Raymond Devos est mort


Rozé Membre 173 messages
Forumeur inspiré‚ 42ans
Posté(e)

Ca fait maintenant quelques jours qu'il nous a quitté.

Nous ne nous en remettrons jamais.

Hommage à un grand homme :

"Le flux et le reflux me font marée."

"C'est un bon cru, je le crois."

"Se coucher tard ........ nuit."

"Un doyen qui n'avait plus toutes ses facultés."

"Un jardiner qui sabote une pelouse est un assassin en herbe."

"Qui prête à rire n'est pas sûr d'être remboursé."

Raymond Devos

Modifié par Rozé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Frisson reynald Membre 14 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Rozé je me permet de rajouter ce poste qu'un membre de mon forum avait fait en hommage.[/b]

Petit hommage à un grand Monsieur

devos_haut.jpg

L'humoriste Raymond Devos s'est éteint jeudi matin à son domicile dans les Yvelines à l'âge de 83 ans.

Avec ses cheveux un peu longs qu'il rejetait sans cesse en arrière, bajoues ponctuant chacun de ses grands gestes, lèvres rouges comme nez de clown, costume bleu électrique et bretelles, Raymond Devos semblait échapper au temps tel un Dorian Gray de l'humour poétique.

En près de 50 ans de carrière, Devos a établi une communication particulière avec son public, faite d'éclats de vie et de phrases en suspens.

Il a aussi gagné la reconnaissance de la profession, qui lui a décerné de multiples prix (Grand prix du disque de l'académie Charles-Cros, médaille d'or de la SACEM, Grand prix du théâtre de l'Académie française, Molière du meilleur one-man-show...) et a été fait commandeur de la Légion d'Honneur et de l'ordre national du Mérite. Pas si mal, pour celui qui se qualifiait de "bouffon".

art_39063.jpg

Sa vie

Raymond Devos, c'est un personnage que l'on peut reconnaître du premier coup d'oeil avec ses bajoues, ses cheveux lissés et l'esprit en fusion. Ce maître du jeux de mots a multiplié ses apparitions dans les salles de spectacles et à la télévision et est habituellement accompagné de son fidèle pianiste et compagnon de scène, Hervé Guido. Nous retrouvons souvent au sein de ses spectacles un mélange de one man show, d'ambiance de cirque, et le seul vrai clown capable de jongler si admirablement avec les mots et la langue française. Mesdames, messieurs, voici Raymond Devos:

C'est en réalité le 09 novembre 1922 que Raymond naquit dans la ville de Mouscron en Belgique avant de s'installer rapidement avec son père et sa mère, Louis (travailleur frontalier) et Agnès à deux kilomètres de cette ville mais dans un tout autre pays: la France. C'est là que le jeune Devos entamera des études qui seront bien trop vite écourtées. Une catastrophe aux yeux de Raymond Devos qui à 13 ans n'a pu assouvir toute sa soif de connaissance. Ce sera donc par lui-même qu'il commencera à s'acharner sur la culture, voulant à tout prix maîtriser la langue française et la musique pour laquelle il a une affection particulière. Il faut dire que son univers familial le prédisposait déjà fortement à jongler avec la mélodie. Son père jouait de l'orgue et du piano alors que sa mère faisait virevolter le violon et la mandoline. Quant à lui, il apprendra tour à tour des instruments tels que: clarinette, piano, harpe, la guitare, le bandonéon...

Les premières bases sont donc déjà posées. C'est avec toute cette volonté et cet acharnement qu'il rejoindra la capitale française. Il veut et rêve d'être un artiste. Mais avant, il n'y manquera pas de revêtir de nombreuses blouses de travail. Le temps passe vite. Il a tout juste le temps de prendre quelques cours de théâtre et voilà déjà la guerre qui arrive à grand pas. Elle contraint Raymond à se déporter en Allemagne où il veillera à garder son moral ainsi que celui de ses compagnons grâce à des instruments de fortune qu'il a pu emporter avec lui. C'est dans cette ambiance qu'il attendra patiemment son retour à Paris où il pourra enfin exploiter en toute liberté son talent. Il s'enrichit au passage d'une nouvelle expérience: celle de mime. En effet, il l'acquiert à l'école d'Etienne Ducroux où il rencontrera Marcel Marceau fréquentant les mêmes couloirs.

C'est ainsi qu'avec tous ses bagages sur le dos, Raymond Devos montera son premier One man show. Nous sommes en 1956, et Raymond goûte aux joies de l'écriture. A partir de ce moment-là, son stylo ne le lâchera plus.

Il restera ainsi attaché à cette capitale parisienne dans une demeure à l'image du maître, trouvant souvent l'occasion d'y méditer grâce à son énorme jardin dont il aime parcourir les contours (ses canards peuvent en témoigner). Il permet ainsi à son inspiration de se ressourcer avant de plonger dans son grenier pour repartir dans son monde unique et composer ses textes.

p.2-Devos.gif

Des questions que l'on pourrait se poser

Quand on lui demande si il est toujours aussi volubile, il nous répond que oui et que sans cela, il s'ennuierait très vite. Il se raconte des histoires, il s'en invente beaucoup et il lui arrive qu'au bout d'un certain moment, il se demande s'il ne les a pas vécues.

Sur sa jeunesse, nous savons qu'il a toujours amusé la galerie et il nous avoue qu'aujourd'hui, dès qu'il est tout seul, il ne s'amuse plus.

Il nous confie de plus qu'il est le premier à rire des ses inventions et que c'est une jubilation qui ne dure pas!

Quand on lui parle de ses jeux de mots, il nous dit simplement qu'il ne sait pas s'il a progressé. Mais il sait quand une phrase fonctionne. Il nous dit qu'on l'a ou pas.

Il n'a pas fait carrière au cinéma, son avis sur ce sujet est qu'il a une silhouette, une voix. On le reconnaît, comme Polichinelle avec sa bosse dans le dos. Avec sa bedaine de Devos. Selon lui, il ne pourrait pas jouer Don Juan. De plus, pour lui, le cinéma, c'est attendre tout seul dans sa loge, avec un texte rabâché et que la personne n'a même plus envie de dire.

Il nous rajoute que moins on le voit dans la vie, mieux il peut créer des illusions. S'il s'écoutait, on ne le verrait que sur scène. Il nous dit: "Le matin, seul le portier du théâtre me verrait passer, la tête dans les épaules, bougonnant. Il me demanderait: "ça va Devos, en forme ce matin ?" Et je répondrais: "ça ne vous regarde pas!" Je déteste que l'on me pose cette question..."

Quand on lui demande s'il a de la répartie, il nous rétorque que qui ne l'a pas: "Les chauffeurs de taxi sont redoutables. J'en ai connu un qui, en passant devant les Invalides, s'est exclamé: "On dit que Napoléon a ruiné la France avec ses conquêtes mais depuis qu'il est enterré ici, il rapporte 50 balles par visiteur. Mettez-y un de ceux qui nous gouvernent, il ne fera pas un rond!"

Il a beaucoup de difficulté à partager ses sentiments et c'est pourquoi il se livre rarement aux autres.

devos6.jpeg

En amour

Devos a presque tout sacrifié à sa passion: l'humour et la joie de vivre. Il a su néanmoins tirer un compromis entre sa carrière et de sa vie affective. Il partage un peu de sa vie avec son attachée de presse dont aucun enfant n'aura vu le jour.

20060616.FIG000000101_19300_1.jpg

le saviez-vous

Pour maintenir sa condition physique de compétition sur scène, Raymond Devos se livrait régulièrement à quelques exercices physiques de haut niveau. Pour exemple : le trampoline. Le maître du jeux de mots s'exécutait régulièrement à quelques petits sauts périlleux qui en surprenaient plus d'un. Il dut cependant arrêter cet exercice éprouvant le jour où son sternum a manifesté son mécontentement par une fracture.

Raymond Devos a joué dans au moins trois films:

- Pierrot le fou (1965) Un film de Jean-Luc Godard avec Jean-Paul Belmondo, Anna Karina, Raymond devos

- Tartarin de Tarascon (1963) Un film de Francis Blanche avec Francis Blanche, Alfred Adam, Jacqueline Maillan, Raymond Devos

- Vous n'avez rien à déclarer ? (1957) Un film de Clément Duhour avec Darry Cowl, Michèle Girardon, Raymond Devos

Modifié par Frisson reynald

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rozé Membre 173 messages
Forumeur inspiré‚ 42ans
Posté(e)

C'est vraiment très complet.

Un grand merci pour ce reportage !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frisson reynald Membre 14 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Merci , mais il va nous manqué, un très très grand..

A dieu ... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ilan Membre 3 052 messages
Forumeur alchimiste‚ 25ans
Posté(e)

Hommage a un homme qui savait jouer avec les mots.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Logales Membre 2 601 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bel hommage ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fleurdesavane Membre 232 messages
Forumeur activiste‚ 24ans
Posté(e)

oh serieux tu crois q'il est mort?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant