• billets
    35
  • commentaire
    0
  • vues
    11 317

Rodamòns ...

BenPocaCosa

12 vues

L'Invisible vagabond , maître des rêves ,passeur du temps !

Aujourd'hui! ,jour de chance!! J'ai la grande cheminée pour moi tout seul ; Profonde cinq bonnes enjambées, large d’autant, de part et d’autre du foyer deux bancs maçonnés de pierres et de cayroux(1 ), comportant pour sièges ,des plaques de marbre rouge et blanc du Conflent, brillantes , lustrées par le frottement de nombreux fondements.

Ce lieu est habituellement le domaine de la maîtresse de maison.

Au fond sous le conduit de fumée , une crémaillère de fer forgé sans âge ;supportant un immense chaudron de cuivre dont l'intérieur brillait comme de l'or. L'extérieur , comme disait ma grand-mère ;noir de tous les pêchés du monde ;dans lequel se préparait , la pitance du cochon et autres animaux domestiques de la maison .

Son cœur une plaque de fonte moulée ,du Saint patron des Catalans, Sant Jordi terrassant le terrible dragon !

Les jours se faisant , plus courts, et froids . la tramontane affichait, sa force , sans gène ni modération. L' endroit prenait des allures d’agora; ou s’échangeaient , nouvelles rumeurs, ragots. Suscitant des exclamations d’indignations ,parfois de colère , ou grosses et franches rigolades , faisant circuler plus vite le sang , déjà vif , des acteurs présents . Pour les enfants admis dans ce cénacle,une condition obligatoire ! ne jamais interrompre les adultes, sans permission. Ce que nous espérions, c'était sans conteste les histoires, contes , légendes que les anciens se complaisaient à raconter, avec force détails horribles ,sanglants et dramatiques, sous le regard souvent réprobateur des femmes présentent.

Des sorcières des monstres , des êtres étranges mystérieux, et sans doutes improbables , mais les ombres mouvantes , projetées sur les murs

intérieurs de la cheminée , animées par les flammes de l’âtre, contribuaient à entretenir le mystère ; et nous procurer quelques nuits mouvementées , avec peurs rétrospectives et cauchemars certains.

Depuis combien de temps étais-je assis là ? La notion de temps m’avait

échappée, entraîné par mes souvenirs , je mettais assoupi.

Avant que je puisse esquisser le moindre geste , émettre le moindre son;

le mur contre lequel j’étais adossé, se délita me précipitant dans le noir et le froid....cool.gif




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant