• billets
    2
  • commentaires
    5
  • vues
    2 228

Quand on est un égocentrique de base...

Ninouschkaya

103 vues

Vendredi matin, j'étais à la salle du muscu.

C'est une vieille salle, plutôt délabrée, dans un complexe omnisport qui doit daté de...bien avant la chute du mur de Berlin (ce qui à mon échelle, en fait un monument antique), si je devais donner une image significative de cette salle...j'évoquerais le portrait qui orne un des murs, avec un type dessus, un ancien champion d’haltérophilie sans doute, qui ressemble à s'y méprendre à Freddy Mercury.

Bref, je me mets à faire des séries sur une machine quelconque...et à la machine d'à côté, une fille grande et maigre vient s'installer, l'ai plutôt timide.

Ayant conscience de mon aspect franchement ridicule, écarlate de douleur, je décide de lui parler pour me donner une contenance, et aussi pour lui montrer que j'aime bien les inconnus, qu'elle est la bienvenue.

Je lui parle des mes mollets en trains de claquer, de telles machines qu'il faut éviter, du coach qui dit qu'il faut accepter de souffrir...enfin bref, tout un tas de réflexions teintées d'humour.

Et la séance se poursuit, quand je la croise, je lui adresse des sourires complices, et des encouragements peu convaincants, mais partant de bonnes intention.

Je sors de la salle de sport, et je raconte à une amie qui fréquente la même salle, combien cette fille est sympa, quoiqu'un peu discrète.

Et elle de me répondre "Elle est muette". Sur le coup, je me félicite d'être quelqu'un de peu contrariant, ouvert à tous au-delà du handicap.

Mais plus les heures passent, et plus je dois cesser de me mentir, la vérité c'est que je suis une tarée égocentrique qui adore raconter sa vie, parler, gazouiller...sans beaucoup d'intérêt pour l'autre, au point que je peux discutailler pendant près d'une heure et demi avec une autre personne, sans m'apercevoir qu'elle ne peut parler.

ET c'est plutôt décourageant de prendre conscience de ça...

Scotch%C3%A9e-2.jpg


   Alerter


3 Commentaires


Commentaires recommandés

Je culpabilise pas, on se refait pas...mais je mesure combien ma vie est très centrée sur moi...on peut toujours arranger ça.

Je trouvais ça drôle, définissez vous en une seule phrase: je peux parler 1h30 face à une muette. :smile2:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant