Aller au contenu

Messages recommandés

Invité System
Invités, Posté(e)
Invité System
Invité System Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour, le Léviathan est le nom donné aux réserves de gaz au large d'Israël, du Liban et de Chypre.

Voici un article sur ce qui se joue actuellement aussi en Méditerranée Orientale :

Source : France24.com

Article : Le gaz, nouvelle pomme de discorde en Méditerranée orientale

La partie grecque de Chypre - reconnue par la communauté internationale, contrairement à la partie turque -

a en effet annoncé le lancement d’une opération d’exploration de gaz dans sa Zone économique exclusive (voir encadré),

provoquant la colère d’Ankara, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, allant jusqu’à qualifier l’opération de "folie".

En réponse, la Turquie a signé mercredi un accord avec Chypre Nord pour entamer des forages offshore de gaz et de pétrole.

S’il rejette l'idée d'une guerre du gaz, Didier Billion, rédacteur en chef de la Revue internationale et stratégique et spécialiste de la Turquie,

n'exclut pas que les tensions puissent s'exacerber prochainement.

Car ces eaux méditerranéennes potentiellement riches en hydrocarbures n'ont toujours pas été clairement délimitées.

Conséquence : Israël, le Liban et Chypre en revendiquent la souveraineté (voir carte ci-contre).

...

"Jeu de billard à trois bandes entre la Turquie, Chypre et Israël"

En outre, Ankara n’accepte pas que les Chypriotes grecs aient signé avec l’État hébreu un accord destiné à éviter tout conflit dans la recherche de gisements de gaz sous-marins dans la zone, précise Didier Billon, qui voit dans cette rivalité un "jeu de billard à trois bandes".

"La récente dégradation des relations entre Israël et la Turquie ne fait qu’exacerber les tensions", poursuit le chercheur.

Les deux pays sont en effet arrivés au bord de la rupture après la mort, en mai 2010,

de neuf Turcs lors de l'attaque israélienne contre une "flottille de la paix".

Ankara, qui réclame des excuses formelles à Israël, a depuis expulsé l'ambassadeur de l’État hébreu en Turquie et

suspendu ses accords militaires avec Tel Aviv.

On comprend mieux aussi les raisons pour lesquelles le président Sarkosy ne souhaitait pas que la Turquie fasse partie de l'Europe !

Entre les guerres en Irak, en Afghanistan, entre Palestine et Israël, la guerre en Lybie, la situation de l'Egypte et la menace de l'Iran ...

ça sent le gaz !

Surtout aujourd'hui avec une Afrique du Nord et une Europe du Sud fragilisées par les révolutions et la Récession !

C'est à se demander pourquoi ?

whistling1.gif

carte_v3.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Posté(e)
le merle Membre 18 767 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

Bonjour, le Léviathan est le nom donné aux réserves de gaz au large d'Israël, du Liban et de Chypre.

Voici un article sur ce qui se joue actuellement aussi en Méditerranée Orientale :

Source : France24.com

Article : Le gaz, nouvelle pomme de discorde en Méditerranée orientale

La partie grecque de Chypre - reconnue par la communauté internationale, contrairement à la partie turque -

a en effet annoncé le lancement d’une opération d’exploration de gaz dans sa Zone économique exclusive (voir encadré),

provoquant la colère d’Ankara, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, allant jusqu’à qualifier l’opération de "folie".

En réponse, la Turquie a signé mercredi un accord avec Chypre Nord pour entamer des forages offshore de gaz et de pétrole.

S’il rejette l'idée d'une guerre du gaz, Didier Billion, rédacteur en chef de la Revue internationale et stratégique et spécialiste de la Turquie,

n'exclut pas que les tensions puissent s'exacerber prochainement.

Car ces eaux méditerranéennes potentiellement riches en hydrocarbures n'ont toujours pas été clairement délimitées.

Conséquence : Israël, le Liban et Chypre en revendiquent la souveraineté (voir carte ci-contre).

...

"Jeu de billard à trois bandes entre la Turquie, Chypre et Israël"

En outre, Ankara n’accepte pas que les Chypriotes grecs aient signé avec l’État hébreu un accord destiné à éviter tout conflit dans la recherche de gisements de gaz sous-marins dans la zone, précise Didier Billon, qui voit dans cette rivalité un "jeu de billard à trois bandes".

"La récente dégradation des relations entre Israël et la Turquie ne fait qu’exacerber les tensions", poursuit le chercheur.

Les deux pays sont en effet arrivés au bord de la rupture après la mort, en mai 2010,

de neuf Turcs lors de l'attaque israélienne contre une "flottille de la paix".

Ankara, qui réclame des excuses formelles à Israël, a depuis expulsé l'ambassadeur de l’État hébreu en Turquie et

suspendu ses accords militaires avec Tel Aviv.

On comprend mieux aussi les raisons pour lesquelles le président Sarkosy ne souhaitait pas que la Turquie fasse partie de l'Europe !

Entre les guerres en Irak, en Afghanistan, entre Palestine et Israël, la guerre en Lybie, la situation de l'Egypte et la menace de l'Iran ...

ça sent le gaz !

Surtout aujourd'hui avec une Afrique du Nord et une Europe du Sud fragilisées par les révolutions et la Récession !

C'est à se demander pourquoi ?

whistling1.gif

carte_v3.jpg

bonjour

à ma connaissance , si je m ' en souvient , le léviathan est un monstre marin dont la bible à parlé .

ces réserves de gaz ce trouvent prés d ' une faille et les riques sysmiques y sont certain .

déranger la stabilitée fragile des sous-sol marin , pour extraire le gaz peut-ètre risqué ?

çe n 'est qu ' une hypothèse .

bonne journée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité System
Invités, Posté(e)
Invité System
Invité System Invités 0 message
Posté(e)

bonjour

à ma connaissance , si je m ' en souvient , le léviathan est un monstre marin dont la bible à parlé .

ces réserves de gaz ce trouvent prés d ' une faille et les riques sysmiques y sont certain .

déranger la stabilitée fragile des sous-sol marin , pour extraire le gaz peut-ètre risqué ?

çe n 'est qu ' une hypothèse .

bonne journée

Le Merle

Sur l'origine du nom

Chypre est située dans le bassin Levantin, de Levant voulant dire autrefois " Orient ".

Ceci étant, selon l'Encyclopédie Universalis, Léviathan vient de l'hébreu liwyatan.

Un serpent mythique qu'on rencontre à plusieurs reprises dans la poésie hébraïque et biblique (Job, Psaumes, Isaïe).

Sous ce nom et sous d'autres appellations, il appartient plus largement à la mythologie sémitique.

Il équivaut au Dragon (peut-être crocodile du Nil), bien connu dans le Proche-Orient ancien.

Personnification des puissances hostiles, il apparaît sous l'aspect d'un monstre aquatique à plusieurs têtes ;(Ps. LXXIV, 14).

Dans le Psaume LXXIV, 14 (« Toi qui fracassas les têtes de Léviathan »), il symbolise la mer Rouge et rappelle la victoire de Yahvé sur l'Égypte.

Dans Job, XL, 25, et dans le Psaume CIV, 26, il continue d'évoquer, en des tournures remplies d'ironie, le monstre vaincu par le Dieu d'Israël, aux origines du monde.

Le mot Dragon quant à lui appartient a la langue grecque (dérivé de drakôn, terme venant lui-même du verbederkomai, « regarder », « fixer du regard ») et qui désigne les serpents géants ou aquatiques.

Mais son ampleur sémantique est bien plus large : Cerbère, le gardien des Enfers, n'est-il pas appelé dragon ?

Ce terme relève donc aussi du vocabulaire mythique.

Les traducteurs de la version des Septante ont rendu par drakôn aussi bien l'hébreu tannin(« serpent ») que Liwyatan (« Léviathan »).

L'un des lieux majeurs des origines du dragon mythique est le récit babylonien (Enuma Elish) du combat entre le Créateur et le grand monstre marin.

La tradition hébraïque en a repris et modifié les données : elles sont repérables çà et là dans toute la Bible, et même en dehors.

Le monstre est décrit soit comme le dragon (Job, VII, 12 ; Psaume LXXIV, 13 ; Isaïe, LI, 9 ; Ézéchiel, XXIX, 3 ; XXXII, 2), soit comme Léviathan, Rahab ou le Serpent.

Dans les traditions babyloniennes et hébraïques, il symbolise la profondeur hostile du chaos ou l'océan cosmique primordial (Tiamat, en Babylonie ; Tehom, dans la Bible).

Votre question est intéressante elle soulève la dimension religieuse dans le conflit qui se prépare.

Quant à la question des risques sismiques, il est connu que la Turquie et la Grèce sont en première ligne.

Et qui dit risque de tremblement de terre dit risque de Tsunami.

Quelques soient les dimensions religieuses, scientifiques ou politiques que puisse soulever la question de Chypre et de sa richesse en gaz et en pétrole, cela ne présage vraiment rien de bon !

Hasard ou pas un centre d’alerte au tsunami doit voir le jour en 2012.

Il surveillera 24 heures sur 24 l’ activité sismique et tsunami de la France et des pays du bassin méditerranéen occidental.

Bonne journée à vous aussi merci.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité System
Invités, Posté(e)
Invité System
Invité System Invités 0 message
Posté(e)

Il faut savoir également que les navires transitant par Chypre pour les USA, entre autres, sont à 80% grecs,

même si ils n'en ont pas la bannière.

Si un seul de ces navires est attaqué cela pourrait être un prétexte d'entrer en guerre aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité System
Invités, Posté(e)
Invité System
Invité System Invités 0 message
Posté(e)

Dernière dépêche de l'ANA, ATHENS NEWS AGENCY

La Grèce confirme son soutien au gazoduc ITGI

Le gouvernement grec a confirmé une nouvelle fois son soutien au gazoduc ITGI (Turquie-Grèce-Italie) par un communiqué commun vendredi des ministères des Affaires étrangères et de l'Environnement-Energie-Changement climatique.

Cette intervention gouvernementale a lieu en vue de la décision sur le choix du gazoduc qui transportera le gaz naturel depuis le gisement de Sah Deniz en Azerbaïdjan.

"Le gouvernement grec soutient avec constance et fermeté le plan de construction du gazoduc ITGI.

Nous sommes convaincus que le dit ouvrage contribue décisivement aux besoins de l'Europe de diversifier ses sources et voies d'énregie, alors qu'il constitue sans conteste le plan le plus avancé au niveau des études et des licences.

Parallèlement, il assure les plus grands investissements à l'intérieur de la Grèce", souligne le communiqué des deux ministères.

"La Commission européenne, poursuit le texte, a posé comme priorité d'améliorer et pallier aux carences actuelles dans les ouvrages d'infrastructure des réseaux énergétiques.

Dans ce cadre, la liaison entre la Grèce et l'Italie via ce gazoduc constitue une priorité.

Le gazoduc +Poséidon+, le tronçon du ITGI qui reliera la Grèce à l'italie sous la mer, couvre pleinement ce besoin.

De plus, et grâce à la possibilité d'inverser le flux du gazoduc, cela garantira la sécurité d'approvisionnement aussi du Sud-Est de l'Europe, si les circonstances l'exigent".

Notons que l'Institut de l'Energie du Sud-Est de l'Europe (IENE) donne aussi, via une étude, une avance de l'ITGI sur les autres options alternatives de transport du gaz naturel depuis la Caspienne vers l'UE, en faisant valoir qu'il dispose du plus grand nombre d'avantages tant pour l'Europe que pour la Grèce.

L'étude de l'IENE examine les gazoducs qui peuvent traverser la Grèce, à savoir l'ITGI, le TAP et le South Stream, en utilisant 15 critères liés à la possibilité de matérialisation immédiate de l'ouvrage, à la viabilité économique et à la valeur ajoutée pour le pays.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
le merle Membre 18 767 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

bonjour

à ma connaissance , si je m ' en souvient , le léviathan est un monstre marin dont la bible à parlé .

ces réserves de gaz ce trouvent prés d ' une faille et les riques sysmiques y sont certain .

déranger la stabilitée fragile des sous-sol marin , pour extraire le gaz peut-ètre risqué ?

çe n 'est qu ' une hypothèse .

bonne journée

Le Merle

Sur l'origine du nom

Chypre est située dans le bassin Levantin, de Levant voulant dire autrefois " Orient ".

Ceci étant, selon l'Encyclopédie Universalis, Léviathan vient de l'hébreu liwyatan.

Un serpent mythique qu'on rencontre à plusieurs reprises dans la poésie hébraïque et biblique (Job, Psaumes, Isaïe).

Sous ce nom et sous d'autres appellations, il appartient plus largement à la mythologie sémitique.

Il équivaut au Dragon (peut-être crocodile du Nil), bien connu dans le Proche-Orient ancien.

Personnification des puissances hostiles, il apparaît sous l'aspect d'un monstre aquatique à plusieurs têtes ;(Ps. LXXIV, 14).

Dans le Psaume LXXIV, 14 (« Toi qui fracassas les têtes de Léviathan »), il symbolise la mer Rouge et rappelle la victoire de Yahvé sur l'Égypte.

Dans Job, XL, 25, et dans le Psaume CIV, 26, il continue d'évoquer, en des tournures remplies d'ironie, le monstre vaincu par le Dieu d'Israël, aux origines du monde.

Le mot Dragon quant à lui appartient a la langue grecque (dérivé de drakôn, terme venant lui-même du verbederkomai, « regarder », « fixer du regard ») et qui désigne les serpents géants ou aquatiques.

Mais son ampleur sémantique est bien plus large : Cerbère, le gardien des Enfers, n'est-il pas appelé dragon ?

Ce terme relève donc aussi du vocabulaire mythique.

Les traducteurs de la version des Septante ont rendu par drakôn aussi bien l'hébreu tannin(« serpent ») que Liwyatan (« Léviathan »).

L'un des lieux majeurs des origines du dragon mythique est le récit babylonien (Enuma Elish) du combat entre le Créateur et le grand monstre marin.

La tradition hébraïque en a repris et modifié les données : elles sont repérables çà et là dans toute la Bible, et même en dehors.

Le monstre est décrit soit comme le dragon (Job, VII, 12 ; Psaume LXXIV, 13 ; Isaïe, LI, 9 ; Ézéchiel, XXIX, 3 ; XXXII, 2), soit comme Léviathan, Rahab ou le Serpent.

Dans les traditions babyloniennes et hébraïques, il symbolise la profondeur hostile du chaos ou l'océan cosmique primordial (Tiamat, en Babylonie ; Tehom, dans la Bible).

Votre question est intéressante elle soulève la dimension religieuse dans le conflit qui se prépare.

Quant à la question des risques sismiques, il est connu que la Turquie et la Grèce sont en première ligne.

Et qui dit risque de tremblement de terre dit risque de Tsunami.

Quelques soient les dimensions religieuses, scientifiques ou politiques que puisse soulever la question de Chypre et de sa richesse en gaz et en pétrole, cela ne présage vraiment rien de bon !

Hasard ou pas un centre d’alerte au tsunami doit voir le jour en 2012.

Il surveillera 24 heures sur 24 l’ activité sismique et tsunami de la France et des pays du bassin méditerranéen occidental.

Bonne journée à vous aussi merci.

bonjour

toute la cote d ' azure risque , un jour ou l ' autre ,un fort tremblement de terre suivis d ' un tsunami appelé anciennement " raz de marée " .

les marinas construite sur des versants , subiraient les risques d ' un glissement de terrain majeur .

çe sont des sismatologues qui l ' ont prédit .

bi-cause , la plaque africaine passe sous la plaque européenne ( ? ) .

la forte tention accumulée se détendrait brusquement et générerait la forte secousse sismique .

mais , détail " rassurant " , cela peut se produire demain , dans dix ou cent ans ou bien mille ans .

nul ne le sait ?

bonne journée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité System
Invités, Posté(e)
Invité System
Invité System Invités 0 message
Posté(e)

Oui, nous sommes de part et d'autre de la Méditerranée sur une faille et nul ne sait prédire l'avenir.

La France métropolitaine se situe sur une zone sismique modérée, pas ses îles.

Par ailleurs, des pays comme la Grèce, la Turquie et l'Iran ont déjà connus des tremblements de terres à forte magnitude.

Il ne faudrait pas provoquer une catastrophe par celle de la guerre et l'utilisation d'armes nucléaires, sous-marines par exemple !

Un séisme correspond à mouvement bref du sol (quelques secondes),

engendré par l'arrivée en surface d'ondes se propageant dans le globe depuis un point de rupture.

On distingue séismes naturels (tectoniques et volcaniques),

dont les mécanismes sont étudiés par la sismologie,

des séismes artificiels (induits par l'activité humaine) étudiés par la sismique.

On distingue deux types d'ondes sismiques.

- les ondes mécaniques : propagation d'une déformation mécanique dans un milieu.

Elle transfère de l'énergie sans transfert de matière.

Ce sont les zones sonores, les vagues, les ondes sismiques, etc

- les ondes électromagnétiques : propagation d'un champ électromagnétique ne nécessitant pas de milieu matériel connu.

Ce sont les ondes hertziennes, les rayons infrarouges, les ondes lumineuses (radiations visibles),

les rayons ultraviolets, les rayons X et les rayons gamma. Ces ondes transfèrent de l'énergie.

Sources :

Document PDF

CNDP-CRDP de l'académie d'Amiens.

( Comité : Comité d'orientation scientifique et pédagogique )

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×