AUBE, la saga de l'Europe - le Feuilleton

Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Il avait été bien souvent appelé pour résoudre des énigmes et interpréter des rêves, deviner si telle et telle vision avait une source divine, ou était née d'excès de cervoise ou de venaison, de la maladie, ou était simple affabulation. Il lui fallait vérifier si ce que des petits prêtres, peu instruits des arcanes de la divination, avaient considéré comme des présages ou des signes en étaient, ou s'ils n'avaient pas été plus à même que les autres de reconnaître un message d'une simple illusion. C'était le plus souvent le cas. C'était fou le nombre de gens en quête d'un oracle pour interpréter les visions dont ils avaient, ou bien plus souvent croyaient avoir, été gratifiés. On ne comptait pas non plus les prêtres qui estimaient, en toute bonne foi, avoir reçu un avis des dieux concernant l'avenir et la gloire d'Aryana. Sceptiques devant les prétentions des autres castes à avoir été distingués par le divin, et tentant de les persuader qu'ils avaient rêvé, ils prenaient très au sérieux ces mêmes pseudo avertissements adressés à eux, et obligeaient les augures à venir sans cesse vérifier si les dieux leur avaient parlé. Les sabots usés de son cheval en témoignaient.

Mais les dieux ne favorisaient aucune caste. Le plus souvent, ils avaient pris un misérable songe dépourvu de tous sens et raison pour une révélation, ou un tout petit écart au train-train pour un prodige au retentissement universel. Trop de prêtres étaient mal formés. Un oracle se déplaçait trop souvent pour entendre des platitudes ou constater que les miracles annoncés étaient tout naturels. Seul un esprit mal instruit les avait jugés étranges et hors de toute norme.

Quand il avait été appelé dans ce village où il se tenait à leur écoute, il avait soupiré, avec le fatalisme de l'habitude. Il se verrait encore une fois mis devant le routinier fait accompli d'une anodine ineptie. Il s'était pourtant dérangé, comme le commandait son devoir, mais son zèle faisait peur à voir. Une nouvelle déception l'attendait ! Jamais il ne rencontrerait un homme à qui les dieux eussent parlé. Sa vie durant, il courrait de village en village, à l'affût d'un message divin, pour ne jamais l'entendre. Il connaîtrait tout Aryana avant de pouvoir s'élever.

Cette fois encore, il se dirigeait vers un nouveau lieu inconnu, dans un mélange d'espoir d'y rencontrer son étoile et de certitude presque totale d'être déçu derechef. Chaque fois qu'il était allé vérifier les allégations d'un prêtre, il n'en avait jamais eu la confirmation. Rien n'en restait, ni de ce qui avait été à leur origine. Tout était songe creux. Pourquoi cela changerait-il ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Tout était différent aujourd'hui. La chance tant espérée était là. Il était concentré, à oublier le monde, pour recevoir l'appel des dieux. Il ressentait tout ce qu'il lui avait décrit, avec force exclamations et éloquente emphase. é la différence des autres, il avait attendu longtemps avant de faire venir un augure. Il avait interrogé, contre interrogé, tous ceux qui avaient prétendu être, comme lui, favorisés d'une vision. Il l'avait reconnue dans leurs descriptions. Elle revenait, sporadique, toujours aussi précise et également distribuée, pour peu qu'on dorme dans un certain endroit. Violente, elle mettait à la bouche un goût de métal. Nul n'en sortait intact, tête serrée, corps desséché, toute la matinée suivante.

Il l'avait écouté, attentif. Il retrouvait tout : bouffées de chaleur, impression de baigner au sein d'une fournaise, oppression, flammèches, et toujours, signe étonnant, aucune sueur. Tout y était, au détail près. La véracité absolue du récit de son hôte lui apparut à une circonstance que même le plus ingénieux affabulateur n'aurait pu inventer. Les poils de son torse s'allongeaient et se vrillaient en tortillons, s'emmêlant en une jungle inextricable et proliférante, jusqu'à donner à son poitrail l'aspect de celui du mange-miel. Il n'y avait que deux guerriers, tous les deux aussi velus que lui, à l'avoir ressenti, mais ils n'avaient, eux, rien su percevoir du message ainsi révélé. Pour lui, ce foisonnement avait été fécond. En même temps qu'ils croissaient sur sa poitrine, il se représentait les mousses sur le flanc exposé à la nuit des chênes s'étirant, se transformant en rameaux, en nouvelles branches, tandis que l'écorce du côté opposé se racornissait, se desséchait, se craquelait jusqu'à disparaître et à faire ressembler le tronc nu à une chair couverte d'escarres. Feu, sueur, foisonnement : le message divin était limpide

Tous les signes avaient pris un sens bien précis. Un sens qui rejoignait ses intuitions, ses impressions, sa vision de l'avenir. Il était arrivé à une conclusion irréfutable. Son parcours avait été tout de logique, d'une logique au service du vouloir des dieux. Ce n'était pas son affaire. Sa clairvoyance venait non d'une lente réflexion, mais de ce que les divinités lui avaient tout montré, tout expliqué.

Cet avertissement divin et l'avenir qu'il souhaitait concordaient en tous points. éa n'avait rien pour l'étonner. Il en avait reçu d'autres auparavant. Honte sur lui d'avoir failli à les identifier, prenant pour fantaisie ce qui était appel. Fallait-il que ceux d'en-haut souhaitent son élévation pour être si explicites et ne s'en être point détournés devant son incompétence ! Il ne négligerait plus leur message. Au matin, il partirait pour Kerdarya. Ce qu'il avait à dire était trop important. Ses révélations ne subiraient aucun retard.

Il avait cette nuit senti l'imminence d'une sécheresse qui dévasterait tout le midi, et la nécessité de migrer au pays des arbres moussus, où son peuple proliférerait et s'épanouirait. Depuis un moment, ses voyages l'avaient instruit que le climat évoluait. Cette vision venait couronner un intense travail de déduction, en était le point culminant. Jamais il ne l'admettrait. Les dieux seuls, non sa science, avaient inspiré sa prophétie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Il avait été au bon moment, au bon endroit, pour en être favorisé. Quelques mois avant son arrivée, des microséismes, à la source bien lointaine, que seuls des animaux aux sens ultrasensibles avaient détectés, avaient secoué le sol et clivé ses couches souterraines en d'innombrables fissures invisibles, mais d'où, poussés par les mouvements de l'écorce de la terre, s'étaient élevées des vapeurs délétères, toutes lourdes et stagnantes. Elles avaient trouvé dans un petit creux de terrain, au sud du village, où s'épandre à leur aise aussi longtemps que les vents, soufflant en majorité vers l'est, ne les en chassaient pas. Elles s'y amassaient au niveau du sol, au plus haut à la hauteur du visage d'un homme allongé sur une couche basse. Peu concentrées, elles ne causaient aucun dommage notoire, que ces sensations pénibles de chaleur à l'intérieur de son corps, et d'assèchement à sa surface, qu'il avait, après tant d'autres, ressenties. Dire qu'il en avait douté un instant et cru qu'il se sentait mal ! Le prêtre avait dit vrai. Ce qui s'y passait était au-delà de l'entendement d'un mortel. Les dieux se manifestaient.

Avait-il senti que l'épanchement de vapeurs trouvait sa source dans des mouvements du manteau de la terre ? Avait-il deviné les gigantesques éruptions, dévastant de lointains territoires et crachant de noires fumées qui, lancées à l'assaut du ciel, modifieraient le climat sur une partie de la planète, dont Aryana et ses alentours ? Il avait vu la catastrophe et décidé que les dieux lui ordonnaient d'indiquer à ses meilleurs fils de pousser vers le nord-ouest. Ils y seraient à l'abri de l'assèchement des sols et de la raréfaction des récoltes, de l'amaigrissement du cheptel et de la famine. Dans son état de veille anxieuse, ses savoirs enfouis étaient venus, comme les bulles s'exhalant de la vase des marais sous l'aiguillon d'une branche qui les agite, crever en surface. Ils lui avaient imposé cet abandon du sud, cette nouvelle ruée vers les terres où se couchait le soleil.

Sa sensation d'étouffement et les phosphènes entraînés par les gaz stagnants, son impression de voir les poils de sa poitrine s'épanouir en forêt luxuriante, l'avis que le sentiment d'oppression n'était sensible qu'au sud du village, s'étaient mélangés et avaient réagi les uns sur les autres. Miette par miette, une foule de souvenirs, qu'il croyait enterrés, et de connaissances, qu'il s'imaginait avoir oubliées, avait surgi. Il étouffait quand la chaleur était pesante. Ressentir, par cette fraîche nuit d'automne, cette sensation typique des jours d'été trop chauds renforçait cet aspect de prémonition et d'avis solennel. La chaleur brûlante, dessicante, allait surgir pour dévorer ces terres. Toujours il avait chaud quand il descendait vers le sud, toujours il se retrouvait transi et mouillé quand il allait vers le couchant ou la terre des arbres moussus. Si la chaleur augmentait à en devenir insupportable au midi, le temps deviendrait doux et agréable dans les anciennes terres plus froides de l'ouest. Les poussières vertes qu'il avait vues entre ses paupières fermées et qui, avec la pilosité de sa poitrine, lui avaient évoqué les mousses et les feuilles, avaient elles aussi indiqué avec clarté où devrait s'avancer son peuple, vers les terres humides et fraîches et les impénétrables forêts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Il pouvait se rendormir, bien que, jusqu'à ses visions, il eût en réalité plus somnolé que dormi. Il plongea dans un profond sommeil. Il serait d'autant plus long que sa transe avait été intense. Son visage était apaisé, souriant. Les dieux avaient fait de lui leur messager, et leur message était des plus plaisants à transmettre. Il se réjouissait, dans son rêve, qu'ils lui eussent envoyé un avis à ce point conforme à ses vues.

Il se reprit vite. Ils n'auraient pas parlé à un prêtre opposé à leur volonté. Non, tout était bien. Qui recevrait leur message devait en comprendre toutes les implications, et le défendre de toutes ses forces devant les autres augures et les prêtres du Grand Conseil. Il les convaincrait. Il désignerait le but de la prochaine conquête... Pour avoir été décidée par les dieux eux-mêmes, elle ne serait pas un petit raid saisonnier, mais une grande migration rassemblant tous ceux des régions menacées, les cadets des grandes familles et quelques aînés de moindre naissance.

D'avoir été à son origine, il était déjà au conseil des prêtres, ou en voie d'y parvenir, comme tous les première caste annonciateurs et initiateurs d'un Printemps Sacré où, sur des terres inconnues, Aryana se régénérait et acquérait des forces nouvelles. L'idée d'une telle migration était déjà en l'air. Il ne manquait qu'un objectif et un chef incontestables. La plupart des prêtres souhaitaient que ce soit l'ouest, plus fertile et où l'on ne risquait pas de se heurter à chaque pas aux Muets. Pour créer un nouvel établissement, peuplé de milliers d'hommes que leurs femmes et enfants rejoindraient bientôt, mieux valait une terre de paix et de tranquillité. Le levant était tout le contraire, mais les grands rois y récoltaient le plus haut renom. Ils auraient voulu que les nouvelles terres y fussent situées. Les dieux avaient parlé. Ils changeraient d'avis. Même le guerrier le plus intrépide doit s'incliner devant eux.

Reggnotis avait désigné le but. Resterait à trouver l'homme. Qui parmi ces chefs avides de gloire serait choisi ? Aucun ne lui plaisait. Pourquoi s'en inquiétait-il ? Le désigner n'était ni son affaire, ni celle des hommes. Aux dieux seuls d'élire, s'il existait, qui en serait digne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Bercé par ces rêves et ce riant, même si lointain, avenir, il dormit jusqu'au milieu de la matinée. Il ne dirait rien de ses espoirs, qu'ils ne soient devenus certitude, à ses hôtes. Il ne les oubliait pas. Il dévoilerait ses visions et son oracle à ses pairs ; ils entreraient dans ses vues ; ils le diraient grand prophète et grand voyant. Alors il reviendrait les saluer et les honorer. Trop de signes, s'ajoutant, se formaient en une masse critique. Ses révélations donneraient le coup de pouce nécessaire. Nul ne douterait plus qu'un jour nouveau arrivait, dépendant de la volonté des dieux et des paroles des prêtres. Ce présage venait à point nommé pour appuyer le simple bon sens. Il en faisait un devoir sacré, à quoi se dérober serait sacrilège.

Il se réveilla. Il avait un fort mal de tête. Pas étonnant ! Les dieux avaient hurlé dans son crâne. Il se leva et revêtit son habit de voyage, nouant à la va-vite ses lanières. Tout dansait devant ses yeux. Il en savait assez pour repartir sans délai. Il resterait partager le repas du prêtre. Les migraines cessent plus vite ventre plein.

Il sortit. Le prêtre l'attendait, anxieux. Il lui parla de ses visions, semblables en tous points à sa description de la veille. On ne l'avait pas dérangé pour rien, même s'il ne pouvait en dire plus. Il se rengorgea. Son initiative serait au moins, même sans suite, une source de prestige accru parmi les siens. Mais si après son appel, des choses (ce flou cachait la taille de ses espérances) se décidaient, il serait convié aux sanctuaires de son peuple pour y être intronisé dans le corps des voyants et prophètes. Un rare, et grand, honneur. Ils étaient respectés entre tous ceux de sa caste pour révéler les voies indiquées par les dieux pour favoriser leur peuple.

Pendant qu'ils discutaient, joie et espoir mal contenus, un jeune garçon vint les déranger. On allait mettre le corps du bébé retrouvé le matin sur la place du village dans un enclos sûr, en attendant de l'emporter là où les chiens n'iraient pas le déterrer pour le ramener en faire leur festin. Le prêtre approuva. Reggnotis s'enquit, plus poli que curieux, de l'incident. Il apprit les événements de la nuit et comment, à leur réveil, ils avaient retrouvé le corps quasi intact du bébé que les mâtins s'étaient disputé. Ils l'avaient aussitôt appelé et, après un rituel destiné à éloigner les démons qui font mourir les enfants avant terme, l'avaient déposé sur les pointes d'une fourche pour le jeter au loin. Chacun s'était trouvé une activité pressante pour ne pas se charger de cette corvée.

Le prêtre s'excusa. Il l'avait ennuyé avec cette histoire sordide. Dès son départ, il irait exposer le cadavre dans le bois là-bas au midi. Il abritait assez de fauves qui l'auraient vite dévoré, et bon débarras. Qui sait s'il n'y avait pas un signe funeste dans son retour au village qui l'avait exilé ? On avait détourné les démons de la mort ce matin, mais s'il fallait lancer les mêmes formules d'exécration plusieurs jours de suite ? Elles s'affaibliraient à n'être plus que des mots.

Depuis longtemps, Reggnotis ne l'écoutait plus. Ses paroles ne lui parvenaient plus que comme un murmure indistinct... qui s'arrêta enfin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

¿ Pourrai-je voir cet enfant ?

¿ Bien sûr !

Ils sortirent. Un paysan, tendant le cadavre sur sa fourche, les attendait derrière la porte. Le prêtre l'avait piégé. Il voulait le charger de la sale besogne. Il se tourna vers lui. Son visage irrité le persuada du contraire. Le gamin venu les prévenir avait averti les siens de son réveil. Connaissant sa fonction, ils avaient décidé de le lui présenter, soit pour conforter les formules d'éloignement de la malédiction déjà prononcées, soit pour demander des éclaircissements sur son retour après son exposition. C'était cela ! Ses paroles ne laissaient pas place au doute.

¿ Ce mal-né a été exposé, puis ramené au woikos par les chiens qui ont tenté, en vain, de le déchirer. Devons-nous y voir un signe, oracle ?

Il était plus fatigué qu'il ne le pensait ; son mal de tête continuait à lui vriller le cerveau. Un peu par routine, pressé de s'en débarrasser et de partir, il oublia la grande règle : les dieux n'envoient jamais deux signes qui ne soient séparés par un espace d'au moins un jour et une nuit. Il décida qu'ils se manifestaient à nouveau :

¿ Je vois, par ce signe, que jamais un ennemi ne viendra à bout de démembrer Aryana !

Il rentra dans la maison du prêtre. Il le regardait, en extase. Encore une prophétie ! Qu'il serait heureux d'obliger un tel ami des dieux !

¿ Mangeons, puis je partirai. N'oublie pas d'enterrer ce bébé. Il ne faut pas que les chiens s'en emparent à nouveau, et le déchirent.

¿ Si besoin est, nous creuserons à ce que l'on ne voie plus nos têtes !

Il approuva. La servante du prêtre apporta du brouet. Il se jeta dessus. Le repas expédié, il prit congé. Sur son cheval, il s'interrogea. En avait-il dit trop, ou pas assez ?

Inutile d'y penser. Il serait vite à Kerdarya. Ses révélations en imposeraient. Il est rare qu'un oracle arrive avec deux prophéties aussi fortes.

Hélas, l'exaltation et la joie le lui avaient fait oublier, une n'était pas inspirée par les dieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Il était arrivé. Comme le voulait la loi, il n'avait encore rien révélé (il fallait attendre la grande réunion des oracles), mais ses façons avaient parlé. Il respirait trop la certitude de soi, l'arrogance, la volonté de triompher. Nul ne doutait, au sein du corps de ceux qui reçoivent les paroles divines, que les puissances d'en haut lui avaient dévoilé les secrets les plus suaves et les plus grands. Elles lui avaient découvert des révélations dont nul avant lui n'avait été favorisé.

Il pouvait à bon droit parader. Fort de ses deux visions, certain, aux mimiques tristes et aux faces moroses, d'avoir été seul distingué, il pèserait par ses paroles sur les événements et marquerait son peuple de son empreinte. Et dans les jours suivants, et dans le futur, de plus en plus à mesure que son rôle et son rang augmenteraient, il imprimerait sa volonté ¿ celle des dieux, plutôt, mais puisqu'elles se rencontraient ¿ sur sa vie, son histoire, sa destinée. Pour sa seconde vision, qu'il révélerait d'abord, il serait écouté et applaudi à tout rompre. Alors, sûr d'être suivi, il dévoilerait la première, celle qui lui avait donné la prémonition d'une immense sécheresse à venir, à quoi on n'échapperait qu'en fuyant. Cette révélation tragique, venant après une heureuse, ferait accepter, en dépit de certains oracles trop enclins à faire la volonté des chefs de guerre, la décision qu'il voulait voir adoptée : la ruée des meilleurs d'Aryana ¿ les plus jeunes et les plus fortes têtes, mais qu'il qualifierait ainsi afin qu'ils se sentent flattés ¿, vers les terres du nord-ouest, loin au-delà des lacs, des marais et du fleuve délimitant le territoire-père.

Leur grande réunion n'allait plus tarder. On attendait les derniers. Jour après jour en arrivaient de nouveaux. Il les observait. Sa joie s'augmentait chaque fois. Tous avaient l'air sombre, comme s'ils avaient appris quelque malheur, ou parce que c'était leur visage habituel et que rien de plaisant n'était venu l'éclairer ou le dérider. Un oracle riait peu, comme s'il avait toujours la prémonition de quelque événement fatal. é force de scruter l'avenir, ils rencontraient toujours la mort. Ce n'est pas fait pour donner un joyeux caractère.

Ils étaient tous réunis, comme chaque année, pour confronter leurs visions et déterminer quel, ou quels, étaient les messages des puissances qui parlent dans les rêves ou se manifestent par des signes et prodiges. Les premiers à parler furent ceux restés à Kerdarya : les dieux leur avaient réitéré leurs avertissements. Il les connaissait par c¿ur. Il n'y prêta qu'une oreille distraite. Les dieux, pour ne pas changer, étaient irrités de l'impiété de leurs ouailles, et on n'avait jamais autant vu de la part de ces semi-sacrilèges un tel manque de déférence à leur égard, de tels refus d'obéissance à leurs suggestions, et surtout si peu de dons aux temples. Cette avarice entraînerait une diminution des sacrifices, partant de leur protection, mais ils auraient encore une fois pitié si les guerriers et les producteurs étaient plus généreux et honoraient mieux leurs représentants. Ils devaient en avertir leurs frères, et les persuader de revenir à de meilleurs sentiments.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Comme chaque année, ils iraient partout répétant ces paroles, et les autres castes, en particulier les guerriers, les artisans maudits et certains riches éleveurs écouteraient leurs objurgations d'un air entendu, leur faisant comprendre que s'ils étaient tout à fait d'accord pour fournir le minimum requis pour les sacrifices, c'était, pour le reste, « Chante, bel oiseau, tu n'auras rien de plus ! » Il faudrait une catastrophe ou un besoin pressant de l'aide des dieux pour ne pas faire appel en vain à leur générosité. Mais tout allait bien en ces temps, et l'intervention des prêtres n'était pas souvent nécessaire. Pourtant, un jour viendrait...

Il avait cependant beaucoup appris du discours inaugural, avec ses routinières récriminations sur l'impiété et ses regrets qu'elle fût sans remède. Le ton en avait été encore plus amer que lors des précédentes rencontres. Il y avait eu des allusions qui le faisaient frémir, et les autres avec lui. Ses mots serait un miel sans pareil, plus doux encore après l'absinthe de leur abaissement actuel. Il demanderait à parler parmi les premiers. Le c¿ur encore serré, ceux qui l'entendraient, tout auréolé de ses visions et de ses certitudes, en ressentiraient une immense joie. S'ils le proclamaient maître oracle du premier rang ? Il n'y avait au-dessus que le grand Oracle... si vieux.

Il obtint sans peine la parole. Après l'avalanche de mauvaises nouvelles, peu d'oracles itinérants avaient envie de s'exprimer. Les rares avant lui n'avaient qu'ajouté à la morosité ambiante. On les avait écoutés, tristesse au c¿ur, visage morne, oreilles flétries des malheurs annoncés. Il se leva. Il parla. Leurs voix étaient geignardes. La sienne résonnait comme un bel airain. Ses mots réveillèrent les âmes plongées dans le torpide sommeil de la désespérance.

¿ Au cours de mes voyages, les dieux m'ont favorisé de deux messages propres à nous réjouir. Jamais ils n'ont été aussi éloquents, jamais leurs paroles n'ont eu une telle force. L'évidence de leurs signes est si puissante qu'elle écrasera sans recours ceux qui oseraient douter, fussent-ils guerriers gheslom nerom ghwenes, tueurs de mille seigneurs. Voici ces signes de joie : Jamais l'ennemi ne démembrera notre peuple. Nous serons maîtres d'un immense empire du côté où se couche et dort le soleil.

¿ Il y a-t-il eu le délai suffisant entre les deux ?

¿ Oui, bien sûr ! (« é y bien réfléchir ? Oui, les dieux ne m'auraient pas laissé tromper mes pairs, à moins que je n'aie parlé que sur leur suggestion. ») Me crois-tu un oracle ignorant ?

¿ Loin de moi l'idée... Loué sois-tu pour ta vision, frère béni des dieux !

Les autres applaudirent. La voix cassée du grand Oracle, autrefois si clairvoyant, et qui désespérait de voir revenir ce temps, s'éleva.

¿ Reggnotis, maître oracle du premier rang, réjouis nos c¿urs en nous les contant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Il avait gagné ! Tout heureux, il dit ses rêves, ses sensations, ses visions, ses conclusions. Tous l'ovationnèrent. Son jugement le rendait digne de son élévation. Ils annonceraient ses prophéties par tout Aryana, et feraient rechercher le signe qui indiquerait le meneur du prochain Printemps Sacré, où l'on envahirait les terres du couchant... Elles répugnaient encore aux guerriers, mais leur fertilité vaincrait toutes les réticences. Avant saison chaude, chacun sut que de nouveaux espaces allaient s'ouvrir à la conquête, et qu'un signe désignerait le conquérant. Commencèrent des jours d'étrangeté et de confusion.

Les temps qui suivirent furent soudain féconds en signes et prodiges, détails grossis à l'excès ou dont on fit grand cas, jugeant surnaturels des faits qui n'auraient auparavant entraîné qu'un sourire ou un meurtre. Le climat et la nature, les êtres et les choses, rien qui ne fût mis à contribution pour y trouver quelque élément sortant de l'ordinaire. Pas de navet plus gros qu'il n'est de coutume, ou en forme d'homme, ou de glaive, qui ne parût un avis des dieux ; pas de canard à trois pattes, de veau à deux queues, de moutons à deux têtes ou de chien cornu qui n'apparaisse le signe attendu. Les enfants mal formés ou liés par le bassin, les nourrissons idiots ou sans membres, les hermaphrodites ou les bébés nés sans sexe ou sans orifice, de temps immémorial exposés à la griffe et la dent, furent choyés, entourés de soins, traités comme des enfants-dieux tombés sur terre. Il fallut que ces créatures, inviables, meurent, en dépit des soins, de la colère de la nature, ou survivent dans la douleur, pour que les prêtres puissent dire qu'elles n'étaient qu'injures à sa face. Alors, cette frénésie de recherche prit fin, et elles furent toutes rejetées au néant.

On s'intéressa ensuite à des prodiges plus nobles, au-delà de l'entendement et à ce point inouïs que le vulgaire ne pouvait qu'y voir l'intervention d'un dieu. On vit des bêtes parler, et chaque fois pour se déclarer en faveur de leur maître ou du roi de leur village. Elles n'eurent vite, après un bref succès de curiosité, plus aucun crédit. Outre qu'ils manquaient d'objectivité, quelle folie de suivre ces avis. Ils émanaient de porte-parole trop indignes ! Il valait mieux trancher la tête de ces voleurs d'un des plus nobles attributs de l'homme. Cette menace suffit. Plus une ne dit mot. La preuve était là. Ces paroles n'étaient pas une voix divine, que de pauvres rêves de paysans crédules... à moins que des facétieux, désormais cois à l'idée de partager le sort des bêtes menacées n'aient, cachés dans les enclos, contrefait leur voix pour se gausser des pâtres et leur faire croire que, comme aux temps anciens, elles parlaient.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Plus étrange, et plus admirable, il y eut dans les terres de l'est, fief du premier roi de ce temps, un prodige à défier l'imagination. Le fils nouveau-né d'un bhlaghmen, le jour de sa présentation, parla : Le mignon du roi des rois mènerait les guerriers du prochain Printemps Sacré à la conquête des nouveaux fiefs, et le porteur de lin qui le tenait dans ses bras serait premier prêtre des Jumeaux de la Nature. Le bruit en courut, bien vite, dans tout Aryana, au grand dam des porteurs de lin ¿ Ils savaient les sentiments du roi des rois et de ses amis à leur encontre ¿, et en particulier du titulaire du sanctuaire des Jumeaux de la Fécondité (dieux subalternes, peut-être, mais assurant à leur premier prêtre bijoux, venaison, fruits et grains en abondance). Ils se réunirent. Ce nouvel oracle était aussi mensonger que les précédents... Ils n'osaient l'exprimer. Il sortait d'une bouche trop noble. Quel malheur pourtant si cet homme était l'élu du Signe ! Il leur était encore plus hostile que celui qui régnait, et une telle désignation lui garantissait de lui succéder.

Ils réfléchirent deux longs jours. Non, ce prodige n'était, ne devait pas être le Signe. Comment en prouver l'imposture ? Le grand Oracle restait silencieux et prostré. Il fouillait dans ses souvenirs à la recherche d'un cas semblable. Oui, un tel cas avait existé, une forgerie outrée, manifeste. Il le voyait, mais derrière ces maudites brumes de sénilité, obscurcissant sa mémoire, qu'il ne pouvait disperser. Le vent de ses efforts ne suffisait pas. Il changea de direction. Auquel de ses élèves en avait-il parlé ? Il fit appeler Reggnotis. Il avait pensé qu'un signe désignerait le prochain porteur des insignes conquérants d'Aryana. é lui de percer la tricherie.

Il vint et écouta. Il avait déjà eu, au travers des rumeurs, l'occasion de se faire une idée. Ce qu'il entendait lui donna une violente volonté de mettre fin à cette usurpation et à ce sacrilège. La désignation du conquérant de l'ouest était un peu son affaire. Il ne supportait pas qu'un ennemi des prêtres y prétende. Pouvait-on le laisser réfléchir en paix ? La situation lui disait quelque chose. Un vague souvenir, une lointaine réminiscence. Il se tourna, au bout d'un temps infini, vers le grand Oracle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

¿ Maître, ne nous as-tu pas parlé des gens qui parlent par la bouche des autres, comme le paysan maudit qui voulait être roi ?

Le grand Oracle releva la tête d'un coup. Reggnotis, sur ces seuls mots, venait de briser les barreaux emprisonnant sa mémoire. Ses souvenirs affluaient, en un flot bouillonnant. Il hurla.

¿ écoutez-moi, j'ai compris l'imposture et l'infamie.

Le premier prêtre des dieux de la nature cria sa satisfaction. Les autres ne furent guère plus discrets. Le vieil oracle les foudroya du regard. Chacun se tut.

¿ Reggnotis m'a fait me rappeler un secret, auquel seul un très grand oracle a pu songer. Je vous le conte à mon tour. Nous verrons alors comment agir pour que les usurpateurs soient punis comme le faux roi...

... Voilà des générations, au cours d'une cérémonie d'accueil des jeunes première caste, l'un d'eux se trouva, par j'ignore quel hasard, dans les bras d'un paysan. Soudain, la voix de cet enfant s'éleva. écoutez ses paroles :

« En vérité, il sera bon, pour que mille bénédictions tombent sur ce village, que celui qui me tient en ce moment en devienne roi ! »

... Vous devinez la surprise. Ce n'était que visages effarés, expressions de stupéfaction et de doute. Même le paysan désigné pour le trône avait l'air étonné. L'enfant répéta encore une, puis deux fois son v¿u, ou plutôt ce qui semblait un ordre des dieux. Et nos ancêtres, dans leur piété, le suivirent, quoique absurde. Comme si cette absurdité n'était pas la preuve d'une origine bien basse ! ...

... Pendant plusieurs mois, le paysan régna sur son village. Tous les jours, selon ses caprices et son gré, les femmes venaient partager sa couche, et la bonne chère lui arrivait à foison, à ce point qu'il enfla comme une tique repue. Cette situation ne faisait pas l'affaire de tous. Celui qui, sans l'intervention d'en haut, aurait dû régner, ne digérait pas sa disgrâce. Si encore l'autre avait prouvé, par son attitude et ses actes, qu'il était digne de son haut rang. Non, il ne faisait que forniquer et bâfrer. Et le roi légitime, évincé, doutait que son éviction fût la volonté divine...

... N'y tenant plus, il sauta sur son cheval et porta ses griefs à Kerdarya. Il vint tempêter auprès des prêtres. Ils l'écoutèrent, mais ne surent que dire. Les dieux avaient parlé, que pouvaient-ils ? Ils l'envoyèrent chez nous. Seuls les oracles diraient s'il y avait imposture, et comment y remédier...

... Il passa nous voir. Il nous expliqua son malheur. Les meilleurs augures se penchèrent dessus. Ils le jugeaient insoluble. Un jeune oracle survint. Quelle serait sa récompense s'il restaurait l'infortuné ? Il lui promit la moitié de ses biens, tandis que le collège des voyants lui garantissait, pour lui et ses descendants, la fonction de chasseur de maléfices. Il demanda au plaignant de se taire, mais de garder la bouche ouverte, puis s'approcha de lui. Le roi déchu parla, bouche bée, d'un ton étrange, lui disant mille mercis...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

... Il hurla. Il était sûr de n'avoir rien dit, et s'était pourtant entendu. La sorcellerie de son village recommençait. Mais au lieu de la bouche d'un enfant, les démons se servaient de la sienne. Il gémissait, se roulait par terre. Une sorte de folie l'avait saisi, aussi violente que la surprise des oracles. Il se calma enfin. Le jeune prêtre les rassura :

« Non, ce ne sont ni les dieux, ni les démons qui ont parlé par la bouche de cet homme... C'est moi, comme son usurpateur a parlé par la bouche du jeune bhlaghmen. »

... Et il leur démontra son talent. Il pouvait parler bouche fermée, et faire croire, s'il y avait quelqu'un à son côté et s'il attirait l'attention sur lui, que ses paroles en venaient. Il n'avait pas été difficile au rusé usurpateur, tenant le bébé dans ses bras, d'abuser la foule des siens de la même façon. Il se faisait fort de rendre la laine de son agneau à celui qui avait monté ce coup...

... Le plaignant tomba à ses genoux, lui renouvela son serment de lui donner la moitié de ses biens, et nous demanda vengeance. Le lendemain, une petite troupe partit, à sa tête le roi déchu et l'oracle qui faisait parler hommes, bêtes et choses. Bien vite (Aryana était en ces temps moins étendu), ils arrivèrent chez lui...

... Quand elle arriva, le faux roi était vautré dans ses débauches fangeuses. Tout autre eût été saisi d'effroi, mais son usurpation l'avait rendu si éhonté qu'il ne doutait pas de triompher des vengeurs de la loi. Son fol orgueil lui faisait croire qu'il était le seul à posséder son don, reçu des puissances mauvaises. Il n'imaginait pas que quelqu'un d'autre en ait pu être favorisé par les dieux...

... Il vint au devant de son roi, le seul légitime. Celui-ci était disposé, tant il avait peur de la sorcellerie, à le laisser partir très loin s'il renonçait à sa position. Il ne l'entendit pas de cette oreille. Les dieux lui avaient confié le trône, pas question qu'il y renonce. Il allait d'ailleurs leur demander de juger. Nul doute qu'irrités par l'insistance de celui qu'ils avaient récusé, ils exigeraient sa mort...

... Le vrai roi et l'oracle échangèrent un clin d'¿il. Plus d'exil pour l'usurpateur. Les dieux voudraient sa mort. Tant pis pour lui. Prêtre contre sorcier, le sorcier serait vaincu. L'oracle dit à celui pour qui il luttait de n'éprouver aucune crainte. Le corps du sacrilège se balancerait bientôt sous l'arbre aux pendus...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

... Tous se mirent en route en direction des autels. Le roi déchu, sûr de retrouver d'ici peu son trône, et son prêtre, rongé par l'amertume d'avoir été victime d'une supercherie ou d'un maléfice, regardaient avec hargne la nuque de l'usurpateur. Ils la voyaient déjà brisée par la corde vengeresse. Le faux roi se sentait croître une sourde inquiétude, mais l'espoir le soutenait. Lorsque il reproduirait le miracle du jour où les dieux l'avaient élevé à la puissance, la réminiscence de son caractère sacré, à nouveau proclamé, préviendrait en sa faveur. Seul l'oracle était calme. Il serait bientôt payé en dons somptueux. Sa certitude de l'emporter contre le profanateur l'incitait à y rêver plutôt qu'à s'en prendre à celui dont il allait rabattre la superbe.

... Ils arrivèrent. Une matrone se précipita vers eux, un enfant bien gras et aux lèvres vermeilles dans les bras. Le prêtre se rengorgea : « C'est mon fils ! ». L'usurpateur sauta de son cheval pour le saisir.

« Arrête ! » Les voix de l'oracle, du prêtre et du roi avaient retenti à l'unisson. Il suspendit son geste. Tant pis, il ferait parler quelqu'un ou quelque chose d'autre. Pourquoi pas l'autel où le première caste sacrifiait aux dieux du serment et du châtiment du parjure. Sacrilège énorme... nécessaire ! Le risque en valait la peine. Qui oserait parler après la plus haute déité ?

... D'une démarche glissante, il s'en rapprocha. Il devait en être tout près, que sa fourberie soit efficace. Un pas, un autre, il y arriverait. Il y jetait des regards anxieux. Il en lança un de trop. L'oracle l'intercepta. Il se précipita sans perdre un instant. Soudain s'éleva de la pierre sacré une voix curieuse, mais très pure, avec les nasales du langage de la plus haute caste.

« Usurpateur à la semence maudite, n'approche point de notre autel de vérité ! »

... Démasqué, le faux roi hurla et expliqua le truc de l'oracle. Il ne se laissa pas démonter pour si peu. L'autel continua ses révélations.

« écoutez-le, il vient d'avouer ! Il a imité la voix des dieux. Il avait déjà tenté de parler par notre bouche, mais, rejeté, avait fait passer ce maléfice par celle d'un enfant. Pendez-le que son âme ne s'échappe de son corps et reste à jamais avec sa charogne ! »

« Devrai-je sacrifier mon fils pour avoir été le truchement des démons ? »

... L'oracle admira la piété du prêtre. Il était prêt à faire mourir son enfant pour laver le crime dont il avait été l'innocent complice.

« Pour avoir été leur victime, ton fils en sera un grand chasseur. Laisse-le vivre, au contraire, et apprends-lui le malheur dont il a été cause un moment. Nul ne saura mieux lutter contre ceux qui tentent de tromper les hommes par la sorcellerie. »

... La fin de cette aventure, vous la devinez. Le vrai roi fut rétabli sur son trône, le faux pendu et son corps livré aux bêtes. Quant à cette histoire, tous ses protagonistes firent serment, sur l'autel même où avait éclaté la vérité, de la taire. Ce secret ne se partage qu'entre oracles. Nous ne l'avons évoqué devant vous qu'à cause du péril qui menace.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

Reggnotis avait écouté son maître à qui ¿ juré ! ¿ il succéderait un jour. N'avait-il pas donné devant les plus hauts porteurs de lin une nouvelle preuve de sa sagesse et de son habileté à interpréter la volonté des dieux. S'il comprenait l'irritation du premier prêtre des Jumeaux de la Nature face à la tentative d'usurpation dont il était l'objet, les causes de leur haine envers le roi des rois lui échappaient encore. Il ne la partageait que par routine et solidarité. Il aurait des éclaircissements sur son origine. Il en saurait plus sur leur ennemi, mais aussi sur les prêtres et, le plus important à ses yeux, sur son avenir. Il releva la tête et demanda au premier bhlaghmen de l'éclairer sur l'histoire de ces singulières et mauvaises relations.

¿ Vu les hautes fonctions qui t'attendent, je me ferai un plaisir de tout t'expliquer, après cette réunion. Tu resteras avec moi pour l'écouter. Avant, il faut trouver le moyen de mettre fin à la sacrilège imposture qui se trame contre nous.

¿ Oui, et vite !

Le prêtre de la fécondité venait d'intervenir. Même intéressée, son objurgation était de bon conseil. Chacun réfléchit dans son coin. Le silence dura. Il n'était pas si facile de trouver une idée. Enfin, le vieil oracle demanda la parole :

¿ Comme on a agi autrefois, il faut agir en ces jours ! Trouvons un homme capable de faire parler les êtres et les choses, et confrontons-le au prêtre qui veut se moquer des dieux.

¿ Crois-tu que ça marchera ? Nous n'aurons pas devant nous un sorcier de basse extraction, mais un des nôtres, même dévoyé.

¿ Oui, mais les démons parlent par sa bouche. Par la bouche de celui que nous enverrons parleront les dieux. Nous vaincrons à coup sûr.

¿ En attendant, il nous faut trouver quelqu'un qui en soit capable.

¿ J'en connais un... J'en connaissais un, plutôt. Je ne sais ce qu'il est devenu depuis plusieurs saisons.

¿ Un prêtre chasseur de maléfices ne disparaît pas comme neige au soleil. Quelqu'un saura où il est.

Le vieil oracle intervint.

¿ Je vais me renseigner au plus vite. Je vois de qui vous voulez parler. Si j'avais pu imaginer un jour qu'il nous serait utile ! Je vais être honnête, il n'a pas d'autre talent.

¿ Qu'importe, s'il le possède à fond, je n'en demande pas plus.

¿ Et il boit, il boit. Une cruche sans fond serait plus vite remplie que lui.

¿ Qu'il fasse ce qu'on lui demande, j'installerai pour lui, s'il le faut, une fontaine d'hydromel.

Le vieil oracle se tourna vers le bhlaghmen des jumeaux de la fécondité.

¿ Pour ta générosité, je ne me fais pas de souci, va. C'est pour son état. Quand il est parti, il ne pouvait aligner trois mots. Comment sera-t-il après plusieurs saisons dans la solitude ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

¿ Et surtout, où et quand allons-nous le trouver ? C'est ça qui compte. Pour le reste, nos guérisseurs connaissent les herbes qui rendent toute leur tête aux ivrognes.

¿ Je le veux devant nous dans moins d'un quartier !

Tous sortirent de l'enclos où les prêtres échangeaient leurs secrets. Ils allaient, sans tarder, suivre les ordres du premier des leurs et envoyer des messagers sûrs à la recherche du chasseur de maléfices. Reggnotis s'était arrangé pour être le dernier à sortir. Il ne fut pas surpris ¿ il s'y attendait et même l'espérait ¿ quand le premier porteur de lin lui crocha le bras de sa main osseuse.

¿ Eh bien, ne devais-tu pas rester pour écouter... certaines choses ! ?

Reggnotis joua l'innocent. Il avait pensé que le plus haut de sa caste avait besoin de toutes les bonnes volontés pour retrouver celui qui était leur seul espoir de rabattre certains orgueils et certaines ambitions trop préjudiciables à ceux qui prient. Le premier bhlaghmen lui dit qu'il avait des choses plus importantes à lui dire.

¿ Qui peut-être plus important que déjouer un complot contre nous ?

¿ Expliquer certains secrets à celui que le chef des oracles veut pour successeur l'est autant.

¿ Et je serais cet homme ?

¿ Ne joue pas les idiots. Tu en as envie et tu sais que je l'ai deviné. Pourquoi te le reprocherais-je ? Mais pour accéder à ce poste, il y a des choses que tu dois savoir. J'ai décidé, en accord avec lui, de te les confier. Ta proche accession ¿ ton maître est plutôt âgé ¿ au conseil des premiers prêtres m'agrée. Tu y seras le bienvenu.

Reggnotis remua la tête pour remercier. Il avait toujours senti qu'il obtiendrait une telle promotion, mais la perspective en était restée floue. Il l'espérait tout juste, en raison de sa naissance et de sa prophétie. C'était devenu une certitude. Il se dispensa de toute effusion. Elle n'eût pas été compatible avec son rang à venir.

Le regs bhlaghmen fit signe de s'asseoir à celui qui siégerait un jour à son côté. Il regarda tout autour, bien que nul, à ce qui se disait, n'avait jamais rien su des paroles échangées dans l'enclos sacré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

¿ Tu seras un jour dans le conseil des prêtres, pour discuter avec tes futurs pairs de notre avenir. Tu m'aideras de tes conseils et de tes visions. Mais tu as beau être augure, certaines choses te sont inconnues, ou t'apparaissent dans une brume qui t'en cache à peu près tout. Tu veux savoir les raisons de notre hostilité envers le roi actuel. écoute son histoire, qui est aussi la mienne. Tu verras que ma haine, serait-elle encore cent fois pire, n'est que bienveillance au regard de l'énormité de sa vie blasphème...

... Voilà près de deux lustres, je devins premier bhlaghmen. J'étais heureux, malgré les curieuses circonstances de mon avènement. Curieuse est faible, d'ailleurs, et si j'étais heureux, j'étais plus encore étonné. Je n'aurais jamais dû parvenir à ce rang envié. Si ma piété et mes qualités m'y désignaient, mon faible savoir m'en écartait. Plus surprenant, mes rivaux semblaient plus soulagés que jaloux. Je passai de l'étonnement à l'inquiétude. Une inquiétude qui enfla quand une des nièces de mon prédécesseur me dit qu'il était mort de chagrin...

... Mort de chagrin. C'était si stupide que je manquai d'en rire. Il y a cent mille façons de mourir, mais je n'aurais jamais pensé à celle-ci. C'était bien d'une femme. Mourir de chagrin ! A-t-on idée ?...

... J'essayai d'en savoir plus. Elle m'avait dit tout ce qu'elle savait. Elle n'ajouta qu'une chose : cette réflexion venait de lui. Oui, elle l'avait entendu se lamenter : « L'irrespect sacrilège envers ma fonction me fera mourir de chagrin ! »...

... Je te l'ai dit, je manquais de connaissances. Pour les acquérir, je m'étais retiré pour méditer et étudier auprès de vieux prêtres pleins de science, mais loin du tumulte de ce monde. En fait, j'ignorais tout de ce qui s'était passé chez les humains cette année-là. Nous n'avions parlé que des dieux. La terre des mortels aurait aussi bien pu ne pas exister. Et voilà ¿ tu comprends pourquoi je t'apprends tout cela, et quel peut être ton avenir si tu es digne de ta naissance ¿ que j'héritais, ignorant tout ce qui pouvait m'aider dans mes rapports avec les autres hauts prêtres et les autres neres, d'un poste qui avait coûté la vie à mon devancier... Je devais savoir les raisons de ce chagrin. Où se cachaient celui ou ceux qui en étaient cause ? Hors de nos rangs, à moins qu'il ne s'agisse d'une brebis galeuse ou d'un familier si ingrat que la douleur de voir ses bontés mal récompensées lui avait fait éclater le c¿ur. Si ce n'était que cela, je n'aurais guère à m'inquiéter... Le loup guettait ailleurs...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

... Deux jours passèrent. J'appris, entre mille autres choses, que nous avions un nouveau roi des rois. Vu l'âge du précédent, cela ne me surprit pas. Ce qui m'abasourdit, par contre, c'est qu'il ne fût pas encore venu me saluer et demander ma bénédiction alors qu'il était à Kerdarya. Sur le coup, cette abstention me plut. Je me sentis même coupable... Il avait voulu respecter l'ancien usage, où le chef de ceux qui manient le glaive attend d'être convoqué par le maître de ceux qui parlent au nom des dieux. Je me conduisais avec une rare goujaterie, indigne de ma caste et de mon rang, envers un homme pieux. J'allais l'inviter et, en attendant, immoler d'un bélier à son intention. Ce serait même mon premier sacrifice de regs bhlaghmen. Un homme aussi dévot méritait un tel geste, mince hommage à son respect...

... Respect, c'est ce mot qui me toucha ; qui, quand ma lame allait ouvrir la gorge du bélier, me fit interrompre mon geste. Mon acolyte dut me prendre pour un fou quand je reposai le poignard sacré sur la pierre et laissai un instant de sursis à la victime... Si ce que je croyais être du respect était son contraire ? S'il m'ignorait ? Il y avait là de quoi fendre le c¿ur d'un prêtre conscient de sa haute fonction. Je délirais à penser cela... je le croyais, du moins. Le seul à se trouver heureux de mon incertitude était le bélier, encore que ses bêlements ne trahissaient pas une joie sans mélange. Pourtant, il sauvait peut-être sa vie. Si mon soupçon se vérifiait, il vivrait. Frustrés de son corps, les dieux prendraient celui au nom de qui je voulais l'immoler...

... J'avais bien fait d'attendre. L'homme que j'avais envoyé le quérir revint, nez pointant vers le sol, visage empourpré de fureur. Il bégayait de colère, dans le langage de sa région, et il me fallut le temps de la prière d'exécration des ennemis, dont on ne vient jamais à bout, avant qu'il ne se ressaisisse et ne devienne intelligible. Pourtant, un instant m'avait suffit pour comprendre, et guère plus pour, de rage, délier le bélier du sacrifice. Il ne nous respectait pas... Si encore ce n'avait été que cela ! ...

... Mon messager avait repris ses esprits. Son bafouillage avait cessé, son débit, quoique toujours précipité, était redevenu audible, et il parlait à nouveau la langue noble. Il me rapporta enfin les paroles sacrilèges du roi, les entrecoupant d'« excuse-moi ! » et de formules de conjuration à chaque ¿ un bon mot sur deux ¿ blasphème ou insulte...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

... Voilà de quoi était mort mon prédécesseur. Quel premier prêtre aurait supporté de se voir sommé de venir présenter ses hommages au premier guerrier ? Si le sacrilège espérait me voir tomber comme lui, quelle erreur ! Qu'il n'attende pas non plus ma prochaine visite. C'est lui qui viendrait s'incliner devant moi, tout nouveau que j'étais, ou je serais indigne de ma fonction...

... Il finit par venir. Oh ! Ce n'était pas pour s'incliner, mais pour m'insulter et me faire les pires reproches. J'avais cependant gagné la première manche. Je me souviens de cette rencontre aussi bien, et peut-être même mieux, que de la réunion que nous venons d'avoir... quoique... si elle tient ses promesses, elle viendra prendre sa place... Plutôt son bon souvenir, que le mauvais de cette entrevue avec notre roi impie...

... Ah, oui, cette entrevue ! Tu imagines déjà dans quel état d'esprit il vint me saluer. Quoi que tu puisses supposer, tu seras en dessous de la vérité. Oh ! il respecta l'étiquette, et prononça même l'habituelle salutation du premier guerrier au premier prêtre. Mais rien que la différence de ton avec laquelle il dit les deux mots montrait ses sentiments réels. Et c'en était l'expression la plus discrète...

... Pour le reste, imagine un bison ou un mange-miel fou, figure-les toi cent et davantage, tous plus déchaînés l'un que l'autre. Tu n'auras qu'une faible idée de son agitation. Il me parlait avec la voix de Perkunos le seigneur tonnant, me vantait ses victoires, ses exploits, les batailles où il s'était illustré. Il dégrafa sa tunique pour me montrer ses cicatrices sur le torse, et je vis venir le moment où il allait poser ses braies. Je l'arrêtai. Il cessa de se déshabiller, mais délaça son âme, si sale et si laide que j'en vins à me dire que j'aurais préféré le voir nu... :

... Le temps était arrivé, maintenant que la faveur des dieux envers Aryana leur était devenue une seconde nature, où les prêtres perdraient leur importance. Certes, on en aurait toujours besoin pour les sacrifices et les invocations, mais ils ne transmettraient plus la voix des dieux. Ils prieraient les puissances de favoriser les raids et les récoltes, sans plus jamais indiquer quoi faire ! Les guerriers étaient assez pieux pour entendre, eux aussi, les messages divins. é quoi bon nous en demander la confirmation ! ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

... Il continuait. Il tolérait que nous dirigions la vie des troisième caste, mais nous cesserions de nous mêler de celle des hommes du glaive. C'était déjà insupportable, mais ne lui parut pas suffisant. Il voulait aussi régler la nôtre. Nous ne serions plus que l'instrument de leurs ambitions (des siennes, et c'est sans doute cela, plus l'aide divine, qui nous a permis de tenir face à lui et qui va nous aider à l'abattre.), au lieu qu'ils soient le bras armé de ce qu'il appelait les nôtres. Comme si c'était nos volontés, non celles des dieux, que nous ordonnons...

... J'allais protester. Il ne m'en laissa pas le temps. Jusqu'alors, je l'avais cru pris de folie. J'étais prêt à lui pardonner, bien que cela m'en eût coûté. Ses paroles m'en ôtèrent l'envie à jamais. Je vais te les répéter. Elles m'ont marqué plus profond que le cuivre ardent. Ta colère éclatera à les entendre. Imagine la mienne.

« écoute-moi, reg bhlaghmen e. Je comprends que tu n'apprécies guère mes projets, mais tu t'y feras. Tu n'y perdras rien, de toute façon. Si tu fais ce que je dis et si tu pries pour que les dieux me favorisent, tu auras en abondance tout ce que tu désires. Qu'aimerais-tu ? Des serviteurs, des servantes, des troupeaux ? Parle ! »

... Ma seule réponse fut un crachat, juste entre ses pieds. Devant une telle proposition, je n'allais pas faire de phrases. Lui faire l'honneur d'un glaviot était bien assez. Lui bailler un soufflet m'eût sali la main. Je lui montrai la porte. Il me regarda, furieux. L'immémoriale interdiction de pénétrer dans un lieu sacré avec une arme avait du bon. Sans elle, et malgré l'énormité du prix du sang, il me l'eût passée à travers le corps. Il rassembla son poing, me le brandit sous le nez, gronda :

« J'aurais dû me méfier. Tu es maigre. Tu n'as ni désirs ni besoins, que celui du pouvoir. J'en trouverai de plus dociles que toi, et tu n'es pas éternel. Pour commencer, j'ordonnerai que tes autels soient désertés, et tu verras le prestige de tes rivaux augmenter à mesure de l'abondance des dons à leurs temples. Crois-tu qu'ils supporteront longtemps que le premier prêtre ait moins de victimes à immoler qu'eux-mêmes, et que les plus grands dieux reçoivent moins de sacrifices. Tu devras céder la place, s'ils voient que tu n'as pas les moyens de nous assurer leur faveur. »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Galan Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 57ans
Posté(e)

... Le maudit me regardait, goguenard. Il avait la réputation d'aimer les hommes. Je ne pouvais m'empêcher de me sentir souillé par son regard. Je lui montrerais mon mépris, et lui prouverais que je comptais pour rien ses menaces. Je pris le couteau sacré :

« Je vais faire devant toi un sacrifice qui sera à ce point agréable aux dieux que, fussent-ils privés ensuite, pendant une génération, de tout don, ils nous favoriseraient encore. »

... Son regard s'assombrit. Que j'aie trouvé aussi vite une parade à un plan qu'il avait sans doute mis des lunes à établir, et qu'il croyait sans faille, était pour lui un choc. Sa goguenardise se fit curiosité inquiète. Avait-il cru pouvoir sans risque s'attaquer au sacré ? Il en revenait. Je me dirigeai vers l'autel où je sacrifiais à la triade divine que nous invoquons quand il faut prier pour tous ceux d'Aryana. J'y jetai de quoi alimenter la flamme. Elle devint plus haute et plus incandescente. Il me regardait, bouche bée. Il n'y avait autour de nous rien qui puisse être sacrifié... Je fis l'oblation. Il devint livide. Il claquait des dents. Il s'enfuit. Depuis, malgré sa haine envers moi, qui n'a pas désarmé, j'ai toujours eu en abondance à immoler et à dédier aux dieux... Il n'empêche... Il me les paiera, ces deux doigts !

... Il s'était souvent étonné du respect que même les prêtres les plus sages lui témoignaient. Il ne lui sembla plus étrange. Il ne s'étonna plus de sa haine vigilante à l'encontre du roi des rois, et approuva sa volonté de vengeance. Faire couler le sang d'un première caste est un sacrilège et se doit payer. L'heure en était proche. Il saisit aussi pourquoi il l'avait désigné pour succéder à son maître. Il avait reconnu en lui l'instrument des dieux, celui du sursaut de leur caste, celui de sa revanche. Conscient qu'elle ne pouvait plus être différée, il demanda à se retirer. Il était prêt à partir à la recherche de celui qui faisait parler choses et bêtes.

¿ Non, reste ici pour entendre les rapports sur ce qui se passe dans les terres de l'imposture. Tu me seras plus utile ainsi... Et dis-moi, dans tes voyages, as-tu entendu parler d'un ermite qui fait parler ceux à qui les dieux ont refusé la parole ?

¿ Non, mais interroge les autres oracles. Tu devrais avoir ta réponse.

¿ Occupe-t-en. Je vais, moi, appeler nos messagers les plus sûrs. Les dieux nous assisteront, puisque nous nous battons pour eux. Rien n'est impossible avec leur aide. Nous trouverons notre homme !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant