L'homosexualité est elle comprise ou incomprise?

Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

«Les parents homosexuels font

des enfants homosexuels.» FAUX

Dans l'étude de Bailey et al. de 1995, plus de 90% des fils adultes de pères gay étaient hétéros. Selon l'étude menée par Tasker et Golombok en 1996 pendant quatorze ans sur un groupe de 46 jeunes adultes, enfants de mères célibataires et de mères lesbiennes, les jeunes élevés par une mère lesbienne envisageaient la possibilité d'une relation homosexuelle plus souvent que les enfants de mères hétéros, sans pour autant s'y engager. Le taux de jeunes s'identifiant comme homos était le même dans les deux groupes.

«Les homosexuels ne sont pas

de bons parents.» FAUX

Selon une multitude d'études (Mucklow et Phelan, 1979; Kirkpatrick et al., 1981; Kirkpatrick, 1987; Flaks et al., 1995; Tasker et Golombok, 1997; Brewaeys et al., 1997; Chan et al., 1998; MacCallum et Golombok, 2004, entre autres), il n'y a pas de différence entre parents homos et hétéros quant à l'attention qu'ils portent à l'enfant, au temps qu'ils passent avec lui ou à la qualité de la relation qu'ils ont avec l'enfant. Dans l'étude de Brewaeys et al. de 1997, les soins à l'enfant étaient partagés plus équitablement dans les couples de femmes que dans les couples hétéros. Golombok montre, dans son étude de 1997, que les mères lesbiennes avaient plus d'interactions avec leurs enfants que les mères hétéros.

«Un enfant a besoin d'un père

et d'une mère pour avoir un développement harmonieux.» FAUX

Ce n'est pas le sexe du ou des parents qui compte, mais la qualité de sa relation avec l'enfant. L'absence du père, étudiée chez des enfants de 4 à 9 ans par Flaks et al. en 1995, Chan et al. en 1998, Brewaeys et al. en 1997 et Golombok et al. en 1997, ne semble avoir aucune incidence sur le développement de l'identité sexuelle et le développement psychologique de façon générale. Peu d'études existent sur les couples d'hommes, mais les recherches sur les pères célibataires semblent confirmer que le développement d'un enfant ne souffre pas de l'absence de mère. Dans l'étude de Golombok et al. de 2003, incluant des familles monoparentales et biparentales, avec des parents homos et hétéros,

les différences notables se situaient entre familles biparentales et familles monoparentales, indépendamment du sexe du ou des parents.

«Les homosexuels qui veulent des enfants refusent l'altérité.» FAUX

Selon l'étude de Golombok et Tasker de 1997, les enfants de mères divorcées lesbiennes avaient un contact plus régulier avec leur père que les enfants de mères divorcées hétéros. L'étude de Brewaeys et Baetens réalisée en 2001, montre qu'un tiers des couples de femmes qui avaient engagé une procédure d'IAD avaient déjà choisi pour leur enfant un parrain qui aurait une fonction particulière auprès de l'enfant. Quant aux couples d'hommes élevant des enfants, difficile pour eux d'échapper aux femmes, tant les métiers de la petite enfance sont féminisés!

«Un enfant ne peut pas avoir deux pères

ou deux mères.» VRAI et FAUX

Un enfant ne peut biologiquement être issu de deux hommes ou de deux femmes, et les parents homos l'expliquent à leurs enfants. Les couples de femmes ayant eu recours à l'IAD sont souvent plus ouverts que les couples hétéros sur la question de la conception de leur enfant: dans l'étude de Brewaeys et al. de 1997, seul un des 38 couples hétéros interrogés avait parlé de sa conception à l'enfant (entre 4 et 8 ans), alors que 29 des 30 couples de femmes interrogés l'avaient fait. Dans l'étude de Lycett et al. de 2005, 61% des 46 couples hétéros avec des enfants de 4 à 8 ans conçus par IAD n'avaient pas l'intention d'en parler avec l'enfant. En revanche, deux parents du même sexe peuvent parfaitement exercer des fonctions parentales au quotidien. Dans l'étude de Brewaeys et al. de 1997, les enfants considéraient leur mère sociale comme un parent, de la même façon que les enfants de couples hétéros considéraient leur père. Cependant, les mères sociales avaient plus d'interactions que les pères avec leur enfant. Cela n'est pas nécessairement lié à l'orientation sexuelle de la mère sociale, mais à

l'éducation plus centrée sur la maternité que les filles reçoivent.

«Les enfants d'homosexuels subissent

des moqueries à l'école.» FAUX

Dans l'étude de Golombok et al. de 1983, il n'existait aucune différence entre les difficultés sociales des enfants de mères lesbiennes et de mères hétéros. Selon l'étude réalisée en 1986 par Green et al., les descriptions que faisaient les enfants de lesbiennes de leurs relations avec leur mère ne différaient pas de celles des enfants de parents hétéros. En revanche, les enfants semblent être conscients de la possibilité de subir une discrimination et ils choisissent les personnes auxquelles ils parlent de leur famille (Javaid, 1993; Tasker et Golombok, 1995).

«Les enfants d'homosexuels auront

des problèmes psychologiques.» FAUX

Toutes les études menées depuis la fin des années 70 sur des durées variées et des échantillons d'enfants d'âges différents, voire déjà adultes, confirment la même chose: le développement psychologique, social et sexuel des enfants élevés par des parents homos ne diffère pas de celui des enfants élevés par des parents hétéros (Kirkpatrick et al., 1981; Golombok et al., 1983; Brewaeys et al., 1997; Flaks et al., 1995; Golombok et al., 1997; Tasker et Golombok, 1995). L'étude de Golombok et al. de 2003 sur la population représentative d'une région précise d'Angleterre confirme ces résultats. Les problèmes psychologiques des enfants sont liés dans les deux types de familles aux difficultés financières, à la mauvaise entente ou aux tensions entre les parents.

«Un enfant issu d'un don de gamètes se posera la question de ses origines biologiques.» VRAI et FAUX

Tout dépend de l'enfant. Dans l'étude de Vanfraussen de 2003 portant sur des enfants belges de 7 à 17 ans conçus par IAD avec un donneur anonyme et élevés par deux mères, 46% des enfants auraient souhaité avoir plus d'informations sur le donneur. La raison invoquée était la curiosité. Selon l'étude de Scheib et al. de 2004, portant sur des enfants américains de 12 à 17 ans, conçus par IAD avec un donneur connu et élevés par des couples hétéros, homos, et des femmes seules, plus de 80% des adolescents avaient l'intention de s'enquérir sur l'identité du donneur, principalement par curiosité. Par ailleurs, la majorité des couples de femmes en parcours d'IAD choisissent un donneur connu pour leur enfant, dès lors que la législation le leur permet (par exemple aux Pays-Bas). Selon l'étude de Brewaeys et al. réalisée en 2005, 98% des couples de femmes hollandais choisissent un donneur connu, contre 61% des couples hétéros.

Les références complètes des études citées dans ce dossier

sont disponibles sur tetu.com.

Martine Gross : Il n'y a pas d'étude qui montre des différences, au contraire, il y a des centaines d'études qui montrent qu'il n'y a pas de différences notables entre ces enfants et les autres. Des études ont été réalisées depuis les années 1970 aux Etats-Unis. Elles ont porté sur le développement psychologique, l'identité sexuelle, les relations des enfants avec leurs pairs, les relations des enfants avec les adultes. Elles ont même porté sur le risque d'abus sexuel dont ils pourraient être les victimes. Elles ont aussi porté sur l'estime de soi, la sociabilité. Sur tous ces points, et sur d'autres que j'ai oubliés, pas de différence notable entre les enfants élevés par des parents homosexuels et les autres. Il y a deux études publiées en France : celle de Stéphane Nadaud et celle de Suzanne Golombok, qui porte sur le suivi d'enfants depuis le plus jeune âge jusqu'à l'âge adulte. Son étude a été traduite en français et s'intitule Grandir dans une famille lesbienne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

En même temps un site qui defend les homosexuel il y a mieux pour l objectivité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alan007 Membre 1 247 messages
Forumeur alchimiste‚ 52ans
Posté(e)
c'est une étude espagnole menée en colaboration avec linstitut de politique familiale espagnol. Les sources proviennent de monde entier. Mais étant donné que vous refusez de lire.

Dans tes premiers posts j'ai cru que tu aimais l'humour noir!! Mais je pense que tu es sèrieux! :snif: Trop sèrieux! :snif: Il faut sortir! mon vieux! voir du monde! Tu t'en réfères à tes "EMINENTS" scientifiques qui ont d'aprés toi la parole sacrée, mais je suis sur que t'as jamais rencontré d'homos! Ferme tes encyclopédies et croise les personnes dont tu parles!......................... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bjorkpost Membre 609 messages
Forumeur forcené‚ 34ans
Posté(e)
En même temps un site qui defend les homosexuel il y a mieux pour l objectivité.

Evidemment, cela me parait logique étant donné qu'ils ne vont pas parler de cette étude sur un magazine de pêche! :snif:

Et juste pour rester dans l'objectivité, les études ne sont pas faites par les homosexuelles! ;)

«Les parents homosexuels font

des enfants homosexuels.» FAUX

Dans l'étude de Bailey et al. de 1995, plus de 90% des fils adultes de pères gay étaient hétéros. Selon l'étude menée par Tasker et Golombok en 1996 pendant quatorze ans sur un groupe de 46 jeunes adultes, enfants de mères célibataires et de mères lesbiennes, les jeunes élevés par une mère lesbienne envisageaient la possibilité d'une relation homosexuelle plus souvent que les enfants de mères hétéros, sans pour autant s'y engager. Le taux de jeunes s'identifiant comme homos était le même dans les deux groupes.

«Les homosexuels ne sont pas

de bons parents.» FAUX

Selon une multitude d'études (Mucklow et Phelan, 1979; Kirkpatrick et al., 1981; Kirkpatrick, 1987; Flaks et al., 1995; Tasker et Golombok, 1997; Brewaeys et al., 1997; Chan et al., 1998; MacCallum et Golombok, 2004, entre autres), il n'y a pas de différence entre parents homos et hétéros quant à l'attention qu'ils portent à l'enfant, au temps qu'ils passent avec lui ou à la qualité de la relation qu'ils ont avec l'enfant. Dans l'étude de Brewaeys et al. de 1997, les soins à l'enfant étaient partagés plus équitablement dans les couples de femmes que dans les couples hétéros. Golombok montre, dans son étude de 1997, que les mères lesbiennes avaient plus d'interactions avec leurs enfants que les mères hétéros.

«Un enfant a besoin d'un père

et d'une mère pour avoir un développement harmonieux.» FAUX

Ce n'est pas le sexe du ou des parents qui compte, mais la qualité de sa relation avec l'enfant. L'absence du père, étudiée chez des enfants de 4 à 9 ans par Flaks et al. en 1995, Chan et al. en 1998, Brewaeys et al. en 1997 et Golombok et al. en 1997, ne semble avoir aucune incidence sur le développement de l'identité sexuelle et le développement psychologique de façon générale. Peu d'études existent sur les couples d'hommes, mais les recherches sur les pères célibataires semblent confirmer que le développement d'un enfant ne souffre pas de l'absence de mère. Dans l'étude de Golombok et al. de 2003, incluant des familles monoparentales et biparentales, avec des parents homos et hétéros,

les différences notables se situaient entre familles biparentales et familles monoparentales, indépendamment du sexe du ou des parents.

«Les homosexuels qui veulent des enfants refusent l'altérité.» FAUX

Selon l'étude de Golombok et Tasker de 1997, les enfants de mères divorcées lesbiennes avaient un contact plus régulier avec leur père que les enfants de mères divorcées hétéros. L'étude de Brewaeys et Baetens réalisée en 2001, montre qu'un tiers des couples de femmes qui avaient engagé une procédure d'IAD avaient déjà choisi pour leur enfant un parrain qui aurait une fonction particulière auprès de l'enfant. Quant aux couples d'hommes élevant des enfants, difficile pour eux d'échapper aux femmes, tant les métiers de la petite enfance sont féminisés!

«Un enfant ne peut pas avoir deux pères

ou deux mères.» VRAI et FAUX

Un enfant ne peut biologiquement être issu de deux hommes ou de deux femmes, et les parents homos l'expliquent à leurs enfants. Les couples de femmes ayant eu recours à l'IAD sont souvent plus ouverts que les couples hétéros sur la question de la conception de leur enfant: dans l'étude de Brewaeys et al. de 1997, seul un des 38 couples hétéros interrogés avait parlé de sa conception à l'enfant (entre 4 et 8 ans), alors que 29 des 30 couples de femmes interrogés l'avaient fait. Dans l'étude de Lycett et al. de 2005, 61% des 46 couples hétéros avec des enfants de 4 à 8 ans conçus par IAD n'avaient pas l'intention d'en parler avec l'enfant. En revanche, deux parents du même sexe peuvent parfaitement exercer des fonctions parentales au quotidien. Dans l'étude de Brewaeys et al. de 1997, les enfants considéraient leur mère sociale comme un parent, de la même façon que les enfants de couples hétéros considéraient leur père. Cependant, les mères sociales avaient plus d'interactions que les pères avec leur enfant. Cela n'est pas nécessairement lié à l'orientation sexuelle de la mère sociale, mais à

l'éducation plus centrée sur la maternité que les filles reçoivent.

«Les enfants d'homosexuels subissent

des moqueries à l'école.» FAUX

Dans l'étude de Golombok et al. de 1983, il n'existait aucune différence entre les difficultés sociales des enfants de mères lesbiennes et de mères hétéros. Selon l'étude réalisée en 1986 par Green et al., les descriptions que faisaient les enfants de lesbiennes de leurs relations avec leur mère ne différaient pas de celles des enfants de parents hétéros. En revanche, les enfants semblent être conscients de la possibilité de subir une discrimination et ils choisissent les personnes auxquelles ils parlent de leur famille (Javaid, 1993; Tasker et Golombok, 1995).

«Les enfants d'homosexuels auront

des problèmes psychologiques.» FAUX

Toutes les études menées depuis la fin des années 70 sur des durées variées et des échantillons d'enfants d'âges différents, voire déjà adultes, confirment la même chose: le développement psychologique, social et sexuel des enfants élevés par des parents homos ne diffère pas de celui des enfants élevés par des parents hétéros (Kirkpatrick et al., 1981; Golombok et al., 1983; Brewaeys et al., 1997; Flaks et al., 1995; Golombok et al., 1997; Tasker et Golombok, 1995). L'étude de Golombok et al. de 2003 sur la population représentative d'une région précise d'Angleterre confirme ces résultats. Les problèmes psychologiques des enfants sont liés dans les deux types de familles aux difficultés financières, à la mauvaise entente ou aux tensions entre les parents.

«Un enfant issu d'un don de gamètes se posera la question de ses origines biologiques.» VRAI et FAUX

Tout dépend de l'enfant. Dans l'étude de Vanfraussen de 2003 portant sur des enfants belges de 7 à 17 ans conçus par IAD avec un donneur anonyme et élevés par deux mères, 46% des enfants auraient souhaité avoir plus d'informations sur le donneur. La raison invoquée était la curiosité. Selon l'étude de Scheib et al. de 2004, portant sur des enfants américains de 12 à 17 ans, conçus par IAD avec un donneur connu et élevés par des couples hétéros, homos, et des femmes seules, plus de 80% des adolescents avaient l'intention de s'enquérir sur l'identité du donneur, principalement par curiosité. Par ailleurs, la majorité des couples de femmes en parcours d'IAD choisissent un donneur connu pour leur enfant, dès lors que la législation le leur permet (par exemple aux Pays-Bas). Selon l'étude de Brewaeys et al. réalisée en 2005, 98% des couples de femmes hollandais choisissent un donneur connu, contre 61% des couples hétéros.

Les références complètes des études citées dans ce dossier

sont disponibles sur tetu.com.

Martine Gross : Il n'y a pas d'étude qui montre des différences, au contraire, il y a des centaines d'études qui montrent qu'il n'y a pas de différences notables entre ces enfants et les autres. Des études ont été réalisées depuis les années 1970 aux Etats-Unis. Elles ont porté sur le développement psychologique, l'identité sexuelle, les relations des enfants avec leurs pairs, les relations des enfants avec les adultes. Elles ont même porté sur le risque d'abus sexuel dont ils pourraient être les victimes. Elles ont aussi porté sur l'estime de soi, la sociabilité. Sur tous ces points, et sur d'autres que j'ai oubliés, pas de différence notable entre les enfants élevés par des parents homosexuels et les autres. Il y a deux études publiées en France : celle de Stéphane Nadaud et celle de Suzanne Golombok, qui porte sur le suivi d'enfants depuis le plus jeune âge jusqu'à l'âge adulte. Son étude a été traduite en français et s'intitule Grandir dans une famille lesbienne.

:snif:

Modifié par bjorkpost

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
En même temps un site qui defend les homosexuel il y a mieux pour l objectivité.

Sauf que c'est sur ce site que l'on trouve les références de ses études, études qui n'ont pas été faites par le site.

On les trouve aussi dans des articles du monde, dans les rapports du senat sur l'homosexualité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

Certe mais si tu va sur un site anti homo tu trouvera l inverse.

Donc ce genre d info ne sont pas spécialement fiables ni représentatives l inverse serais vraie aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vyvyan Membre 184 messages
Forumeur inspiré‚ 108ans
Posté(e)
Voilà ta source monsieur vyvyannnnn, donc espagnol ou belge je doute quand même:

JURIVIE

est une association sans but lucratif (A.S.B.L.) ouverte à tous les

Avocats, Magistrats, Juristes d'entreprises ou autres juristes partageant la même con

J'en arrive à me poser des questions sur vos capacités intellectuelles. Vous envoyez trois fois le même message ! Un message totalement stupide, qui vous ridiculise !

Je peux reprendre cette étude sur plusieurs sites que ce soit "jurivie" ou autre chose, c'est sans intérêts !

D'autre part, il n'y a pas de VRAI ni de FAUX concernant le problème. Les études restent des études, elle peuvent prouver tout et n'importe quoi, et cela dans les deux sens. Le sujet est extrêment complexe et l'on ne peut affirmer qu'un couple homosexuel ne peut nuire à un enfant. Chaque enfant est un cas particulier et il est évident que nombre d'entre suite à de simples moqueries seront victimes de troubles psychologiques divers. C'est l'évidence même ! Les couples homosexuels donnent à leurs enfants de nombreuses difficultés à affonter, c'est la société qui veut cela.

Ferme tes encyclopédies et croise les personnes dont tu parles!.........................

Je refuse tout contact avec cette hérésie diabolique qui défie aujourd'hui, grâce au progrès de la science, les lois naturelles et divines.

Modifié par Vyvyan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alan007 Membre 1 247 messages
Forumeur alchimiste‚ 52ans
Posté(e)
Voilà ta source monsieur vyvyannnnn, donc espagnol ou belge je doute quand même: JURIVIE est une association sans but lucratif (A.S.B.L.) ouverte à tous les Avocats, Magistrats, Juristes d'entreprises ou autres juristes partageant la même con
J'en arrive à me poser des questions sur vos capacités intellectuelles. Vous envoyez trois fois le même message ! Un message totalement stupide, qui vous ridiculise ! Je peux reprendre cette étude sur plusieurs sites que ce soit "jurivie" ou autre chose, c'est sans intérêts ! D'autre part, il n'y a pas de VRAI ni de FAUX concernant le problème. Les études restent des études, elle peuvent prouver tout et n'importe quoi, et cela dans les deux sens. Le sujet est extrêment complexe et l'on ne peut affirmer qu'un couple homosexuel ne peut nuire à un enfant. Chaque enfant est un cas particulier et il est évident que nombre d'entre suite à de simples moqueries seront victimes de troubles psychologiques divers. C'est l'évidence même ! Les couples homosexuels donnent à leurs enfants de nombreuses difficultés à affonter, c'est la société qui veut cela.
Ferme tes encyclopédies et croise les personnes dont tu parles!.........................
Je refuse tout contact avec cette hérésie diabolique qui défie aujourd'hui, grâce au progrès de la science, les lois naturelles et divines.

Et bien reste dans tes lois naturelles et "divines"! J'aurais éssayé! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)
Je refuse tout contact avec cette hérésie diabolique qui défie aujourd'hui, grâce au progrès de la science, les lois naturelles et divines.

Si tu parles de l'homosexualité, je ne vois aucun rapport avec les lois de la nature et avec les progrès de la science.

Quand aux lois divines tu sais où je me les carre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bjorkpost Membre 609 messages
Forumeur forcené‚ 34ans
Posté(e)
Certe mais si tu va sur un site anti homo tu trouvera l inverse.

Donc ce genre d info ne sont pas spécialement fiables ni représentatives l inverse serais vraie aussi.

Pourrais-tu démontrer le contraire s'il te plait?

Modifié par bjorkpost

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
D'autre part, il n'y a pas de VRAI ni de FAUX concernant le problème. Les études restent des études, elle peuvent prouver tout et n'importe quoi, et cela dans les deux sens.

Oui, c'est vrai. Mais alors à quoi se fier?

Le sujet est extrêment complexe et l'on ne peut affirmer qu'un couple homosexuel ne peut nuire à un enfant.

Comme l'on ne peut affirmer qu'un couple homo peut nuire à un enfant.

Chaque enfant est un cas particulier et il est évident que nombre d'entre suite à de simples moqueries seront victimes de troubles psychologiques divers.

Le monde de l'enfance est dur. Tout est sujet a probleme: des parents divorcé, un parent handicapé, un parent suicidé, un parenrt homo...c'est donc a la société d'apprendre la différence et ainsi d'apprendre la différence à ses enfants.

Les couples homosexuels donnent à leurs enfants de nombreuses difficultés à affonter, c'est la société qui veut cela.

Tout parent indépendemment de sa sexualité est susceptible de donner de nombreuses difficultés a affronter.

Quant à la société, c'est qui? C'est nous. A nous d'apprendre a vivre avec ce qui ne nous ressemble pas sans forcément y voir le mal ou un phénomène nocif.

Je refuse tout contact avec cette hérésie diabolique qui défie aujourd'hui, grâce au progrès de la science, les lois naturelles et divines.

Oui, boaf, c'est aussi grace à cette hérésie diabolique que de nombreuses vies ont pu être sauvées, guéries, prolongées.

Quant aux lois divines, elles ont trop de sang sur leurs tables pour que je puisse les lire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bjorkpost Membre 609 messages
Forumeur forcené‚ 34ans
Posté(e)
J'en arrive à me poser des questions sur vos capacités intellectuelles. Vous envoyez trois fois le même message ! Un message totalement stupide, qui vous ridiculise !

Je peux reprendre cette étude sur plusieurs sites que ce soit "jurivie" ou autre chose, c'est sans intérêts !

D'autre part, il n'y a pas de VRAI ni de FAUX concernant le problème. Les études restent des études, elle peuvent prouver tout et n'importe quoi, et cela dans les deux sens. Le sujet est extrêment complexe et l'on ne peut affirmer qu'un couple homosexuel ne peut nuire à un enfant. Chaque enfant est un cas particulier et il est évident que nombre d'entre suite à de simples moqueries seront victimes de troubles psychologiques divers. C'est l'évidence même ! Les couples homosexuels donnent à leurs enfants de nombreuses difficultés à affonter, c'est la société qui veut cela.

Ferme tes encyclopédies et croise les personnes dont tu parles!.........................

Je refuse tout contact avec cette hérésie diabolique qui défie aujourd'hui, grâce au progrès de la science, les lois naturelles et divines.

Moi je me pose des questions sur ta bétise, tout simplement!

Peut-on aller aussi loin? Oui, tu en es l'exemple! Fière ou pas, je ne le saurai pas à ta place! En revanche, ne me croise jamais... :snif:

Tu es perdue et irrécupérable, puis à la limite tu es tellement ridicule dans tes propos que je te laisse te ridiculiser tout seul! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)
Certe mais si tu va sur un site anti homo tu trouvera l inverse.

Donc ce genre d info ne sont pas spécialement fiables ni représentatives l inverse serais vraie aussi.

Pourrais-tu démontrer le contraire s'il te plait?

Ex:

http://homoparentalite.free.fr/etudes/droitfamilles.htm

De toutes maniere comme je l ai déja dis on trouvera tout et son contraire.

Apres celà reste un conviction personnelle.

Modifié par transporteur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vyvyan Membre 184 messages
Forumeur inspiré‚ 108ans
Posté(e)
Si tu parles de l'homosexualité, je ne vois aucun rapport avec les lois de la nature et avec les progrès de la science.

je pensais à l'insémination artificielle

Modifié par Vyvyan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Ah bon ! Ok, ça j'en ai rien à cirer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Si tu parles de l'homosexualité, je ne vois aucun rapport avec les lois de la nature et avec les progrès de la science.

je pensais à l'insémination artificielle

Ha oui? elle serait une hérésie! mouais...les femmes et les hommes du forum ayant des difficultés a avoir un enfant apprécieront.

Si l'on va au bout de ton raisonement sur la contradiction de la science avec la nature, on ne soigne plus. T'as un cancer: c'est naturel... ne contrarions pas la nature et Inch Allah

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bjorkpost Membre 609 messages
Forumeur forcené‚ 34ans
Posté(e)
Si tu parles de l'homosexualité, je ne vois aucun rapport avec les lois de la nature et avec les progrès de la science.

je pensais à l'insémination artificielle

Ha oui? elle serait une hérésie! mouais...les femmes et les hommes du forum ayant des difficultés a avoir un enfant apprécieront.

Si l'on va au bout de ton raisonement sur la contradiction de la science avec la nature, on ne soigne plus. T'as un cancer: c'est naturel... ne contrarions pas la nature et Inch Allah

Tout à fait, il y a énormément même voir plus de parent hétéro qui on recourt à l'insémination que les couples homos. Et les femmes peuvent être stérile ou les hommes infertiles!

L'insémination artificielle est la technique d'assistance médicale à la procréation la plus ancienne. Elle est simple dans son principe et fournit globalement un taux de grossesses de 10 à 15 % par cycle de traitement. Découvrez les différentes phases de ce traitement majeur des troubles de la fertilité.

A qui est destinée l'insémination ?

L'insémination peut se faire avec le sperme, frais ou congelé, du conjoint ou avec du sperme congelé de donneur.

Les principales indications de l'insémination artificielle avec sperme du conjoint (IAC) sont représentées :

Chez la femme par des échecs répétés de la stimulation de l'ovulation en cas de difficulté à ovuler ou par des anomalies du col de l'utérus ou de la glaire cervicale qui entravent le passage des spermatozoïdes ;

Chez l'homme par une diminution de la qualité du sperme ou des problèmes d'éjaculation ou d'érection.

Source

Modifié par bjorkpost

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vyvyan Membre 184 messages
Forumeur inspiré‚ 108ans
Posté(e)

Je pense à l'insémination artificielle pour les femmes homosexuelles, c'est tout à fait différent !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

Heureusement que la science a fait des progrés énormes et qu on est pas resté dans l obscurentisme religieux. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alan007 Membre 1 247 messages
Forumeur alchimiste‚ 52ans
Posté(e)
Je pense à l'insémination artificielle pour les femmes homosexuelles, c'est tout à fait différent !

La y a un mur!!...........Et épais!!!!! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant