• billets
    13
  • commentaire
    0
  • vues
    20 503

Un programmes des nations unies pour l'environnement.

Jack~OF~Blade

22 vues

Un Plan d'action pour la Mer Méditerranée.

Les activités La Méditerranée, une mer aux défis uniques.

La mer Méditerranée couvre plus de 2,5 millions de km2. Son littoral s'étend sur plus de 46 000 km. Les pays méditerranéens ont une population s'élevant a près de 450 millions à laquelle viennent s'ajouter chaque année 170 millions de touristes.

Avec une profondeur moyenne de tout juste 1500 mètres, il s'agit d'une mer semi-fermée, dont les deux accès sont le détroit de Gibraltar, large d'environ 14 km et le canal de Suez, large de quelques mètres seulement. Par conséquent, le renouvellement des eaux par apport d'eaux océaniques prend de 80 à 100 ans.

En ce qui concerne la biodiversité, il s'agit d'une des mers les plus riches au monde : 7,5% de toutes les espèces animales et 18% de la flore marine, pour une mer qui représente à peine 0,7 % de la surface totale des océans.

La flore et la faune de la Méditerranée consistent en partie d'espèces de zone tempérée et d'espèces tropicales, dont 30% sont endémiques.

Ses eaux bordent le littoral de pays d'Europe, du Moyen Orient et d'Afrique du Nord, ce qui rend la région particulièrement complexe du point de vue politique, économique et géographique mais aussi unique et diverse du point de vue de l'environnement.

Un aperçu

Le développement durable

En Méditerranée, le développement durable présente des caractéristiques spécifiques. Des pressions particulières sont dues au tourisme, à la concentration urbaine sur le littoral, au développement de l'agriculture irriguée et intensive, des tendances à l'abandon et à la mauvaise gestion des régions montagneuses, de la sur-pêche, du transport maritime intercontinental Asie-Europe. Toutes ces pressions sont exercées sur des ressources particulièrement limitées et fragiles: l'eau, les zones côtières naturelles et le milieu marin.

Les travaux précédants du Plan Bleu sur l'environnement et le développement ont ¿ avant même que la notion de développement durable fasse son apparition ¿ attiré l'attention sur les interactions entre la démographie, le développement économique, la pression sur le littoral et sur les ressources naturelles telles que l'eau et le milieu naturel.

C'est cette approche du Plan Bleu, non seulement prospective mais également systémique qui trouve sa traduction opérationnelle dans le concept de durabilité avec ses trois piliers, économique, social et environnemental, une approche qui revêt une signification particulière en Méditerranée.

La Méditerranée présente sa problématique spécifique de développement durable. Alors que des progrès significatifs ont été réalisés concernant l'accès à l'éducation, l'égalité homme-femme et la santé publique, c'est le chômage des jeunes qui est, en Méditerranée, la question la plus préoccupante, selon les questions sociales couvertes par les Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés dans le cadre des Nations Unies.

La Convention de Barcelone joue un rôle important dans la région méditerranéenne en tant que forum pour le développement durable par le biais de la Commission méditerranéenne de développement durable, ainsi que comme cadre de coopération pour la gestion de biens communs tels que la mer.

Lutter contre la pollution tellurique

Jusqu'à 80% de la pollution marine est causée par des activités menées à terre, avec des activités industrielles dans le secteur chimique, pétrochimique et métallurgique, sources principales de pollution. Les substances chimiques utilisées en agriculture sont transportées dans la mer par ruissellement.

Trois des protocoles adoptés par les Parties contractantes traitent des aspects spécifiques de la pollution d'origine tellurique: le Protocole relatif aux sources et activités situées à terre, le Protocole relatif aux immersions des navires et aéronefs et le Protocole relatif aux déchets dangereux.

Le Programme d'actions stratégiques (PAS), élaboré par le MED POL, identifie les principales sources de pollution situées à terre et propose des actions de dépollution à mettre en ¿uvre d'ici 2025. Le programme contient également une liste de 103 "points chauds" de pollution et 53 zones sensibles officiellement reconnus comme nécessitant une attention particulière et des interventions.

Au cours de 2004 et 2005, les pays méditerranéens ont préparé des plans d'action nationaux (PAN) qui présentent les mesures de réduction de la pollution qu'ils entendent mettre en ¿uvre, d'ici quelle date et avec quels fonds, compte tenu des problèmes environnementaux et socio-économiques, des cadres législatifs et des infrastructures déjà en place.

Le Centre d'activités régionales pour la production propre (le CAR/PP) encourage l'utilisation de pratiques et techniques de production propre pour réduire la pollution industrielle en appliquant une stratégie environnementale préventive intégrée aux processus, produits et services, ayant pour objectif de minimiser les déchets par une réduction de la pollution à la source, la conservation des matières premières et de l'énergie et le recyclage interne.

Prévenir les accidents maritimes et les rejets illicites des navires

La mer Méditerranée se caractérise par la densité de trafic de pétroliers la plus élevée du monde. Avec 28% du trafic maritime pétrolier du monde transitant dans ses eaux, environ 200.000 traversées par an, jusqu'à 2000 navires sont en mer à n'importe quel moment. Entre 1977 et 1999, on a enregistré 151 accidents maritimes ayant provoqué des marées noires.

Puisque certains pays méditerranéens sont restés en arrière en terme de préparation à intervenir en cas de situation critique due à la pollution, le Centre d'activités régionales du PAM, le REMPEC, les a aidé à respecter leurs obligations au titre du Protocole "prévention et situations critiques" en leur fournissant un appui pour mettre au point des systèmes nationaux de préparation et d'intervention en cas de situation critique et leur prêtant assistance pour mettre en place des installations portuaires appropriées pour collecter les déchets liquides et solides des navires. Le REMPEC aide aussi à mettre au point des accords internationaux de coopération et d'assistance mutuelle en cas d'urgence et s'occupe de la formation de personnel.

Depuis 1993, une Unité d'assistance méditerranéenne (UMA), a été mise en place afin de prêter une assistance immédiate aux autorités d'un état côtier menacé ou affecté par un accident de pollution.

Gérer les zones côtières

Environ 145 millions de personnes ¿ soit à peu près 355% de la totalité de la population méditerranéenne ¿ constitue la population des côtes méditerranéennes. La Méditerranée est également la destination touristique la plus populaire avec 170 millions de visiteurs chaque année. Les zones côtières et les ressources naturelles sont donc confrontées à de graves pressions dues à une surpopulation et à un développement effréné.

Environ 48% des centres urbains sont dépourvus d'installations de traitement des eaux usées, et près de 80% des eaux usées sont déversés dans la mer sans être traitées, ce qui signifie qu'une charge de plus de 3 milliards de m3 d'eaux usées non traitées pénètrent dans la mer chaque année.

La production de déchets solides par personne par an s'élève à 254 kg avec une augmentation annuelle de 2 à 3%. 30 à 40 millions de tonnes par an viennent de la côte. Ceci inclut les ordures ménagères, le papier, le verre et les matières plastiques qui représentent 75% des déchets en mer.

La gestion intégrée des zones côtières a pour but d'aborder les problèmes de la zone côtière de façon collective, étant entendu qu'ils sont liés entre eux. Elle se fonde sur l'implication de toute une série de secteurs, parties prenantes et échelons administratifs.

Le PAM, par le truchement du Centre CAR/PAP, est passé à intégrer le développement durable dans les activités de planification et de développement par la mise en ¿uvre de programmes d'aménagement côtier (PACs), projets individuels axés sur la solution des problèmes des zones côtières les plus affectées.

Depuis 1993, 13 PACs ont été réalisés dans les pays suivants: Albanie, Algérie, Croatie (baie de Castella), Chypre, ÿgypte (Fuka-Matrouh), Grèce (Rhodes), Israël, Liban, Malte, Slovénie, Syrie, Tunisie (Sfax) et Turquie (baie d'Izmir). Deux autres sont actuellement mis en ¿uvre en Espagne et au Maroc.

Le Protocole "GIZC" ¿ un nouvel instrument juridique Une des priorités actuelles du CAR/PAP est de finaliser le nouveau Protocole relatif à la GIZC. Un groupe de travail d'experts désignés par les gouvernements s'est réuni pour rédiger le texte qui sera soumis pour adoption à la réunion ordinaire des Parties contractantes en janvier 2008.

Préserver la diversité biologique marine et côtière de la Méditerranée

La protection des espèces en danger ou menacées en Méditerranée est cruciale. La plupart des menaces sont apparentées aux activités humaines, c'est pourquoi le soutien du public est un facteur-clé. La préservation de la biodiversité, de ses écosystèmes rares ou fragiles, des espèces de la faune et de la flore sauvages et de leurs habitats, est l'un des domaines d'intérêt et champs d'activités principaux du PAM/PNUE qui a gagné une large reconnaissance et un soutien important.

Le Protocole "ASP et biodiversité" engage les Parties contractantes à faciliter des actions en vue de protéger et d'améliorer le patrimoine naturel et culturel, et notamment encourager la création et la protection d'aires spécialement protégées et d'incorporer la diversité biologique dans leurs politiques nationales.

Plusieurs plans d'action ont été élaborés et sont mis en ¿uvre par le Centre "CAR/ASP" du PAM. Ils concernent la conservation d'espèces menacées en Méditerranée: les cétacés, les tortues marines ¿ en particulier la tortue verte (Chelonia mydas), la végétation marine, les poissons cartilagineux tels les requins, les espèces d'oiseaux marins ainsi qu'un Plan d'action sur l'introduction d'espèces non indigènes en vue de réglementer l'introduction intentionnelle ou accidentelle dans la vie sauvage d'espèces non indigènes ou génétiquement modifiées et interdire celles pouvant avoir des effets nuisibles sur les écosystèmes, habitats ou espèces.

Promouvoir l'information et la communication

Les efforts visent à accroître et améliorer le flux d'information sur l'environnement et le PAM données aux gouvernements et aux institutions nationales et internationales ainsi qu'à encourager une plus grande sensibilisation du public à ces questions. Le PAM tente de promouvoir la participation du public comme élément-clé du processus de décision au niveau national et local.

Le PAM met également à la disposition du public des données et informations scientifiques et techniques et, par le biais du Centre d'activités régionales INFO/RAC facilite et encourage l'information du public au niveau national, pour étayer les campagnes d'information et de sensibilisation sur l'environnement et le développement durable.

Il s'attache à élaborer une ambitieuse stratégie d'information internationale, à l'intention d'audiences plus larges et particulièrement les jeunes, au moyen de méthodes de diffusion comme l'Internet et des publications multilingues.

Sauvegarder le patrimoine culturel

Le littoral méditerranéen offre la plus forte concentration mondiale de monuments et sites historiques, riche héritage de milliers d'années de civilisations successives, d'échanges commerciaux, de conquêtes et de conflits.

Alors que les sites historiques sont exposés à la dégradation due à des causes naturelles, leur durabilité est également menacée par le grand nombre de visiteurs ainsi que par les impacts de la pollution atmosphérique. Les sites sous-marins sont aussi vulnérables aux rejets de déchets et aux activités de dragage.

Le Programme pour la protection des sites historiques côtiers (100 SH) a pour but d'aider à protéger les sites historiques d'intérêt commun pour la Méditerranée identifiés par les Parties contractantes sur la base de critères de sélection adoptés. Le Programme concentre ses efforts sur les sites figurant sur la liste des 100 sites historiques situés dans divers états riverains de la Méditerranée et propose des formations sur les pratiques de gestion de site optimales.


   Alerter


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant