Aller au contenu

OhByU

Membre
  • Contenus

    80
  • Inscription

  • Dernière visite

3 abonnés

À propos de OhByU

  • Rang
    Forumeur en herbe
  • Date de naissance 08/17/1994

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Entre l'espace infini et une sphère, flottante dans celui-ci.
  • Intérêts
    Ce que j'écris est le reflet de mon âme.
  1. Bisous toi et à ce jour exceptionnel, joyeux anniversaire, muahhh tout plein. Bon, tu reviens quand, que je puisse te lire, fichtre, tu t'es paumé dans le réel ou quoi :p

      aa
  2. Je constate que tu as du beau monde pour l'écriture qui s'en dispose, bon choix mon philosophe. Muahhhhh

      aa
  3. Un bisou par ici et un salut de cette journée ensoleillée. Muahhhhhhhh

      aa
  4. Kikou, je n'ai pas oublié de lire de ton texte et je te répondrais comme promis, passe une douce nuit et un bon dimanche, muahhhhhhhhhhhh

      aa
  5. Kikou, un revenant, bisous à vous et bonne soirée <3. Heureuse de ton retour, à trés vite.

      aa
  6. Bonne année monsieur et si tu passes dans le coin, vient à nous. Kissouilllesssssssssssss

      aa
  7. Bonjour et bonnes fêtes de fin d'année. Si tu passes dans le coin, vient me rendre visite pour savoir comment tu te portes. Bisous

      aa
  8. Bisousssssssss et j'espère que tu vas bien. Au plaisir

      aa
  9. Je vois bien que cela fait longtemps que tu ne t'ai logué, j'espère que tu te portes bien surtout. Bisous et donne moi de tes news

      aa
  10. Un petit passage pour te souhaiter une bonne soirée, bon dimanche et à trés bientot. Kissouilles tout plein

      aa
  11. OhByU

    un jour = une histoire

    A qui tire avantage de ce qui est relatif, La subordination de l'échine au regard du précepte. Veille à ce qui t'es précieux et soit attentif, A ces milliers de voix qui raisonnent dans ta tête. Certes, tu es doué de raison, tu fais la différence, Mais dans cette illusion qu'est le monde, tu perds toute espérance. La Mort résonne dans ton coeur, tu as peur, Serait-elle plus forte que Dieu, ton sauveur? - Non, je n'ai pas peur de ce qui n'est plus, L'existence que je mène pour atteindre la béatitude n'est rien. Moi, je cherche l'essence mais je trime comme un chien, La structure de ma pensée ne me ressemble pas, Je cherche sans cesse une raison de mon parcours vers l'être qui juge. Lui saura faire la différence pour moi-même entre le Bien et le Mal. Lorsque l'on tue et il n'est pas de pire gestes que ceux-là, Le souverain, lui, nous rappelle "tu ne tueras point". Ici bas, je perds conscience et raison et inflige le coup fatal, Quand même quel respect pour celui qui demanda jadis à Abraham, De sacrifier son propre fils, cela lui plut, Quelle cruauté quand même que celle du créateur. Moi je vogue dans l'espérance d'une vie éclairée, Je veux être illuminé par la sagesse. Mais la trouverais-je? Ou suis-je dans la mauvaise direction? Bien, maintenant plus un seul geste; Je m'en remets aux lettres, à leur animalité, à leur frénétique rage, Philosopher, au fond, pour survivre à l'orage.
  12. OhByU

    un jour = une histoire

    j'étais en train de réviser ma philo et mes cours de sciences sociales, c'est pour ça :p eh puis la prépa, c'est dur! mais en même temps je me plains alors que je glande ici c'est un peu bête, mais je suis sot...
  13. OhByU

    un jour = une histoire

    Aujourd'hui s'amassent en tas mes pensées dans mes bras. Etant plutôt sot et bien entêté, je ne peux m'empêcher de faire selon ma volonté. J'ai cherché à m'affirmer dans ce foisonnement d'esprit, de lueurs perdues voguant dans un espace lacunaire touché par l'érosion de la réflexion souvent provoquée par un mauvais travail de fond. Je pense, j'agis, je vogue dans un océan de rêves qui me permettent d'imaginer un soleil éclairant mes lettres de sa flamboyante, rougeoyante lumière, l'idée de bien comme le disait Platon dans sa caverne d'illusions qui n'avait pour seule source de lumière sinon celle des ombres projetées sur le mur marquant le fin du tunnel... ces ombres créées par une simple marionnette placée devant un flambeau comme au théâtre elle se donne en spectacle, à l'oeil de celui qui voit juste et celui qui ne voit rien. Malheureusement parfois le soleil s'en-va, le flambeau s'éteint, le froid s'installe, mes doigts s'engourdissant peu à peu me somment d'arrêter mais je ne peux pas. J'écris folie, lubie, envie. Dans l'obscurité j'élague à grand coup de tronçonneuse les racines mouvantes de mes idées qui s'échappent de terre et menacent de m'assaillir pour me recouvrir et m'empêcher de bouger, pour m'emprisonner au fond d'une forêt profonde qui me dévore dans l'ombre des arbres voyeurs entendant ma douleur. Dans un océan d'incertitudes je vogue à contre-sens dans une nuit sombre qui me glace le sang et dérègle mes humeurs, provocant inéluctablement le trouble temporaire de mon âme. Cette âme si chérie, si aimée, délaissée. Il est bon parfois de se retrouver dans l'obscurité car elle nous rapproche de la doxa du néant, du tout, mais surtout du rien. Souvent la Lune est là pour nous éclairer, elle nous aide à suivre les sentiers abandonnées de notre imaginaire, celui qu'on a souvent tendance à négliger. Au fil de l'encre, j'écris ce que me passe par la tête, ce qui me fait vivre aujourd'hui. C'est tellement beau d'écrire! c'est intemporel, ça n'est que des mots mis bout à bout fusionnant pour donner quelque chose, c'est parfois vide de sens. En revenant par le sentier la dernière chose que l'on voit s'imposer à nous à la fin est une énorme masse noir qui cache les rayons lunaires, il s'agit d'une colline qui nous cache de l'éclairante raison pour nous abandonné à la lampe allumée d'une chambre à demi-éclairée avec à coté d'une silhouette à l'apparence humaine les Pensées de Pascal, j'écris au cours de mes idées sans courir après j'aurais bien trop peur de trébucher et de plonger pour m'y noyer.
  14. Oh mais je vois que tu as fait un écrit, je passerais le lire, par connaissance et curiosité de tes mots.

    Merci pour l'ajout. Bonne soirée et au plaisir

      aa
  15. Une curiosité par ici, un passage par là. Bon week-end.

      aa
×