L'Heure d'été


Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)
18898051.jpg

L'Heure d'été


05 Mars 2008

Binoche, muse d'Orsay
L'origine du film est peu banale, puisqu'il s'agit d'une commande du Musée d'Orsay, à l'occasion des célébrations autour de son vingtième anniversaire.


Réalisateur: Olivier Assayas
Pays: France
Genre: Drame
Duré©e: time.jpg 1h 40min
Acteurs: Juliette Binoche, Charles Berling, Jérémie Renier

Synopsis C'est l'été. Dans la belle maison familiale Frédéric, Adrienne, Jérémie et leurs enfants fêtent les 75 ans de leur mère, Hélène Berthier, qui a consacré toute son existence à la postérité de l'oeuvre de l'oncle, le peintre Paul Berthier. La disparition soudaine d'Hélène, quelques mois plus tard, les obligera à se confronter avec les encombrants objets du passé. Cette famille, à l'apparence si heureuse, va-t-elle pouvoir rester unie ?

En attendant Notre Avis

Notre Note : /5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)
18898051.jpg

«L'Heure d'été», j'hérite ou j'irrite ?


Mercredi 05 mars - 11:44

Tableaux. Nouveau film à moitié convaincant, un peu exaspérant et néanmoins intéressant d'Olivier Assayas.



Passer à l'heure d'été : avancer collectivement les aiguilles d'une heure. Ceux qui oublient de le faire retardent. La fuite du temps, la hantise que les choses vieillissent et qu'il y a tout à perdre à s'y accrocher, mais la lucidité aussi devant le vertige et la violence réelle que suppose tout élan d'amnésie, d'infidélité à son héritage, est le sujet qui traverse tout le cinéma d'Assayas, et ce depuis son premier film, Désordre, film d'adieu au rock. Film cruel où celui qui refusait de grandir (se trahir) était le seul du groupe à rester sur le carreau.

Il n'est pas contradictoire que cette Heure d'été succède immédiatement au très empressé polar hongkongais Boarding Gate. L'un versait dans l'énergie pure, la dynamo d'un autre monde, l'Asie ultramoderne, la Chine insouciante, avançant sans se retourner, amnésique jusqu'au vertige. La surprise de l'Heure d'été tient justement en ce qu'il regarde à nouveau vers cette Asie, nouveau centre du monde, mais depuis la France et qui plus est depuis une maison de campagne bourgeoise où ne rodent plus que la mort, le souvenir, l'héritage familial et culturel, beau, étouffant, encombrant.



PHILIPPE AZOURY
Suite de l'article...
Source: Libération

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant