Aller au contenu

kdm118

Membre
  • Contenus

    70
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de kdm118

  • Rang
    Forumeur en herbe
  • Date de naissance 06/23/1993

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

4816 visualisations du profil
  1. N(importe quel économiste te dira que le plus important c'est la paix social. C'est le prix à payer. Ce qui peut être aujourd'hui inutile en France, l'a été au XIX° siècle et début du XX°, et est toujours vrai dans certain pays sous développé Le droit de grève est bien lorsqu'il n'y a pas d'abus... Aujourd'hui en France il est mis en avant pour un rien. Pour faire chier le patron, sans compter les casses engendrées, qui ont presque failli être légalisé par l'Etat. Ce que je veux dire c'est qu'il ne faut pas abuser des bonnes choses.Aujourd'hui en France on se met en grève pour un rien, pour des acquis qui n'ont plus lieu d'être "La taxe charbon" jusqu'à recemment était un exemple pertinent bien que lamentable. C'est devenu en France uniquement quelque chose pour préserver des privilèges d'une minorité, fonctionnaire pour la plupart, et ça a du poids car ils paralysent le pays.
  2. ou pas, je précise juste que son poste se limite à la France, je n'ai pas contredit pour le reste. Ca veut dire que je suis d'accord.
  3. Peu importe l'important dans tout ça, c'est que le Français a tendance a abusé de ses droits, notamment le droit de grève, par conséeunt il ne veut plus rien dire, on est a risée du monde entier et tout le monde s'en fou, alors que lorsque que c'est un italien ou un espagnol qui fait la grève, là le gouvernement l'écoute tellement c'est rare
  4. Il reste à l'échelle de la France je suppose, ce en quoi il n'a pas totalement tord pour ce cas là
  5. C'est énorme un salaire pour ces dirrigeant à l'échelle particulière certes, mais à l'échelle de l'entreprise ca reste très honnête. Il serait interessant de calculer la proportion du salaire du patron d'une PME / TPE par rapport aux bénéfices engendrée et celui d'un PDG d'une multinationale. Le problème, c'est qu'une entreprise a besoin, arrivé à un certain stade d'argent pour se développer, pour grandir, a besoin donc d'actionnaire. Le retour du baton est là c'est vrai, les actionnaires, (pas les gros mais les petits) ne regardent que le rendement et ne s'interessent pas à l'entreprise. En même temps il sont là pour juger de bien être d'une entreprise, ils attendent une productivité optimale de l'entreprise, et celle ci passe par la baisse du coût de la valeur travail et de la valeur du capital (machine etc). Tout est relatif, je concoie qu'il faut faire attention à ne pas tomber dans le libéralisme sauvage comme ce fut le cas au XIX° siècle. Là l'Etat est présent pour empêcher ce genre de choses, mais i ne faut pas non plus tomber dans l'extrême inverse comme en France. Il y a un juste milieu à trouver, mais il ne faut pas empêcher ceux qui veulent travailler plus de travailler plus, hors aujourd"hui en France tout est mis en place pour empêcher les heures sups. J'en sais rien pour la Fac, mais en prépa ça l'est puisque le sujet c'est Analyse economique et historique de la société contemporaine. Mais ce que je sais c'est qu'entre la théorie et la pratique il y a une marge. Le libéralisme est une idéologie, et sa pratique donne la société mondiale et ses différents capitalismes. Mais aucun pays n'a développé cette idéologie pure. Par cons"quent il existe de nombreuses imperfections de nombreux abus, liés à des lois males écrites ou simplement inexistante, à une évolution du monde tellement rapide que les pays ne suivent pas la cadence aux niveau des institutions, ils ont toujours un train de retard. Mais depuis plus de 100 ans, la pauvreté diminue dans le monde entier, le développement s'effectue dans tous les continents même en Afrique. J'en vois donc plus de côtés positifs que de côtés négatifs J'espère avoir répondu à ta question
  6. Merci :) Attend tout le monde se dit libéral, mais personne n'agit comme tel, surtout les politiques.... Libéral démocrate... Qu'est ce qu'il ne faut pas inventer Vu que le libéralisme défend avant toute chose les libertés individuelles et l'accès à la propriété privée c'est un non sens
  7. Pourquoi ne comprends tu pas, qu'être courtier professionnel ou amateur reste un boulot ? Comme être éboueur, électricien, cadre, entrepreneur ou autre. Un métier qui brasse tellement d'argent qu'on ne le comprend pas, qui fait peur. Surtout car vous ne connaissez pas les mécanismes du marché qui sont très complexes, mais qui au moins restent avec de l'argent réel. S'il faut blamer quelqu"un ce sont plus les banques que les courtiers. inégale mais juste.... On tombe sur cette notion de justice et d'égalité encore une fois. Et encore pas rater. Mais certains réussissent mieux que d'autres. Ca sera toujours comme ça. Tout est relatif c'est normal. Mais peut être que ce que tu vois devant toi, n'est que la partie en surface de l'iceberg... Tu n'as juste pas une vue d'ensemble
  8. Ce système fait parti de l'économie. A ton avis, ton assurance vie ton compte épargne ton livret A ou autre ? comment augmente-t-il ? par les marché financiers... C'est une manière de travailelr comme une autre. Et n'importe quelle épargne va sur les marché financiers via les banques pour le faire fructifier Parce que tout le monde ne sait pas faire. C'est pour ca qu'il donne ca aux banques
  9. Hello, comment vas-tu depuis tout ce temps ? Pour ma part tout va

      aa
  10. ah oui, en bossant à côté, je pensais que tu parlais dans les cours magistraux. Certains modèles sont plus réalistes que d'autres. Mais tu as raison en règle général
  11. Je ne suis pas d'accord, dans une société utopiste, le libéralisme ne se tue pas dans l'oeuf. la théorie de la concurrence pure et parfaite de Walras montre qu'il n'y a pas de rendement d'échelle croissant, que des rendements d'échelles décroissants et ainsi aucune possibilité de se retrouver en situation de monopole naturel. Après une concurrence pure et parfaite est impossible Mais il est vrai, On se dirrige de toute manière vers un socialisme du type Shumpeterien. Ou les entrepreneurs sont voués à disparaitre au profits des grandes entreprises, tenues par des gestionnaires. Je ne dis pas qu'on arrivera à faire du vrai libéralisme dans le monde c'est impossible, comme c'est impossible d'introduire un communisme à la MArx dans le monde. Mais je pense que le libéralisme se fonde sur des idées que je partage, que beaucoup de monde partage , que la politique a suivi, que l'économie suit aussi comme logique des idées de la fin du XVIII°. Il sera impossible d'aller au bout de l'idée ou quoi que ce soit, mais gardant les bases on peut vivre das une société qui sera bénéfique pour chaque citoyen.
  12. non j'en parle sachant très bien ce que c'est je t'en remercie Question réthorique oui totalement qui appelait bien sur toutes ces théories. La meilleure réponse est je pense plus l'asymétrie d'information, l'opacité du marché donc, que l'aléa moral. Surtout en économie ou c'est m'art de jouer avec les chiffres mathématiques pour démontrer une théorie Dans les FAC ?? rapidos alors, Hayek est surtout étudié à l'étranger, même mon prof de prépa pure obédience à Hayek ne peut pas en parler souvent. Utopiste je ne sais pas, pessimiste, dur avec la réalité, avec une philosophie assez dure oui. Utopiste je ne sais pas car personne n'a jamais mis en pratique toute sa pensée. Mais sa théorie générale des crises est assez intéressante, et je la trouve la plus crédible
  13. Après à savoir si le marché est juste et vend le produit à sa juste valeur Je suis bien d'accord, toute critique du capitalisme est bonne à dire. Son regard est intéressant mais utopiste. Le capitalisme a évolué au cours des siècles et continue d'écoluer aujourd'hui, mais les bases sont les mêmes, on corrige les erreurs, on s'adapte au monde d'aujourd'hui je suis plutôt nouveau classique, à la Hayek. Qui revient aux sources du libéralisme lui aussi. Vu que tu es extrêmement manichéen dans tes propos contre le capitalisme, je doute que tu soies si objectif que ça, ou alors tu ne le comprends pas toi non plus. Le capitalisme a ses bonnes choses, et ses choses à corriger.
×