La demeure maudite


laptitecaro Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Alors le premier chapitre de mon roman!!! (futur roman peut etre en tout cas ^^')

Alors je précise: il y a un truc que j'hésite à enlever... tout ce qui est marque et objets modernes... Mais enfin disons que ça peut juste paraître mal approprié à ce genre de roman... mais c'est fantastique mais il y a aussi mélée à cette histoire, une histoire d'amour... et tt et tt... ^^' (enfin je me comprends!!) :snif:

PREMIER CHAPITRE:

CHAPITRE I

Tantôt le train laissait entrevoir le paysage, tantôt il le masquait, s'engouffrant dans

de sombres tunnels. Mon IPod Nano noir à la main, j'écoutai de la musique que j'alternai de

temps à autres avec la lecture de quelques magazines. Le trajet semblait durer une éternité.

Soudain, une voix retentit, me distrayant de mes activités : « RICHELIEUX ». C'était notre

arrêt. Je balançai rapidement mes magazines dans mon sac Gucci et nous descendîmes de la

machine. Après cinq longues heures nous arrivâmes enfin a destination. Cependant il n'y

eut pas encore lieu de se réjouir. En effet, il fallut entamer un nouveau trajet et en taxi cette

fois. Nous rentrâmes donc dans un des taxis qui se trouvaient arrêtés devant la gare. Le

chauffeur nous demanda notre destination et je m'aperçus qu'il n'y avait pas écrit d'adresse.

- Euh, il n'y a pas écrit¿ mais ça s'appelle « La Demeure Maudite » répondis-je en

bredouillant, c'est dans la toute petite ville de Glacière¿

- Oui, c'est bon ! Je vois très bien où c'est ! Qu'allez vous faire là-bas ?!! questionna-t-il d'un

ton sec.

- Eh bien, nous allons y passer nos vacances¿ marmonnai-je.

- Pauvres inconscients ! nous lança-t-il en démarrant.

Je remarquai que la main du conducteur sur le levier de vitesse était crispée. Son

visage, que je pouvais apercevoir dans le rétroviseur était tendu, son expression figée. Au

bout d'une petite heure de trajet, le chauffeur nous déposa devant le manoir. La note était

relativement salée mais j'étais si heureuse d'être enfin arrivée que j'oubliais rapidement

le prix que le taxi m'avait coûté. Je payai et remerciai le conducteur qui s'empressa de

repartir. C'était la première fois que nos parents nous laissaient partir seuls et en plus « La

Demeure Maudite » allait nous appartenir pendant ces quelques semaines de vacances.

Depuis le temps que j'en rêvais ! On en entendait parler de toutes parts et plus

principalement dans le célèbre magasine « Paranormal », réputé pour ses articles sur les

phénomènes mystérieux¿ Il était écrit que les personnes qui avaient vécu là-bas étaient

devenues complètement folles. Soi-disant qu'elles voyaient et entendaient des choses dont

elles étaient les seuls témoins. A force de trop de paranoïa, elles mirent fin à leurs jours. Du

moins, c'était l'hypothèse qu'avaient voulus nous faire croire les journalistes, mais aucun des

corps n'avait jamais été retrouvé¿ Etrange pour un suicide¿

(là je sais pas si je peux utiliser le présent pndt tt le paragraphe en faite¿ :s)

Moi, c'est Julie, jeune lycéenne de dix-sept ans. J'ai la peau dorée, de grands yeux

marrons et de long cheveux bruns et raides. Mon principal défaut ? Un peu trop réaliste

peut-être. La fiction, tout comme ces magazines je n'y crois pas. C'est vrai, je n'ai jamais eu

la preuve que les fantômes existent, ou bien que les monstres se cachent sous les lits ! Pour

moi, tout ça ne sont que des sornettes que l'on racontent aux petits enfants pour leur faire

peur.

Dans la ville, les rues étaient désertes, ce qui devenait compréhensible en regardant

L'heure de ma montre. Le manoir semblait immense et le nombre de fenêtres qui le

parsemaient paraissait incalculable. De longues et basses marches de pierre y permettaient

l'accès.

- Hé Julie ! Arrête de rêver et aide-moi à porter les bagages !! protesta mon frère Jérémy. On

n'a pas toute la soirée, je suis fatigué moi !!

Lui c'était Jérémy, mon petit frère avec qui j'allai passer mes vacances. Un joli teint

hâlé, de beaux cheveux bruns bouclés assortis à d'immenses yeux noisette en amande. Il

avait de quoi plaire de ce côté-là mais dès que l'on fouillait un peu plus en lui, on se rendait

vite compte qu'il y avait une réelle décoordination entre l'intérieur et l'extérieur. D'ailleurs

vous ne trouveriez jamais plus égocentrique. Il fallait toujours qu'il ramène tout à lui, comme

s'il était le seul à être fatigué ! Il n'avait que treize ans et était de quatre mon cadet mais il se

prenait déjà pour un adulte à dicter ce que l'on devait faire ou ne pas faire. Comme si j'avais

besoin de son aide pour savoir quoi faire !

- C'est bon, j'arrive, répondis-je d'un ton lascif.

Je préférai ne pas lui répondre autre chose car je savais pertinemment que ça se

terminerait en dispute générale. Et puis de toute façon j'étais bien trop pressée de découvrir

cette immense maison de bois. J'imaginais déjà la tête de mes copines lorsqu'elles

apprendraient que j'y avais passé mes vacances ! Mais pour moi c'était avant tout l'endroit

rêvé pour leur prouver que tous ces soi-disant phénomènes bizarres qui se passaient ici

étaient absolument faux. Je ne comprenais pas comment les gens pouvaient croire de telles

histoires, ça semblait tellement surréaliste qu'il était impossible que ce soit vrai. Même

Jérémy y croyait ! Moi je trouvais ça plutôt amusant et puis ça me permettait de me moquer

un peu de lui quand il me faisait des remarques déplacées.

- Bon¿ tu viens ? demanda Jérémy.

- Et alors ? Maintenant tu as peur de rentrer le premier ? lui lançais-je en me moquant. Allez

viens c'est bon, suis-moi.

- J'ai pas peur !! rétorqua-t-il. C'est juste que je t'attends¿

- Mais oui, Jérémy. Mais oui.

La façade était délabrée. Ce que l'on aurait pu appeler du bois semblait confondu

avec les moisissures. Même un vieux cabanon aurait meilleur aspect ! Je pénétrai donc la

première dans « La Maison des Cauchemars ». C'était le surnom que lui avait donné Jérémy

à cause de ce qu'il avait lu dans les magasines. On aurait dit qu'elle n'avait pas été nettoyée

depuis des années ! Sur le plancher ne s'entassait pas moins de deux centimètres de

poussière ! Et dire que je me faisais enguirlander quand il y avait un peu de poussière sur

ma télévision. A côté ma chambre était impeccable! Une grosse poutre, sûrement la poutre

principale, permettait de tenir la demeure. Elle était déjà bien rongée et pouvait à tout

moment se briser¿ Ce n'était pas très rassurant.

- Ahh ! Un rat ! Un rat ! J'ai vu un rat !! cria Jérémy paniqué. Y a des rats !

- Bah évidemment qu'il y a des rats, t'attendais quoi de ta « Maison des Cauchemars » ? lui

répondis-je. Et puis si tu levais un peu ta tête tu remarquerais qu'il n'y a pas que des rats ici¿

- Y a des araignées !! Ou plutôt devrais-je dire, des mygales !!! Je déteste ça !!

- C'est bon, arrête de te plaindre Jérémy¿ Hé ! Regarde là-bas !

- Où ? Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?? Arrête de me faire peur c'est pas drôle !! s'écria-t-il,

anxieux.

- Mais non regarde, il y a une autre porte là, ça a l'air de donner sur le jardin¿ Attends je

regarde à la fenêtre.

Je m'approchai donc de la fenêtre également en bois. Elle aurait bien eu

besoin d'un coup de chiffon elle aussi ! Elle était si négligée qu'il m'était impossible de

discerner quoi que ce soit.

- Je ne vois pas, c'est trop sale ! Je l'ouvre. Viens voir.

- Ah oui t'avais raison c'est un jardin. Mais bon il n'y a rien d'extraordinaire¿ se désappointa

Jérémy.

- C'est vrai¿ c'est dommage il n'y a que des arbres et de l'herbe qui n'a pas du être tondue

depuis des siècles vu l'allure qu'elle a¿

- Oui, bon ferme la fenêtre allez on va se coucher je suis crevé ! se plaint à nouveau Jérémy.

- Rohh, toujours à te plaindre ! soufflai-je. C'est bon on y va faut monter les escaliers, allez

viens.

Nous montâmes donc les marches. Ces dernières craquaient à mesure que nous

progressions vers l'étage. J'en avais le vertige ! Tout semblait si morbide. Ces tableaux

accrochés au mur représentaient toutes sortes de choses, de gens qui faisaient froid dans le

dos. Mais un tableau en particulier captiva mon attention. Il s'agissait d'un visage. Mais pas

n'importe quel visage. C'était comme une sorte d'ombre, il ne semblait pas réel je n'arrivais

pas bien à discerner ses expressions. é'était probablement dû à la fatigue. Plusieurs

pièces étaient à notre disposition. On s'en perdait ! Je choisis de prendre celle portant le

numéro 9. Elle n'était pas très grande mais au moins c'était la seule à posséder un grand

miroir, chose indispensable pour les filles. Mon frère, à toujours se prendre pour le meilleur,

choisis la chambre dont le numéro était le 1. Comme si un numéro de chambre pouvait

signifier quelque chose ! En guise de lit, nous avions un vieux matelas propice à la

multiplication des acariens et des bactéries. Heureusement que j'avais apporté des draps et

quelques oreillers, ce n'était pas mon frangin qui y aurait pensé.

- Bon, je vais dormir Julie. Bonne nuit, me dit Jérémy sur le seuil de ma porte.

- Tu t'es brossé les dents au moins ? J'en doute ! lui répondis-je en allant le rejoindre dans le

couloir.

- Oui, bah je suis fatigué alors je vais dormir ! Je me les brosserai demain c'est pas la mort et

puis il est presque minuit alors bonne nuit, répondit-il énervé.

- Fais comme tu veux, mais t'étonne pas d'avoir des caries après ! Je t'aurai prévenu. Moi j'y

vais en tout cas. Et puis ça me permettra de voir comment est la salle de bain. Dors bien.

- Toi aussi.

Après l'habituel « bisou de bonne nuit », je retournai dans ma chambre chercher ma

trousse de toilette et me dirigeai dans le couloir. Ce fut après avoir ouvert plusieurs portes

que je tombai enfin sur la salle de bain. Je m'empressai de regarder le numéro qu'elle portait

pour ne plus avoir à essayer plusieurs pièces. C'était le 13, le « numéro maudit ». A mes

yeux, il n'y avait pas de quoi avoir peur. éa ne signifiait rien et heureusement ! J'allumai la

lumière et m'avançai vers le lavabo. Je fus étonnée de voir que cette pièce était en

carrelage, contrairement au reste de la demeure. Mais moi ça me convenait parfaitement.

Après tout la salle de bain était la pièce où je passais le plus de temps alors il valait mieux

qu'elle soit un peu plus hygiénique que les autres pièces ! Je mis du dentifrice sur ma brosse

dents et commençait à me les brosser. Alors que j'étais concentrée sur ce que je faisais, la

lumière s'éteint brusquement. Je paniquai. Je détestais être soudainement dans le noir. éa,

c'était encore une des blagues stupides de mon frère !

- Jérémy !! Rallume la lumière, je suis en train de me brosser les dents ! Rallume s'il te plait !

lui criai-je du dentifrice plein la bouche en me tournant vers la porte.

- Mais quoi ??!! Je dors laisse-moi tranquille ! répondit-il d'une voix lointaine et agacée.

Je me retournai alors vers le miroir.

- Ahhhhhhh !!

Modifié par laptitecaro
Merci d'éviter l'emploi de majuscules dans les titres!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

laptitecaro Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

CHAPITRE II

- Ahhhhhhh !!

Un cri d'horreur s'échappa de ma poitrine. Des frissons de peur parcoururent mon

corps. Je restai figée. Figée devant ce que je venais de voir. Ce visage, je n'avais pas rêvé, la

même sorte d'ombre étrange que j'avais vu sur le tableau venait de m'apparaître à nouveau,

translucide et lumineuse. Elle resta quelques brèves secondes sur le miroir avant de

disparaître, ne laissant qu'un sourire narquois et facétieux. Je ne savais plus que croire, était-

ce réel ou était-ce mon imagination qui me jouait des tours ? Je ne savais pas. Prise de

panique, je préférai sortir au plus vite d'ici. Je couru alors jusqu'à ma chambre. Il faisait frais.

Bien plus frais que tout à l'heure et pour cause, la fenêtre était ouverte. Etrange, je ne me

souvenais pas l'avoir ouverte¿ « Enfin c'était sûrement un coup de vent, elle ne devait pas

être correctement fermée » me dis-je pour me rassurer. C'est vrai, j'étais comme ça, chaque

phénomène bizarre devait forcément avoir une explication rationnelle. Après être restée

assise une bonne quinzaine de minutes à réfléchir de tout et rien sur mon lit, je me décidai

enfin à dormir¿

- Julie ? Réveille-toi c'est l'heure.

- Mmmh ! Je dors.

- Julie ! Il est onze heures ! Il fait déjà jour dépêche toi, j'ai envi de sortir !

- Mais arrête, il est pas onze heures, ça fait à peine deux heures que je dors laisse-moi.

- Si tu ne te réveilles pas maintenant, tu ne te réveilleras plus jamais. Ahahaha !!

A ces mots, la voix que je pensais être celle de Jérémy pris un ton grave et très

rauque. J'étais pétrifiée. Je me réveillai alors brusquement et je vis Jérémy, debout au pied

de mon lit.

- Bah alors ? Il était temps ! me lança Jérémy impatient.

- J'étais fatiguée, j'ai pas vu le temps passer et¿

- Et heureusement que tu t'es réveillée en tout cas¿ sinon¿

- Comment ça ? Sinon quoi ?

- Sinon tu serais restée à jamais enfermée dans mon monde ! Ahahahaha !

C'était encore la voix de tout à l'heure. Rien qu'à l'entendre j'en tremblais. La peur

m'envahissait de plus en plus. Jérémy sans dire mot, restait à me fixait. Et plus son regard

s'intensifiait plus ses yeux noisettes viraient au noir jusqu'à ne plus en voir la pupille. J'étais

comme hypnotisée. Je n'osai rien dire tellement j'étais prise de panique. Finalement, il laissa

échapper une dernière phrase :

- Il n'en reste plus que huit¿ Ahahaha !

Le visage de Jérémy devenait flou, son rire résonnait dans mes oreilles, et son sourire

restait gravé dans ma tête, le même que dans le miroir mais cette fois ça semblait si réel,

que ça ne pouvait être mon imagination. J'étais encore sous le choc mais je pris mon

courage à demain et tentai de m'enfuir. Mais qu'avait-il fait de Jérémy ? Etait-ce bien lui ou

était-il possédé ? Dormait-il encore tranquillement dans son lit ? Toutes ces questions me

trottaient dans la tête mais je ne pouvais pas y répondre, je n'en avais pas le temps, il fallait

que je fuie. Je couru vers ma porte, j'essayai de l'ouvrir mais elle semblait bloquée,

verrouillée. J'avais peur, je me retournai pour voir s'il était toujours derrière moi mais là,

plus rien.

- Julie ? Réveille-toi c'est l'heure.

- Mmmh ! Je dors.

- Julie ! Il est onze heures ! Il fait déjà jour dépêche toi, j'ai envi de sortir !

- Mais arrête, il est pas onze heures, ça fait à peine deux heures que je dors laisse-moi.

Je me rendis compte que j'avais comme une impression de déjà entendu. Je me réveillai alors, regardai l'heure et en effet, il était bien onze heures.

- Comment es-tu rentré ? Ma porte était bloquée et je n'arrivais pas à l'ouvrir et toi tu étais

là mais ce n'était pas toi et je ne savais pas où tu étais que t'a t'il fait ??

- Oh là Julie ! Du calme ! De quoi tu parles ? m'interrogea Jérémy. Ta porte était entrouverte

alors je me suis permis d'entrer. Si tu ne voulais pas que je rentre, tu n'avais qu'à fermer à

clé ou mettre un écriteau !!

- Mais c'était si réel¿ dis-je d'une voix désespérée, si réel¿

- Ecoute Julie, euh¿ je ne sais pas de quoi tu parles mais je pense que tu as fait un mauvais

rêve. C'est rien t'inquiètes pas. Trop fort, c'est moi qui te réconforte maintenant, on aura

tout vu ! me répondit-il en riant.

- Oui¿ c'est drôle.

Mais pour moi, tout ça n'avait rien de drôle. Et cette dernière phrase¿ Il disait qu'il

n'en restait plus que huit. J'avais beau réfléchir, encore et encore, je ne parvenais pas à

comprendre le sens de sa phrase. Je ne comprenais pas ce qu'il avait voulu dire par là. Je

restai à regarder le vide, quand Jérémy vint m'interrompre dans mes pensées :

- Bon tu fais quoi là ? On sort ou quoi ?

- T'es ni habillé ni douché alors qu'est-ce que t'attends si tu veux sortir ?? lui répondis-je

agacée.

- C'est bon, t'énerves pas, j'y vais¿

Je n'étais pas énervée, du moins pas contre lui. Ce qui me troublait était de croire en

ce cauchemar. Pourtant, ce n'était pas la première fois que j'en faisais et je n'y avais jamais

prêté plus d'attention que ça, mais cette fois c'était différent. J'avais l'impression qu' « il »

avait voulu me laisser un message à travers ce cauchemar. Et je n'avais même pas vu son

visage. Cette ombre si mystérieuse m'était apparue trois fois en une soirée¿ A travers un

tableau, un miroir et un cauchemar. éa ne pouvait pas être une coïncidence. Je ne croyais de

toute façon pas au hasard. Je savais qu'il y avait toujours une explication. Mais là je n'en

trouvais pas. C'était ça qui me paniquait le plus. Oui, c'était de ne pas pouvoir expliquer

cette terrible coïncidence¿ « Après tout, ce n'était qu'un cauchemar, finis-je par me dire. Il

fallait juste que j'arrête de me poser toutes ces questions¿ »

- Je suis prêt !! Je n'attends plus que toi ! m'annonça Jérémy joyeusement.

- Ah oui, je vais prendre ma douche, je fais vite.

Je pris rapidement mes affaires et une serviette et m'empressai de me diriger dans la

salle de bain. En ouvrant la porte, je me souvins ma vision d'hier soir¿ J'hésitai un moment

puis fini par entrer. La lumière fonctionnait de nouveau. Je me glissai dans la douche et

fermai le rideau. L'eau était froide et je ne savais pas s'il était possible de la régler.

- Jérémyyyy ! Jérémyyyy ! J'ai besoin de toi ! Viens s'il te plait ! criai-je.

J'attendis un peu, mais il ne m'avait ni répondu, ni ne s'était déplacé. Je commençai à

m'impatienter. En attendant j'avais froid moi! Je décidai de l'appeler à nouveau, et cette fois

il avait plutôt intérêt à se bouger s'il ne voulait pas passer la journée à la maison.

- Jérem¿.

Je m'interrompis dans mon appellation. Je voyais une ombre derrière le rideau. Ce

n'était pas trop tôt ! Un peu plus et je glaçais sur place !

- Jérémy, l'eau est glacée comment t'as fait pour la régler ? demandai-je.

- Tu la veux chaude c'est ça ?

- Bah oui, là je gèle !

- Ok. C'est toi qui l'aura voulu. Ahahaha !

Encore ce maudit rire !

- Ahhhh !! hurlai-je en sortant précipitamment de la douche. Mais l'eau est bouillante j'me

suis brûlée !! Pourquoi t'as fait ça ??

Jérémy apparu alors au seuil de la porte :

- Pourquoi j'ai fais quoi ? questionna-t-il l'air de rien. Qu'est-ce qui t'es arrivée c'est quoi

toute cette buée ?! T'es complètement folle de mettre l'eau si chaude ! On a l'impression

d'être dans un four ici !!

- Mais tu te fiches de moi ??!! C'est toi qui as réglé l'eau de façon à ce qu'elle soit

bouillante !! C'est dégueulasse ce que tu fais et après tu fais comme si tu venais d'arriver !!

lui répondis-je en colère.

- Mais qu'est-ce que tu racontes ? Je t'ai entendu m'appeler mais j'étais en train de nous

préparer des sandwiches pour le déjeuner et je suis venu tout de suite après !! Je te prépare

un truc et en plus tu m'engueules !! Alors là t'abuses !!

- Mais c'est pas vrai ! Je vais devenir folle ! Tu étais derrière le rideau et je t'ai demandé de

me régler l'eau parce que je ne savais pas comment faire et¿

- Et tu deviens parano Julie !... et pour info le robinet d'eau est juste derrière, faut vraiment

être myope pour pas le voir ! Bon maintenant viens, habille toi, on déjeune et après on sort.

Je restai de marbre. Je comprenais de moins en moins ce qui m'arrivait. Devenais-je

vraiment paranoïaque comme le disait Jérémy ? Pourtant là je n'avais pas pu rêver.

Quelqu'un avait bien tourné le robinet d'eau, quelqu'un l'avait fait exprès. Et si ce n'était pas

Jérémy, il allait falloir que je découvre le vrai visage de celui qui se cachait derrière tout ça¿

Modifié par laptitecaro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
darkshreck Membre 1 094 messages
dark shines‚ 33ans
Posté(e)

hey c'est simpa....bon par contre il vaut mieux que tu ne donnes pas de marques dans l'histoire non pas pour le truc de la pub; mais par exemple, au début....

il faudrai juste marquer mon lecteur mp3....dire Ipod nano noir d'une capacité de 30 giga...çà fait trop détaillé pour un simple objet..

après a voir avec les autres ce qu'ils en pensent mais j'attends la suite !! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
laptitecaro Membre 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Merciiiiii Darkshreck pour ta réponse!! :snif:

Et oui je trouvai aussi que les marques étaient de trop... je vais arranger ça ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant