Chanteurs à Texte

Sunbati Membre 135 messages
Forumeur inspiré‚ 31ans
Posté(e)

Les Ruines (Al-Atlal)

( Ecris par: Ibrahim Naji; Chanté par: Oum Kalthoum; Composition musicale de : Riyad Al Sunbati (oui comme mon pseudo :smile2: ) )

Je ne sais pas qui a fait la traduction, peut être par un passionné de la musique classique.

é mon c¿ur, ne demandes pas où est passé l'amour

Il n'était qu'un château de mirages et s'en est allé

Sers-moi et bois en souvenir de ses ruines

Et racontes-moi tant que mes larmes couleront

Comment cet amour est devenu une légende

Et mots (exemplaires) de l'amour passionnel

Je ne pourrais t'oublier car tu m'as séduite

Par ta bouche aux appels doux et élégants

Et d'une main qui se tendait vers moi telle la main

tendue à un naufragé à travers les vagues

Et un éclair qui mettrait le voyageur solitaire en confiance

Y a-t-il semblable à cet éclair venant de tes yeux ?

é mon amour, j'ai un jour visité le nid

De l'oiseau du désir ardent pour lui chanter ma douleur

Tu as la nonchalance de l'amoureux généreux

Et la cruauté du puissant qui trône

Pourtant ma tendresse pour toi me brûle les côtes

Et les secondes sont comme des braises dans mon sang

Donnes-moi ma liberté et lâches mes mains

J'ai tout donné et il ne me reste plus rien

Ah ! par ton emprise mon poignet saigne

Pourquoi ne pas l'épargner et rester comme je suis

Il ne me reste plus qu'à garder (en souvenir)

mes promesses que tu n'as pas respectées

Sinon le monde ne serait pour moi qu'une prison

Y a-t-il pareil à mes yeux que mon amoureux qui envoute

En lui il y a grandeur majesté et pudeur

Il marche comme un ange d'un pas assuré

Injuste envers la bonté et s'inclinant devant les arrogants

Aux parfums ensorcelants comme les essences des fruits

Aux yeux charmeurs tels les rêves du soir

De quelle partie en moi tu régentes

La discorde qui va d'étincelle en étincelle

Et moi qui ne suis qu'amour errant

Une couche tourmentée qui se rapproche de toi

Du désir ardent un messager s'est mis entre nous

Un compagnon de boisson (commensal) nous tendit le verre

A-t-il vécu l'amour dans l'ivresse comme nous

Combien de mirages avons-nous construit autour de nous

Nous avons marché sur le chemin éclairé par la lune

Où la joie nous précédait

et nous avons ri ensemble comme deux enfants

Avons couru et dépassions nos ombres

Et nous nous sommes ressaisis quand le nectar fut épuisé

Et nous nous sommes réveillés ah si l'on pouvait ne pas se réveiller

Un réveil qui nous a sortis du rêve de la somnolence

Et la nuit s'empara de nous et la nuit est un compagnon

Alors la lumière éclatante se leva

Alors l'aurore apparut comme un feu

Alors la vie suivit son cours

Alors chaque ami prit son chemin

Eh toi le noctambule qui s'assoupit

Tu marmonnes ta promesse et te réveilles

Si une plaie se ferme

Le souvenir en fera revivre la blessure

Alors apprends à oublier

et apprends à effacer

é mon amour toute chose est liée au destin

Nous n'y pouvons rien et avons été créés faibles

Peut-être que nos destins nous réuniront

Un jour après la langueur

Si d'aventure les amoureux se renieront l'un l'autre

Et nous nous rencontrerions comme des étrangers

Et toute chose suivra son cours

Ne dis pas que nous l'avons voulu ce n'est que le destin qui en a décidé

Et la vidéo, mais bon je la met à titre illustratif, car la video fait 66 minutes ( un sorte d'opéra si on veut, de la musique classique, quoi )

Modifié par Sunbati

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Flovia Membre 3 074 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

;) Magnifique texte, Sunbati! :smile2:

Un autre beau texte, bien différent et québécois, celui-ci,

Plus rien - Les cowboys fringants

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

On les a un peu oublié mais c'était si bon :

Les Innocents - Un homme extraordinaire

" On se souviendra de ceux qui commettent un crime,

un jour, de tous ces chasseurs de primes

oh non, non pas de sa vie, tombée dans l'oubli

des villes sans mémoire qui... qui ?

Qui se souviendra de ceux qui ont une histoire

un jour, d'un homme qui commence à boire

La vie d'un homme sans nom

un homme extraordinaire "

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
NumaZeo Membre 2 665 messages
Pétard de bois en bouteille‚ 31ans
Posté(e)

Allez :smile2:

Canto rital esta tarde :sleep:

Paolo Conte . Via Con Me

Puis un p'tit lien

Angelo branduardi

Je vous conseille "confession d'un malandrin" ou "la foire de l'est" ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
NumaZeo Membre 2 665 messages
Pétard de bois en bouteille‚ 31ans
Posté(e)

...

oupz

!!

Je crains que le lien ne vous fasse aterrir sur la page d'accueil

c'est le seul truc que j'ai trouvé ou on peut écouter gratuit

et qu'il ne faille que vous tapiez le nom dans leur moteur de recherche (ceci n'est pas de la pub pour un site)... just pour le kif.. ça vaut le coup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JoGideon Membre 6 134 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

@Sunbati : vraiment un très beau texte, il faudra que je prenne le temps de voir la vidéo en entier.. :smile2:

@Flo: très pessimiste mais, malheureusement, la chanson risque bien d'être prophétique..J'aime aussi beaucoup les Etoiles Filantes d'eux.. C'est plus léger.. ;)

@Numa: Ceux qui me connaissent savent mon affection pour le Grand Angelo, du coup, je résiste pas....

Angelo Branduardi - Confessioni di un Malandrino

L'adaptation en français par Etienne Roda-Gill:

Je passe, les cheveux fous dans vos villages

La tête comme embrasés d'un phare qu'on allume

Au vent soumis je chante des orages

Aux champs labourés, la nuit des plages.

Les arbres, voient la lame de mon visage

Où glisse la souillure des injures

Je dis au vent l'histoire de ma chevelure

Qui m'habille et me rassure.

Je revois l'étang de mon enfance

Où les roseaux et toutes les mousses dansent

Et tous les miens qui n'ont pas eu la chance

D'avoir un fils sans espérances.

Mais ils m'aiment comme ils aiment la terre

Ingrate à leurs souffrances à leurs misères

Si quelqu'un me salissait de reproches

Il goûterait la pointe de leurs pioches.

Paysans pauvres, mes pères et mères

Attachés à la boue de cette terre

Craignant les seigneurs et leurs colères

Pauvres parents qui n'êtes même pas fiers

D'avoir un fils poète qui se promène

Dont on parle chez les rois et chez les reines

Qui dans des escarpins vernis et sages

Blesse ses pieds larges et son courage.

Mais survivent en moi comme lumières

Les ruses d'un voyou de basse terre

Devant l'enseigne d'une boucherie campagnarde

Je pense aux chevaux morts, mes camarades.

Et si je vois traîner un fiacre

Jailli d'un passé que le temps frappe

Je me revois aux noces de campagne

Parmi les chairs brûlées des paysannes.

J'aime encore ma terre

Bien qu'affligée de troncs bavards et sévères

C'est le cri sale des porcs que je préfère

A tous les discours qui m'indiffèrent.

Je suis malade d'enfance et de sourires

De frais crépuscules passés sans rien dire

Je crois voir les arbres qui s'étirent

Se réchauffer et puis s'endormir.

Au nid qui cache la couvée toute neuve

J'irai poser ma main devenue blanche

Mais l'effort sera toujours le même

Et aussi dure encore la vieille écorce.

Et toi le grand chien de mes promenades

Enroué, aveugle et bien malade

Tu tournes la queue basse dans la ferme

Sans savoir qui entre ou qui t'enferme.

Il me reste des souvenirs qui saignent

De larcins de pain dans la luzerne

Et toi et moi mangions comme des frères

Chien et enfant se partageant la terre.

Je suis toujours le même

Le sang, les désirs, les mêmes haines

Sur ce tapis de mots qui se déroule

Je pourrais jeter mon cour à vos poules.

Bonne nuit, faucille de la lune

Brillante dans les blés qui te font brune

De ma fenêtre j'aboie des mots que j'aime

Quand dans le ciel je te vois pleine.

La nuit semble si claire

Qu'on aimerait bien mourir pour se distraire

Qu'importe si mon esprit bat la campagne

Et qu'on montre du doigt mon idéal.

Cheval presque mort et débonnaire

A ton galop sans hâte et sans mystère

J'apprends comme d'un maître solitaire

A chanter toutes les joies de la terre.

De ma tête comme d'une grappe mûre

Coule le vin chaud de ma chevelure

De mon sang sur une immense voile pure

Je veux écrire les rêves des nuits futures.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité missangels
Invité missangels Invités 0 message
Posté(e)

maxime le forestier :sleep:

Né quelque part Maxime Le Forestier

Maxime Le Forestier - L'homme au bouquet de fleurs :o°

Education Sentimentale, Maxime Leforestier :smile2:

Jacques Brel - Quand on n'a que l'amour ;)

Charles Dumont Edith Piaf les amants :sleep:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hydromel Membre 433 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Bonsoir ... :smile2:

Lou Jimm - Le "Misery"

Si tu remarques les plis de sa figure,

Que tu devines au fond qu'elle était belle,

Si tu lis dans ses yeux la déchirure,

Tu comprendras ce qui comptait pour elle,

Le sourire d'un seul homme ...

Si tu vois dans le coeur d'un seul enfant,

Un navire de rêves derrière l'horizon,

Si tu demandes encore ce que lui a pris l'océan,

Elle, d'un geste vers le large, elle te réponds,

Le sourire d'un seul homme ...

Quel vent l'a emporté au loin ?

Quelle bise l'a brisé ?

Et sur les mers, qui se souvient du "Misery" ?

Chercher dans sa mémoire, oser la faiblesse,

Les soirs de rires, de larmes, elle lui tenait la main .

Par les jours de l'amour du passé,

Par les jours de tendresse,

Quand le temps donne envie de vivre,

Elle se souvient,

Le sourire d'un seul homme ...

Quel vent l'a emporté au loin ?

Quelle bise l'a brisé ?

Et sur les mers, qui se souvient du "Misery" ?

Et pour ceux et celles qui voudraient en savoir plus sur Lou Jimm, son lien myspace !

;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flovia Membre 3 074 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonsoir à tous ;)

Le couteau - Mes souliers sont rouges

:smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hydromel Membre 433 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Le très rare Gérard Manset ;) ...

"Il voyage en solitaire"

:smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
_Tweety Membre 516 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

*

Modifié par _Tweety

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
_Tweety Membre 516 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

*

Modifié par _Tweety

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
blather Membre 29 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Bien d'accord sur Cali :blush:

d'ailleurs ... Chanteur à texte et bête de scéne !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
NumaZeo Membre 2 665 messages
Pétard de bois en bouteille‚ 31ans
Posté(e)

oh! il a fini par refaire surface ce Topic :blush: :coeur:

Bravo Jo pour ce magnifique sujet et merci de m'avoir trouvé ce morceau :bo: ..Il me fout des frissons !

mais je ne connaissait que la version en français PAR Angelo Branduardi

..

Mais quelle belle chanson!

@Numa: Ceux qui me connaissent savent mon affection pour le Grand Angelo, du coup, je résiste pas....

Angelo Branduardi - Confessioni di un Malandrino

L'adaptation en français par Etienne Roda-Gill:

Je passe, les cheveux fous dans vos villages

La tête comme embrasés d'un phare qu'on allume

Au vent soumis je chante des orages

Aux champs labourés, la nuit des plages.

Les arbres, voient la lame de mon visage

Où glisse la souillure des injures

Je dis au vent l'histoire de ma chevelure

Qui m'habille et me rassure.

Je revois l'étang de mon enfance

Où les roseaux et toutes les mousses dansent

Et tous les miens qui n'ont pas eu la chance

D'avoir un fils sans espérances.

Mais ils m'aiment comme ils aiment la terre

Ingrate à leurs souffrances à leurs misères

Si quelqu'un me salissait de reproches

Il goûterait la pointe de leurs pioches.

Paysans pauvres, mes pères et mères

Attachés à la boue de cette terre

Craignant les seigneurs et leurs colères

Pauvres parents qui n'êtes même pas fiers

D'avoir un fils poète qui se promène

Dont on parle chez les rois et chez les reines

Qui dans des escarpins vernis et sages

Blesse ses pieds larges et son courage.

Mais survivent en moi comme lumières

Les ruses d'un voyou de basse terre

Devant l'enseigne d'une boucherie campagnarde

Je pense aux chevaux morts, mes camarades.

Et si je vois traîner un fiacre

Jailli d'un passé que le temps frappe

Je me revois aux noces de campagne

Parmi les chairs brûlées des paysannes.

J'aime encore ma terre

Bien qu'affligée de troncs bavards et sévères

C'est le cri sale des porcs que je préfère

A tous les discours qui m'indiffèrent.

Je suis malade d'enfance et de sourires

De frais crépuscules passés sans rien dire

Je crois voir les arbres qui s'étirent

Se réchauffer et puis s'endormir.

Au nid qui cache la couvée toute neuve

J'irai poser ma main devenue blanche

Mais l'effort sera toujours le même

Et aussi dure encore la vieille écorce.

Et toi le grand chien de mes promenades

Enroué, aveugle et bien malade

Tu tournes la queue basse dans la ferme

Sans savoir qui entre ou qui t'enferme.

Il me reste des souvenirs qui saignent

De larcins de pain dans la luzerne

Et toi et moi mangions comme des frères

Chien et enfant se partageant la terre.

Je suis toujours le même

Le sang, les désirs, les mêmes haines

Sur ce tapis de mots qui se déroule

Je pourrais jeter mon cour à vos poules.

Bonne nuit, faucille de la lune

Brillante dans les blés qui te font brune

De ma fenêtre j'aboie des mots que j'aime

Quand dans le ciel je te vois pleine.

La nuit semble si claire

Qu'on aimerait bien mourir pour se distraire

Qu'importe si mon esprit bat la campagne

Et qu'on montre du doigt mon idéal.

Cheval presque mort et débonnaire

A ton galop sans hâte et sans mystère

J'apprends comme d'un maître solitaire

A chanter toutes les joies de la terre.

De ma tête comme d'une grappe mûre

Coule le vin chaud de ma chevelure

De mon sang sur une immense voile pure

Je veux écrire les rêves des nuits futures.

bon, là de suite je sais pas quoi poster et pi c'est l'heure de la popotte donc à tantôt :)

Modifié par NumaZeo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
_Tweety Membre 516 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

*

Modifié par _Tweety

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
NumaZeo Membre 2 665 messages
Pétard de bois en bouteille‚ 31ans
Posté(e)

Jo tu m'a ensorcelé !! Depuis hier j'ai cette chanson qui tourne en boucle dans ma tête

comme je disais je ne connaissais que la version française:

Angelo Banduardi - Confession d'un malandrin

..

Il faut que je me fasse exorciser .. Quelle Chanson ! :blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JoGideon Membre 6 134 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Salut Numa..

C'est vrai qu'elle est géniale.. Quand je parlais de Roda Gill, c'est parce que c'est lui qui faisais les adaptations de Branduardi en français..

Du coup, je résiste pas.. Je passe un autre petit Branduardi...

Il Funerale

Merci à Titi d'avoir réveillé ce topic.. :blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
_Tweety Membre 516 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

*

Modifié par _Tweety

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
NumaZeo Membre 2 665 messages
Pétard de bois en bouteille‚ 31ans
Posté(e)

une jolie chanson

:blush: The L&N Don'tn Stop Here anymor

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant