« Les émeutes sont un mode d'entrée en politique »


Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)
icone_france.png

« Les émeutes sont un mode d'entrée en politique »


Mercredi 05 Décembre - 14:21

« En 2005, la déclaration de Nicolas Sarkozy sur les "racailles" a été un facteur d'unité entre des villes et des cités » souligne Fabien Jobard, sociologue, chercheur au CNRS, qui revient sur les événements de Villiers-le-Bel et les relations entre les jeunes et la police.



«Le fait que la police soit systématiquement prise à partie dans les conflits qui concernent la jeunesse dans les villes les plus pauvres est une spécificité française», souligne-t-il. «En France, il est toujours extrêmement difficile de faire la preuve d'une violence policière.» Fabien Jobard est rattaché au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (www.cesdip.com). Il a écrit sur le site de Vacarme plusieurs articles sur les relations entre jeunes et policiers à Dammarie-lès-Lys.



Suite de l'article...
Source: Blog Libération


icone_france.png

«Il faut parler des jeunes qui sont morts»


Mercredi 05 Décembre - 14:23

« Les conflits entre une partie de la jeunesse et la police sont permanents. Ils se cristallisent sur la violence des modes d'intervention de la police », a souligné Laurent Mucchielli, directeur de recherches au CNRS, co-directeur de Quand les banlieues brûlent.



Retour sur les émeutes de novembre 2005 (La Découverte, 2ème éd. 2007), dans une interview accordée à l'Observatoire des inégalités. « Comme d'autres analystes de la situation des "banlieues", j'avais annoncé que, la situation ne s'étant guère améliorée depuis 2005 (dans certains domaines elle a même empiré), les mêmes causes produiraient les mêmes effets. C'est-à-dire que d'autres émeutes auraient lieu selon le même schéma : la mort de jeunes en relation avec une opération de police » explique le sociologue. « Après 2005, avec l'équipe de recherche qui a fait le livre Quand les banlieues brûlent, nous avions identifié quatre problèmes cruciaux : 1) les relations catastrophiques avec la police, 2) le niveau de l'échec scolaire et le ressentiment envers l'école, 3) le niveau du chômage des jeunes, y compris lorsqu'ils sont qualifiés et 4) le statut global de la population dite "issue de l'immigration" dans la société française. Ils sont toujours là, et ils nourrissent toujours en permanence dans ces quartiers des sentiments de colère, d'injustice, d'exclusion, d'humiliation et de ce que j'appelle la « victimation collective ».



Suite de l'article...
Source: Blog Libération

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

sousene Membre 2 092 messages
Awaarrrreee‚ 39ans
Posté(e)

Deja respectez les promesses, bordel !!!!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie77 Membre 11 492 messages
Un certain regard..‚ 54ans
Posté(e)

Dernier bilan des affrontements à Villiers 100 policiers blessés dont 55 à balles réelles et pas de riposte de la part des forces de l'ordre avec des armes à feu!

Dans d'autres pays démocratiques ( en particulier les Etats Unis) je pense que les choses se seraient passées différemment!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant