Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

116 000


Messages recommandés

Invité Grenadine33
Invité Grenadine33 Invités 0 message
Posté(e)

Prévu dès mars 2007, le numéro d'appel d'urgence 116 000 enfants disparus vient seulement d'être mis en ligne en France.

A l'autre bout du fil, les spécialistes des associations : psychologues, policiers, juristes...

Le 116 000 est aujourd’hui opérationnel dans dix pays: la Belgique, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal , la Roumanie, la Slovaquie. Le numéro a été attribué dans ces pays à des prestataires de services qui doivent être en mesure de traiter les appels, gratuitement, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et dans tout le pays.

Le gouvernement a confié la gestion du dispositif «116 000 enfants disparus» aux acteurs de SOS Enfants Disparus: la Fondation pour l’Enfance et l’INAVEM.

48 000 disparitions d'enfants

Les chiffres officiels sont donnés par l’Office central chargé de la répression des violences aux personnes (Ministère de l’Intérieur) à partir des données du Fichier des Personnes Recherchées, soit 48 277 inscriptions de mineurs :

- 47 062 fugues,

- 855 disparitions inquiétantes,

- 360 enlèvements parentaux.

Chez SOS Enfants Disparus, les statistiques internes de l’année 2008 mettent en évidence une hausse du nombre d’appels de +6,35 % par rapport à 2007 avec 1 741 appels traités en 2008.

Sur 907 dossiers ouverts, 225 concernaient des fugues, 286 les enlèvements parentaux, 83 les disparitions de majeurs, 72 les disparitions inquiétantes et 241 demandes diverses.

Enfin, sur 907 nouveaux dossiers suivis par SOS Enfants Disparus, 286 soit près de 30 % concernent les enlèvements parentaux. Le dispositif SOS Enfants Disparus accompagne les parents en détresse et prend en compte, dans tous les cas, la souffrance de l’enfant.

Pourquoi des associations ?

Mais que fait la police ? c'est ce qu'on se demande en premier, pourquoi s'adresser à une association ?

Il ne s'agit pas d'envoyer des détectives privés faire le travail des inspecteurs. Les associations apportent plusieurs aides très efficaces :

- l'analyse psychologique (précieuse pour les cas les plus nombreux de fugue ou d'enlèvement parental),

- le soutien aux parents,

- le suivi des dossiers qui ont parfois tendance à ralentir d'un bureau à l'autre....

Les écoutants et les chargés de dossiers sont des professionnels dûment formés et sensibilisés à la prise en compte des difficultés des familles et à l’évaluation de leurs besoins.

http://www.guidedesdemarches.com/INFO/INFO1069.htm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×