Le blog d'un normand

  • billets
    81
  • commentaires
    89
  • vues
    30 791

Je suis un dangereux criminel

Invité

11 vues

J'avais reçu pour vendredi matin une convocation pour aller à la gendarmerie, je pensais naïvement que c'était suite à la plainte de février quand mon ex avait refusé de me laisser mes enfants, à peine arrivé, un gradé mais je ne sais toujours pas son grade, me signifie que je suis en garde à vue, j'ai droit à trois choses, appeler un proche, voir mon avocat ou bien voir un toubi, je prend l'appel à ma mère, on devait manger ensemble le midi et là j'apprends que ma fille agée de 7 ans aurai subi des attouchements de ma part, je suis abasourdi, j'ai du mal à rester calme, j'ai envie de partir loin, de me réfugier dans un trou de sable, j'apprends que j'aurais réveillé ma fille dans la nuit, pour des raisons de place je dors avec ma fille et aussi parce qu'elle ne me voit que pour la moitié des vacances scolaires, pour l'instant pas droit à plus, je la prend avec moi et cela la calme et la rassure alors donc je lui aurai caressé le ventre sous son pyjama et qu'elle aurai vu mon sexe en érection.

J'aurais droit à une première visite d'une cellule, bien sur je dois oter mes lacets, mes lunettes, sympa vu que je suis moype, mon écharpe pour protéger ma gorge malade, mon coupe vent, bref je me retrouve dans 4m² à m'emmerder, bien sur pas de quoi lire, pas mon portable, rien quoi, elle est pas sale mais bon dans un coin un wc à la turque, pas de papier, bien sur.

Ils viendront me chercher, me mettront les menottes et on ira chez moi, ils perquisitionnerons, bien sur ils découvrirons sur mon pc mes films de boule, mes images de mes copines un peu dénudés, ils regarderont pas mal de mes photos, je ne pourrai pas prendre un cachet sans qu'ils le regardent avant, de peur que je m'enpoisonne, bien sur pour aller de la rue à mon immeuble j'aurais les menottes et serais escorté par les gendarmes, des fois que je veuille m'échapper.

Dans ces cas là vous regrettez de ne pas avoir fait du karaté parce que franchement je les aurais bien maravé la leur tête, ils trouveront mais j'aurais droit à plein de réflexion sur mes films x, heureusement qu'ils n'ont pas trouvé ma poupée gonflable alors là j'étais bon pour la guillotine, j'avais l'impression que j'étais mesrine, j'étais condamné sans avoir pu me défendre.

On retourne à la gendarmerie, j'ai pu prendre deux pommes, on me réinterroge, je me défends comme je peux, je fais observer que ma fille a dit cela le 6 mars, qu'elle aurait dit qu'elle voulait plus me voir mais que en avril quand j'ai été les chercher elle et son frère, mon ex m'a rien dit alors je ne pige rien, je retourne en cage avec une pomme, je mijote encore un peu, j'arrive à dormir, je ne sais pas comment, je n'ai aucune notion du temps, je me rassure en me disant que la gendarmerie ferme à 18h et que soit ils ont des preuves et dans ce cas je vais au dépot soit ils ont rien et pour l'instant c'est ce qui se passe, ils doivent me relacher.

Nouvel interrogatoire, je parle trop mais je suis tellement mal, j'essaie de rester calme mais j'ai qu'une envie c'est de tout casser, je reparle des dates, j'apprends que ma mère est passé et qu'ils lui ont rien dit, quelle bande de cons, j'ai vraiment du mal à rester calme, je parle de shakespeare et de cette pièce : much ado about nothing, beaucoup de bruit pour rien, je dis tous les pères devront aller en prison parce que caresser le ventre de ma fille j'ai forcément du le faire la journée pour la faire digérer, je parle des vacances que je lave le sexe et les fesses de ma fille pour enlever le sable, il me répond que tous les enfants ont du sable dans les fesses, mais je ne sais pas à quel date ces évenements se sont passés, sachant qu'en février je les ai pas eu alors c'était à noel soit 3 mois après.

Vraiment de quoi se taper la tête par terre, je pige que dalle, je suis incapable d'être cohérent, je parle de vincent et que pendant un an j'ai du le décalotter pour éviter d'avoir à lui couper le prépuce et je demande si pour ca je vais aussi aller en prison.

Je retourne en cage, la un moment se passe puis un autre gendarme vient me chercher et la comme dans les films américains, je suis pris en photo de face et de profil, il me manque juste le panneau wanted devant moi, on me prend mes empreintes, je me laisse faire mais j'ai du mal, j'ai envie de tout envoyer balader, on me prend mon adn, ca y est je suis fiché.

Nouvel interrogatoire on me reparle de ma garde à vue, je dis que c'est peanuts ce qu'on me repproche et que si il y avait eu un soucis mon ex me les aurait pas donné en avril, c'est du grand n'importe nawak, on me libère, il me tend la main, j'ai du mal à la serrer, je le regarde pas en face, j'ai la main molle, ma mère est là et la je tombe dans les pommes, dans la gendarmerie, plein de mondes, il est 17h00 je suis là depuis 9h ce matin, je reviens à moi, dans les bras de ma mère quelques secondes apèrs, elle me sort et la je marche, j'explose, je hurle, je fracasse un panneau, je sais il a rien fait mais fallait que ça sorte, on a parlé ma mère et moi, on est d'accord pour dire que c'est un coup de mon ex, un coup de salaud oui.

Comme le matin j'étais venu en vélo, je repars en vélo, je suis tellement énervé que j'appuie sur les pédales, ma mère ayant une voiture aura du mal à me suivre, pourtant elle était à plus de 50 km/heure bon ok une légère pente mais quand même, je suis en danseuse tout le temps, j'appuis sur les pédales, je crie sur mon vélo, je double les voitures par la droite, par la gauche, et j'arrive avant ma mère.

J'ai du parlé de vincent, de sa mère, ils m'ont dit qu'ils allaient les interroger, je ne sais toujours pas qui a écouter la plainte de ma fille, qui était là dans la pièce, j'ai des gros doutes sur la procédure.

Résultat : j'ai pris au moins 2kg tellement j'ai compensé, je voulais sortir ce soir, draguer, rire, m'amuser, et là je suis là à essayer de ma calmer, j'en ai gros sur la patate, cette après midi j'ai été me balader dans un joli village du coin, un vieux village, mais je bouffe je bouffe je fais que ça, tellement je suis mal.

Et pourtant je l'aime encore mon ex, c'est vraiment con la vie.

Maintenant je fais gaffe quand je suis avec des enfants et je sais que j'ai des enfants dans mon immeuble qui m'adorent et que je fais bien rire alors j'ai peur, c'est vrai faut que je fasse gaffe je suis un dangereux criminel désormais, je suis fiché dans le fichier des pédophiles.

C'est pas beau la vie quand on tombe de haut et là je peux vous dire que je suis en train de tomber de très haut.

Je remet cette affaire là, sachant que tout cela s'est passé au mois de mai/juin.

Depuis mon fils ainé né d'une autre relation a été entendu, il a confirmé ainsi que sa mère que j'étais innocent, que ma fille était un pot de colle, qu'elle était pénible, il a même fait rire le gendarme en disant : "mon père est trop gentil et pas pénible du tout, alors comment se fait-il que sa fille le soit ?"

Il a bien encaissé le coup mais c'est sur qu'il aura des séquelles vis à vis d'isabelle et que il lui en voudra à vie, je ne sais pas si c'est de la haine mais en tout cas, il la porte pas dans son coeur, dommage.


   Alerter


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant