Breakdance


Alaintroucheti Membre 10 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Bonsoir , je voudrais savoir en effet , d'ou vien le breakdance , j'ai fait pas mal de recherche sur ce sujet mais toujours plusieur reponse , si vous pouviez m'eclairer .merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Plug'n Play Membre 91 messages
Forumeur en herbe‚ 35ans
Posté(e)

1960, James Brown est en partie l'initiateur du breakdance, et oui. Ensuite la rue a développé le phénomène et a rajouté l'esprit duel et battle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LaClandestina Membre 19 730 messages
Agent Publicitaire‚ 29ans
Posté(e)

j'viens de voir le film steppin' c'est sympa car on voit une différence entre les styles... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Plug'n Play Membre 91 messages
Forumeur en herbe‚ 35ans
Posté(e)

Dangereux ce film. Il me donne envie de danser à chaque fois que je le regarde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
deathnote77 Membre 6 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

james brown a inventer le hip hop douce qui ce dance debout ensuite le break et apparus en françe grace au rap français par le groupe ntm et oui mais le break dance viens de partout de la gym des sports de combats des mouvements quotidien donc voila

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
deal78 Membre 3 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Commençons par le nom « Bboy » : C'est un terme inventé par Dj Kool Herc. Ce mot est une contraction de Break Boy ou Beat Boy ou même Bronx Boy : un danseur qui dansait sur le break d'une musique. Dj Kool Herc avait donné ce nom à une sorte d'élite des danseurs qui dansaient dans ses soirées (comme Clark Kent, SAU SAU, The Nigga Twins¿etc.) Ces danseurs étaient les Bboys les plus respectés dans le Bronx au début des années 70. Ce terme s'est ensuite élargi à tous les danseurs de l'époque.

Si vous demandez aux Nigga Twins, ils vous diront que le premier Bboy est James Brown. En effet les Bboys du début des années 70 ne dansaient pas comme ceux du milieu des années 70 et encore moins comme ceux d'aujourd'hui et si vous leur demandez ce qu'ils pensent de ces Bboys du milieu des années 70, ils vous diront « c'est mortel mais ce n'est pas du Bboyin ».

Ce que les Nigga Twins considèrent comme étant du Bboyin est très différent des fondations que nous connaissons (Top Rock, Footwork, Freeze¿). A leur époque, les Head Spin ou les Back Spin et la plupart des freezes n'existaient pas, les mouvements étaient plutôt : « Le Dracula » ou « Le Frankenstein ».

Ils dansaient beaucoup plus debout, il y avait également des mouvements au sol mais plus près des Nicholas Brothers et de Sammy Davis que du Bboyin d'aujourd'hui. Leur Top Rock était également bien différent, ils se concentraient beaucoup plus sur la musique et essayait constamment de capter les accents ou de mimer les paroles.

Sau Sau (fameux Bboy de l'époque) était par exemple très connu pour ses improvisations sur la musique, les gens ou tout ce qui autour de lui pouvait l'inspirer. Il avait même une fois commencé à danser lors d'une Block Party pour finir en dansant sur un arbre. Chacun était libre de laisser cours à sa folie ou à sa créativité¿

Cela résume bien l'esprit de l'époque, « No Rules, No Schools¿ » Les Six Step et les Baby Freeze n'existaient pas encore. Mais ces danseurs étaient les pionniers de notre danse, pionniers malheureusement aujourd'hui oublié.

Merci a 1000pour100.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fu yi tswan Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

j'aime le breakdance :snif:

c une danse aussi c un sport

Le (ou la) break dance, ou breakdance, ou break, ou bboying, est un terme utilisé pour désigner un style de danse développé à New York dans les années 1970 caractérisé par son aspect acrobatique et ses figures au sol. Un danseur de break dance est appelé breaker, b-boy, ou encore b-girl s'il s'agit d'une femme.

Break dance et hip-hop [modifier]

L'histoire du break commence dans le Bronx des années 1970 et est intimement liée à la destinée d'un chef de gang, membre des Bronx River Projects, une fraction des Black Spades. Il va changer d'orientation et créer, sous le pseudonyme d'Afrika Bambaataa, la Bronx River Association, plus tard renommée Zulu Nation (en 1974). Poussé par ses études sur l'histoire de l'Afrique et son amour pour la musique, il veut catalyser l'énergie des jeunes gens de son quartier dans des activités artistiques pour éviter qu'ils ne finissent dans des gangs. On lui doit la naissance d'un nouveau mouvement : le hip-hop, dont les 4 piliers sont le rap, le graffiti, le DJing et le break dance. Afrika Bambaataa créera également l'un des premiers groupes de break dance, les Zulu Kings. L'influence du DJ d'origine jamaïcaine Kool Herc dans le développement de cette culture hip hop qui s'oppose à la culture de violence qui régnait alors dans ces quartiers défavorisés des métropoles américaines est aussi à noter.

Origines du terme break dance [modifier]

Kool Herc, un immigré macomè , se rend compte que l'énergie des gens sur la piste de danse atteint son paroxysme à certains passages d'une chanson "SA MALADE " disent ilsoù ne sont présentes que la ligne de basse et la ligne de batterie. Il décide donc de jouer ces passages en boucle. Pour ce faire, il utilise deux tourne-disques (platines) et met le même disque sur les deux platines. Il passe ainsi d'un disque à l'autre, répétant le même passage. Ce passage s'appelle un break, ou breakbeat. Comme les premiers breakeurs fréquentaient beaucoup les soirées de Kool Herc, on les a appelés les breakers ou b-boys (b pour break), du surnom leur ayant été donné par Kool Herc lui-même. Par extension, on utilisera le terme break dance.

Influences du break dance [<a href="http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Break_dance&action=edit&section=4" title="Modifier la section : Influences du break dance">modifier]

Il est extrêmement difficile de dater précisément une genèse de la break dance. é la fin des années 1970, New York est un vivier cosmopolite où chaque couche d'immigration a développé son style de danse. Il est vraisemblable que les danses les plus populaires à l'époque étaient le good foot et le popcorn, inspirées des chansons Get On The Good Foot et Popcorn de James Brown. Ces danses consistaient en un mouvement de jambes rapide, où les danseurs passent d'un pied d'appui sur l'autre. On peut y noter une certaine ressemblance avec certains mouvements du swing, du charleston du lindy hop ou des claquettes. Cette danse devait sans doute aussi se danser sous forme de défis. La mode de se défier viendrait de l'atmosphère gangster environnante, mais aussi des concours de talents, qui sont alors très populaires.

On peut aussi penser à l'influence du locking qui est alors la danse la plus populaire sur la Côte Ouest des états-Unis, et du popping.

Le Good Foot a pu ensuite donner naissance à l'upwork, où deux personnes (ou plus) dansent face à face en imitant une bagarre. La règle de la danse stipule qu'il est interdit de toucher son adversaire.

On ne sait pas exactement ce qui un jour a poussé les danseurs à descendre au sol après l'exécution de leurs mouvements de jambes. Les hypothèses sont nombreuses : les films de kung-fu avaient alors un succès phénoménal et l'art martial chinois inclut énormément de positions au sol. Un autre art martial, la capoeira, également très populaire, est une source fondamentale du break dance. Les danses traditionnelles cosaques ont également inspiré les breakers. En effet, certaines danses russo-slaves reposent sur les mêmes principes que le break : une exécution rapide d'un mouvement de jambes puis exécution de mouvements au sol. Il ne faut pas non plus oublier la forte immigration africaine présente à New York et l'immigration latine, qui ont amené énormément au break. On peut ainsi y voir une influence de la salsa dans les « footworks ».

Il faut aussi noter l'influence plus tardive du skate board qui résultera dans des freezes très aériens (tels que le Y). D'autres disent que c'est le break dance qui a influencé le skateboard, puisque le Y est déjà présent dans la capoeira.

chwi folle

le break dance est spéciallement pour les fous

pensez-vous??? :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bigote Membre 136 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)
Commençons par le nom « Bboy » : C'est un terme inventé par Dj Kool Herc. Ce mot est une contraction de Break Boy ou Beat Boy ou même Bronx Boy : un danseur qui dansait sur le break d'une musique. Dj Kool Herc avait donné ce nom à une sorte d'élite des danseurs qui dansaient dans ses soirées (comme Clark Kent, SAU SAU, The Nigga Twins¿etc.) Ces danseurs étaient les Bboys les plus respectés dans le Bronx au début des années 70. Ce terme s'est ensuite élargi à tous les danseurs de l'époque.

Kool Herc est le premier à avoir trouvé une technique pour enchainer les breaks des musiques. Un break c'est la partie de la chanson ou les musiciens font leur solo , souvent la batterie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant