Aller au contenu

Nasredine Hodja


swastika

Messages recommandés

Membre, 63ans Posté(e)
swastika Membre 391 messages
Baby Forumeur‚ 63ans‚
Posté(e)

- La raison du plus fort

Un jour, Nasredine Hodja eut besoin de traverser la Mer de Marmara. Il prit donc le bateau, mais juste au milieu de la traversée, une grande tempête se leva et le bateau commença à couler. Tous les passagers et les membres d'équipage se mirent à écoper pour essayer de maintenir le bateau à flots. Cependant, parmi la foule, il se trouva un homme qui, à la consternation générale, prenait l'eau dans la mer pour la jeter dans le bateau : l'inévitable Nasredine Hodja. Le capitaine se précipita vers lui en l'injuriant, en l'accusant de vouloir tous les tuer, mais Nasredine ne se départit pas de son calme. Il expliqua au capitaine qu'il se contentait de suivre le conseil que sa mère lui répétait tout le temps : toujours se mettre du côté du plus fort...

*

- La fin du monde

Un jour, quelqu'un vint voir le très sage Nasredine Hodja pour lui demander s'il connaissait la date de la fin du monde.

- De quelle fin du monde parles-tu ? répondit-il à l'homme. La grande ou la petite ? Si c'est de la petite dont tu parles, c'est quand ma femme mourra. Si tu parles de la grande, elle se produira quand c'est moi qui rendrait l'âme

- Le don de la nature

Un jour de pluie, Nasredine Hodja vit par sa fenêtre un homme qui courait pour rentrer chez lui avant d'être trempé.

- Pourquoi cours-tu ainsi ? lui demanda Nasredine. Tu n'as pas honte de fuir ainsi ce merveilleux don de la nature ?

Tout penaud, l'homme s'arrêta de courir et rentra chez lui trempé jusqu'aux os. Mais le lendemain, alors qu'il continuait à pleuvoir, c'est ce même homme qui vit de sa fenêtre le fameux Nasredine Hodja courir pour échapper à l'averse.

- Nasredine, n'as-tu pas honte de fuir ainsi ce merveilleux don de la nature ?

- Mais pas du tout, répondit Nasredine sans s'arrêter. Si je cours, c'est au contraire pour éviter de le piétiner.

- Le problème de la Création

Un jour, Nasredine Hodja se demandait si la Création avait été vraiment bien faite... Il faut dire que devant lui, il voyait cet immense chêne qui portait de si petits fruits, alors que le petit plant de courge, à ses pieds, en supportait de si gros. Il s'assit sous le chêne pur réfléchir à cette inquiétante question, mais quand un gland lui tomba sur la tête, il comprit que la Création avait été vraiment bien faite

-La marmite

Un jour, Nasredine Hodja demanda à son voisin de lui prêter une marmite. Bien qu'un peu méfiant, le voisin accéda à sa demande. Et à sa grande surprise, Nasredine lui rendit sa marmite dès le lendemain, avec en plus une autre petite marmite posée à l'intérieur de la première.

- Mais quelle est donc cette seconde marmite ? demanda le voisin.

- Eh bien durant la nuit, il se trouve que ta marmite a accouché ! Comme il me semble logique que son enfant t'appartienne aussi, je te l'amène.

L'homme, se disant que pour une fois la folie de Nasredine tournait en sa faveur, ne répondit rien et prit les deux marmites. Et lorsque, quelques jours plus tard, Nasredine revint frapper à sa porte pour lui demander le même service, il s'empressa de lui fournir sa plus belle marmite en espérant avoir encore une bonne surprise. Mais là, au contraire, il attendit des jours et des jours sans voir revenir son fameux voisin. N'y tenant plus, il se rendit chez Nasredine pour réclamer des explications.

- Ah c'est terrible, dit Nasredine d'un air contrit, il faut que je te l'avoue : ta marmite est morte.

- Mais que me dis-tu ? Une marmite ne peut pas mourir !

- Enfin voyons, tu étais prêt à croire qu'une marmite pouvait accoucher, aujourd'hui tu devrais bien croire qu'elle peut mourir.

Le voisin ne trouva rien à répondre, rentra chez lui, et Nasredine garda la belle marmite.

- La chèvre de la fin du monde

Un jour, des enfants vinrent voir Nasredine Hodja en lui disant que la fin du monde était pour le soir même, et ils lui proposèrent de tuer sa chèvre et de la manger pour en profiter avant qu'il soit trop tard. Nasredine acquiesça, et leur proposa même d'aller se baigner pendant que lui préparerait la bête. Les enfants acceptèrent avec joie, mais quand ils ressortirent du lac, ils découvrirent que Nasredine avait allumé le feu avec leurs vêtements !

- Pourquoi faites-vous ces têtes ? demanda Nasredine. Si c'est vraiment la fin du monde, vous n'avez plus besoin de vos habits, pas vrai ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, 63ans Posté(e)
swastika Membre 391 messages
Baby Forumeur‚ 63ans‚
Posté(e)

Les habitants d'Akşehir ont besoin d'un sage pour leur apprendre le monde. Ils vont chercher Nasr Eddin et l'amènent en place publique.

« Que voulez-vous que je vous apprenne que vous ne savez pas ?

─ Tout !

─ Je n'ai rien à faire avec de tels ignorants. »

Et Nasr Eddin s'en va. Les dignitaires réfléchissent et demandent au peuple de répondre sans froisser le grand sage. Ils vont rechercher Nasr Eddin qui demande :

« Que voulez-vous que je vous apprenne que vous ne savez pas ?

─ Rien !

─ Alors si vous savez tout, je m'en vais. »

Et Nasr Eddin s'en va, énervé. Les dignitaires réfléchissent de nouveau et demandent cette fois-ci au peuple un peu plus de compréhension avec une telle sagesse. Ils vont retrouver Nasr Eddin et le ramènent en ville.

« Que voulez-vous que je vous apprenne que vous ne savez pas ? »

Une moitié crie :

« Rien ! »

Et l'autre moitié :

« Tout ! »

Alors Nasr Eddin excédé, dit :

« Hé bien, que ceux qui savent apprennent à ceux qui ne savent pas. »

Les histoires de Nasr Eddin Hodja peuvent être appréciées pour l'absurdité amusante apparente de la plupart des situations, mais peuvent aussi être interprétées de différentes manières, comme des contes moraux ou des histoires spirituelles. Ainsi, Idries Shah a compilé des recueils d'histoires de Nasr Eddin Hodja pouvant être interprétées de manière spirituelle. Le but n'étant pas forcément de rire mais de comprendre nos comportements et d'être en état d'études constant en examinant notre monde sous des angles différents.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeur alchimiste/Honey, Posté(e)
Nightwish Membre 10 322 messages
forumeur alchimiste/Honey,
Posté(e)

:cray:

j'ai en tête aussi, mais très très en raccourci, celle où un homme se noie, tous les sauveteurs potentiels échouent: "donne ta main, je te hisserai" l'homme refuse catégoriquement,

Nasrédine arrive, reconnait un voisin pingre à l'extrême, aussi lui dit-il : "prend ma main" ,l'homme accepte, alors il est sauvé...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 63ans Posté(e)
swastika Membre 391 messages
Baby Forumeur‚ 63ans‚
Posté(e)

il y a celle aussi

ou nassardin traverse le village sur son ane son jeune fils le suit...

les badauds assis critiquent

regarde ce vieux il laisse ce petit marcher dans la poussiere...

entendant nassardin mets son fils sur l ane et suit a pied

les medisants:regarde ce jeune sans principes laisse son pauvre vieux pere se fatiguer

nassardin descend son fils....

il mets l ane sur son dos et continue sa route.....lol

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeur alchimiste/Honey, Posté(e)
Nightwish Membre 10 322 messages
forumeur alchimiste/Honey,
Posté(e)
Les histoires de Nasr Eddin Hodja peuvent être appréciées pour l'absurdité amusante apparente de la plupart des situations, mais peuvent aussi être interprétées de différentes manières, comme des contes moraux ou des histoires spirituelles. Ainsi, Idries Shah a compilé des recueils d'histoires de Nasr Eddin Hodja pouvant être interprétées de manière spirituelle. Le but n'étant pas forcément de rire mais de comprendre nos comportements et d'être en état d'études constant en examinant notre monde sous des angles différents.

c'est tout à fait vrai, de nombreuses approches et dimensions sont possibles

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×