Aller au contenu

kentin345OO

Membre
  • Contenus

    51
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de kentin345OO

  • Rang
    Forumeur en herbe
  • Date de naissance 04/19/1994

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Si le fait d'avoir des cheveux crépu n'est pas propre aux noirs, que les dredlocks sont aussi porté par des blanco et donc que d'autres personnes que les afro sont dans la ligne de mire de nivéa, c'est pas du racisme... D'autant plus que c'est un noir bien friqué à l'évidence, qui balance un black des bas quartiers. C'est plus une attaque sur les classes sociales que sur l'origine ethnique je trouve. La couleur de peau n'est qu'un précurseur.
  2. bonjour, j'ai beaucoup aimé ta réaction sur le sujet "qu'est-ce que la liberté?"

      aa
  3. Excellente définition! J'en suis du même avis Avec une forte subjectivité, sans doute. Englober une liberté universelle, ou donner à son sens une aussi étroite conception égocentrique, reviens un peu à ne pas savoir ce que l'on veut. Il me semble que quand l'on a le sentiments d'être heureux, l'on est tout simplement heureux... Alors oui, quand l'on est heureux l'on ne cherche pas à s'octroyer plus de droits, puisque la situation nous conviens. Mais ce qui est propre à la subjectivité, c'est qu'elle varie incessamment, le sentiment " renvoie à la perception de l'état physiologique du moment "*, autrement dit, il n'est relatif qu'à la période où il est ressenti. Si l’affaissement de ce sentiment n'est suivi d'aucune altération du statu social de l'individu, peut-il affirmer avoir perdu sa liberté, même si personne ne lui a porté atteinte ? Je ne partage pas cette vision. La liberté peut amener à la satisfaction, mais elle n'est pas seul facteur. La suffisance de notre position, consiste à oublier une éventuelle privation de liberté, j'imagine. En fait, je n'aime pas cette définition car elle ne repose que sur un fondement subjectif. Chacun peut donc crier à jamais son manque de liberté parce qu'il à des ennuis dans sa vie, se reposer sur une fatalité : "S'il est esclave, quelqu'un d'autre le contrôle". Une déresponsabilisation qui en plus de borner l'individu, peut constituer une véritable injure à ceux qui sont réellement dans une situation d'atteinte à la liberté. *Wikipedia
  4. Si tu la garde inaliénable, pourquoi chercher à débattre, c'est une entreprise fausse ou contre-productrice ? De plus, si tu ne parles pour ne pas apporter de nouvelles pensées, quel intérêt ? Démolir celles des autres ? C'est puéril, convenons-en. Enfin, quand on lis les réponses aux provocation, l'on se dit que l'un n'est guère mieux que l'autre. C'est trop de railleries pour moi, et j'en viens à penser que se cacher derrière une pseudo idéologie n'est qu'un moyen que vous trouver pour insulter vos différences. Aurevoir.
  5. C'est dommage de répondre par un parti que par une pensée.
  6. C'est inconscient de régler ses compte en public, quelle dignité on laisse ensuite ? Raciste ou pas il s'exprime bon dieu, et en restant correct. Si une lorgne de haine reste coincée au travers de la gorge, crachez la par MP, merci !
  7. Je ne l'avais pas compris comme ça, toutes mes excuses. :blush: Sinon, outre le rôle du système et des classes sur-chargée, je pense qu'il y a un travail de préparation, de conditionnement à faire. De la part des parents mais aussi des proches en général. Pour beaucoup, apprendre se résume à une activité au lieux d'être une attitude. Cela se résume à être assis pour écouter quelqu'un parler ou lire un ouvrage imposé. Il y a cependant des manières plus ludique quand on est enfant d'apprendre, de développer un esprit de curiosité qui sans doute est une clé dans la réussite, mais également dans la culture. Parce que ce qui est commun, je pense à l'éducation et à la culture, c'est le désintéressement ambiant qui se fait ressentir. Je veux pas trop aller dans le hors sujet, mais je pense que le conditionnement, ou l'influence que peut avoir un parent dans la poursuite des études, tout simplement en s'efforçant de donner la meilleure image possible à l'éducation, avec ses valeurs associés, pourraient produire des résultat plus qu'intéressants au niveau scolaire. Aussi, lorsque l'enfant est bambin le fait d'entendre une ou plusieurs langues parlés à développe son cerveau de manière à ce qu'il ait dans l'avenir certaines facilités en linguistiques. Les étranges, les bilingues, dans ce domaine ne sont que plus riche en culture que nous (soit dit en passant)... Dans des familles où l'on est médecin ou avocat de générations en génération (le cliché quoi :D), on peut se douter que l'influence des aïeux ont déterminés le choix des enfants. Alors quand je vois que renard79 (je crois que c'est lui), dis que la 3éme génération d'étrangers paient les actes de la seconde, je ne pourrait que lui répondre que ceux de la 4ème sera pire, jusqu'à qu'il y ait une vrai prise de conscience de leurs part. On commence à parler de racisme anti-blanc, c'est un début, mais si l'on pouvait plus parler de racisme du tout, ce serait mieux. Enfin, pour en revenir plus aux questions propres à la culture et moins à l’immigration, j'ai l'impression que l'on pointe du doigt les jeunes, leurs reprochant leurs goûts pour les programme 'débiles', ect. C'est vrai, la culture pâlis à mon avis aux nombre des secret story (pour le cliché :)), cependant, les niaiseries américaines ont encore un gros effet sur les plus anciens, avec les Feux de l'Amour pour ne citer qu'eux (Et surtout pour le cliché ). La culture semble se perdre sur toute catégories de personnes, de tout horizons et de tranches d'âges, et nous on prend 14 pages pour ne discuter que d'un de ses aspect : La gestion des étrangers (enfin, grosso modo) Négliger les autres points est dommage. D'ailleurs, a-t-on seulement parler des moyens de conservation et de rependre la culture, de s'interroger sur les valeurs qu'on veut défendre et comment les forger ?
  8. On voit bien la contradiction ici. D'une part, tu me dis d'aller interroger un prof en zone, tout en me disant que ce phénomène n'existe pas qu'en banlieue. Je vois pas bien l'intérêt dans ce cas d'aller en banlieue si c'est un problème national. Sans doute pas dans l'optique de faire d'un cas une généralité Soit dit en passant, il y a peu j'avais entendu dire d'un inspecteur de l'académie, avec qui ma famille était bien ami, que le collège public, le genre craignos du quartier malfamé Comme quoi zone sensible et échec ne sont pas toujours liée. Mais bon, je parle encore d'un cas précis pour contredire de vagues arguments, pardonnez moi :blush: Cependant, j'ai quand même envie de demander si le général ne se constitue pas de cas précis, et que par réciprocité les cas précis et isolé ne sont pas autant à prendre en considération que tout les autres ? Si pour un même programme dispensé, dans le milieu du public comme du privé, l'on observe toujours un lot de réussite tout comme d'échec, peut-on incriminer l'institution ? Elle a un rôle important que je ne dément absolument pas. Cependant, en toute logique, et quelque peu de rigueur, l'on peut aisément affirmer que le problème n'est pas exclusivement lié à l'éducation nationale pour ne pas dire majoritairement. J'ai plein d'exemples de personnes (parce que je prend aussi le temps d'écouter certains profs et élèves, il ne faut pas croire) d'élèves qui ont toujours entendu dans leurs propres foyers dire que l'école était mal foutu. Beaucoup le répétait sans pouvoir le justifier. J'ai une autre question, peut-on aller en cours en ayant entendu remettre en question par les personnes qui nous sont les plus proches, et y apprendre convenablement ? Non, assurément. Je voudrais ajouter avant de finir ce message, que l'on critique beaucoup le système, sans jamais reconnaître ses réussites. Aussi, qui parle du talents des médecins français, notamment dans le domaine de la recherches, ou bien des ingénieurs français ? Ils travaillent peut-être souvent à l’étranger pour des raisons bien connu, mais qui les as formé, sinon ce système branlant où l'on crache tous dessus ?
  9. Bah c'est sur que si l'enseignement est incompétent, et qu'on se retrouve avec des classes majoritairement peuplés d'étrangers, on se retrouvera avec une majorité d'étrangers mal-lettrés. C'est un peu hypocrite d'affirmer une choses tout en refusant ce qui en découle. Je n'affirme rien, je suis votre logique. Enfin, je suis désolé de décevoir pyrenne, mais je n'ai aucun étranger d'origine magrébine dans ma classe, juste des allemand et des anglais, qui soit dit en passant sont d'excellent élèves (on à jamais vu ça ) Je ne pense pas que ce soit l'enseignement qui soit à l'origine d'une perte culturel. Certes c'est lié, je pense aux enfants de 8-9 ans qui bougent dans tout les sens et au pauvre instit' qui aimerais parfois les baffer, un grande concentration d'enfants n'améliore pas les choses. Mais ce n'est pas au maîtres, aux professeurs, et autres de faire l'éducation des enfants, parce que la culture n'est pas un enseignement, c'est un mode de vie ! J'imagine qu'être parent est fastidieux, mais qui d'autres pourraient avoir la légitimité de transmettre le goût des valeurs aux enfants ? L'éducation nationale ? Je crois que l'on se trompe de monde là. Il y a beaucoup à apprendre, les méthodes sont contestables, mais en plus des connaissances théoriques, il faudrait que les profs enseignent la vie aux enfants ? Dans l'idéal, peut-être, mais c'est totalement dépourvu de sens de critiquer l’incompétence de l'éducation nationale dans ce sens, sans nous même tout mettre en œuvre pour qu'ils s’empreigne de la culture qu'on veut leurs transmettre. On peut critiquer les politiques si l'on veut, mais avouons que s'ils prennent des décisions d'envergures, ce sera toujours les parent qui seront responsable en toute chose de l'éducation de leurs jeunes pousses. Après, le problème ne porte pas exclusivement sur les jeunes, et sur l'éducation, parce que les adultes aussi perdent les valeurs culturelle. Aussi une étude montrait que 33% des plus des 18 ans n'avait pas lu de livre au court de l'année 2009 en France. Incriminerait-on encore le système ?
  10. Peut-on reprocher aux gens de redouter les conflits ? C'est naïf de croire pouvoir les éviter en tout point, mais c'est dommage de s'y résoudre. Mais lorsqu'un gros pays genre les states ou la chine ne sont pas d'accord avec une décision commune, l'on ne peut rien faire par crainte de conflit, et c'est exactement la même situation, le plus fort démographiquement l'emporte.
  11. Et tout aussi grand voyant (seulement le dimanche)...

      aa
  12. " Traite les autres comme tu aimerais à être traité par eux dans des circonstances analogues " A condition que toutes les personnes partagent ta vision du monde, en tours points, en toutes choses. ...
  13. Un petit com pour un grand esprit... :)

      aa
  14. Un graaand philosophe ... :)

      aa
×