Les maux font des mots

fortuite Membre 105 messages
Forumeur inspiré‚ 57ans
Posté(e)

claire19

sourire!

la première fois

Sa peau était douce et veloutée.Sa couleur allait du rose au rouge.

La chaleur de ma main ne la ramollissait pas.Longtemps,je la gardai entre mes doigts et lorsque enfin j'osai la porter à ma bouche,je passai longuement ma langue dessus.Quand la pression se fit plus forte,le nectar gicla,remplissant ma bouche de son jus.

Quelle fut bonne ma première pêche

Pêcher d'amour

les maux font des mots:je suis pas dans l'air du tant de maux dans ce sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité philippe du web
Invité philippe du web Invités 0 message
Posté(e)

Partir :

merci à lavillers bernard, cohen léonard et rimbaud pour l'aide.

Il faut partir, ne pas rêver, ne pas s'installer,

créer des horizons magiques

ne pas jouer la carte du roi du trèfle

toujours ramasser les cartes,

le vieil horaire de train usé et ramolli

et dire

je t'avais prévenu que j'étais qu'un étranger

alors je passerais par la fenêtre

je prendrais le premier train

comme kerouac avant moi

je me ferais aventurier comme rimbaud

j'irais sous la lune, les mains dans les poches trouées

je prononcerais ton nom à voix basse

de peur de reveiller les démons de la tentation

je suis un étranger et je veux le rester

je ne veux pas de rond de serviette, pas d'habitude

mon peuple fuit depuis des siècles

alors je continue à fuir

même si des justes nous ont aidés

et que aujourd'hui on leur rend hommage

je ne suis la que pour un pique nique

et rien d'autre

je ramasserais toujours les cartes sur la table

ainsi qu'un vieil horaire de train usé et ramolli

il y a des jours et des lunes que je pars à l'aventure

je me dis que parfois je ne suis pas malin

j'aimerais savoir si la scierie de mon enfance coupe toujours du bois

j'aimerais tant raconter ce que j'ai vu au loin

mais je ne peux

je dois partir pour renaître à chaque fois

je dois partir pour laisser la mort derrière moi

je ramasserais toujours les cartes sur la table

ainsi qu'un vieil horaire de train usé et ramolli

pour partir par le premier train

en partance pour ailleurs

mais cet ailleurs est-il au nord ? au sud ?

à l'est ? à l'ouest ?

je ne sais pas

mon corps fatigue à force d'errance

et pourtant je continue d'avancer

je dois partir

laissez moi partir

ne me retenez pas

je serais trop malheureux

je ramasserais toujours les cartes sur la table

ainsi qu'un viel horaire de train usé et ramolli

je te dirais :

je t'avais prévenu, je ne suis qu'un modeste étranger

et je partirais sans me retourner

mon sac sur le dos

les mains dans les poches trouées

je partirais sur les chemins

à l'aventure

n'étant qu'un étranger avec son jeu de cartes et son horaire de train.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité philippe du web
Invité philippe du web Invités 0 message
Posté(e)

La balade nocturne

Admirer ces fessiers avenant moulés dans des jeans

remuer sur un dance floor

sur de la musique funky

un sourire accrochés à leurs lèvres

ces danseurs qui veulent les épater

pour ne pas finir seul dans leur lit

et préférent finir à deux sous la couette

je regarde ce cinéma, ces mimiques de dragues

je me lève, ne voulant pas voir ce spectacle

je prefére contempler la lune et les étoiles

je repense à cette chanson des amants, celle de Prévert

je marche dans la nuit,

seul

je souris à la vie

au temps qui passe

des voitures me croisent mais je continue ma balade nocturne

les mots me viennent tout seul

que je me murmure

je repense à ces gestes simples de nos ancètres

je suis bien

loin de tout

perdu dans la campagne

un horizon étoilé et lunaire me tend les bras

je cligne des yeux pour mieux voir

un cheval me suis depuis son champ

puis s'arrête pour manger,

je passe par dessus la barrière

je le caresse, il se laisse faire

je monte sur lui

il se prête docilement à la manoeuvre

et doucement nous partons

vers un ailleurs

fait de campanules et de pommes

nous prenons les chemins des écoliers

je me tient à la crinière

nous avons le temps

la lune nous éclaire la route à prendre

celle qui va passe du gris foncé à l'arc en ciel

il y a des jours et des nuits me dis-je

quand je repense où j'étais il y a une heure

je souris, je suis bien mieux sur ce cheval

qui m'enmène et qui fait de moi un être docile

penché sur son dos

je lui flatte les flancs, il hennit de plaisir et

s'arrête pour manger de la salicone

qui pousse dans ce champ de camargue

nous repartons

nous longeons un étang

des campings car alignés se reposent de leur parcours

il y a toujours des gens en action

que je vois comme des ombres derrière leur fenêtre

il y a des jours et des lunes

nous continuons notre route

tout les deux

d'un pas régulier et souple

le cheval ne manifeste pas d'impatience

il avance tranquillement

choisissant bien l'endroit où il posse ses sabots

nous nous arrêtons dans un champ

pour dormir,

le cheval s'allonge sur l'herbe et moi je le contemple

obscur témoin de notre temps

je m'allonge contre lui

et nous nous endormons

l'un contre l'autre

dans cette si belle nuit de printemps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boomerang Membre 13 999 messages
boomerang à pailles‚ 30ans
Posté(e)

Philippe, j'aime vraiment beaucoup.. ca évoque beaucoup de choses tout en évitant les gros clichés, bravo ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité philippe du web
Invité philippe du web Invités 0 message
Posté(e)

le thé

J'ai froid me dit-elle

Serres toi contre moi lui répondis-je

et puis bois de ce thé

il te rechauffera de l'intérieur

non, c'est ton amour qui me rechauffe de l'intérieur

mais je veux bien de ton thé me dit-elle

nous boirons dans la même tasse

comme ça je connaîtrais tes pensées lui dit-je

enlacés, nous regardons le ciel,

cette masse nuageuse

nous sirotons à tour de rôle ce thé

si parfumé

je t'aime dit-elle

pour toute réponse je lui ai tendu mes lèvres

pour un baiser tendre et doux

et lui ai murmuré à l'oreille

je t'aime

je suis bien avec toi dit-elle

je veux sentir ta tendresse pour moi

je l'ai serrée fort contre moi

nous restâmes silencieux

il y avait des gens qui nous croisaient

depuis le pays de l'amour où nous étions

nous leur faisions signe

voulant partager notre bonheur

elle but du thé

puis me tendit la tasse

je la posais sur la table

m'allongeais et elle fit de même

nous étions amoureux

profitant du moindre moment ensemble

nous étions si bien ensemble

nous nous endormîmes tendrement

l'un contre l'autre

la tête remplie de bonheur et de jolies pensées

Philippe, j'aime vraiment beaucoup.. ca évoque beaucoup de choses tout en évitant les gros clichés, bravo ;)

Trop aimable de ta part

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boomerang Membre 13 999 messages
boomerang à pailles‚ 30ans
Posté(e)

Message Pas si sage

Quelques mots Maudits mots

Pour te dire Sans rougir

Ce que je crois Etre du sang

Sentiment Gentiment

Des efforts Un peu forts

Pour t'avouer pour taper

Ce que je panse En silence

Dans ma tête De linotte

D'idiote J'laisse passer

Un peu de temps J'laisse couler

J'attends Je retiens ces mots

Ces maudits Mots pas dits

Mots cachés Mots fléchés

J'ai pas la solution J'y vais au crayon

Car je pourrais pas gommer Une erreur trop foncée

Une erreur qui errerait

Et nous toucherais

Mine cassée

Touché.. coulé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ghostrider Membre 8 642 messages
Fant'homme mot-coeur‚ 38ans
Posté(e)

Je ne peux que m'incliner devant ton texte ma petite boom... Merci pour cette jolie valse de mots ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boomerang Membre 13 999 messages
boomerang à pailles‚ 30ans
Posté(e)

Merci ghost.. vivement que tu fasses revivre ton beau topic, tes jeux de mots nous manquent ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boomerang Membre 13 999 messages
boomerang à pailles‚ 30ans
Posté(e)

L'amie Dinette

Laisse les mots dire,

Laisse les mous rire..

Dans la rue meurt ces mots dits.

Vie donc ta vie,

Regarde l'amie-haine, et sa vie de pou

Ris et puis oublie le,

Ce con pirateur de vie d'ange.

Va, ta muse est ailleurs

Et c'est à l'heure

Que tu cueilleras les fruits

De la passion..

Jusque la patience.

L'ami-râle

Tu râles heures par heures

Et tu oublies que tu es

Ami-chemin, ami-parcours

Tu as su porter

Tant de maux sur ton dos

Qu'il en est tout cassé

Tu as su citer

De belles pensées

Mais qui ont pu fâner.

Tu as cru tasser

Le passé au fond de ta tête

Mais tu t'es fait pincé

C'est assez

Ami, râles mais n'oublies pas

Que tu es l'ami résistible,

Ami mi-mystérieux.

Ami rales de l'amour

Mais tu es aux commandes

Alors lâches ton encre

Lâches tes mots

Quittes le porc

Et va vers l'or,

Vers l'horizon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ghostrider Membre 8 642 messages
Fant'homme mot-coeur‚ 38ans
Posté(e)

Screugneugneu mes yeux se régalent ma petiote ;)

Tu m'as redonné envie d'écrire alors je vais essayer de trouver du temps ce week end... ;)

Merki boom !!! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boomerang Membre 13 999 messages
boomerang à pailles‚ 30ans
Posté(e)
;) c'est gentil et surtout ca me fait plaisir si tu te remets à écrire, parce que ca me manque vraiment de plus te lire!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Là, mes respects, je suis scotché... je serai bien incapable de faire ça!

;););)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boomerang Membre 13 999 messages
boomerang à pailles‚ 30ans
Posté(e)

Merci beli enfin ce sont surtout ceux de ghost qui sont impressionants.. je radote mais vivement les prochains ;)

Quelques maladresses mâles écrites

Pour un mâle adroit t'es pas si mâle tombé

Dans ma vie où tout était maux d'automne.

J'étais un peu mâle en point.. et tu m'as ramassé.

Ca serait mâle venu de regretter dt'avoir connu

Je savais que je serais malgré moi malheureuse,

De te voir te faire ainsi la malle,

Pas pour une dinde, juste pour l'Inde

Avec ton corps pas mâle foutu

Voir ceux qui ont besoin de toits..

Tu seras toujours mâle gré bon gré

Là dans mon coeur malade de toi

Et ca serait pas si mâle

Qu'on évite de se faire mal,

Et qu'on se dise au revoir

Tant bien que mal

Par milles malles de baisers

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ghostrider Membre 8 642 messages
Fant'homme mot-coeur‚ 38ans
Posté(e)

Bravo ma petiote ;)

Et à ta demande générale, texte d'un mâle saint... ;)

Et moi chaque nuit je scrute le ciel,

M'imaginant que chaque femme est une étoile.

Emoi d'un spectacle qui m'ensorcelle,

Brillent les corps célestes qui se dévoilent¿

Une en particulier embrase mes cieux,

Quand celle du Nord mendie l'amour.

Je m'attarde alors sur l'uni vert de ses yeux,

Découvre en elle un joli c¿ur plein d'humour¿

Cependant les étoiles sont parfois inaccessibles.

Non seulement parce que nous sommes à des années lumières,

Mais les astres sensibles aussi ont des rêves en cible.

L'astro-homme que je suis se lasse de ces bonheurs éphémères¿

Alors à défaut de t'avoir toi, ma plus belle de la galaxie,

Je n'aspire plus qu'à l'un de tes fragments de poussière.

Car même si c'est la tête dans les nuages que je vis,

J'évite désillusions et désastres en gardant les pieds sur Terre¿

Nous avons, je l'imagine, toutes et tous en ligne de mire,

Une étoile qui illumine nos attentes et nos espoirs.

Si certains parviennent à conquérir celle qu'ils admirent,

D'autres vivent à penser à celle qui aurait pu combler plus d'un soir¿

Prenez le temps vous aussi de contempler le firmament,

De repérer l'étoile qui vous correspond le mieux.

Et si vous n'envisagez pas d'en faire une fière maman,

Traquez l'étoile filante¿ et songez à un v¿u¿

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boomerang Membre 13 999 messages
boomerang à pailles‚ 30ans
Posté(e)
;) comme d'habitude j'adore ton texte, et puis te souhaite que ton étoile ne fasse pas que filer dans ta vie et revienne vite voir le fantasque (tic ;)) fant'homme que tu es ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

me ferait chialer deux si beaux poèmes... ;)...

chapeau bas...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité philippe du web
Invité philippe du web Invités 0 message
Posté(e)

Texte triste :

A toi

Je pleure

Je repense à toi,

à cette aiguille qui s'enfonçait dans tes veines

pour des paradis perdus

qui n'existeront jamais

pourquoi

ce soir je vais crier

cela va faire un an que tu es parti

que fait tu maintenant

dans quel nuage rose raconte tu tes délires

que j'aimais tant

j'ai une boule dans la gorge

je me repasse ta chanson

celle des lendemains qui vont chanter

je les vois pas arriver d'ailleurs

la lune scintille dans le lointain

les anges t'accompagnent

pour une virée au paradis

toi qui n'y croyait pas

et bien maintenant tu y es

mais je n'y crois toujours pas

je me dis que ce fut une virée habituelle sur la désirade

et que tu va revenir

sous peu

demander des nouvelles

de ta voix charmante

mais je dois me résigner

à ton départ définitif

et c'est dur tu sais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Irremediable Membre 436 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

se taupe pique nez pas fées pour moi.J'ai rien con pris du toux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité philippe du web
Invité philippe du web Invités 0 message
Posté(e)

Douceur

Des paroles de douceur,

Des moments de bonheur.

Des regards échangés,

Un zeste de complicité.

Des étoiles dans les yeux,

La joie d'être deux.

Main dans la main,

Suivre le même chemin.

Des rêves plein le coeur,

Que du plaisir, aucune rancoeur.

Aimer et oublier

Les blessures du passé.

Juste la magie de l'amour,

Une belle vie pour toujours.

Assis dans cette avenue à peine éclairée

je la tiens dans ma main tremblante

et vers mon bras d'une approche très lente

je cherche à rentrer dans cette terre de paumé

quelques souvenirs heureux ressurgisses,

je m'arrete, des larmes viennent à moi,

je m'effondre dans mes pensées, je m'y noie

vais je finalement réussir à atteindre ce précipice ?

Aurais je une main pour me guider,

pourquoi d'un coup sec ne pas l'introduire,

finalement tout quitter puis m'enfuir,

accepter cette façon d'en finir, de crever.

je reprends ma marche en avant avec peine,

pour m'exiler, quitter cet ennui,

et introduire enfin cette aiguille,

dans mon corps, dans ma veine.

Des soirs¿

Lentement, certains soirs,

Abandonnant nos pudeurs,

Un à un nous égrenions des mots.

Reste, finalement, des soupirs.

En silence mon âme crie,

Nue sous tes yeux de mer.

Calmement, j'en déserte les rivages,

En la solitaire compagnie de mes démons.

j'ai retrouvé ces textes dans un vieux dossier et je vous les livre

Alfred de Musset, à George Sand

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage

Voulez-vous qu'un instant je change de visage ?

Vous avez capturé les sentiments d'un coeur

Que pour vous adorer forma le Créateur.

Je vous chéris, amour et ma plume en délire

Couche sur le papier ce que je n'ose dire.

Avec soin de mes vers lisez les premiers mots :

Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

G. Sand à A. de Musset

Cette insigne faveur que votre c¿ur réclame

Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

C'est un acrostriche.

Très sûre de moi dès que d'autres ont besoin de moi

Outrée quand ceux que j'aime souffrent et perdent la foi

Usée Lorsque qu'à la nuit nulle action ne m'entraîne

Ce doute qui est le mien sur la place qui est mienne...

Hésitante soudain si tu offres sans prendre

Etonnée et inquiète, j'ai peur de me méprendre.

Mais si vraiment c'est moi que tu veux et appelles

Oui si j'ai quelque chose qui vers toi étincelle

Il me faudra gommer mes peurs. Et croire au ciel ?

Si tu sais que j'écris pour cesser de le taire¿

Il faut que je te lise, te découvre, que j'apprenne

Le jour ton regard voudra que je comprenne

Tu sais que si bientôt nous nous reconnaissons

Et si nous conversons, rions, à l'unisson

Pas de bip qui me tienne je t'en fais la promesse,

Loin des émoticones, des reculs des pirouettes

A chaque hésitation chaque question, chaque geste

Il y aura réponse, en mots, ou en caresse¿

Tu sauras bien alors ce qu'il faut en penser¿

Voila j'ai vidé le dossier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant