Aller au contenu

Israël, terre d'exil des réfugiés d'Afrique


Belizarius

Messages recommandés

VIP, Mangeur de fromage, 41ans Posté(e)
Belizarius VIP 22 812 messages
41ans‚ Mangeur de fromage,
Posté(e)
israel_flag.gif

Israël, terre d'exil des réfugiés d'Afrique


Dimanche 31 Août - 21:39

C'est une rue piétonne coincée entre les deux gares routières de Tel-Aviv. Agences de change, échoppes à shawarma, coiffeurs "afro" et boutiques de téléphone s'enchaînent sur 300 mètres de mauvais bitume couvert de papiers gras. Ni surfeur stylé ni jeune cadre pressé dans ce quartier. Envahi par les klaxons et les gaz d'échappement des minibus, Neve Sha'anan est déserté par la faune branchée de Tel-Aviv. Ici vivent les laissés-pourcompte de la croissance israélienne, les marginaux de tout poil. Et depuis un an, des milliers de réfugiés,venus pour la plupart du Soudan et d'Erythrée, qui donnent à l'endroit un cachet improbable de "Little Africa".




Ismaïl Ahmed est l'un de ces nouveaux venus. La quarantaine débonnaire, ce père de famille qui a fui les massacres du Darfour a ouvert début avril un petit cybercafé. Les enfants soudanais s'y rassemblent pour d'interminables parties de jeux en réseau. Le soir, Ismaïl donne des cours d'anglais et d'informatique à leurs parents. Le succès venant, il s'apprête à changer son parc d'ordinateurs. A la devanture, il a accroché une guirlande de drapeaux frappés de l'étoile de David. Le signe de la reconnaissance qu'il voue à son pays d'adoption. Le témoin du parcours inespéré qu'il a effectué en l'espace d'un an.

C'est le 1er juillet 2007 qu'Ismaïl a posé le pied en Israël, avec sa femme Halima et leurs quatre enfants. "A onze heures moins le quart, précisément", dit-il. Après sept heures de marche harassante dans le Sinaï, la famille avait réussi à tromper la vigilance des troupes égyptiennes et à se faufiler derrière la clôture barbelée qui marque la frontière avec l'Etat juif. "On est partis du Caire, entassés à l'arrière du pick-up de notre passeur bédouin, une couverture sur la tête", raconte Ismaïl. Après vingt-quatre heures de repos dans un campement à proximité de la frontière et une ultime marche dans la caillasse, les réfugiés sont en vue de la délivrance. "Il y avait un ravin d'environ 60 mètres de long, complètement à découvert. On a abandonné toutes nos affaires,même les bouteilles d'eau. Le guide nous a dit que si l'on entendait des coups de feu, il fallait continuer à courir.On a fait une brève prière, j'ai pris un enfant sur le dos,un autre par la main, et on s'est élancés. Cinq minutes plus tard, on était sur un chemin de sable, de l'autre côté de la frontière. On a fait exprès de laisser de grosses empreintes de pas. Une heure plus tard, une jeep de l'armée israélienne nous récupérait. On était sauvés."



Benjamin Barthe
Suite de l'article...
Source: LE MONDE | 30.08.08
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×