asperger
Asperger, hésitations et rencontre (?)

Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 5 heures, Demonax a dit :

Si ton partenaire pense la même chose que toi, sur le fonctionnement d'un couple, ou s'il respecte tes angoisses ou difficultés (et toi les siennes): ton groupe "couple", devrait fonctionner ;)

Vous n'êtes pas obligé d'avoir un compte en commun, ou alors vous pouvez y mettre 10€ symboliques et ne jamais vous en servir.

Tu connais les prophéties autoréalisatrices ? N'essaye pas d'anticiper le négatif, essaye d'anticiper le positif et fait en sorte qu'il se réalise.

Est-ce que tu te projettes vraiment pour compenser, ou est-ce des excuses bidon pour t'éviter tout engagement ?
Je ne dis pas que tu ne te projettes pas, mais est-ce vraiment la raison qui te retient ?
Tu as le droit d'avoir peur, c'est normal, et beaucoup ont peur. Mais à deux, la vie peut être plus facile ;)
Tu as le droit d'avoir des complications pour la vie à deux, ce n'est pas banal, mais certains y arrivent quand même, alors donne toi cette chance d'essayer aussi.


Le pire des cas pour toi, c'est quoi ?
_ Resté seul, toute ta vie ? (Même si cela ne te dérange pas. Même si le regard des autres ne te dérange pas)
_ Trouver quelqu'un et reste en couple, jusqu'à la fin de vos jours ? (Même si le groupe te dérange. Même si ton "style" de couple est différent).
_ Trouver quelqu'un et resté avec 5 ans ou 10 ans, avant de vous séparer ? Rassure-toi, tu n'auras pas obligatoirement perdu 5 ans, ou 10 ans. Parfois, un couple se sépare parce que les gens évoluent de façon différente.
_ Resté seul, et mourir d'un accident très tôt, et regretter de n'avoir pas essayé une vie de couple ?
_ Autre ?
(tu sens venir le piège ? #Relativiser !)
Certes, tu es "différente", mais tu n'es pas "moins intelligente".
Je dis ça parce que tu donnes l'impression d'avoir les moyens de réussir un couple. À partir de là, c'est à toi de choisir, si tu te lance dans l'aventure ou pas.

Je crois en fait que le problème c'est que je trouve la vie toute seule très facile et que des que quelqu'un s'immisce, même de loin, dans ma vie, je trouve tout de suite ca tree compliqué, trop fatigant et finalement pas si intéressant que ca. 

Apres j'avoue que la perspective de rester seule toute ma vie ne m'angoisse pas en tant que tel. C'est la perpective de perdre un certain 'confort' de vie qui me pose souci. Pour le moment, et même si je n'en abuse pas (en fait je ne m'en sers quasi pas) je sais qu'en cas de souci, de coup de mou, de maladie, il y a mes parents pour me prendre en charge. Plus tard, quand ils seront trop vieux ou qu'ils ne seront plus la, il n'y aura forcément plus personne, étant donné que je n'ai aucune autre famille et pas du tout d'amis. Mais franchement, se mettre à la recherche de quelqu'un juste pour trouver une solution de secours pour ces jours-la, je suis la première à dire que ce n'est pas sain. De plus, ca impliquerait quand même que je fasse des efforts pour m'adapter à une vie à deux, tout en me demandant au quotidien si je suis avec la personne parce que ca me plait ou simplement par intérêt, par anticipation d'un besoin futur qui ne viendra peut-être jamais, car finalement rien me dit que j'aurai besoin d'un quelconque soutien à ce moment-là. En fait il faudrait plutôt que je songe à construire un mode de vie solitaire mais avec la possibilité de faire appel à des aides extérieures en cas de coup dur, notamment en plaçant de l'argent et en le réservant pour ca. J'ai connu une grand-mère qui avait eu la même peur que moi, et qui s'était mise en couple vers 60 ans après avoir toujours vécu seule sans aucune vie amoureuse. Résultat  elle souffrait énormément de ce mariage qu'elle n'avait envisagé que pour son propre confort (elle avait une personnalité assez proche de la mienne, fille unique, pas très ouverte sur l'extérieur, réservée, très intelligente, casanière...). Ses parents étaient décédés et elle craignait qu'en étant isolée elle ne perde de son confort de vie. Le monsieur était un veuf gentil mais un peu bourru, avec dans ses bagages des enfants récalcitrants. La dame a subi la situation pendant vingt ans, visiblement elle ne voulait pas envisager de vieillir seule, mais elle était entravée dans sa liberté (ne serait-ce que celle de manger le plat qu'on aime et que l'autre n'aime pas) alors même que c'était elle qui avait voulu cette situation. Quand le monsieur est décédé, elle a rajeuni de dix ans et a dit clairement que se mettre en couple par peur de vieillir seule était une énorme bêtise qu'elle ne recommencerait plus si elle en avait l'occasion... Quand je pense à mes propres hésitations, je repense toujours à cette dame et je me dis que je ne supportais pas de faire la même erreur. À la limite, je préfère encore regretter d'être seule à 70 ans plutôt que de regretter de ne pas l'avoir été à 80. 

je n'ai pas spécialement  peur de la vie à deux, j'ai peur de regretter ma vie toute seule. Et dans le cas présent je n'ai pas envie de faire miroiter quelque chose à quelqu'un, j'ai déjà fait espérer quelque chose sans le vouloir a un homme pendant presque une année et je sais qu'il n'a pas du tout compris mon revirement soudain, qui est intervenu quand j'ai réalisé que je me forçais à entretenir cet échange alors qu'au fond je n'en ressentais pas l'envie. J'associe vie de couple et perte totale de liberté... pour moi, c'est dire adieu à mes périodes de temps libre que j'aime tant, au silence qui m'accompagne du lever au coucher, a la possibilité de ne pas voir une seule personne pendant dix jours si je n'en ai pas envie (ce que j'aime bien faire quand je suis en congé)... là, même un échange régulier par mail me semble déjà difficile.

de toute façon dans le cas présent je pense qu'il ne se passera rien car je n'ai plus de nouvelles de mon correspondant depuis nos échanges FB. Je crois qu'il va juste devenir un contact lointain parmi d'autres, et vice-versa. Et finalement je crois que c'est aussi bien comme ça ! Et vu que je n'ai aucun autre contact sur le site pour asexuels, et que j'exclue toute relation avec quelqu'un qui ne le serait pas, je pense que je vais juste classer cette idée la !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Demonax Membre 1 084 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Tu es sans doute capable d'être autant "célibataire" que "en couple". Bien que ton "groupe", possède un style particulier.

Tu es chanceuse, ce n'est pas permis à tout le monde, tu as le pouvoir de choisir. La plupart des humains se sentent obligés d'être en couple (manque affectif, regard des autres, culture, avantages sociaux, besoin de procréation, peur du célibat, menace, besoin d'épanouissement émotionnel, pour le plaisir charnel, etc)
Mais toi, tu as le choix. Et qui ne tente rien n'a rien. Mais "rien", ne te dérange pas (à cause / grâce à ta différence). On dirait que tu es dans une impasse psychologique. Tu es arrivé à un stade où faire le moindre effort (pour choisir) est pénible. Donc tu préfère rester là où tu es, et d'une certaine manière ça te frustre, car tu sais que tu es capable (à ta façon), mais tu ne te le prouve pas.

Nous sommes dans la rubrique "Amour et Séduction".
Tu es venu ici (pour plein de raison, mais principalement ?):
_ Pour trouver le courage de franchir le pas du célibat ?
_ Ou tu es venu ici, te trouver des excuse pour rester dans le célibat ? :hehe:
Parce que "rester dans le célibat", c'est facile. Il suffit de dire "non" tout le temps,...

Pour te nourrir, tu dois faire un effort (tu dois t'habiller, pour partir travaillé, dépenser ton argent, et préparer ton repas).
Même "vivre sans effort", est un effort en soi (C'est difficile de ne rien faire, tout le temps, .. quand on est vivant
:smile2:).
Et bien maintenant imagine qu'une relation de couple est une forme de nourriture spirituel ou "émotionnel", qui permet aux mammifères que nous sommes, de nous épanouir.
Tu es capable de voir les émotions différemment, mais tu n'es pas exempte d'émotion. Un jour, tu seras affamé, par peur de la malbouffe.

  • Il y a 5 heures, kmisole a dit :

    [...] J'associe vie de couple et perte totale de liberté [...]

    Bah ! Arrête d'associé ces idées... c'est pas toujours le cas.
    Des couples de personne autiste épanouis, ça existe.
    Des couples de personne asperger épanouis, ça existe.
    Des couples de personne asexué épanouis, ça existe.
    Etc... (il ne faut pas amalgamer autiste avec asexué, ou asperger avec asexué, se sont des choses différentes).
     
  • Il y a 5 heures, kmisole a dit :

    [...] je trouve la vie toute seule très facile et que des que quelqu'un s'immisce, [...] c'est compliqué, [...]

    Un conjoins ne s'immisce pas dans ta vie, il l'accompagne. Et tu reste maitre de ton couple, à tout moment tu peux dire "non" !
    Ta perception du couple, me semble un peu trop "stéréotypé".
     
  • Il y a 5 heures, kmisole a dit :

    [...] je repense toujours à cette dame et je me dis que je ne supportais pas de faire la même erreur. [...]

    Mais tu n'es pas cette dame. Les temps changent, les gens changent, les mœurs évoluent.
     
  • Il y a 5 heures, kmisole a dit :

    [...] j'ai peur de regretter ma vie toute seule [...]

    Comme tout le monde, finalement :blush:
     
  • Il y a 5 heures, kmisole a dit :

    [...] je n'ai plus de nouvelles de mon correspondant depuis nos échanges FB.[...]

    Tu as déjà imaginé, le fait qu'il puisse être comme toi ?
    Si oui, plutôt que de tirer des plan sur la comète, peut-être ait-il tout simplement dans ça phase "ne pas parler au gens pendant 10 jours".
    Et puis, si tu crée rien avec lui, ça t'interdit pas de crée avec autrui.
     
  • Il y a 5 heures, kmisole a dit :

    se mettre à la recherche de quelqu'un juste pour trouver une solution de secours

    T'as des assurances vie, au pire....


J’insiste, mais je respecte ton droit et ton choix de rester célibataire. ;)
J'insiste, parce que je te souhaite de faire ton choix en connaissance de cause, pas à cause de "problème".

Modifié par Demonax

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 1 heure, Demonax a dit :

Tu es sans doute capable d'être autant "célibataire" que "en couple". Bien que ton "groupe", possède un style particulier.

Tu es chanceuse, ce n'est pas permis à tout le monde, tu as le pouvoir de choisir. La plupart des humains se sentent obligés d'être en couple (manque affectif, regard des autres, culture, avantages sociaux, besoin de procréation, peur du célibat, menace, besoin d'épanouissement émotionnel, pour le plaisir charnel, etc)
Mais toi, tu as le choix. Et qui ne tente rien n'a rien. Mais "rien", ne te dérange pas (à cause / grâce à ta différence). On dirait que tu es dans une impasse psychologique. Tu es arrivé à un stade où faire le moindre effort (pour choisir) est pénible. Donc tu préfère rester là où tu es, et d'une certaine manière ça te frustre, car tu sais que tu es capable (à ta façon), mais tu ne te le prouve pas.

Nous sommes dans la rubrique "Amour et Séduction".
Tu es venu ici (pour plein de raison, mais principalement ?):
_ Pour trouver le courage de franchir le pas du célibat ?
_ Ou tu es venu ici, te trouver des excuse pour rester dans le célibat ? :hehe:
Parce que "rester dans le célibat", c'est facile. Il suffit de dire "non" tout le temps,...

Pour te nourrir, tu dois faire un effort (tu dois t'habiller, pour partir travaillé, dépenser ton argent, et préparer ton repas).
Même "vivre sans effort", est un effort en soi (C'est difficile de ne rien faire, tout le temps, .. quand on est vivant
:smile2:).
Et bien maintenant imagine qu'une relation de couple est une forme de nourriture spirituel ou "émotionnel", qui permet aux mammifères que nous sommes, de nous épanouir.
Tu es capable de voir les émotions différemment, mais tu n'es pas exempte d'émotion. Un jour, tu seras affamé, par peur de la malbouffe.

  • Bah ! Arrête d'associé ces idées... c'est pas toujours le cas.
    Des couples de personne autiste épanouis, ça existe.
    Des couples de personne asperger épanouis, ça existe.
    Des couples de personne asexué épanouis, ça existe.
    Etc... (il ne faut pas amalgamer autiste avec asexué, ou asperger avec asexué, se sont des choses différentes).
     
  • Un conjoins ne s'immisce pas dans ta vie, il l'accompagne. Et tu reste maitre de ton couple, à tout moment tu peux dire "non" !
    Ta perception du couple, me semble un peu trop "stéréotypé".
     
  • Mais tu n'es pas cette dame. Les temps changent, les gens changent, les mœurs évoluent.
     
  • Comme tout le monde, finalement :blush:
     
  • Tu as déjà imaginé, le fait qu'il puisse être comme toi ?
    Si oui, plutôt que de tirer des plan sur la comète, peut-être ait-il tout simplement dans ça phase "ne pas parler au gens pendant 10 jours".
    Et puis, si tu crée rien avec lui, ça t'interdit pas de crée avec autrui.
     
  • T'as des assurances vie, au pire....


J’insiste, mais je respecte ton droit et ton choix de rester célibataire. ;)
J'insiste, parce que je te souhaite de faire ton choix en connaissance de cause, pas à cause de "problème".

A la base, je suis juste venue parce que j'étais quasi sûre que mon correspondant allait me parler rencontre et que je voulais réfléchir pour ne pas juste refuser dans la précipitation et sans recul. Depuis, il n'a rien proposé, il ne s'est plus manifesté, et au vu du soulagement que son silence m'inspire, j'en déduis qu'au fond je m'étais forcée à chercher quelqu'un et à entretenir le dialogue, mais sans aucune envie réelle. Et pour être très franche, plus je réfléchis et plus je pense qu'au fond ma motivation vient justement (et uniquement) de cette espèce de pression sociale implicite, de tout ce blabla qu'on fait autour du couple et de la vie sentimentale. Quand j'y réfléchis, je pense que je cherche avant tout à me classer dans une certaine normalité, pour avoir 'la paix' et notamment peut-être sur le plan parental, car je sais que mon mode de vie préoccupe mes parents.

J'ai longuement hésité avant de choisir de poster dans 'amour et séduction' car je ne me sentais concernée ni par l'amour, ni par la séduction, mais je n'ai pas trouvé de place plus appropriée. Et je pense qu'au fond j'avais quand même la réponse à ma propre question. Je voulais juste avoir quelques avis extérieurs pour apporter des éléments à ma réflexion.

Justement, ce que tu dis sur les efforts est la raison majeure pour laquelle je ne veux finalement pas changer de mode de vie. Je fais trop d'efforts au quotidien, notamment pour le travail, et je n'ai finalement pas envie de m'imposer un effort supplémentaire. Or, faire une place pour quelqu'un dans ma vie serait un très gros effort pour moi qui n'ai jamais rien partagé avec personne, pas même avec mes parents. Par contre je suis surprise que tu considères que s'habiller, se nourrir et dépenser de l'argent soit un effort. Pour moi c'est plutôt un plaisir, surtout le côté nourriture (l'alimentation et l'équilibre alimentaire sont deux de mes intérêts restreints.).

Tu dis que je peux ressentir les émotions, mais franchement je n'en ressens aucune pour autrui... Quand je pense à l'avenir et à ma peur éventuelle d'être isolée, je ne suis pas attristée par l'idée qu'un jour je n'aurai plus de famille, mais juste inquiète à l'idée de perdre mon confort de vie ! Je pense que ça en dit très long sur le reste et sur mon absence d'empathie !

Rester célibataire n'est pas frustrant, je n'ai pas le sentiment de passer à côté de quelque chose, je m'interroge juste sur une peut-être future souffrance à venir. C'est tout à fait hypothétique et ça ne me fait pas suffisamment peur pour franchir le pas. Je me sens épanouie dans la solitude, dans le silence, dans l'absence de l'autre. J'adore les moments où je suis seule, vraiment seule chez moi, sans bruits de fond, sans mouvement, sans autre son que celui de ma voix. Je me vois mal sacrifier ces moments-là, que je chéris, pour partager ne serait-ce qu'un repas avec quelqu'un, ou pour demander comme s'est passée sa journée, ou pour juste 'supporter' sa compagnie. On peut effectivement dire non à un conjoint, mais pas tout le temps ! Quand j'organise ma journée, c'est toujours pour mon plaisir, pour mon bien être, et je me sais incapable de tenir compte des besoins, des attentes, des envies d'un autre !

Je ne sais pas si mon correspondant se manifestera à nouveau, s'il le fait je lui répondrai mais je ne pense pas que si un jour il parle rencontre j'y donnerai suite. Sauf si peut-être il propose, lui, de venir me voir, mais je verrai sur le moment ce que ça m'inspire. Si ce moment survient, ce qui n'est pas dit ! Quant à créer un lien avec autrui, je ne démords pas du fait que je ne peux pas envisager une relation avec un homme qui ne soit pas asexuel, ce qui forcément limite la recherche ! Je ne changerai aucunement d'avis là-dessus. Le côté Asperger est secondaire, mais l'asexualité est non négociable pour moi.

Quoi qu'il en soit, merci pour tes réponses !

Modifié par kmisole

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Demonax Membre 1 084 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Je ne te connais pas assez pour pouvoir émettre un jugement définitif, je ne fais qu'expérimenté des hypothèses, donc je peux me tromper ;)
Mais, je crois comprends ton fonctionnement (je ne le partage pas, mais je le comprends). Et j'ai l'impression que tu as choisie en "connaissance de cause", donc tout va bien ;)
Si nos échanges ont pu te servir, c'est avec plaisir

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Barbara lebol Membre 1 760 messages
Forumeur alchimiste‚ 40ans
Posté(e)

Ce n'est pas certain que Kmisole ait choisi ! Mais elle a fait à peu près le tour de sa situation qu'elle analyse avec lucidité, en mettant en balance les avantages et les inconvénients d'une rencontre.

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kmisole Invité 3 messages
Baby Forumeur‚ 35ans
Posté(e)

Bonjour,

j'avais demandé ma désinscription car je ne pensais pas avoir quelque chose à ajouter, mais j'ai décidé de donner quelques nouvelles malgré tout.

Concernant mon échange avec mon correspondant, je crois qu'il est évident que ça ne donnera rien de constructif. Il est très peu bavard et ne relance jamais l'échange, même quand il en est à l'origine. Après les échanges de comptes FB, j'avais décidé de ne plus lui envoyer de message s'il ne se manifestait plus, mais il a fini par m'envoyer un e-mail de six lignes pour me dire qu'il ne savait pas 'rebondir' quand il ignorait de quoi parler ensuite, puis qu'il était content d'avoir trouvé quelqu'un 'comme lui' avec qui échanger... J'ai donc répondu en essayant de lancer quelques sujets de conversation, un notamment sur mon travail dans un lieu peu commun qui généralement suscite des questions. Il m'a répondu dans l'heure...en trois lignes. Je n'ai pas donné suite, je suis lassée par le côté vide de cet échange. J'ai déjà échangé avec des Aspies mais c'est la première fois qu'un échange me semble si creux ! Sur FB aussi d'ailleurs il n'échange pas, j'ai du mal à comprendre pourquoi il a tenu à ce qu'on ait un contact dessus. Ni même pourquoi il est inscrit sur un site de rencontres alors que ses échanges sont très minimalistes !

De façon plus générale je ne pense pas tenter un échange avec un autre individu car à l'arrivée je me rends compte que cette situation m'intrigue mais ne me perturbe pas. J'envisage ma désinscription du site de rencontres pour asexuels (qui de toute façon n'est pas très actif) car je ne pense pas avoir l'envie de sortir de mon statut de célibataire. Je reconnais que cela aussi m'intrigue, car je ne comprends pas très bien mon total désintérêt pour ce sujet. Je pensais que le fait de savoir qu'il existait d'autres gens comme moi (asexuels) me donnerait l'envie de sortir de mon célibat, mais en réalité je m'aperçois que ce n'est pas du tout le cas. Est-ce parce que j'aime trop vivre seule pour cela ? Ou est-ce que ça vient du fait que j'ai passé de très nombreuses années à me dire que mon désintérêt pour le sexe me 'condamnait- à être seule et que je m'y suis inconsciemment préparée ? Quoi qu'il en soit je trouve ça assez étrange et je ne le comprends pas moi-même !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Demonax Membre 1 084 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Tu es tombé sur un "mauvais joueur", si je peux me permettre l'expression.
C'est dommage, autant pour toi, que pour la pub de ce site.

Tu as un total désintérêt, parce que [hypothèses] peut-être [au choix] :
_ tu n'as pas eu l'habitue de développer cette intérêt, tu n'as pas eu le temps de le faire vraiment naitre.
_ les autres ne te donne pas envie d'avoir cet intérêt.
_ ta différence, ne te permet pas de "reconnaitre" cette intérêt, que tu le possède ou pas.
_ pour éviter d'autres mauvaises expériences, excluantes et stigmatisantes, tu nie cet intérêt.
_ au final, quoi qu'on dise, t'es déjà épanouis, comme tu es. Tu as fait des efforts, ça n'a rien donné. Pas besoin de voir plus loin.
_ autre (?)

Tu as déjà eu une(des) relation(s) platonique ?
Pour les asexués, c'est peut-être un "début", pour encourager les relations.
Mais, je dois avoué que le fait que tu sois aussi aspergirl, donne un point de vue différent (ces histoires de "groupe") sur cette situation. On ne fait pas d'amalgame, et il faut de tout pour faire un monde. Donc, tant que tu choisi ton bonheur/ta vie ou l'assume, avec tes différences (et malgré l'environnement Français très en retard en sciences cognitives, et remplis de préjugé) c'est l'essentiel ;)

Sache juste, que si un jour, tu te trouves la force de dépasser "ces efforts" pour "essayer", je te souhaite de tomber sur quelqu'un de bien.

Et ne soit pas surprise de ne pas te comprendre, c'est quelque chose de "normal", chez les humains.
C'est pour ça que beaucoup d'entre nous, cherchons des réponses à notre niveau (même si parfois, c'est absurde... extraterrestre, fantôme, divinité, psychanalyse, ignorance, ...).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kmisole Invité 3 messages
Baby Forumeur‚ 35ans
Posté(e)

Merci pour ta réponse.

Je ne sais pas si je suis tombée sur un mauvais joueur, je dois avouer aussi que dès le départ j'ai mis l'accent sur mon manque d'intérêt pour les relations amoureuses, et aussi sur le fait que je le contactais pour échanger mais que la distance était trop importante pour envisager une rencontre. Je crois que ça mettait un frein dès le départ ! Je l'ai fait par honnêteté intellectuelle, et parce que je me suis déjà vue donner de faux espoirs à plusieurs hommes que j'ai finalement choisi de ne pas rencontrer (toujours parce que ce manque d'intérêt était là et contrastait trop avec la façon plus positive et plus optimiste dont ils envisageaient nos échanges). Mais si c'est ce qui le pousse à me répondre de façon si brève, je ne comprends pas, à sa place j'aurais juste cessé tout échange, ou je n'aurais rien enclenché du tout ! Par exemple sur ce site asexuel, un homme m'a contactée, il m'a donné une description de lui qui ne correspondait pas avec ce que je disais de moi dans mon annonce, je n'ai pas donné suite.

Pour l'intérêt, le fait est que je n'ai jamais rien ressenti pour personne. Déjà, je suis insensible à la beauté ou à la laideur, que ce soit pour moi ou les autres. Je n'ai aucun critère de beauté physique, seul l'intellect compte. Je sais que j'ai déjà vu beaucoup de collègues femmes autour de moi s'extasier sur des collègues hommes et faire des commentaires graveleux sur le sujet, et que je n'y ai jamais trouvé d'intérêt et que je n'y ai jamais rien compris. Je ne rêve pas d'un type d'homme... Mon rapport à mon image est également sur le même schéma. J'ai passé de nombreuses années en surpoids. J'ai beaucoup maigri par souci de santé car je détestais être essoufflée à chaque pas, je suis maintenant très mince, mais je n'ai constaté aucun changement dans la façon que j'ai de m'apprécier. Je suis toujours aussi indifférente à mon propre physique que je l'étais quand j'étais en surpoids. Je ne me déteste pas, je ne m'aime pas, je suis totalement indifférente à mon enveloppe physique, je m'intéresse beaucoup plus à tout ce qui concerne mon fonctionnement intellectuel !

J'ai été souvent abordée par des hommes, voisins ou collègues... Je n'ai jamais ressenti l'envie d'y donner suite, parce que je me suis sentie non pas en danger (je n'ai pas peur du tout des hommes, je suis capable de raccompagner à sa voiture un inconnu perdu qui cherche sa route, même si évidemment je reste attentive !) mais parce que je n'ai pas réussi à me projeter ne serait-ce que dans un début de relation, à un bar, autour d'un café, à échanger alors que dans mon fort intérieur je n'aurais eu envie que d'une chose, être seule chez moi. C'est un peu comme la notion d'amitié, je trouve ça impossible à insérer dans mon quotidien. Il faut entretenir la relation, l'échange, penser à l'autre, s'intéresser à sa vie, le consoler s'il est triste, partager sa joie s'il est joyeux, l'écouter, l'amuser. Tout ça, on me dit que c'est enrichissant, mais moi je n'y ai jamais trouvé d'intérêt. Dès que je sors de chez moi, c'est un peu comme si le temps me filait entre les doigts, j'ai l'impression de perdre quelque chose plutôt que de le gagner. Même quand j'échangeais de façon régulière avec un homme par e-mail, j'avais cette impression de temps gaspillé. Je n'arrive pas trop à expliquer cette impression car généralement j'échange avec des gens qui ont des profils intéressants, mais ça ne change rien, mon intérêt disparaît dès que l'échange devient régulier ! C'est assez inexplicable !

Les mauvaises expériences ne me font pas peur, au point qu'on m'a déjà dit que je cherchais les ennuis et qu'un jour ça finirait mal... C'est vrai que quand je romps le contact avec un homme c'est toujours très abrupt et que je n'ai jamais dans l'idée que ça peut blesser l'autre. Je tourne la page très rapidement dans toutes mes relations, sûrement parce qu'elles ne m'impactent pas émotionnellement. J'ai du mal à comprendre qu'on puisse souffrir à cause d'une relation, réelle ou à distance.

 

Je ne sais pas trop ce que tu définis comme platonique. Du moment où je ne cherche que des asexuels, une relation ne serait forcément que platonique, non ? Si tu parles d'un simple échange intellectuel, oui, j'ai déjà connu, comme expliqué ci-dessus, et ça m'a vite lassée. Je n'ai jamais eu d'amis et je n'ai jamais souffert de ce manque, et quelque part en y réfléchissant je me dis que c'est un bel indice sur ma personnalité ! Pas une seule fois je ne me suis dit 'oh, je me sens seule, ce serait tellement bien d'avoir des amis avec qui sortir' et bien au contraire, quand j'entends mes collègues planifier leurs sorties du weekend, je trouve ça très fatigant et ça me semble vide de sens. Donc je pense qu'en effet je vais juste continuer à vivre pour moi-même sans plus me soucier de cet aspect-là de mon existence !

Modifié par kmisole

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Demonax Membre 1 084 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Je ne suis pas un professionnel et le lieu n'est pas approprié, mais il faudrait savoir si tu es "comme ça" depuis toujours.
Car, le manque d'intérêt peut aussi être une conséquence et non le symptôme d'un trouble neuro-développemental (c'est pour ça, que les sciences cognitives sont si en retard en France, la recherche est malmenée de préjugé, de biais et de sophisme).
Il faudrait pouvoir faire la nuance, afin de mieux te comprendre, et répondre en conséquence. Je dis ça, car, bien que ça ne soit pas le sujet, ton topic sera sans-doute lu par d'autres asperger/aspergirl. Certains s'y reconnaîtront, et d'autres non. Et il faudrait pouvoir éviter tout amalgame, généralité abusive, ou méjugement.

  • Le 28/12/2016 à 23:18, Demonax a dit :

    Il existe une très forte hétérogénéité inter-individuelle, tant génotypique que phénotypique (Conclusion d'études: constantino & Charman en 2016, Focquart & Vanneste en 2015; Esapen & Clarke en 2014), chez les personnes autistes.
    Cela veut dire, que les humains atteints du trouble du spectre autistique sont très différents les uns des autres, autant du point de vue génétique, que du point de vue environnemental. Il serait donc maladroit (ou du moins, délicats, voir difficile) d'essayer de les généraliser à un seul stéréotype.

    Dans la nouvelle terminologie du DSM-5 [2] le syndrome d’Asperger se retrouve rangé parmi les TSA. Il est officiellement présenté comme se situant dans la partie haute des TSA, illustrant selon l’APA (l’Association des Psychiatres Américains) que le syndrome n’affecte ni l’intelligence ni le langage du sujet, mais uniquement ses capacités d’interaction sociale, son comportement et sa compréhension du langage et de certaines situations de la vie quotidienne. (source ici)
    Là encore, il existe une forte hétérogénéité inter-individuelle... Autrement dit, dans l'autisme, il y a une multitude d'humains très différents, dont les asperger. Et parmi les asperger il y a une multitude d'humains très différents [...]

Et pour information, voici un document présentant une liste des traits caractéristiques des femmes Asperger.
Ce document n'est pas parfait, il faut plus le voir comme une ébauche, pour aider en général, les aspergirl à comprendre leur différence.


 

Il y a 7 heures, kmisole a dit :

[...] j'échange avec des gens qui ont des profils intéressants, mais ça ne change rien, mon intérêt disparaît dès que l'échange devient régulier ! C'est assez inexplicable ! [...]

Tout le monde fonctionne comme ça. Non ?
C'est juste un gain d'énergie. Une rentabilité nécessaire dans notre monde chronophage.
L'intérêt change d'après les gens, et certains peuvent aussi voir un intérêt dans ces échanges réguliers.

Mais, après on emploie la politesse (on ne fait pas à autrui, ce que l'on n'aimerait pas que l'on nous fasse), pour conclure la conversation convenablement (ou pas), et passer à autre chose.

Dans ton cas (dit le moi, si je me trompe):
Tu préfères être ignoré, et parce que c'est "normal" pour toi (d'après ta différence) ou plus facile, tu le fais aussi aux autres.
Et tu n'as pas d'intérêt pour toi et/ou les autres (quel qu’en soit la cause), c'est pourquoi tu as du mal à développer ou percevoir l'intérêt des autres pour toi, et à y répondre "convenablement".

Pour le reste, je ne doute pas de tes capacités à pouvoir te fondre dans la masse et à "jouer le jeu", ou porter un masque (même si c'est fatiguant). Mais ce n'est pas le sujet ;)

Tu as de l'empathie, tu as des émotions, c'est évident ! Sinon tu ne te poserais pas ce genre de question, ou de réflexion.
C'est juste que tu es différente, et ça nous fait nous poser des questions.

Tu as déjà vu des documentaires sur les mammifères ?
Les émotions et le "groupe" jouent un rôle important dans l'épanouissement personnel. (et c'est aussi pour ça que les plus grand manipulateurs emploie l'émotivité... tout comme le marketing, la religion, la politique, etc. Il faut persuadé, plutôt que convaincre, d'où l'efficacité du sophisme...)
Les humains sont des mammifères, mais certains d'entre nous sont moins "impacté" par les émotions, ou alors "pas de la même façon", et interagissent différemment ou difficilement avec le "groupe". Tout cela, bien sûr, à un degré différent pour chacun.

Tout ça pour dire, [attention, phrase bateaux] que la vie c'est comme le marketing, parfois, il faut inventer le marché de l'offre, pour stimuler la demande. Tu as aussi la phrase plus classique "l’appentis vient en mangeant".Etc..
Peut-être es-tu incapable de rentrer dans ce moule "groupe" (de couple), ou peut-être que tu en es capable mais que ça ne t'intéresse pas (tout simplement) ou que tu es capable et que tu ne te donnes pas les moyens d'y arriver.
Quoi qu'il en soit: tu es consciente de ta différence, et tu semble bien le vivre, donc c'est toujours ça de gagné ;)
 

 

Il y a 7 heures, kmisole a dit :

Je ne sais pas trop ce que tu définis comme platonique. Du moment où je ne cherche que des asexuels, une relation ne serait forcément que platonique, non ?

Oui, mais l'inverse n'est pas vrai.
Les gens qui ont la possibilité d'avoir une vie sexuelle peuvent aussi faire le choix d'avoir une relation platonique. La nuance est importante, car dans un cas, c'est une "obligation" et dans l'autre un "choix".
Le choix implique une réflexion. Et d'après ce que je li de toi, je pense (mais je peux me tromper), que tu serais plus "accessible" dans une relation platonique (qui implique des "sexuelles", soit des réflexions) que dans une relation d’asexuelle.

Attention, je ne parle pas de simple échange intellectuel, la relation platonique ce n'est pas une conversation intelligente :smile2:
La relation platonique c'est des émotions sans l'influence sexuelle. C'est plus philosophique, voir spirituel, qu'intellectuel.

Je dis cela, car je n'omet pas l'hypothèse que tu as les moyens, mais que tu ne te les donnes pas.
Bien sûr, dans l'hypothèse où tu n'as pas les moyens d'être en groupe-couple, tout ceci est inutile, pour toi.

 

Il y a 7 heures, kmisole a dit :

[...] je trouve ça très fatigant et ça me semble vide de sens. Donc je pense qu'en effet je vais juste continuer à vivre pour moi-même sans plus me soucier de cet aspect-là de mon existence !

Je comprends. Je ne fonctionne pas comme toi, mais je te comprends.
Et effectivement tu as un trouble de la communication sociale ("communication", dans le sens "relationnel", pas "langage").
La difficulté reviendra à (si tu le souhaite) en percevoir les limites, les assumé et t'épanouir malgré cela.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kmisole Invité 3 messages
Baby Forumeur‚ 35ans
Posté(e)

Je pense que je me suis peut-être mal exprimée... je ne ressens quasiment aucune émotion, à moi d'être concernée en premier chef... je ne suis pas certaine d'aimer mes proches au sens vrai du terme, à tel point que quand mes parents m'ont appris le lendemain du Noël 2015 qu'ils s'étaient fait agresser en sortant de chez moi, je suis restée totalement froide et indifférente, ce qui a choqué ma mère.

Je n'ai pas l'impression d'avoir de l'empathie... je ne sais jamais me montrer compatissante, rassurante, ou avoir une réaction appropriée devant l'angoisse ou la tristesse d'autrui, car moi je vis dans un monde où tout est toujours très neutre. Je ne me souviens pas avoir éprouvé une peine sincère, même à la mort de mes grands-parents, par exemple. Je suis fataliste, je considère que les émotions ne sont pas utiles, mais j'imagine que cette vision des choses vient du fait que je n'en éprouve justement pas... je m'interroge davantage parce que je trouve ça intriguant, et parce qu'aussi quelque part j'ai conscience que ma vie serait plus simple si j'étais plus normale, ou si je me décidais à jouer le jeu, même sans réels sentiments... je me dis parfois que mon entourage me laisserait sûrement plus en paix si je vivais une relation amoureuse qui se terminait de façon désastreuse et qui prouverait à tous mon incapacité à aimer. Car jusque là on me rabâche à tour de bras que, puisque je n'ai jamais rien vécu, je ne peux pas savoir... sauf que quelque part je sais que je me connais, vraiment vraiment bien, et que ce désintérêt complet dont je parle est complètement réel. 

Je ne préfère pas être ignorée, je préfère juste exister pour moi-même, et jamais pour autrui. Je ne m'intéresse pas du tout aux autres, ni dans la rue, ni au travail, je garde une distance naturelle entre la vie des autres et la mienne. Je suis capable de passer à côté d'un collègue que je vois depuis dix ans parce qu'en fait je ne fais vraiment pas attention aux gens qui croisent ma route. Je les vois, je sais bien qu'ils existent, mais c'est comme si j'étais dans une autre dimension, à moi, au calme, sans bruits ni foule. Quand je dis que je ne me soucie pas de mon physique, attention, je ne veux pas dire que je n'ai aucun intérêt pour la personne que je suis. Au contraire, je m'apprecie beaucoup, sûrement trop, sans tomber dans le narcissisme... j'aime la personne que je suis sur le plan intellectuel, j'apprécie mon côté autodididacte et débrouillard, la façon dont je sais gérer mon argent et trouver de bons filons, ce genre de choses. Le physique, ca m'indiffere mais j'en prends soin parce que c'est le jeu social, je m'habille de façon chic, je fais attention à ma coiffure (mais je suis incapable par exemple de jouer la vraie fille, d'avoir des talons, des cheveux longs, du maquillage... la, ca me demanderait trop d'efforts, je me contente du minimum !).

Je pense qu'en effet entrer dans le groupe ne m'intéresse pas. Je fais le constat entre les points positifs et les points négatifs et je réalise que je trouve plus de négatif qu'autre chose. Je n'ai pas l'envie, la curiosité, et je ne ressens pas le manque... j'ai juste l'impression que plus je suis seule et plus j'aime l'être. C'est peut-être ca la base de mon questionnement, j'ai peut-être aussi le sentiment parfois que mes capacités sociales finiront par disparaître totalement. Ce ne m'ennuierait pas tant que ca si je pouvais me dispenser de travailler... mais voilà, j'aime bien vivre, même si vu de l'extérieur ma vie semble terne, j'aime le confort, le high tech, j'aime pouvoir m'acheter des livres sur un coup de tête, pouvoir m'offrir la dernière console à la mode juste parce que ca me fait envie, et donc j'ai besoin de mon salaire. Donc je dois conserver mes capacités sociales de base pour cela... donc je dois essayer de ne pas trop me complaire dans cette solitude qui me convient tant, au moins jusqu'à l'âge de la retraite...si retraite il y a !

je ne trouve pas vraiment d'intérêt dans une relation platonique avec un sexuel... ca me rappellerait  trop l'amitié, qui ne m'a jamais captivée non plus... 

Le point final de cette réflexion qui aura pris une dizaine de jours, c'est que j'ai décidé, vraiment, de ne plus du tout m'intéresser au domaine amoureux, de me desinscrire du site pour asexuels et de continuer à suivre le mode de vie que j'affectionne. Mes questionnements sur une possible souffrance à venir sont vains, car rien ne le dit qu'elle viendra. Je me dis que ce serait quand même curieux que je souffre de solitude à 60 ou 70 ans, alors même que je me suis battue depuis ma naissance pour faire valoir mon droit à la solitude... la société et ses influences néfastes ont parfois tendance à me faire craindre le contraire, mais je suis maintenant convaincue que la clef de mon bonheur, c'est ma vie solitaire ! En fait je pense que je suis déjà épanouie dans ce mode de vie et qu'en sortir pourrait, très paradoxalement, tout remettre en question. Du coup je préfère rester sur ce mode de fonctionnement. Est-ce une solution de facilité ? Peut-être, mais j'avoue que j'aime la facilité !

Modifié par kmisole
1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Demonax Membre 1 084 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Cela ne concerne plus kmisole mais, le topic pourrait en intéressé "d'autres" (?).
Donc, je partage ce lien sur un tout nouveau site de rencontre pour personne Asperger ;)
http://www.atoutcoeurasperger.fr/#

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant