Déclarations de Brice Hortefeux sur la loi sur les étrangers


Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

La nouvelle loi sur l'entrée des étrangers oublie l'objectif de relance de l'immigration de travail

LE MONDE | 17.09.07 | 14h37 ¿ Mis à jour le 17.09.07 | 18h04

"Ferme et protecteur" : c'est ainsi que le ministre de l'immigration, Brice Hortefeux, qualifie le texte de loi qui doit être soumis aux députés les 18 et 19 septembre, à l'ouverture de la session extraordinaire du Parlement.

"Ferme, explique-t-il, car il limite le regroupement familial, au profit d'une immigration concertée. Protecteur, car il a pour objectif d'éviter le communautarisme : en évaluant, dès avant de venir en France, le degré de connaissance de la langue et en donnant, si besoin, une formation linguistique, on lutte contre l'autisme communautaire."

Suite à lire ici

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

La session extraordinaire s'ouvre en fanfare avec le quatrième texte de loi sur l'immigration depuis 2003. Le gouvernement assure qu'il sera "ferme" mais "protecteur" et qu'il signe la fin du "laxisme". Une rhétorique déjà utilisée sous les précédentes législatures. Seule nouveauté en 2007: le projet de loi émane du jeune ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale. Rétrospective.

1973: "La France n'est pas raciste!"

L'immigration de travail est "favorisée": la perte d'emploi implique, pour les étrangers, la perte de la carte de séjour. Lors d'une conférence de presse, le président George Pompidou clame haut et fort que la "France n'est pas raciste!" avant de se reprendre et d'expliquer que, sans une politique ferme, les Français risquent d'être racistes. Dans son viseur, "la concentration" des étrangers dans quelques agglomérations et banlieues. La solution? Leur "répartition" sur l'ensemble du territoire. Et George Pompidou d'établir une comparaison pour le moins douteuse: "Il est déjà difficile de vivre avec ses voisins..."

20070917Pompidouimmigration.jpg

S'ensuivent les années VGE: c'est la fameuse "immigration zéro" à laquelle veut tendre le jeune président de la République. 1981: l'arrivée de François Mitterrand suspend toutes les expulsions. En 1984, la loi sur le titre unique de séjour et de travail est votée à l'unanimité. Ce sera l'exception dans le débat le plus polémique en France.

1986: "Le pays risque d'être embrasé par une flambée de xénophobie"

Dans la nuit du 4 au 5 juillet 1986, Loïc Lefèvre, un automobiliste roulant à contresens, est tué par un policier. Séance très agitée à l'Assemblée nationale. Charles Pasqua est ministre de l'Intérieur. Le débat sur l'immigration qui a alors lieu est contaminé par l'affaire. L'ambiance est houleuse. Charles Pasqua monte tout de même à la tribune: la présence trop forte des immigrés ajoutée à la crise économique est une réalité qui ne peut être "cachée" et qui risque d'aboutir à une vague de...xénophobie. Les mesures de M.Pasqua? Les préfets ont le droit de prononcer la reconduite à la frontière des étrangers en situation irrégulière et la liste des étrangers qui obtiennent de plein droit une carte de résident se fait peau de chagrin.

20070917Pasquaimmigration.jpg

1989: "Un clandestin? Il doit être renvoyé chez lui

Mitterrand réélu, la loi Pasqua est assouplie. Interrogé sur la situation des clandestins, le président socialiste appelle à la "fermeté" mais dans "les conditions du droit". En clair: les clandestins doivent être renvoyés chez eux. Du côté des associations, c'est l'exaspération face à une politique jugée peu claire: "Si les entreprises n'ont pas besoin des clandestins, qu'elles le disent et qu'on les renvoit chez eux."

20070917Mitterrandimmigration.jpg

1991: "J'avais le sentiment de ne pas entendre monsieur Chirac mais Jean-Marie Le Pen

Le torchon brûle entre Edith Cresson, Premier ministre, et Jacques Chirac, président du RPR. L'un accuse le gouvernement de "laxisme", l'autre répond: "On croit entendre Le Pen". Qui, lui, se frotte les mains: "Les électeurs préfèreront l'original à la copie."

20070917LePenimmigration.jpg

1991: "Il faut arrêter toute immigration nouvelle"

Un mois plus tard, c'est le Parti communiste qui se distingue par la distribution d'un tract fustigeant l'immigration ("Trop!"), les "abus" relatifs au regroupement familial et à la distribution des ressources. L'émotion est vive chez les militants.

20070917PCimmigration.jpg

1996: "Pourquoi l'immigration serait un sujet tabou?"

C'est la foire d'empoigne au Palais Bourbon. Jean-Louis Debré, ministre de l'Intérieur, se lance dans une politique sécuritaire. Le Parti socialiste parle d'instrumentalisation de l'immigration par la droite. Laurent Fabius, s'adressant au ministre de l'Intérieur, lui reproche de se servir de l'immigration comme d'un "bouc émissaire."

20070917Debreimmigration.jpg

1997: "Il faut donner la parole au peule"

Un an après, le PS est au pouvoir. C'est Elisabeth Guigou qui crée l'émoi au Sénat avec son projet de loi sur la nationalité. Alors que Lionel Jospin avait promis l'abrogation des lois Pasqua-Debré durant la campagne de 1997, la loi Guigou va plus ou moins les "aménager". Concernant la nationalité, un pas est accompli: un enfant né sur le sol français peut devenir français.

Allez brice, tu vas aller me soigner cette vilaine peau tout de suite et on en discute.... :o

Des lois , des lois et encore des lois ....

Combien de lois sarkozy faudra t'il pour cercler le cadre juridique relatif à l'immigration , à la demande d'asile et au regroupement familial ?

"Le gouvernement assure que le nouveau texte de loi sur l'immigration sera "ferme" mais "protecteur"et qu'il signe la fin du "laxisme" !!!

On croit rêver !

Les précédentes lois étaient donc laxistes !!

C'est du foutage de gueule intégral !

Depuis Cresson et Chevènement , les lois sont de plus en plus dures , et les diverses lois Sarkozy , qui n'ont pas toutes leurs décrets d'application, contribuent à faire de la demande d'asile , en particulier, un chemin de croix parsemé d'embuches administratives de plus en plus abscontes et discriminatoires.

Les préfectures jouent à la roulette russe avec les dossiers.On nous parle de textes et de circulaires ( par ex :circulaire Sarkozy du 13 juin 2006)qui masque une politique de quotas, faisant fi des règles de droit le plus élémentaire !

A quand le tirage au sort, ou la loterie sponsorisée sur grand écran ?

C'est déjà un peu le cas, c'est vrai !Vous avez sauvez un petit français de "couche"de la noyade , tenez , voilà des papiers !

La fin du laxisme !!!

J'aimerai que ce soit la fin du laxisme , plutôt du dilettantisme des juges de la commission des recours , qui siègent " à vie" ( particularité digne des régimes bananiers !),

ces juges , blasés , assoupis , qui ne regardent pas les personnes convoquées et soupirent en traitant pour la enième fois un dossier congolais , arménien ,irakien ou bielorusse parlant des mêmes types d'exactions dont sont victimes les demandeurs !

Vivement un nouveau conflit pour lire du nouveau !

Comment en est t'on arrivé à ce que la question des étrangers focalise autant de haines et de passions dans ce pays ?

Si l'on reprend les chiffres il n'y a pas plus de demandes d'asile en France aujourd'hui que dans les annéees 50 !!(voir OFPRA).

L'immigation clandestine ne peut vivre qu'avec l'entretien de filères mafieuses en lien avec des marchands de sommeil et des employeurs peu scrupuleux !

Actuellement la "chasse" aux 25 000 chartérisables, occupent les forces de polices qui ne peuvent plus faire leur boulot de traque aux patrons véreux et filières mafieuses (cf syndicat Fo de la police).

Durant les années Giscard ,furent accuellis près de 130 000 ressortissants de l'ex indochine , dont près de 45 000 cambodgiens fuyant Pol Pot et les khmers rouges. ....(en pleine crise du pétrole, donc crise économique et montée du chômage)

L'accueil fut organisé en amont dans les consulats et les ambassades, avec l'aval de tout le champ politique français , et paradoxe , plus encore la droite ( guerre froide obligeait !)

En 1999 , l'accueil de Kosovars fut aussi le théâtre d'une organisation et d'un travail d'accueil qui a permis , à terme , à la plupart d'entre eux de retrouver leur pays après la guerre.

Il y avait une réelle volonté politique de travailler en amont et d'organiser les conditions de retour de manière constructive .

Sur ce coup là, chapeau à Kouchner !

Que voit on aujourd'hui ?

Des politiques qui instumentalisent l'Etranger , nouveau (?) bouc émissaire de nos peurs et de nos fantasmes !

Des chasses au faciès pour trier le bon bronzé du délinquant !

Des étrangers en situation légale sur le territoire qui prennent peur , lorsque passe une voiture de police ,

Des demandeurs d'asile paniqués , vivant la trouille au ventre de s'entendre dire que leurs demandes seront refusées , ou non traitées avec soin et humanité .

Fichage ethnique ? Contrôle d'ADN ? C'est quoi la suite ?

Et demain ?

Quelle intégration pour ceux qui deviendront français, avec le souvenir des humiliations subies , de l'arbitraire vécu ,du regard de suspicion des allogènes décomplexés ?

C'est pas joli ,joli tout ça ....et ça ne sent pas bon ! ;)

Modifié par transporteur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Un post très intéressant... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

Il me semble aussi ;) .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant