L'idéal automobile meurt mais ne se rend pas


Yavin VIP 32 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Eyedea_ga649862_03---106.0.2507481098.jpg

L'idéal automobile meurt mais ne se rend pas


Lundi 06 octobre - 18:40

Alors que le Mondial de l'automobile vient d'ouvrir à Paris, Mathieu Flonneau sonde la civilisation du volant à travers les âges. De quoi déchiffrer «l'ADN du rêve automobile». Son livre fait frémir: nous sommes tous des rêveurs



L'automobile fait irruption dans l'Histoire en terrorisant la volaille sur une route de campagne. Une élite aisée découvre l'ultime frisson de la vitesse. Tous les autres bipèdes doués de raison sont subjugués. «Jamais découverte n'obtint des foules une semblable vénération. Le sentiment des hommes à l'égard de l'appareil est d'espèce religieuse. Tout ce que les professeurs enseignèrent, depuis deux siècles, sur les merveilles de la physique, devient tout à coup visible, tangible, effectif. La science conquiert, par l'automobile, la force d'une philosophie tout à coup réalisée», constate Paul Adam dans La morale des sports, en 1907.

Avec force littérature, Les cultures du volant, de Matthieu Flonneau, témoignent et analysent l'impact de l'automobile sur l'humanité des XXe et XXIe siècle. éa commence donc plutôt bien, avec l'invention d'une nouvelle manière d'envisager la liberté. Marcel Proust et Valéry Larbaud sont inspirés. Les futuristes italiens se font une règle de ne pas freiner: «Une automobile de course avec son coffre orné de gros tuyaux tels des serpents à l'haleine explosive (¿) est plus belle que la Victoire de Samothrace.»

L'Occident s'emballe pour la belle machine, tout comme, à d'autres époques, il va pouvoir s'enticher de nouveaux médias. Certains décèlent pourtant quelques défauts à la belle aventurière. «L'automobile est un instrument qui vraiment surexcite l'égoïsme. Peu à peu, le propriétaire d'une automobile se prend de dédain pour la tourbe qui n'en possède pas (¿) L'automobiliste montre donc un rare mérite à être poli, puisque à la fois sa nature et sa machine l'incitent à l'impolitesse», fait remarquer Louis Baudry de Saunier dans L'art de bien conduire une automobile, en 1933.




VINCENT BORCARD
Suite de l'article...
Source: 24Heures.ch

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Renault-Billancourt
Invité Renault-Billancourt Invités 0 message
Posté(e)

L'automobile a perdu la magie qu'elle operais dans le temps.

. . . et c'est bien dommage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie77 Membre 11 492 messages
Un certain regard..‚ 54ans
Posté(e)

J'aime beaucoup le ton de l'article qui avec réalisme et une certaine forme de poésie, démontre en quelques lignes l'omniprésence, malgré tout de l'automobile dans nos vies...!

Avec peut être un oubli essentiel, posséder un véhicule personnel c'est la liberté de se déplacer n'importe où et à n'importe quelle heure!

:snif::snif::snif::snif:

Modifié par Marie77

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
angelissimo Membre 6 163 messages
vol sans destination‚ 44ans
Posté(e)

Belle article finement dit, mais rien n'est perdue pour l'automobile une nouvelle victoire de Dame Samothrace aillée nous reviendra :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant