'aube regarder en direction du Sud et ce entre le 20 janvier et le 20 février. Cerise sur la galette : samedi prochain le 30 janvier la Lune s'invite à la représentation.

Oui mais encore, l'aube c'est quand précisément ? C’est avant les premières lueurs du jour, juste avant que le jour ne chasse la nuit, autrement dit avant l'aurore ou quand le soleil n'a pas encore pointé le bout de son nez sur la ligne d'horizon. Elle se distingue après la septième heure, peu avant 8 heures. À noter : l'horaire du lever (et du coucher) du soleil varie sensiblement selon que vous soyez au Nord, au Sud, à l'Ouest, à l'Est. Pour celles et ceux que cela intéresse, vous pouvez trouver sur le Net un tableau horaire récapitulatif.

Bien évidemment il faut que le temps soit clair, par temps couvert vous ne verrez rien. Et par les temps d'hiver qui courent, sortez couvert, chaussez bottes, bonnet, :noel: moufles et lunettes accessoirement.

J'ai pris connaissance tout comme vous de l'existence de cette 9ième planète invisible sur la toile, lointaine comme une inaccessible étoile. Ces planètes plus ou moins proches de notre nid, notre cocon douillet nous font véritablement voyager, traverser l'espace virtuellement. Par l'écriture de lignes que je tente d'aligner sur le papier, je suis sur leur ligne d'horizon et m'en approche jusqu'à les toucher, y poser le pied et la plume à s'encrer dans l'encrier et l'encre à s'ancrer dans la réalité.

Lignes et alignements... Certains en connaissaient un rayon, bien qu'il ne soit pas encore laser, à tenter de percer les mystères d'où nous venons et retournerons. Alignement de sites connus, Stonehenge en Angleterre, Carnac en France, Nazca au Pérou... référencés sous l’appellation Les lignes de Ley. Un faisceau de points d'énergie tel des méridiens, des points d'acupuncture, des lignes de force attractives, magnétiques. Outre ces lignes précédentes, la NASA a récemment découvert et photographié des lignes au Kazakhstan. C'est certain, vu du ciel on découvre un autre point de vue. Tous ces points d'interrogations ne nous ont pas encore livré tous leurs mystères.

Comment l'esprit de l'homme peut être aussi inspiré... c'est peut-être parce que tel un souffle, une étincelle de vie, il est connecté en un courant continu, ininterrompu, à la recherche de l'improbable, de l'impossible, à se projeter toujours plus haut, toujours plus loin, à découvrir, faire part et partager des parcelles de vérité. ;)

Beau début de soirée à toutes et tous.

Lien vers le commentaire
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×