Aller au contenu

"288 boîtes en une seule fois ! Ça fait beaucoup de médicaments pour vous tout seul !"


Invité David Web

Messages recommandés

Invité David Web
Invités, Posté(e)
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

"288 boîtes en une seule fois ! Ça fait beaucoup de médicaments pour vous tout seul !"

35 000 euros : c'est le montant réclamé par la CPAM à un consommateur à la suite d'un important trafic de médicaments.

165027carnetsjustice296180jpg180191.jpg

Henri* a obtenu frauduleusement, pendant près de deux ans, plusieurs centaines de médicaments et psychotropes, théoriquement délivrés au compte-gouttes, notamment du Rohypnol et du Subutex. À l'époque, il était SDF et consommait ces "drogues" de substitution avec ses compagnons d'errance de la gare de l'Est. Aujourd'hui, il butine, de petits boulots en jobs éphémères. Marié depuis peu à une mère de dix enfants, il dit avoir renoué avec une vie stable.

- 288 boîtes en une seule fois ! Ça fait beaucoup pour vous tout seul ! s'étonne la présidente.

- Les médicaments et ordonnances tournaient, si j'avais revendu ces boîtes, je n'aurais pas été SDF", certifie Henri. Qui se défend aussi d'avoir falsifié ou de s'être procuré des ordonnances vierges.

Du côté des pharmaciens ayant délivré des quantités astronomiques de prescriptions, l'enquête est peu éclairante. Quant aux médecins, certains prétendent n'avoir jamais reçu Henri en consultation, et d'autres dénoncent des détournements d'ordonnances. Le dossier n'en dit pas plus.

Partie civile, la CPAM fait état de son préjudice "conséquent" de 35 500 euros. "Henri K. cherche à minimiser sa responsabilité en disant qu'il est SDF, souligne l'avocate de la Caisse. Il prétend aussi qu'ils étaient plusieurs dans le coup. Or c'est toujours la même carte vitale qui est présentée au pharmacien, et ce n'est pas à la CPAM de faire le tri. D'ailleurs, Henri K. a très bien pu utiliser des ordonnances obtenues par ses amis. En tout état de cause, ces médicaments ont été délivrés dans des conditions incompatibles avec un usage thérapeutique normal (...)". Et de pointer du doigt la complaisance de nombreux médecins, favorisant le "nomadisme médical" des consommateurs. Naturellement, demander à Henri de rembourser 35 500 euros relève de la plus extravagante utopie. "Le préjudice sera donc supporté par la collectivité", tranche l'avocate de la CPAM.

Pour la procureure, pas de doute, Henri est le seul bénéficiaire des prescriptions et c'est lui qui s'est fait délivrer les médicaments. "Il est aujourd'hui dans un bien meilleur état qu'à l'époque des faits. Mais cela ne doit pas l'empêcher de répondre de ses actes." Henri n'ayant jamais été condamné, elle demande six mois avec sursis et le remboursement de la CPAM "à proportion de ses revenus".

Tout l'article.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, La main qui mord, 41ans Posté(e)
Ame errante Membre 11 839 messages
41ans‚ La main qui mord,
Posté(e)
Marié depuis peu à une mère de dix enfants, il dit avoir renoué avec une vie stable.

Gloups!!! :o

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×