Civisme et civilité dans les transports EC


Lechatoscar Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

En parlant du civisme et de la civilité dans les transports en commun, je cherche un moyen d'agir pacifique pour améliorer les comportements. Je n'ai pas la prétention de faire une dissertation sur la différence entre CIVISME et CIVILITE, cela va trop loin. Disons simplement que le civisme est « le respect de la chose publique », et la civilité « le respect des règles du savoir-vivre ».

______________________

Les transports en commun dans les grandes métropoles deviennent le moyen le plus utilisé pour se déplacer. Au début, j'ai bien essayé de prendre ma voiture pour me rendre sur mon lieu de travail, mais parcourir plus de 30 km en venant de banlieue, avec souvent des « bouchons » interminables et, en prime, le problème du stationnement à l'arrivée (parking payant¿.ou contravention), non merci, j'ai donné !

Et pourtant quel plaisir d'être dans sa voiture et ne pas avoir à supporter une fois sur deux un voyage dans un wagon qui a souffert des dégradations, assis à côté d'un voisin qui vous casse les oreilles avec son téléphone portable ou le bruit de batterie d'insectes tropicaux qui sort de son baladeur branché à fond sur ses oreilles déjà sourdes ! Et je ne parle pas bien sûr de ceux qui provoquent les autres, cherchent à se faire remarquer, mettent les pieds sur les banquettes ou vous narguent en fumant une cigarette à l'odeur de foin. Je mets à part cependant une chose qui dépasse de loin mon propos, à savoir les manifestations de la pauvreté : ceux qui « font la manche » (de manière non agressive s'entend). C'est un autre débat.

Ainsi, je fais aujourd'hui le constat suivant : en regardant la population qui emprunte les transports en commun, on croit voir souvent des individus résignés et craintifs mêlés à d'autres irrespectueux et agressifs.

Où est le temps où l'on nous apprenait le RESPECT de l'autre, la valeur du travail et le COURAGE, où l'instituteur préparait ses leçons d'instruction civique (on disait « de morale »), où mon grand-père dans sa petite boutique de brocanteur parlait avec ses amis José, Mohamed, Pierre-Jean, David, du prix du pain, de la pêche, de la Sécu, des mensonges de la politique, de la guerre d'Espagne, de Verdun ou Monte-Cassino. Tous se retrouvaient là avec leurs différences, mais aussi ce qui les unissaient, car ils avaient souffert ensemble dans le travail ou à la guerre, et n'avaient pas besoin de cours de philosophie pour avoir du CIVISME. A cette époque là, nous respections nos parents et nos maîtres d'école, nous avions des modèles et chacun notre idée de Dieu, sans histoire. Le gosse qui se tenait mal à l'école ou ailleurs, qu'il soit le fils de Baptiste, de Brahim ou de David, c'était une affaire vite réglée, car les parents étaient présents. Aujourd'hui, il n'y a plus de limites, plus de repères. Où est le BIEN ? Où est le MAL ? On n'ose plus dire les choses par crainte de paraître ringard ou montré du doigt, ou¿.de baisser dans les sondages !

Alors relevons la tête, et si nous pouvons céder le passage ou notre place à une personne en difficulté, rien ne nous empêche de dénoncer leur INCIVISME ou manque de SAVOIR-VIVRE à ceux qui se tiennent mal, dégradent les lieux, nous cassent les oreilles avec leur zizique à fond, ou nous enfument avec leur clope.

Ayez le COURAGE de faire remarquer (poliment) à un indélicat qu'il n'a pas à salir les banquettes avec ses pieds, et vous serez surpris du résultat : neuf fois sur dix les gens s'exécutent étonnés, et reposent leurs pieds par terre comme si on ne leur avait jamais appris à respecter le bien public. Je vous accorde que dans certaines zones où le climat social est tendu, toute altercation peut dégénérer dans des proportions dangereuses, et là, malheureusement, il n'y a plus rien à faire pour les simples usagers que nous sommes. Mais dans la grande majorité des cas, même si de temps en temps on rencontre des personnes agressives qui rejettent nos remarques ou nous insultent, cela ne va jamais bien loin, j'en ai fait l'expérience. Celui-là qui vous rejette aujourd'hui, n'aura peut-être plus le même comportement à l'avenir : essuyer une remarque en public fait toujours réfléchir.

De la même manière, celui qui jette un papier par terre quand tout est sale autour de lui n'aura pas le même comportement dans un endroit propre où les résidants sont courtois : il y a des lieux qui forcent le RESPECT.

C'est le sentiment d'impunité face à l'INDIFFERENCE générale qui incite les auteurs d'actes d'incivisme à recommencer sans cesse. C'est cette indifférence qui s'est manifestée ce jour où je me suis battu seul contre une bande de voleurs à la tire qui avaient tenté de me dérober mon portefeuille à la station Champs Elysées Clemenceau, (ils étaient 7) ; j'ai déploré que la seule personne qui me soit venue en aide dans un wagon rempli de gens valides et costauds, fut un ancien combattant se déplaçant avec des béquilles ! Et le COURAGE non d'un chien !

Que l'on cesse de tout attendre des pouvoirs publics et de la police ; il y a des choses qui peuvent se régler autrement.

N'oublions pas que le civisme c'est le respect des droits et obligations de la citoyenneté. Etre CITOYEN ce n'est pas un titre honorifique, cela se pratique. Quand on dit : « voter est un droit, c'est aussi un devoir civique », cela veut dire que les citoyens doivent s'IMPLIQUER dans la prise du pouvoir des affaires publiques, comme vous vous impliquez quand vous adhérez à une association pour l'amélioration des transports en commun, ou quand vous faites remarquer à un indélicat qu'il n'a pas à salir les lieux publics.

Avoir l'esprit civique c'est jouer un rôle dans la société pour faire changer les choses en s'exprimant. Le pire c'est l'abstention et l'indifférence. Cessons de toujours subir, et agissons !

Le CIVISME c'est l'affaire de tous !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

sarah69 Membre 673 messages
Forumeur forcené‚ 43ans
Posté(e)

J'ai trouver ce sujet fort intéressant et il y a matière à discuter !

J'ai moi-même été victime d'une agression dans un bus (j'habite à Lyon) : des gamins m'ont jeté des oeufs en pleine figure (pourquoi des oeufs on se le demande !) et personne n'a levé le petit doigt pour intervenir :)

Ca m'a dégouté des mecs et de ce sois-disant "sexe fort" (et je peux vous dire qu'il y avait pas mal de mecs dans ce bus).

Effectivement le courage est une qualité qui se perd et c'est dommage ;)

Ces gamins ont profité du climat de peur qu'ils ont provoqué et c'est une situation qui revient souvent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lechatoscar Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Réponse à Sarah69 :

C'est triste à dire, mais on ne peut plus être vraiment tranquille dans les TEC (ni ailleurs hélàs).

J'ai connu un temps où il n'y avait pas cette violence ; on vivait dans l'insouciance. Et puis un jour de 1972, je me suis fait agresser dans la rue, et là je n'ai rien compris. L'ennui est que cela a continué, et qu'il m'a fallu du temps pour comprendre que quelquechose avait changé dans la société, et qu'il fallait être sur ses gardes.

C'est malheureux à dire, mais depuis 1980 j'ai toujours une bombe lacrymogène à portée de main, et je peux vous dire que cela m'a déjà sorti d'embarras plusieurs fois. Il est vrai que le port de ces aérosols est réglementé tant au niveau du dosage que de la puissance. Mais même à faible dose, cela reste dissuasif ; encore faut-il avoir le sang-froid pour réagir de façon proportionnée, et je vous accorde qu'au début on panique un peu. Mais c'est un fait qu'il faut aujourd'hui apprendre à réagir et à se défendre. Nous sommes restés trop craintifs et c'est cela qui fait la force de certains délinquants. Le petit loubard qui importune les gens dans le bus réfléchirait à deux fois avant d'agresser les autres s'il savait qu'il risque de se prendre "un pain" sur le nez !

C'est un peu pour cela que j'ai parlé de COURAGE.

Mais je pense que tout s'apprend (il faut s'adapter n'est-ce pas ?)

Alors bon courage pour la suite et bonne soirée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Logales Membre 2 601 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Les premières choses à faire dans les transports en commun :

- faire la queue en ligne et ne pas se précipiter comme un troupeau pour monter dans un bus

- libérer la voie dans les escalators

- laisser sortir les gens avant de vouloir rentrer soi-même

- céder sa place aux personnes âgées même si certains se sentent vexés de se faire considérer comme des personnes âgées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lilasmo Membre 245 messages
Forumeur activiste‚ 35ans
Posté(e)

J'ai toujours peur dans les transports en commun, je suis terrorisée à l'idée que personne ne viendra m'aider si il m'arrivait un pépin. C'est devenu une phobie...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant