Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'solitude'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

80 résultats trouvés

  1. Salut à tous Alors je viens vers vous étant donné que mon esprit fuse trop pour pouvoir me permettre de réfléchir Il y a deux ans de ça j'ai rencontré un garçon avec qui ça a collé tout de suite mais le petit hic c'est qu'il devait partir au Portugal pour une affaire qu'il a acheté avec son frère, mais sachant que c'était beaucoup trop tôt pour moi et que j'ignorais si on serait compatible ou pas j'ai décliné le départ à ces côtés, alors lui de son côté pour ne pas regretter il a reculé son départ d'un an histoire de voir si entre nous ça pouvait fonctionner. Et me voilà depuis le mois de novembre au Portugal à bosser pour lui (restauration) mais sincèrement je ne m'épanouis pas dans ce boulot (que je connais étant donné que je suis de la restauration depuis 15ans maintenant), je me sents seule, mes amis me manque et mon ancien boulot encore plus, j'ai sincèrement l'impression de subir ma vie plutôt que de la vivre et ce pays ne m'attire en rien... cependant j'aime mon compagnon et je ne sais quoi faire ... Je me dis que des gens qui auront un point de vue extérieur pourrons peut-être me permettre s'y voir plus clair. Je vais avoir 30ans et j'ai la sensation de reculer professionnellement. Alors faut t'il que je parte et dans ce cas être triste de cet amour perdu ou dois je rester et être triste dans ma vie professionnelle... Je vous remercie de m'avoir lu et pour vos réponses à venir 😊
  2. Ceci est un sondage qui aidera mon Travail Pratique pour fin Gymnase. Merci de participer et de m'aider, merci pour tout vos réponses. https://www.sondageonline.com/s/4b31da7
  3. Je suis dans la solitude et un peu trop âgé; et vos discussions constituent pour moi une fenêtre sur le monde. J’en suis très reconnaissant. Merci à vous tous.
  4. TOUT DABORD MERCI À CEUX QUI PRENDRONT LA PEINE DE ME RÉPONDRE AVEC SÉRIEUX. MERCI BCP. Alors tout à commençais y’a deux ans, cela faisait deux ans que j’étais en couple avec celle que j’aimais, j’aurais tout donner pour elle et à en lire vous comprendrais que c’est à mon grand regret fini. On venez de s’installer à Nice à 800 km de nos villes respectives pour que j’effectue ma licence pro d’une durée d’un an. Ensuite j’ai été embauché et mon amplitude horaire a doubler car je suis Cadre et effectue de grosse journée. 6h-18h et une fois par semaine 6h-21/22h bref j’avais signer mon arrêt de mort. On se voyais moins et j’avais fais ce choix pour qu’on puisse vivre correctement et avoir des ¨Projet mais à force le temps nous a bouffer et on a partager de moins en moins de chose. Aujourd’hui elle est partie depuis début avril et je ne me refait pas à son absence mais je n’ai nul le choix que d’en me faire une idée malgré la douleur sanglante présente au fond de moi. Et derrière y’a l’histoire de mon travail qui m’écœure désormais à cause de la place qu’il occupe dans ma vie qu’il monopolise. Je n’ai aucun temps pour moi. Puis maintenant j’ai peur de finir seul et j’ose plus aborder une fille par peur de ne pas lui plaire ou ne pas trouver les mots. J’ai plus confiance. De plus concernant mon travail. Je ne peux pas le quitter comme ça car j’ai des charges à payer et il me faut un salaire. Aujourd’hui je me retrouve seul dans mon appart à 800 km de ma famille et mes amis. En cdi pour un job qui ne me plaît pas. Le seul aspect positif c’est la ville mais je n’y connais personne et je n’ose pas aborder les filles etc. Du coup je Bade dans mon lit devant des séries et je laisse le temps passer, sans envie de rien et je me suis mis en arrêt jusqu’à samedi déjà Aide et conseils SVP
  5. brooder

    L'organisation

    Problème dans les villes ou en campagne, il devient de plus en plus difficile de trouver des lieux de rencontre. Avant, il n'y a pas si longtemps, les cafés étaient des lieux indispensables, pour comme ils disent, au tissu social. Cependant ils étaient vilipendés par la bonne société comme étant des lieux de débauches. Ils leurs préféraient les "clubs" soi-disant respectables... Cette attitude a maintenant été reprise par nos chers patrons de cafés qui rêvent tous de devenir des lieux "à la mode" donc fréquentés par des gens ayant de l'argent à dépenser sans compter. Adieu donc les cafés où j'allais rêvassé et voir la vie partir "à vollo" car si le patron aime les gens fortunés cela doit être rentabilisé et comme nous disait un prof d'économie pratiquant les cafés, il n'y a pas plus riche qu'un patron de café. Adieu aussi les cas soss qui y trouvaient un lieu pour pleurer leur misère en attendant la tournée du patron, tout y est maintenant comme dans n'importe quelle entreprise. ... Alors quelle organisation pourrait remplacer la chaleur humaine qui ne soit pas encartée par quelques intérêts ?
  6. Helpy0909

    Sans amis

    Bonjour, J'ai 14 ans et depuis presque un ans je n'ai plus d'amis... j'ai payé le coût des frais en restant avec un groupe de filles toutes hypocrites les unes que les autres et j'ai préférée laissé tomber ce genre d'amitié vraiment toxique. Actuellement je n'ai que quelques amis garçon virtuels ( je suis une fille ) je m'entend super bien avec eux mais le virtuel ne peux pas changer ma solitude quand je suis seule pendant les récréations. Maintenant que je suis seule, je souris presque plus, je commence à enchaîner les vêtements de couleur sombre ( bordeaux, noir, bleu foncé) et j'arrive plus à être positive. Je suis allée sur plusieurs sites et chaque site montrait que j'était au stade de l'isolement... avant je rigolais et maintenant je rigole très rarement il y a que chez moi ou je peux sourire et rire tranquillement. Mon visage est fermé et je regarde très mal les personnes de mon collège enfin breff j'éspère que vous pourrez me donner quelques conseils ou un peu m'aider sur mon cas de solitude. Bonne journée
  7. Bonsoir, Je suis un jeune homme de 20 ans, vivant dans un milieu plutôt huppé, voir même bourgeois. J'ai toujours été socialement très épanoui, j'ai reçu une très bonne éducation, j'ai un très bon cercle d'ami, bien diversifié (pas que des bourges non plus), je fais des études universitaires où je réussis (non brillamment mais bon pas très important tant que je réussis). Bref la vie sur papier plutôt banale, sensée être satisfaisante, motivante, voir épanouissante. Alors voila ca pourra vous paraître bizarre, mais ces derniers mois, mêmes années, je n'arrive plus à ressentir le bonheur, comme je le ressentais autrefois. Je suis très touché par les injustices sociales de notre société, société dans laquelle les gens ont un plaisir fou à étaler leur vie, montrer qu'ils vivent la vie parfaite, faire du "show". Je suis horrifié par ce monde d'apparences dans lequel je me trouve, sans y appartenir, n'ayant aucune authenticité, que de superficialité. Je n'arrive qu'à voir des clichés autour de moi, des gens qui essayent de rentrer dans des cases toues faites, "être stylé". J'ai l'impression que le but du monde est de montrer aux gens que leur vie est supérieure et enviante, montrant un faux luxe et un faux bonheur. Montrer, montrer et toujours montrer, je ne vois que ça... Tout cela me fait encore plus voir les injustices et inégalités sociales de notre société, car je suis parfaitement conscient de l'immense majorité du monde qui n'a pas les mêmes chances et opportunités que mon entourage et moi même. Je n'arrive même pas à poser de mots représentatif sur le dégoût qui vit en moi, constamment. Je me suis donc petit à petit isolé, en me coupant quelques jours par ci par là, puis progressivement quelques semaines, des réseaux sociaux, en restant seul, sans rien faire de constructif à part étudier de temps en temps. Mais majoritairement, je restais dans mon lit, à fumer des joints, réflechir, écouter de la musique, regarder des films, reportages, articles,... bref rien de constructif. Au fur et à mesure, j'ai développé une espèce de dépendance non pas au cannabis, mais a la solitude. Passer du temps avec mes amis ne me déplaisait pas, mais je pensais toujours au moment où je pourrais de nouveau être seul, avoir la paix, être "tranquil". Je sortais de moins en moins, car être seul me procurait vraiment un sentiment de soulagement, je pouvais souffler et être moi-même à 100%, seul je n'avais aucune gêne à avoir, aucune retenue à avoir, ce n'était que moi. Je pensais que ce dégout de la société venait peut être de ma consommation de cannabis, chose qui m'aidait a me sentir plus normal et moins agacé par mon entourage, à supporter "mon monde". Donc j'ai arrêté (je n'ai toujours pas repris mais je commence a me demander pourquoi j'ai arrêté), pendant plusieurs mois, mais rien n'y fait, le sentiment ne part pas, je vois toujours les choses qu'en gris. Pendant ces périodes de solitude, qui durent encore toujours aujourd'hui, un énorme manque d'ambition, comme un découragement de la vie en société, s'est développé en moi. Je me suis de plus en plus intéressé aux sujets comme l'autarcie,histoire de trouver un moyen de vivre complètement seul, ou alors vivre très à l'écart des grandes villes, dans la nature, isolé, c'en est carrément devenu un rêve. Dans cette vie de rêve, à laquelle je n'arrête pas de penser, j'aurais pour seule compagnie des animaux domestiques (car oui j'ai une passion et un amour fou pour les animaux, je considère leurs émotions tellement authentiques, réelles, il n'y a pas de superficialité chez eux), coupé du monde extérieur, enfermé dans ma bulle. Je ne sais pas si je peux considérer cela comme une sorte d'ambition? Mon ambition serait-elle de ne rien faire, avec personne, coupé de tout? Voilà je suis assez perdu, j'aimerais savoir si des gens se reconnaissent dans ces pensées et ce mode de vie, comment gérez vous tout cela? comment avancer dans la vie sans ambition et sans aucune foi dans la société? Il y'a-t-il des personnes qui sont allées au bout de ce rêve et qui se sont isolées de tout? Est-ce que c'est possible ou est ce que je dois complètement changer? Des témoignages me feraient énormément de bien, surtout histoire de savoir si mon "rêve" est réaliste, je remercie sincèrement les gens qui m'ont lu. Bien à vous. ps: désolé pour les fautes de français je sais que mon orthographe et mon style peuvent laisser à désirer.
  8. Bonsoir, Je suis un jeune homme de 20 ans, vivant dans un milieu plutôt huppé, voir même bourgeois. J'ai toujours été socialement très épanoui, j'ai reçu une très bonne éducation, j'ai un très bon cercle d'ami, bien diversifié (pas que des bourges non plus), je fais des études universitaires où je réussis (non brillamment mais bon pas très important tant que je réussis). Bref la vie sur papier plutôt banale, sensée être satisfaisante, motivante, voir épanouissante. Alors voila ca pourra vous paraître bizarre, mais ces derniers mois, mêmes années, je n'arrive plus à ressentir le bonheur, comme je le ressentais autrefois. Je suis très touché par les injustices sociales de notre société, société dans laquelle les gens ont un plaisir fou à étaler leur vie, montrer qu'ils vivent la vie parfaite, faire du "show". Je suis horrifié par ce monde d'apparences dans lequel je me trouve, sans y appartenir, n'ayant aucune authenticité, que de superficialité. Je n'arrive qu'à voir des clichés autour de moi, des gens qui essayent de rentrer dans des cases toues faites, "être stylé". J'ai l'impression que le but du monde est de montrer aux gens que leur vie est supérieure et enviante, montrant un faux luxe et un faux bonheur. Montrer, montrer et toujours montrer, je ne vois que ça... Tout cela me fait encore plus voir les injustices et inégalités sociales de notre société, car je suis parfaitement conscient de l'immense majorité du monde qui n'a pas les mêmes chances et opportunités que mon entourage et moi même. Je n'arrive même pas à poser de mots représentatif sur le dégoût qui vit en moi, constamment. Je me suis donc petit à petit isolé, en me coupant quelques jours par ci par là, puis progressivement quelques semaines, des réseaux sociaux, en restant seul, sans rien faire de constructif à part étudier de temps en temps. Mais majoritairement, je restais dans mon lit, à fumer des joints, réflechir, écouter de la musique, regarder des films, reportages, articles,... bref rien de constructif. Au fur et à mesure, j'ai développé une espèce de dépendance non pas au cannabis, mais a la solitude. Passer du temps avec mes amis ne me déplaisait pas, mais je pensais toujours au moment où je pourrais de nouveau être seul, avoir la paix, être "tranquil". Je sortais de moins en moins, car être seul me procurait vraiment un sentiment de soulagement, je pouvais souffler et être moi-même à 100%, seul je n'avais aucune gêne à avoir, aucune retenue à avoir, ce n'était que moi. Je pensais que ce dégout de la société venait peut être de ma consommation de cannabis, chose qui m'aidait a me sentir plus normal et moins agacé par mon entourage, à supporter "mon monde". Donc j'ai arrêté (je n'ai toujours pas repris mais je commence a me demander pourquoi j'ai arrêté), pendant plusieurs mois, mais rien n'y fait, le sentiment ne part pas, je vois toujours les choses qu'en gris. Pendant ces périodes de solitude, qui durent encore toujours aujourd'hui, un énorme manque d'ambition, comme un découragement de la vie en société, s'est développé en moi. Je me suis de plus en plus intéressé aux sujets comme l'autarcie,histoire de trouver un moyen de vivre complètement seul, ou alors vivre très à l'écart des grandes villes, dans la nature, isolé, c'en est carrément devenu un rêve. Dans cette vie de rêve, à laquelle je n'arrête pas de penser, j'aurais pour seule compagnie des animaux domestiques (car oui j'ai une passion et un amour fou pour les animaux, je considère leurs émotions tellement authentiques, réelles, il n'y a pas de superficialité chez eux), coupé du monde extérieur, enfermé dans ma bulle. Je ne sais pas si je peux considérer cela comme une sorte d'ambition? Mon ambition serait-elle de ne rien faire, avec personne, coupé de tout? Voilà je suis assez perdu, j'aimerais savoir si des gens se reconnaissent dans ces pensées et ce mode de vie, comment gérez vous tout cela? comment avancer dans la vie sans ambition et sans aucune foi dans la société? Il y'a-t-il des personnes qui sont allées au bout de ce rêve et qui se sont isolées de tout? Est-ce que c'est possible ou est ce que je dois complètement changer? Des témoignages me feraient énormément de bien, surtout histoire de savoir si mon "rêve" est réaliste, je remercie sincèrement les gens qui m'ont lu. Bien à vous. ps: désolé pour les fautes de français je sais que mon orthographe et mon style peuvent laisser à désirer.
  9. Bonjour, Bonsoir, peut importe au final. C'est comme ça qu'on commence sur ce genre de sites, non? Une salutation cordiale pour mettre tout ce beau monde à l'aise. J'en ai aucune fichue idée. En réalité, je ne sais même pas ce que je fais ici. Je n'ai pas de problèmes relationnels avec mon copain, je ne suis pas secrètement addict aux cachetons, je ne suis pas en opposition avec mes parents au point que j'en arrive à balancer du Nirvana à 120 décibels juste pour les emmerder. Je stéréotype peut-être un peu, mais c'est les principaux sujets de conversation que j'ai remarqué en faisant défiler les articles. Comme quoi, les jeunes étaient, sont et seront toujours fidèles au sacré "Sex, Drugs and Rock'n Roll". Aucune idée, tout ça me paraît absurde. M'enfin. Je suppose que normalement, on en arrive au point ou je présente mon soucis en quelques lignes, aux quelques téméraires qui ont lu jusqu'ici. J'en sais rien. Normalement, ce genre de truc, étaler sa vie personnelle à des inconnus, c'est par trop mon délire, mais étant donné que ces derniers temps, c'est pas la grande forme, je me suis dit pourquoi pas. Selon une amie, je suis dépressive. Quel mot affreux. J'ai tous les symptômes; je ne traîne plus avec mes amis d'avant, j'écoute de la musique triste, je porte des sweat-shirts a capuche -de préférence noirs- et je regarde The Elephant Man 12 fois d'affilé sans pleurer. Pourtant, je ne me sens pas triste. Je n'éclate pas en sanglots en me rappelant que mon existence n'est qu'un ramassis de mensonges et de conneries, et que je finirais sûrement bouffée par les vers au milieu de cette grande décharge qu'est m'humanité. Non, j'évite de tomber dans le mélodrame, c'est tellement dépassé. Je suis juste vide. Totalement vide. Je conçois que je n'ai jamais été une personne très... Sentimentale. Pour être honnête, les gens confondent souvent mon sarcasme pour de la froideur, mais en réalité, je ne suis pas insensible. J'aime la couleur bleu, j'aime les vieilles voitures, j'aime ma famille, j'aime le cinéma allemand de l'avant-guerre, j'aime boire un truc chaud en hiver et froid en été, j'aime mon chien même s'il est stupide, j'aime faire de la balançoire les jambes tendues vers le ciel. Ou du moins j'aimais. Comme si le trou noir qui me sert de cœur avait aspiré chaque once d'émotions qui vivait en moi, laissant seulement une coquille vide, fêlée. Je me sens vide, ouais, putain de vide. J'en ai parlé, un peu, mais on m'a juste dit que "c'est l'adolescence". L'adolescence, ouais, huh. C'est avec ce genre de phrase toute prête, emballée sous cellophane et prête à l'emploi depuis des générations, que des jeunes finissent par sauter du toit de leurs bahuts, s'ouvrir les veines ou se faire écraser par une voiture. L'adolescence, d'un point de vue purement littéralement, c'est simplement une phase de croissance, l'entre-deux de l'enfance et de l'âge adulte. Le pack "crise existentielle", c'est pas un must-have. Certains s'en tirent bien sans, et traversent leurs 14-18 ans tout guilleret, avec quelques boutons d’acné et du fil dentaire à la menthe. Et pour les autres... On se retrouve sur ce site. Je crois que c'est après mon monologue dramatique que je suis censée poser des questions merdiques, genre "comment je fais pour savoir ce que je veux faire de ma vie", mais je ne sais même pas si ça en vaut la peine. Après tout, personne n'a la réponse, bien que beaucoup prétendent le contraire, et je crois même que je ne voudrais pas la connaître s'il en existait une. Comme disait Confucius, "je ne cherche pas à savoir les réponses, je cherche à comprendre les questions". C'est une belle phrase pour résumer l'adolescence, pas vrai? Prenez soin de vous, L. *
  10. Bonjour j'ai 16 ans et depuis quelques semaines je me sent pas très bien . Je me sens seule , je suis très émotive et j'ai envie de ne rien faire ( des fois je passe la journée dans le lit avec mon portable ).Pourtant je suis bien entouré avec ma famille et mes amis me le fait est que cela ne change rien .Je pensais que ça aller passer et que c'était à cause de la rentrée mais ça reste quand même. Mon humeur varié énormément selon les jours : il y a des jours où ça va mieux et d"autres ou cela reprend .Voilà j'espère que vous pourrait m'aider, un énorme merci d'avance .
  11. Avez-vous déjà senti que vous êtes seuls au milieu de la foule ? Tout le monde se sent seul, à un moment ou un autre de sa vie mais ce sentiment, extrêmement difficile à vivre, peut se prolonger et avoir de lourdes conséquences sur notre bonheur, et sur notre vie. Je sais que pour combattre la solitude, il faut sortir de l'isolement et il faut également changer d'état d'esprit et adopter de nouveaux comportements mais ça reste des décisions qu'on n'ose pas les appliquer, et ce n'est pas parce que c'est difficile de reprendre une vie "normale" et active qu'on n'ose pas, c'est plutôt parce qu'on n'ose pas que ça devient difficile! La volonté est là mais ça manque de détermination, de force, d'un ingrédient mystérieux qui n'est pas .. On nous dit qu'il ne faut pas trop penser mais accepter de vivre et agir! Il faut et il faut mais comment ! C'est plus fort que nous! On nous reproche cette solitude artificielle parce que nous ne vivons pas isolés et qu'il faut être optimiste mais ça reste facile à dire, difficile à faire .. La solitude commence par être un état de repos et de paix mais jour après jour, on se sent embobiné et c'est ça le problème, c'est qu'on entre dans un cercle vicieux, une routine qui nous enferme toujours plus, ou un gouffre cruellement profond ! Cet isolement et repli sur soi nous ramènent à la dépression ce qui détruiront nos vies et nos états psychiques .. Que faire ? Comment lutter contre la solitude ? Comment s'en sortir ? Qui d'entre vous a vécu une situation pareille ? Et qu'avez-vous fait ? #Vouloir ce n'est pas toujours pouvoir, parfois on veut et pourtant on n'arrive pas!
  12. Zalixzy

    L'impasse

    Yo, Pour faire court, Thomas 20 ans Bac S. Je suis très loin d'un scribe donc ce message sera un brouillon semblable à ce qu'est ma vie ( Boum +10 point en pessimisme ) Ok, pour être honnête je vais juste dire ce qu'il me passe par la tête car j'ai déjà le syndrome de la page blanche , l’émotte n'a rien à voir je la trouvais cool. La actuellement je me sens vide/perdu la négativité s'accumule en moi comme quand ton gamin de pote te remplit ton verre à ras bord sauf que la le pote en question va le faire déborder et je pourrais faire une connerie. Je sais ce que je veux faire de mon temps libre, sauf que comme les 99/100ème d'entre nous il faut bosser dans la vie pour obtenir ce que l'on souhaite. Donc je vais être transparent avec vous, je ne suis pas contre étudier, cependant aucun domaine me passionne au point de vouloir en approfondir mes connaissances, j'aime la globalité, voir les choses avec une loupe ça m’intéresse pas, tout découvrir, peu importe ce que ce soit c'est mon truc sauf que ça ça mène à rien professionnellement parlant. Suite à mon bac S, je suis allé en DUT GMP que j'ai quitté dès la première semaine pour rejoindre une Fac de biologie dont je n'ai pas validé l'année, cette année c'était un BTS MUC et encore une fois aucune stimulation. J'aime les animaux je pensais vouloir travailler dans un zoo sauf que la formation se trouve loin et le métier est difficile d'accès (pour ne pas dire presque impossible) Je ne sais pas si c'est possible, mais j'aimerais pouvoir assister des espèces en dangé à travers le monde peu importe la manière ( assistant vétérinaire? ) J'aime les jeux vidéos, je vais passer pour l'immature de service mais j'ai essayé pendant une période de devenir pro sur un jeu dont j'éviterais de donner le nom, j'ai réussit à faire partit des meilleurs de ce jeu, cependant je m'y suis prit trop tard car il existait déjà depuis 3 ans avant que je commence à m'y intéresser et les joueurs pro actuels possèdent une connaissance du jeu précise qu'un joueur lambda derrière son écran seul ne peut rattraper. Travailler et aider à organiser des événement sportifs sur des jeux vidéos pourrait me plaire également mais la encore une fois, quel métier la dedans, quelles études, comment? Cela fait donc 3 options qui me semblent à mon goût non exploitables et ce sont les 3 seuls dans lesquelles je pourrais m’épanouir. J'ai oublié de le préciser mais exercer un métier qui ne me passionne pour moi est la pire chose qu'il puisse m'arriver (après la mort de ma mère ) J'ai besoin de contacts sociales car j'aime rencontrer des gens, parler, je n'exclus pas non plus les métiers derrière un écran cependant il me faudrait donc une équipe de travail. La mobilité ne me dérange pas au contraire. liste exhaustive de ce que j'aime (pouvant amener à un travail) : nourriture, voyage, contact, animaux, jeux, urbex, mode, aide humanitaire, japon, corée du sud, états-unis, angleterre. Pour finir ce que j'attends de vous; Pas grand chose, c'est déjà cool de m'avoir supporter jusqu'au bout, je ne me confie jamais car j'aime donner une certaine image de moi qui m'en empêche donc merci. Si quelqu'un souhaite s'exprimer également vous êtes le bienvenue
  13. Je suis arrivé à un stade de ma vie où je sais qu'il est inévitable pour moi de mélanger l'amour et la religion. La pire des violences, c'est celle que l'on afflige à soi même quand on n'accepte pas sa nature. Et ma nature, c'est que je suis un être religieux, très croyant mais qui ne peut pas respecter toutes les règles, je suis gay, je suis amoureux et j'aime les garçons, j'aime un garçon en particulier. Beaucoup de choses se sont produites depuis ce lundi 30 Octobre. Il a respecté ce que j'ai dis, il n'a rien repondu. J'ai des doutes si il m'aime vraiment ou pas, j'ai des doutes si je suis quelqu'un pour lui, et maintenant, j'ai des doutes si je l'aime vraiment, beaucoup de choses se passent dans ma tête qui me font croire que c'est pas lui l'amour de ma vie. Mais je suis un dur à cuire, je ne fais plus jamais marche arrière, je ne fuis pas devant un problème et je n'oublie jamais ce qui m'a conduit d'un point A à un point B. Dès qu'on parle d'amour, je pense à lui, je regarde une série, je pense à lui, je pense toujours à lui, sur ce que je devrais faire vis à vis de lui, mais je ne sais pas quelle est cette chose à faire. Parfois je me sens égoiste, parfois j'ai trop de fierté, parfois je suis faible. Mais ce que je ressens maitenant, c'est la culpabilité, je me sens égoiste de faire passer mes sentiments avant les siens, parce que je l'aime, oui JE L'AIME, JE SUIS AMOUREUX DE LUI! Mais je ne sais pas du tout quels sont ses sentiments. Je conclus donc que je vais l'obéir lui et pas mes sentiments, la dernière chose qu'il m'a dite c'est de lui donner mes nouvelles, je ne vais pas être égoiste et je vais le faire. Je vais m'excuser et lui parler. Je n'attends rien de spécial de lui finalement, c'est à l'univers de se décider de ce qui va se passer après. Je ne veux pas me dire plus tard merde j'aurais du faire quelque chose et ne pas laisser ça là. Parce que I AM THE UNIVERSE AND him. La douleur que j'ai au coeur descend dans le ventre et ça va troubler mon appétit, mon énergie et donc toute ma vie. J'ai l'impression d'être l'esclave de ma propre vie, de moi même, c'est pour ça je me sens égoiste et que je sens l'obligation d'obéir à toutes les règles qui penvent se poser dans une vie. J'aimerai que quelqu'un me sorte de là, j'aimerai que quelqu'un me dise ça va t'es pas obligé de respecter toutes ces règles, que tu auras quand même un avenir, une vie meilleure, que tu ne souffriras pas si tu ne fais pas ça. Mais je pense à la chanson d'Aguilera, Hurt, I'm sorry for blaming you, for EVERYTHING I JUST COULDN'T DO. Parce qu'au fond, NO, THERE'S NOTHING THAT I WOULDN'T DO. Adèle, Make you feel my love. Est ce une bonne chose d'être l'esclave ce ses propres sentiments? Est ce normal tout ce qui m'arrive? Est ce qu'on doit passer par là quand on est amoureux? Ou suis je le seul à ressentir ça en amour? Ou le premier? Je refuse d'être l'élu de quoi que ce soit, je veux ressembler à tout le monde, je veux aimer comme tout le monde, je veux l'égalité. Mais surtout je veux aimer!!! JE VEUX L'AIMER, LUI!! De toute façon, je pense que je pourrais pas faire grand chose, je souffre, j'ai mal sans lui donc je suis obligé..désolé..mais c'est toi qui doit me dire d'arrêter...à suivre...
  14. Je voulais savoir si j'étais seule pour la saint valentin, encore une fois, faites moi un signe ! Pauline, 15 ans
  15. Sur l'ensemble de la tranche d'âge, les jeunes socialement vulnérables ont plus souvent entre 25 et 30 ans et sont répartis de façon équilibrée entre les hommes et les femmes. Sans amis, éloignés de leur famille et sans fréquentations: une étude du Crédoc révélée ce vendredi montre que 700.000 jeunes, soit 6% des 15-30 ans, vivent dans une situation «d'isolement social» en 2017. Selon cette étude, qui s'intéresse aux réseaux de sociabilité -famille, amis, voisins, collègues ou camarades, et affinités-, ces jeunes n'ont aucune interaction avec l'un de ces réseaux. Source et suite de l'article
  16. Lorsque vous lui indiquez que vous êtes en route pour rentrer, elle vous répond qu'elle a hâte de vous voir. Lorsque vous avez enfin passé le pas de la porte, elle dit que vous lui avez manqué. C'est du Japon, où le pourcentage de célibataires et le taux de suicide sont parmi les plus élevés au monde, que vient l'innovation technologique censée combattre la solitude. Azuma Hikari, une femme au foyer virtuelle
  17. Jim69

    La solitude.

    Bon je vous cacherais pas que personnellement je me sens seul... J'ai un manque affectif couplé avec peu d'amis et/ou copains. Êtes vous dans ce cas ? Et comment essayez vous de combler cette solitude affective et/ou amical ?
  18. Salut tous le monde. Je sais pas trop à qui en parlais dans mon entourage alors j'en parle içi. J'ai l'impression que je n'existe pas pour mes parents. Par exemple j'ai quitter mon copain il y'a quelque temps et ils n'ont rien vus. J'ai toujours eut l'impression de passer après mes frères et sœurs. J'en ai parlée à ma mère il y a quelques années mes ça n'a rien changé. Je ne sais pas vraiment quoi faire.
  19. Selon une étude réalisée par le Crédoc pour la Fondation de France, 5 millions de Français sont dans une situation d'isolement. C'est un chiffre qui ne baisse pas: en France, cinq millions de personnes de plus de 15 ans vivent encore seuls. Source et suite de l'article
  20. Bonjour à tous, J'ai 24 ans et je me suis mariée l'an dernier avec un homme de 11 ans plus agee que moi. Nous avons fais connaissance en decembre 2013 et nous sommes mariés 2 ans plus tard. Entre nous ça n'a pas été le coup de foudre tout de suite mais à force de parler nous nous sommes trouvé des points de convergeance. En lui je cherchais un protecteur, un ami et quelqu'un de bien. Mais...ma deception est grande depuis notre mariage je suis dans la plus grande des solitudes. Et je me rends egalement compte qu'il n'est en rien ce qu'il pretendait être. Le pire c'est que j'ai le sentiment d'avoir gacher ma vie en me mettant avec lui plutot que de rester seule et esperer resoudre mes problèmes avec mon ex. Mais...le mal est fait. Je suis mariée et plus seule que jamais. Que faire?
  21. Il vit dans la forêt depuis 5 ans Le jeune homme habite seul en mangeant des écureuils et en jouant de la musique Suite de l'article: http://www.journaldemontreal.com/2017/06/11/il-vit-dans-la-foret-depuis-5-ans
  22. Avec son vieux cabas Au bout de son maigre bras, On la voyait passer Toute courbée, toute ridée. Personne ne la connaissait, On savait juste qu’elle résidait Vingt-trois rue des Peupliers, C’est pourquoi on la surnommait La petite vieille du vingt-trois. Sa silhouette frêle, fragile Traversait les rues de la ville. Elle faisait partie du décor Et je n’ai même jamais songé A lui sourire, à lui parler. Mais lorsque j’ai appris sa mort J’en ai conçu comme du remords. C’est le facteur qui l’a trouvée, Dans son jardin, elle gisait, Tel un fruit trop mûr oublié Au pied du vieux pommier. Elle est partie, là, comme un chien, Personne pour lui tenir la main. On la met en terre vendredi, Elle se nommait Rosa Perry, Mais pour nous tous elle restera La petite vieille du vingt-trois.
  23. Bonsoir à tous, Je fais appel à vous car je suis au centre d'un cercle vicieux : je suis empreint de solitude. J'ai 17 ans, j'ai jamais eu de copine j'ai très peu d'amis dont un seul auprès duquel je me confesse mais que je ne voit malheureusement assez rarement... Mon problème est donc que je suis terriblement seul et je ne connais que très peu de personnes... Toutes vos aides seront donc grandement appréciées. Bien à vous, Haryos
  24. Bonsoir à tous. Voilà je vais essayer d'exposer ma situation quelque peu compliquer et qui a dû arriver à certains Pour commencer j'étais avec une fille (jusque là c'est normal ) J'ai commis l'irréparable en la trompant ... Et oui j'ai bien dis tromper car pour moi mes sentiments avaient disparu et s'en allaient pour une autre, une fois l'irreparable commis je me suis retrouver dans ce qui était pour moi une impasse car au final j'étais amoureux de deux femmes ( et oui le mec pas compliqué) Et aussi bien l'une que l'autre je ne voulais pas les faire souffrir en les quittant ... Après plusieurs mois d'hésitations, de troubles et de tourmentes arriva ce qu'il devait arriver les deux se sont rendu compte que je leur avais tout cacher et prit la main dans le sac comme on peut le dire se sont mises en contacte entre elles et m'ont fait payer mon erreur en me mettant devant le fait accomplis. Mais le plus étrange à mon gout c'est que l'une des deux tenait à moi plus que tout et accepta toutes mes erreurs et souhaitait que notre relation continue malgré tout, désemparé et étant à des années lumière de mes erreurs j'acceptais, me sentant rassuré au final qu'on tienne autant à moi ... Ayant trahis tout de même j'&aurais dû savoir qu'il n'y aurait plus aucune confiance et que plutot que de mettre un terme à tout ça j'ai commis une seconde erreur en retournant avec elle ... J'avais surement ce que je méritais mais aucune liberté, épié, portable surveillé non stop ... J'ai pas tenu le coup et j'ai mis un terme définitivement à notre relation. Le dilemme étant qu"avec le temps je me rend compte que ma première compagne, celle que j'ai trompé et bel et bien dans mon coeur mais refais sa vie avec un autre, chose que je n'arrive pas à supporter, alors que c'est moi le fautif dans toute cette histoire ... Je me suis posé la question de savoir si ce n'était pas que de la jalousie parce qu'elle était heureuse avec un autre ... Et le constat est désolant c'est que je l'aime encore, ce n'est pas la peur de la solitude loin de là car je suis de nature solitaire. Et là ou j'ai peur c'est en me posant ces questions : Dois-je tout faire pour la reconquérir ? Dois-je la laisser s'épanouïr avec quelqu'un qui au final est mieux que moi ? Si j'arrive à la récupérer est-ce que finalement ce ne sera pas un fiasco ? Je ne sais plus quoi faire, je ne veux et ne peux l'oublier car elle m'a fait vivre des moments merveilleux que personne n'a pu m'offrir. Un rien nous suffisait pour être heureux et moi j'ai été trop aveugle pour le voir ... Je n'ose même pas prendre de ses nouvelles par peur de sa réaction malgré nos explications ... Enfin voilà pour résumer j'aime la fille que j'ai trompé mais je ne sais pas ce que je dois faire ou comment faire ... L'idée de trouver une autre femme m'effraie alors que cela fait 6 mois que nous avons rompu ... Je n'attends pas un jugement, car je me le suis infligé moi même pour en arriver à ses conclusions j'attends juste un avis neutre et impartial s'il vous plait. On apprends de nos erreurs passé mais je ne veux pas commettre d"autres erreurs, j'en ai déjà trop fait ... dois-e vivre à regret ou à remord ? C'est là que ma réflexion personnel bloque ...
×