Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

6 Mai 1932 : Assassinat de Paul Doumer.


Messages recommandés

Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

6 Mai 1932 : Assassinat de Paul Doumer.

Joseph Athanase Paul Doumer, né le 22 mars 1857 à Aurillac (Cantal) et assassiné le 6 mai 1932 à Paris, est un homme d'État français, figure importante de la IIIe République de par son élection, en 1931, à la présidence de la République.

Membre du Parti radical, ministre des Finances à trois reprises, puis président du Sénat, la carrière de Paul Doumer prit un tournant considérable lors de son élection à la présidence de la République, en 1931. Il est cependant assassiné un an plus tard, en 1932, par un jeune émigré russe, Paul Gorgulov.

Des origines modestes

Paul Doumer est issu d'une famille modeste du Quercy, dont les membres sont habituellement manouvriers ou cultivateurs. Il est le dernier enfant de Jean Doumer, né en 1814, et de Victorine David, née en 1823. Il a deux sœurs : Renée (1854) et Thérèse (1855).

Lors de sa naissance, son père est poseur de rails de la Compagnie des chemins de fer d'Orléans. Peu après, la famille quitte Aurillac pour Paris ; Jean Doumer meurt et sa veuve travaille comme femme de ménage. Paul est scolarisé à l'école communale de la rue Ramey.

Une rapide ascension dans le domaine professionnel (1869 - 1885)

Paul Doumer est un cas exceptionnel d'ascension sociale par l'école.

Après avoir obtenu le certificat d'études, il commence à travailler à 12 ans comme coursier ; il devient ensuite ouvrier graveur dans une fabrique de médailles.

Puis, en suivant les cours du Conservatoire national des arts et métiers, il est reçu au baccalauréat ès-sciences. Il entre dans l'enseignement comme répétiteur et obtient une licence de mathématiques en 1877 et une licence en droit en 1878.

En 1877, il est nommé professeur de mathématiques au collège de Mende.

En 1878, il épouse Blanche Richel, dans la famille de laquelle il logeait pendant ses études. De leur mariage naîtront huit enfants :

  • Fernand Doumer (1879-1972), officier et industriel ;
  • Hélène Doumer (1880-1968) ;
  • Marcel Doumer (1886-1918), ingénieur, Mort pour la France ;
  • René Doumer (1887-1917), attaché bancaire, Mort pour la France ;
  • André Doumer (1889-1914), lieutenant d'artillerie, Mort pour la France ;
  • Armand Doumer (1890-1923), docteur en médecine, gazé, Mort pour la France ;
  • Lucile Doumer (1893-1918) ;
  • Germaine Doumer (1897 - + ), résistante, connue pour avoir abattu un sous-officier allemand le 17 juin 1940.

En 1879, il est nommé au collège de Remiremont (Vosges), où il reste jusqu'en 1883. Parallèlement, il entre grâce à son beau-père, ancien inspecteur primaire dans l'Aisne, en contact avec des personnalités parisiennes : l'historien Henri Martin et William Waddington, sénateurs de l'Aisne. Il écrit quelques articles à l'occasion de ses vacances.

En 1883, il quitte l'enseignement pour raisons de santé et devient rédacteur en chef du journal Le Courrier de l'Aisne à Saint-Quentin. Il est sur une ligne très radicale, de sorte qu'à la mort d'Henri Martin, la direction du journal l'oblige à démissionner. Il fonde alors La Tribune de l'Aisne.

À l'Élysée (1931 - 1932)

Sa carrière culmine avec son élection à la présidence de la République le 13 mai 1931. Il s'agit d'une belle revanche politique et personnelle pour le président du Sénat, qui fut battu vingt-cinq ans plus tôt par le démocrate Armand Fallières, lors de l'élection présidentielle de janvier 1906.

En compagnie de son épouse, l'élégante Blanche, le nouveau président de la République prend ses appartements au palais de l'Élysée. Le couple présidentiel y réside, en compagnie de ses deux plus jeunes filles, Lucile et Germaine, et des époux de celles-ci.

Le nouveau chef de l'État, dès lors, souhaite offrir à la fonction présidentielle, un prestige moral et un rôle moins politique. On voit ainsi le président Doumer inaugurer des expositions et prononcer des discours à l'occasion de fêtes populaires. C'est à cette époque que l'expression « inaugurer les chrysanthèmes », traduisant le fait qu'un personnage public n'a guère de pouvoirs étendus sinon d'inaugurer quelques expositions et de prononcer quelques discours, fait son apparition.

En inaugurant une exposition sur l'aviation, en Seine-et-Oise, le 2 avril 1932, le président Doumer, s'étonnant de l'impressionnant dispositif de sécurité mis à sa disposition, confie, amusé, à Léon Noël, directeur de la Sûreté générale et secrétaire général du ministère de l’Intérieur, cette petite phrase « À mon âge, après tout, ce serait une belle fin que de mourir assassiné ».

L'assassinat

Le 6 mai 1932, le président Doumer se rend à l'hôtel Salomon de Rothschild, de sorte à inaugurer une grande exposition consacrée aux écrivains de la Grande guerre.

Le chef de l'État salue courtoisement les écrivains présents et achète quelques livres, dans le but de les offrir à son épouse. Alors que le président de la République converse avec l'écrivain Claude Farrère, plusieurs coups de feu retentissent.

L'assassin a utilisé un pistolet Browning S 15 cm, conservé au Musée de la Préfecture de Police. Deux de ces coups de feu atteignent le président à la base du crâne et à l'aisselle droite. Il s'écrie « Tout de même ! », puis s'effondre au beau milieu de l'assistance, médusée, et se retrouve face à Paul Gorgulov, l'auteur des coups de feu, déstabilisé par Farrère qui, après avoir tenté de sauver le président, fut blessé au bras. L'agresseur de Doumer est immédiatement maîtrisé, puis arrêté.

170px-Paul_doumer_grave.JPG

Tombe au cimetière de Vaugirard

Le chef de l'État est immédiatement transporté à l'hôpital Beaujon, situé à quelques pas du lieu de l'agression. Mal soigné, Paul Doumer meurt le lendemain à 4 heures 37 du matin.

Après avoir appris la mort de son époux, Blanche Doumer, à laquelle les autorités avaient proposé d'inhumer le président défunt au Panthéon, déclare : « Je vous l'ai laissé toute sa vie. Alors maintenant, s'il vous, plaît, laissez-le moi. »

Des funérailles nationales sont organisées en hommage du défunt président, à Notre-Dame de Paris, ainsi qu'au Panthéon. Doumer est inhumé, dans l'intimité, dans le caveau familial du cimetière de Vaugirard.

Gorgulov est condamné, puis guillotiné le 14 septembre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité Grenadine33
Invité Grenadine33 Invités 0 message
Posté(e)

Superbe article, mais il manque une chose importante la photo du personnage !

paul_doumer-d.jpg

Cela aurait été dommage un si bel homme...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
baillousque Membre 2246 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Paul Doumer était Franc Maçon ......cool.gif

il fut impliqué dans" l'affaire des fiches" en 1900 (voir ces essais prometteurs du Grand Orient )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×