Le blog d'un normand

  • billets
    81
  • commentaires
    89
  • vues
    30 791

La balade nocturne

Invité

13 vues

Admirer ces fessiers avenant moulés dans des jeans

remuer sur un dance floor

sur de la musique funky

un sourire accrochés à leurs lèvres

ces danseurs qui veulent les épater

pour ne pas finir seul dans leur lit

et préfèrent finir à deux sous la couette

je regarde ce cinéma, ces mimiques de dragues

je me lève, ne voulant pas voir ce spectacle

je prefère contempler la lune et les étoiles

je repense à cette chanson des amants, celle de Prévert

je marche dans la nuit,

seul

je souris à la vie

au temps qui passe

des voitures me croisent mais je continue ma balade nocturne

les mots me viennent tout seul

que je me murmure

je repense à ces gestes simples de nos ancètres

je suis bien

loin de tout

perdu dans la campagne

un horizon étoilé et lunaire me tend les bras

je cligne des yeux pour mieux voir

un cheval me suis depuis son champ

puis s'arrête pour manger,

je passe par dessus la barrière

je le caresse, il se laisse faire

je monte sur lui

il se prête docilement à la manoeuvre

et doucement nous partons

vers un ailleurs

fait de campanules et de pommes

nous prenons les chemins des écoliers

je me tient à la crinière

nous avons le temps

la lune nous éclaire la route à prendre

celle qui va passe du gris foncé à l'arc en ciel

il y a des jours et des nuits me dis-je

quand je repense où j'étais il y a une heure

je souris, je suis bien mieux sur ce cheval

qui m'enmène et qui fait de moi un être docile

penché sur son dos

je lui flatte les flancs, il hennit de plaisir et

s'arrête pour manger de la salicone

qui pousse dans ce champ de camargue

nous repartons

nous longeons un étang

des campings car alignés se reposent de leur parcours

il y a toujours des gens en action

que je vois comme des ombres derrière leur fenêtre

il y a des jours et des lunes

nous continuons notre route

tout les deux

d'un pas régulier et souple

le cheval ne manifeste pas d'impatience

il avance tranquillement

choisissant bien l'endroit où il pose ses sabots

nous nous arrêtons dans un champ

pour dormir,

le cheval s'allonge sur l'herbe et moi je le contemple

obscur témoin de notre temps

je m'allonge contre lui

et nous nous endormons

l'un contre l'autre

dans cette si belle nuit de printemps.


   Alerter


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant