Le projet de réforme universitaire et les grèves étudiantes

Belizarius VIP 22 809 messages
Mangeur de fromage‚ 36ans
Posté(e)
icon_universite.gif

L'UNEF appelle à lever les blocages et à suspendre la grève dans les universités


Vendredi 30 novembre - 09:33

Alors que les manifestations étudiantes et lycéennes ont à nouveau rassemblé plusieurs milliers de personnes dans les grandes villes de France, jeudi 29 novembre, l'UNEF, principal syndicat étudiant, a appelé, après consultation électronique de ses adhérents, à "la levée des blocages et à la suspension de la grève" contre la loi Pécresse, "en raison des avancées obtenues par les étudiants".



Selon les responsables du syndicat, sur les 56,49 % des militants qui ont participé au vote, mercredi, "72,39 % se sont prononcés pour la suspension (...), 20,53 % se sont prononcés contre la suspension" et "7,08 % se sont abstenus". "Je suis satisfait du résultat, a déclaré son président, Bruno Julliard, il est directement issu des avancées qu'ont obtenues les étudiants mobilisés."





Suite de l'article...
Source: LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 30.11.07

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
zebu Membre 4 messages
Baby Forumeur‚ 32ans
Posté(e)

C'est vraiment decevant!!!

mais qu'est ce que vous attendez pour vous mobiliser et vous révolter...L'avenir des étudiant est en péril et si c'est pas vous qui défendez votre avenir vous allez vous faire bouffer...

Je sais c'est plus facile à dire qu'à faire...mais prenez vous en main il est temps!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chameaulo VIP 11 192 messages
Final Five‚ 35ans
Posté(e)
C'est vraiment decevant!!!

mais qu'est ce que vous attendez pour vous mobiliser et vous révolter...L'avenir des étudiant est en péril et si c'est pas vous qui défendez votre avenir vous allez vous faire bouffer...

Je sais c'est plus facile à dire qu'à faire...mais prenez vous en main il est temps!!!

En quoi est il en péril? Tu as des arguments ou ce sont juste des paroles en l'air?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zebu Membre 4 messages
Baby Forumeur‚ 32ans
Posté(e)

Après une réforme comme celle-ci, qui aura les moyens de faire des études supérieures? Qui aura envie de suivre une formation pour être condanmé à bosser toute sa vie dans la meme boîte?Qui aura le courage d'affirmer que l'accès à la culture et à l'éducation est ouvert à tous et est gratuit?

Les réponse à ces questions sont mes arguments!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chat38 Membre 316 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

Chaque gouvernement ont essayes d'imposer cette reforme ils ont tous ceder car ils ecoutaient la rue,si cette loi passe il y aura des universites a deux vitesses(c'est le but de la reforme)mais de toute facon comme il n'y aura plus d'industrie en france elles ne paieront plus ces ecoles.Je pense qu'il faut rester dans le systeme actuel quitte a faire des partenariats avec ces industriels l'etat a largement le moyen de payer les universites vu toutes les taxes qu'on paie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chameaulo VIP 11 192 messages
Final Five‚ 35ans
Posté(e)
Après une réforme comme celle-ci, qui aura les moyens de faire des études supérieures? Qui aura envie de suivre une formation pour être condanmé à bosser toute sa vie dans la meme boîte?Qui aura le courage d'affirmer que l'accès à la culture et à l'éducation est ouvert à tous et est gratuit?

Les réponse à ces questions sont mes arguments!!!

Bonjour les amalgames ;)

Des arguments en forme de question, ça peut le faire, mais t'as les réponses au moins? Il me semble mais je peux me tromper que les frais d'accès à la fac ne bougeront pas, que le gouvernement augmente le budget/étudiant et que le mécénat (les méchantes entreprises qui vont privatiser les facs) ne peut qu'apporter un plus pour les facs. ça c'est ma réponse à ta première question, puis-je connaître les tiennes?

Ton deuxième argument: une formation quelle qu'elle soit ne te prive pas de ta liberté de choisir ton travail ou de le quitter. Mais ce qui est remarquable c'est que la réforme en question ne touche même pas à cela. Des arguments en forme de question, pourquoi pas. Encore faut-il qu'ils soient pertinents.

Enfin, l'accès à la culture reste le même qu'avant (avec les réponses de l'argument 1). Les bibliothèques restent gratuites, l'accès à la faculté reste le même (mais n'est pas gratuit déjà).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imara Membre 1 526 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)
Après une réforme comme celle-ci, qui aura les moyens de faire des études supérieures? Qui aura envie de suivre une formation pour être condanmé à bosser toute sa vie dans la meme boîte?Qui aura le courage d'affirmer que l'accès à la culture et à l'éducation est ouvert à tous et est gratuit?

Les réponse à ces questions sont mes arguments!!!

je suis PTDR...encore une gréviste ^^

tu sais quoi, les étudiants sont pas aussi bêtes que tu sembles le croire... en gros, mêle toi de ce qui te regarde, et arrête de croire tout ce qu'on peut te dire...

non mieux, renseigne toi auprès de gens qui savent vraiment de quoi ils parlent...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
clodetlse Membre 324 messages
Forumeur survitaminé‚ 29ans
Posté(e)

Bonjour,

Je comprend pas pourquoi on attend pas de voir ce que va entrainer la réforme. On la critique alors qu'on ne sait même pas comment elle sera utilisée! De tout façon il faut faire quelques choses, car il n'y a plus de sous! Peut être que cette réforme est une solution. Moi je serais pour l'appliquer et voir comment elle évolue. ;)

Et si ça nous plais pas, là on va dans la rue!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 809 messages
Mangeur de fromage‚ 36ans
Posté(e)
icon_universite.gif

« On ouvre la voie aux guérillas universitaires, aux magouilles, au copinage »


Lundi 10 Décembre - 10:43

Pour Bertrand Monthubert, président de l'association Sauvons la recherche (SLR), « les médias ont mal traduit le sentiment du monde universitaire sur la loi Pécresse, en donnant la parole aux présidents d'université » qui se voient confier des pouvoirs exorbitants, porteurs de nombreuses dérives.



Il dénonce la « responsabilité extrêmement grave qu'a pris le pouvoir politique » en n'ouvrant pas le dialogue à l'université: « On encourage les formes les plus radicales de contestation ».

La nouvelle pétition contre la loi LRU lancée par Sauvons la recherche, Appel pour une autre réforme du service public d'enseignement supérieur et de la recherche a été signée par 16.000 personnes. Une autre pétition est à signer en ligne «les présidents d'université ne parlent pas en notre nom ».



Suite de l'article...
Source: Blog Libé


Un article à lire absolument pour tous les gens qui s'intéressent à la question... qu'ils soient pour ou contre d'ailleurs!
Pas mal d'idées reçues sur la loi Pécresse (dans les deux sens) y sont clairement démontées :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 43ans
Posté(e)

Nicolas Sarkozy a annoncé que l'état allait vendre 3% de titres EDF pour financer un plan d'aide pour les universités. Au total, cette vente devait permettre à l'état de récupérer 5 milliards d'euros pour financer son plan. Sauf que la précipitation de Nicolas Sarkozy et le cafouillage du ministère de l'économie ont fait perdre près d'un milliard d'euros en 72 heures. Retour sur une bourde qui vaut un milliard.

Faute de moyens, le gouvernement va financer ce plan en procédant à la vente d'actions EDF détenues par l'état. C'est Nicolas Sarkozy en personne qui a annoncé ce plan jeudi 29 novembre en précisant que 3% des parts d'EDF seraient vendues pour un montant de 5 milliards d'euros. Aujourd'hui, l'état possède 87% d'EDF, après cette vente, il en détiendra 83%.

Vente d'actions EDF : la précipitation de Sarkozy coûte 1 milliard d'euros</H1>samedi 8 décembre 2007

mise à jour : jeudi 20 décembre 2007

La semaine dernière, Nicolas Sarkozy a annoncé que l'état allait vendre 3% de titres EDF pour financer un plan d'aide pour les universités. Au total, cette vente devait permettre à l'état de récupérer 5 milliards d'euros pour financer son plan. Sauf que la précipitation de Nicolas Sarkozy et le cafouillage du ministère de l'économie ont fait perdre près d'un milliard d'euros en 72 heures. Retour sur une bourde qui vaut un milliard.Mots-clés : 5 décembre 5007, Christine Lagarde, EDF, Nicolas Sarkozy, Politique.net, universitésRevue de presse parue initialement sur Politique.net.

Objectif : financer un plan d'aide pour les universités.Depuis près d'un mois, les étudiants manifestent contre le projet de loi sur l'autonomie des universités, craignant notamment une privatisation de l'enseignement supérieur. Depuis des années, les universités manquent cruellement d'argent et les facs françaises descendent dans les classements internationaux année après année. Endetté, l'état n'a pas les moyens de faire l'effort financier indispensable pour que les universités récupèrent leur retard, d'où la solution de financements privés pour compléter les budgets des universités.

Mais au-delà de la contestation du projet, les étudiants manifestent pour protester contre leurs mauvaises conditions d'études : les logements étudiants sont insuffisants, le montant des bourses trop faible. Après plus d'un mois de manifestations et de blocages en tout genre, le gouvernement a donc décidé de financer un plan d'aides, d'un montant de 5 milliards d'euros.

Jeudi 29 novembre : Sarkozy annonce la vente d'actions EDF.Faute de moyens, le gouvernement va financer ce plan en procédant à la vente d'actions EDF détenues par l'état. C'est Nicolas Sarkozy en personne qui a annoncé ce plan jeudi 29 novembre en précisant que 3% des parts d'EDF seraient vendues pour un montant de 5 milliards d'euros. Aujourd'hui, l'état possède 87% d'EDF, après cette vente, il en détiendra 83%.

Christine Lagarde et Bercy sont pris de court.Seul problème, l'annonce de Nicolas Sarkozy a pris de court le ministère de l'économie qui n'était pas au courant de l'arbitrage présidentiel. Christine Lagarde a appris la nouvelle à la télévision si bien que le lendemain, Bercy n'était absolument prêt à mettre en vente ces actions, un minimum de démarches administratives étant nécessaire. Faute d'une coordination entre l'élysée et le ministère de l'économie, il a fallu attendre lundi 3 décembre pour que l'état mette en vente ces actions. Et ce délai de 72 heures coûte cher car entre temps, le cours de l'action a baissé de 3% et la capitalisation publique a perdu 4,7 milliards d'euros. Cette chute était prévisible et correspond à une règle de base des boursiers : pourquoi acheter cher aujourd'hui ce qu'on peut avoir pour moins cher demain, puisqu'un plus grand nombre d'actions sera mis sur le marché.

Un manque à gagner de près d'un milliard d'euros.Résultat : lundi 3 décembre, l'état a vendu 2,47 % des titres d'EDF (soit 45 millions d'actions) non pas pour un montant de 5 milliards d'euros, mais pour un montant de 3,7 milliards d'euros, suite à la baisse du cours de l'action. Autrement dit, pour financer le plan d'aide aux universités, l'état devra vendre à nouveau des actions d'EDF. Pour faire passer la pilule de ce raté, l'état pourrait procéder à la vente d'actions EDF uniquement aux salariés de l'entreprise. En détenant 83% des parts d'EDF, l'état a encore une grande marge de man¿uvre puisque selon la loi, l'état doit conserver 70% des parts de l'entreprise.

Cette stratégie de vente d'actions semble être à courte vue. Non seulement la précipitation présidentielle a fait perdre près d'un milliard d'euros à l'état, mais en vendant des actions, l'état se prive de dividendes sur le long terme. En effet, le groupe EDF est en excellente santé financière au point que début novembre, le ministère de l'économie a réclamé à l'entreprise une avance sur dividendes pour boucler le budget 2007 d'un montant de 920 millions d'euros. Plus l'état vend ses parts, moins il pourra compter sur ces dividendes de fin d'année.

Sources :

puce-8x11.gif Interview de Nicolas Sarkozy, TF1-France 2, 29/11/2007

puce-8x11.gif « Sarko disjoncte en Bourse », Le Canard enchaîné, 05/12/2007

puce-8x11.gif Jean-Michel Bezat, « L'Etat ne retire que 3,7 milliards d'euros de la vente de 2,5 % d'EDF », Le Monde, 05/12/2007

Modifié par transporteur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imara Membre 1 526 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)

et?

à part te voir dire que Sarko est un abruti, je ne vois pas à quoi tout ça rime...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 809 messages
Mangeur de fromage‚ 36ans
Posté(e)
50px-Sciences_humaines.svg.png

Relents d'omerta sur l'Université


Lundi 21 janvier - 11:21

Relents d'omerta sur l'Université
«Le mouvement étudiant a été réduit au ¿blocage¿, l'information sur les interventions policières a été scandaleusement insuffisante, les prises de position syndicales ont été peu relayés», accuse Françoise Asso, écrivain, maitre de conférences de Littérature française à l'Université de Lille 3, et membre du Collectif Sauvons l'Université. Au delà d'une forme de censure, l'équipe de Nicolas Sarkozy impose son désintérêt aux acteurs sociaux.




Françoise Asso. «Qui a lu, qui a pu lire le texte de loi sur les Libertés et Responsabilités des Universités ? Qui a lu sa première mise en ¿uvre, rendue publique le 13 décembre, le ¿Plan pour la réussite en licence¿ ? Qui a lu la lettre de mission de Nicolas Sarkozy à Xavier Darcos portant sur la réforme de l'Enseignement secondaire ? Qui a lu, à défaut des documents précédents, les réelles analyses (elles existent) de ceux-ci ? Qui, mis à part des étudiants et des enseignants, peut savoir réellement ce que signifie la vaste réforme de l'Enseignement qui se met en place, réforme à laquelle il y a une opposition non négligeable, mais une opposition qui n'est évoquée dans les médias, quand elle l'est, que comme le fait d'une minorité de ¿gauchistes¿, ou comme la preuve une nouvelle fois donnée du ¿conservatisme¿ bien connu des enseignants, opposés par principe à toute réforme ?


Suite de l'article...
Source: Contre Journal Libé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Imara Membre 1 526 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)

oh noooon!

déjà que la distribution de tracs recommencent...

:snif::snif:;):o:o:o:o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 468 messages
Anarchiste épistémologique‚ 42ans
Posté(e)
oh noooon!

déjà que la distribution de tracs recommencent...

:snif::snif:;):o:o:o:o

Ca doit etre les prepas et les grandes ecoles qui doivent se frotter les mains...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibililoutte Membre 4 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Ahah évidemment. Vilaines prépas, remplies de bandes de privilégiés bourgeois et pistonnés qui n'attendent qu'une chose : le démantèlement de la fac ! ;)

....

Non honnêtement je ne vois pas pourquoi tu dis ça (si ce n'est à cause d'un fort taux de préjugés dans le sang), alors voici un petit vaccin :

Les prépas payent moins cher que les universitaires purs et durs en général : moi je n'ai tout simplement rien payé à mon lycée. Sans bourse. Alors, les prépas c'est pour les bourges? :snif:

Il y a peut-être une part de piston dans le recrutement des facs parisiennes (je ne diffamerai pas, je n'y mettrais jamais les mocassins) mais pas en province : nous sommes jugés sur nos dossiers (et rien d'autre), donc sur notre motivation et notre travail.

Le nombre de places en prépa est limité, quand bien même il y aurait un exode massif du champs de bataille universitaire vers des itinéraires bis, ça ne changera sans doute strictement rien pour elle.

Plus encore, tout le monde s'en fiche, mais il y a eu aussi une réforme dans les prépas en ce qui concerne les secteurs littéraires, dont l'objectif latent est la réduction des frais occasionés par ces coûteux étudiants. D'où une refonte complète du programme, qui à mon sens, est en train d'écoeurer les imprudents hypokhâgnes qui se lancent dans l'aventure : augmentation de la charge de cours, instauration d'un programme (quand on vient justement pour bénéficier de cette liberté qui autorise un développement de la culture générale, on est ravi...), et l'obligation d'étudier une langue ancienne (et sa culture) pousse les étudiants à abandonner leur lv2 (bonjour l'entrée dans le monde du travail avec un profil pareil).

Enfin, l'écrasante majorité des prépa L n'a pas l'ENS : où vont-ils aller après leurs 2 ans dans ce cas? Et donc, l'augmentation des frais d'inscription les réjouit-elle à ton avis? :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant