Jeudis


Coast liners Membre 3 802 messages
Forumeur out‚ 27ans
Posté(e)

7 mai

La prise du fort des Tourelles le 7 mai 1429, marque une victoire décisive dans la Guerre de Cent ans .Blessée lors de l'assaut, Jeanne d'arc continue de combattre pour finalement en prendre possession. Le lendemain, les Anglais quittent la ville sans livrer bataille. Orléans est libérée. La population est en liesse.

prise_orleans_vigiles_charles_VII.gif

Modifié par Coast liners

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Coast liners Membre 3 802 messages
Forumeur out‚ 27ans
Posté(e)

14 mai

L'assassinat de Henri IV

14 mai 1610, Henri IV se rend en carrosse à l'Arsenal où réside son ministre Sully, souffrant. Ce jour-là, le roi est indécis, comme sous le coup de sinistres pressentiments. Il a mal dormi. Il faut dire que les astrologues l'ont enjoint de se méfier du mois de mai. L'arbre de mai planté dans le Louvre s'est abattu sans raisons et l'on y voit un mauvais présage.

Le carrosse royal s'engage dans la rue de la Ferronnerie, ruelle étroite et encombrée de boutiques. L'escorte et les valets de pied doivent descendre des portières. Un homme en profite pour grimper et frappe le roi par trois fois. Malgré ses paroles rassurantes, "ce n'est rien", Henri IV est mortellement blessé et meurt dès son retour au Louvre. Le dix-huitième attentat perpétré contre sa personne a réussi. L'assassin s''appelle François Ravaillac. C'est un exalté qui a des visions et se sent investi d'une mission, détourner Henri IV de ses projets belliqueux, d'abord par la persuasion, puis devant l'impossibilité d'approcher le roi, par la violence.

56030_1187779273.jpg

Henri IV était sur le point de repartir en guerre. A l'origine de ce nouveau conflit, une affaire de succession qui semblait ne pas concerner directement la France : celle de deux duchés allemands, Clèves et Juliers. Mais la position stratégique de ces duchés était capitale pour les Provinces-Unies protestantes et pour les Habsbourgs catholiques qui tiennent alors l'Espagne, l'Autriche et l'Empire germanique. C'était l'équilibre religieux de l'Europe qui pouvait basculer. A ces raisons politiques, s'ajoutait une affaire de c¿ur. Le roi avait été touché par la grâce d''une jeune fille d'à peine 15 ans, Charlotte-Marguerite de Montmorency. Il l'avait mariée à Henri de Condé. Mais ce dernier, s'étant exaspéré de ses attentions trop marquées, avait "enlevé" sa nouvelle épouse et trouvé refuge à Bruxelles, chez l'archiduc espagnol. Au-delà du ridicule de la situation, l'affaire était grave, Condé étant un prétendant possible à la couronne de France et l'Espagne pouvant l'utiliser comme tel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blackcat Membre 1 698 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Si Henri IV a avait survécu certaines choses ne se seraient certainement pas passées j imagine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Coast liners Membre 3 802 messages
Forumeur out‚ 27ans
Posté(e)

Sûrement... ;) Mais c'est la loi du destin: une chose peut en changer des milliers. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Coast liners Membre 3 802 messages
Forumeur out‚ 27ans
Posté(e)

28 mai 1871

Dix semaines plus tôt, le 18 mars, des Parisiens humiliés par la défaite de leur pays face aux Prussiens, s'en étaient pris aux troupes gouvernementales. Le chef du pouvoir exécutif,Adolphe Thiers, avait déserté sur le champ Paris pour Versailles. Un mouvement insurrectionnel improvisé avait alors assumé le pouvoir dans la capitale sous le nom de «Commune de Paris».

Mais dès la signature du traité de paix avec l'Allemagne, le 10 mai, Adolphe Thiers obtient de l'occupant prussien la libération anticipée de 60.000 soldats. Il lance aussitôt contre la capitale 130.000 hommes, dont les anciens prisonniers et beaucoup des campagnards recrutés et formés à la hâte.

L'assaut commence le 21 mai, dans le quartier du Point du Jour, à Boulogne.

Les Versaillais ont en face d'eux une dizaine de milliers de fédérés déterminés.

Ils doivent conquérir les barricades l'une après l'autre. Les combats de rue feront au total 4.000 tués (877 du côté des troupes versaillaises).

Il s'ajoute à ce bilan les victimes de la répression car, à l'arrière, des liquidateurs tuent méthodiquement les suspects. Une vingtaine de «cours prévôtales» jugent hâtivement les hommes et les femmes pris les armes à la main et les font fusiller sur place.

Les Communards se vengent en faisant fusiller environ 480 otages, dont l'archevêque Darboy. Ils n'hésitent pas non plus à mettre le feu à Paris. Ils incendient les monuments les plus illustres tels que le palais des Tuileries, le palais de Justice gothique, l'Hôtel de Ville hérité de la Renaissance, le Palais-Royal et le palais d'Orsay...

Le bilan total de la Semaine sanglante est d'environ 20.000 victimes, sans compter 38.000 arrestations. C'est à peu près autant que la guillotine sous la Révolution.

é cela s'ajoutent les sanctions judiciaires. Les tribunaux prononceront jusqu'en 1877 un total d'environ 50.000 jugements. Il y aura quelques condamnations à mort et près de 10.000 déportations (parmi les déportées qui rejoindront les bagnes de Nouvelle-Calédonie figure une célèbre institutrice révolutionnaire, Louise Michel). L'amnistie (pardon et oubli) ne viendra que dix ans plus tard, en 1881.

communardsfusillesyl5.jpg

Ci dessus des communards fusillés.

16%20Barricades%20rue%20Lepic%20-%2028%20mai%201871.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant