Rupture sentimentale


Bleu 71 Membre 1 message
Baby Forumeur‚
Posté(e)

:snif: Bonjour à toutes et tous, je viens de m'inscrire sur ce forum car j'ai besoin de confronter ma douloureuse expérience avec quelqu'un qui aurait vécu la même chose. Je vivais jusqu'à aujourd'hui (et depuis 2 mois et demi)une histoire d'amour très forte et les deux dernières semaines mon amie a décidé de casser la relation qui "ne lui convenait pas". Si j'en juge à toutes les lettres et moments échangés entre nous il ne peut s'agir que d'un comportement abandonnique (je me suis documentée sur le sujet). J'ai beaucoup de mal à vivre cette séparation et j'aimerais savoir si qq a connu la même expérience? Merci à toutes et toutes pour vo réponses,

Bleu 71

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

LaClandestina Membre 19 730 messages
Agent Publicitaire‚ 29ans
Posté(e)

comportement abandonnique, c'est quoi ça?

bienvenue sur le forum

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mr_Blonde
Invité Mr_Blonde Invités 0 message
Posté(e)

Un terme de psycho un peu fort pour expliquer les raisons d'une rupture non?...

La névrose d'abandon

C'est une névrose d'abandon: Abandonnique est un terme emprunté à Charles Odier (L'angoisse et la pensée magique, Delachaux & Niestlé, 1947) et Germaine Guex (Le syndrome d'abandon, PUF), recouvrant une entité, d'ailleurs discutable théoriquement et cliniquement, qui, partant d'une base constitutionnelle (avidité affective insatiable) beaucoup plus que conflictuelle, serait constituée par une association d'angoisse, d'agressivité réactionnelle (exigences, mise à l'épreuve de l'autre pour faire la preuve de son intérêt, attitudes sadomasochistes) et de non-valorisation de soi ("non aimé parce que non aimable"), aboutissant à une "mentalité de catastrophe". Il apparaît difficile actuellement de maintenir l'individualisation de cet ensemble symptomatique en tant que névrose particulière à étiologie largement constitutionnelle, mais on peut reconnaître qu'il appartient à de nombreux états névrotiques (surtout de forme anxieuse), et mieux vaudrait la rattacher au cadre plus large du "sentiment d'abandon" ci-dessus décrit et reliable à la résurgence de l'angoisse primaire d'abandon. L'adjectif abandonnique, employé par Ch. Odier et G. Guex, et parfois utilisé en substantif, peut s'appliquer plus généralement à tout enfant vivant sous l'emprise d'un sentiment ou d'une crainte d'abandon sans être réellement abandonné.

B. Penot, de son côté, pense que l'évolution vers une structuration de type psychotique est à craindre pour des enfants abandonniques traités trop tardivement.

Un vécu abandonnique, une séparation précoce et prolongée avant cinq ans dans un contexte de carence affective, ce sont là des circonstances pouvant déclencher une dépression.

De nombreux auteurs se sont intéressés à ce problème en s'appuyant notamment sur les travaux pionniers de Spitz, Bowlby. D'après une étude de Nowak et Vogl, une séparation du milieu familial (internat, colonies de vacances) chez des enfants plus âgés, même si elle n'est que temporaire, peut produire les mêmes effets. Statten a observé 75 cas et décrit ce qu'il appelle la " nostalgie ", définie comme "un ensemble de symptômes habituellement associés à un éloignement du domicile familial, reflétant un état latent de dépression ". Caplan et Al ont également établi qu'une séparation parentale prolongée d'au moins six mois ou un deuil, sont statistiquement plus fréquents chez les enfants dépressifs que chez les enfants souffrant d'autres troubles psychiques.

Source: ICI

Bienvenue sur le forum...

Modifié par Mr_Blonde

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant