Aller au contenu

human

Membre
  • Contenus

    134
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par human

  1. Bonjour, juste un petit problème technique, qui m'intrigue. Je vois que sur de nombreux messages il y a des vidéos (de youtube ou autre), qui apparaissent directement. Dans mon dernier message (dans la section "économie", intitulé "l'épum"), j'ai inséré le lien vers une vidéo de youtube, mais seul le lien apparaît. J'ai pourtant utilisé la fonction "média" en pensant qu'elle servait à ça, mais non. D'où ma question : mais comment ils vont ceux dont les vidéos s'affichent dans leur messageeuh !: Merci
  2. cher Neworder, je suppose que tu n'as pas lu mon message (#123)... Lire les messages précédents pourrait aider à faire avancer le débat... (et tu auras en prime la réponse à la question que tu te poses avec 8 points d'interrogations, ainsi qu'une piste pour un "new order"...) Merci.
  3. Je rappelle cette partie clé de mon précédent message (que l'on peut facilement oublier sous l'effet de l'émotion) : Je n'ai jamais dit qu'il aurait mieux valu qu'ils se couchent. Je n'ai pas remis en question l'intérêt de ce chant au moment où il a été créé, mais seulement pour aujourd'hui... Mon propos en résumé est : -défendre la tyrannie contre le pouvoir absolu, les droits de l'homme, oui, nous sommes d'accord (et les propositions d'alternatives que j'ai soumises ici font bien ça aussi...) mais ce serait encore mieux de le faire avec un langage moins violent (menaces, rejets etc.) et sans prêter le flanc à des interprétations problématiques (de type raciste xénophobe, ici). Car ce sont là des causes de guerre. C'est donc à ces arguments qu'ils conviendrait de répondre (pour ceux qui ne sont pas d'accord). C'est bien beau d'être contre la guerre, mais agir sur ses causes (plutôt qu'y participer sous l'effet de la colère), ce serait mieux, non ? En la faisant ?Je rappelle le refrain : Non, ce n'est pas un cri de colère contre la guerre, c'est un cri de guerre (sous l'effet de la colère, certes). Un cri de colère contre la guerre, ce serait plutôt quelque chose comme ça : (c'est extrait de cette version trop "extrémiste" pour pouvoir être proposée concrètement tout de suite (carrément antimilitariste), mais perso, j'adore) : @ Pheldwyn: oui, assez d'accord avec toi, ce couplet d'Allwright est excellent (j'ai d'ailleurs conservé les deux vers centraux). On pourrait changer seulement le refrain (d'Allwright). L'avantage de ma proposition est de conserver plus de choses du couplet actuel pour faciliter la mémorisation et moins choquer les conservateurs et de moins choquer les nationalistes. Plein de propositions de marseillaises ont été faites à ce jour, mais le changement est généralement très radical et au profil d'une chapelle particulière.
  4. p'tain, j'relisais le chant de guerre pour l'armée du Rhin (parfois appelé "la marseillaise" ), pour voir s'il n'y avait pas quelque couplet plus ou moins récupérable. Eh ben non, c'est toujours : "faut tuer les méchants, parce qu'i sont kré kré méchants, et qu'ils nous veulent du mal". On pourra en épargner quelques uns, mais pas tous (faut pas pousser quand même) : « Épargnons ces tristes victimes, A regret, s'armant contre nous ! (Bis) Mais ce despote sanguinaire ! Mais ces complices de Bouillé ! Tous ces tigres qui, sans pitié, Déchirent le sein de leur mère ! » Et bonjour les menaces : « Pour qui ces ignobles entraves, Ces fers dès longtemps préparés ? » pour qui, hein ? « S'ils tombent, nos jeunes héros, La terre en produira de nouveaux Contre vous tout prêt à se battre. » Et toc, pire que Daesh (ou les Orques dans le Seigneur des Anneaux ?) ! La vengeance est légitimée : « Amour sacré de la Patrie Conduis, soutiens nos bras vengeurs ! » Le plus drôle est que l'auteur de ce chant reconnaît que le refrain est terrible, puisqu'on peut lire à la fin des couplets dits "des enfants" : "Nos vils ennemis tomberont, Alors les Français cesseront De chanter ce refrain terrible". Au fait, il reste encore des nobles émigrés à nos frontière ? non ? Bah, faut arrêter de le chanter alors... Et pour ceux qui s'attendraient naïvement à ce que ces "couplets des enfants", soient un peu plus doux, je vous soumets ce passage : « Bien moins jaloux de leur survivre Que de partager leur cercueil Nous aurons le sublime orgueil De les venger ou de les suivre. » En gros, les petits : tuez ou faites-vous tuer ! et tout ça par orgueil ! (Au fait, on les met au panthéon, les frères Kouachi ? Ah, non, ils n'avaient pas la bonne "patrie", pardon !). Quand comprendra-t-on que c'est l'attitude intérieure de chacun, induisant un type de rapport humain, qui importe avant tout, plus que son idéologie ou le camp dans lequel il se trouve ? Attitude qu'il est aisé de modifier en entretenant d'autres pensées, d'autres sentiments. Quand comprendra-t-on que ce sont la vengeance, les menaces ou encore la condamnation hâtive et irréversible de personnes, qui doivent être condamnées, si l'on veut sortir du cercle vicieux de la violence ? Mais p'tête que c'est comme le coran, faut pas y toucher, c'est "sacré", même si c'est plein d'horreurs d'un autre âge... C'est quand même un problème, le conservatisme ! non ? Cela dit pour les "Daesh" de chez nous (ou les "Anders Brevics", si vous préférez, ceux qui voudraient bien bouter hors de nos frontières les sangs impurs qui nous envahissent, quoi !), ce chant est du pain béni... sûr qu'ils vont pas être partisans d'y toucher, à la "vraie" Marseillaise ! On va bien sûr nous expliquer qu'on n'est pas obligé d'interpréter les paroles de ce chant ainsi, que historiquement blabla... Oui, mais voilà, ça s'interprète fort bien comme ça, et bien plus facilement qu'autrement... Tous ceux qui l'entendent doivent-ils, au préalable, passer un test de connaissance sur la contextualisation de ce chant dans les évènements de la révolution française ? Donc, "amis solidaires" et autres pacifistes, faut qu'on fasse quelque chose... Les préoccupations d'aujourd'hui ne sont plus les mêmes qu'en 1792. Pourquoi ne pas adapter ce qui va avoir, qu'on le veuille ou non, une certaine influence sur les esprits ? La proposition de Graem Allwright et Sylvie Dien de 2005 est pas mal, mais le côté franchement internationaliste ainsi qu'un petit côté mystique dans le refrain ("la flamme qui nous éclaire" ..."marchons vers la lumière") ne sera sans doute pas du goût de tout le monde"... Un peu trop "différent" et déconnecté des spécificités françaises. Voici une autre proposition (de votre serviteur) où le premier couplet est moins modifié (tout le début et conservé : moins de nouvelles choses à apprendre) Dans le refrain, l'appel à la guerre et au massacre est remplacé par une référence au triptyque républicain (liberté, égalité, fraternité), ainsi qu'une préoccupation écologique, plutôt dans l'air du temps ; ça me semble donc plus acceptable pour la plupart des Français. De plus, le contenu a été enrichi. Parce que "marchons, chantons..." oui, et alors ? Nationalistes et internationalistes pourront s'y retrouver. Pour les seconds : considérer que la patrie est celle "universelle" de l'humanité, remplacer "tout le pays" par "tous les pays", et considérer que "notre terre" est la planète. Pratique, non ? Alors ?
  5. L'idéal universaliste de la France pourrait justifier qu'on fasse mieux qu'un simple chant de guerre (même s'il y est question de lutter contre les tyrans). Ce n'est pas parce que d'autres pays font pire, que l'on ne pourrait pas faire mieux. J'invite ceux qui ont d'autres valeurs, à retenir et clamer plutôt ces paroles (proposées par la chansonnier G.Alwright en 2005, suite à la décision d'apprendre un chant de guerre dans les écoles) : Pour tous les enfants de la terre Chantons amour et liberté. Contre toutes les haines et les guerres L'étendard d'espoir est levé L'étendard de justice et de paix Rassemblons nos forces, notre courage Pour vaincre la misère et la peur Que règnent au fond de nos coeurs L'amitié la joie et le partage {Refrain:} La flamme qui nous éclaire Traverse les frontières Partons, partons, amis, solidaires Marchons vers la lumière
  6. Cette façon d'affirmer des choses désobligeantes et insuffisamment fondées sur ce que pense l'autre n'aide pas au dialogue... entre les êtres humains... Je suis attristé par le nombre de propos irrespectueux (envers d'autres contributeurs) que je lis par ici. Ne devrions nous pas tous faire un effort, au vu de la gravité de la situation ?
  7. Oui, il faut dialoguer dans le respect, au sens de ne pas manifester (ni éprouver!) de haine ni de mépris. Par contre, je pense qu'il serait préférable de dialoguer entre êtres humains plutôt qu'entre "cultures"... Car une culture représente un grand nombre de personnes de sorte qu'il y a toujours des barjots des deux côtés qui vont déconner, en ne respectant pas le "sacré" de l'autre côté e/out en exprimant un peu trop leur colère, de sorte que ça va entraîner tout le monde par effet d'identification de chacun à sa culture... Cette histoire de "sacré me pose également problème, car c'est une façon de donner un caractère d'objectivité à ce qui est subjectif, ce qui peut légitimer la violence. Ou alors, le seule chose sacrée devrait être la paix, là d'accord, mais si des "cultures" estiment "sacré" tout et n'importe quoi (comme la non représentation de tel personnage historique), alors le risque de conflit est trop important... Voilà ! C'est pourquoi il faut que les gens arrêtent de s'identifier à des cultures. Et si en plus, ils deviennent moins susceptibles, alors là, quelle paix ce sera !
  8. Justement ça dépend de ces "autres". Cela dit, je partagerais cette tristesse (c'est déjà mieux que la colère), si l'hypothèse que l'autre est "plein de haine" était avérée. Mais là est aussi le problème : encore faut-il en être sûr... Et vu qu'on n'est pas dans la tête des autres, mieux vaut ne pas faire d'hypothèse négative... ça évite souvent pas mal de violence inutile. Ainsi, toute critique peut être utile, même si l'intention de l'autre n'est pas forcément très positive. À celui qui la reçoit de faire preuve de sagesse. Bien sûr, une critique scientifiquement argumentée, c'est toujours mieux, nous sommes d'accord; mais l'efficacité d'une critique résulte aussi de l'attitude de celui à qui elle s'adresse, tout comme l'"efficacité" d'une insulte.... Pour proférer délibérément une insulte, il faut être un peu con, mais pour y être sensible également...
  9. Le terme "insulte objective" est ici, au vu du contexte, mis dans la bouche d'une personne que l'auteur n'approuve pas... Du coup, je ne suis pas sûr que tu aies bien compris. Le propos est de dire que fondamentalement, il n'y a pas d'insulte objective... (si quelqu'un a un exemple, je veux bien...) Cela dit, je ne crois pas que cette question résume le texte en lien...
  10. En réponse au désarroi d'une prof qui parle de "charlie" à ses élèves (wouah, je suis bien dans le sujet, là :cool:!), je voudrais proposer ici une réponse à l'élève qui a dit : "On va pas se laisser insulter avec des dessins du prophètes, c'est normal qu'on se venge". Réponse constituant un véritable cours de moral... et pas n'importe quelle morale, une morale qui puisse "unifier" et "couper l'islamisme à sa racine" (conformément aux vœux de casdenor (post 9491552)), qui relève d'une "véritable éducation" (conformément aux vœux The_Dalek (post 9494937)). Car la remarque de Murat1949 me semble assez vraie : Il faut une éducation qui aille plus loin que ce à quoi on a droit en général. Par exemple, je trouve assez superficiel de condamner l'injure, le blasphème. Et je ne parle même pas du respect de la "discipline" (ça peut être utile en urgence, mais faut pas se limiter à ce genre de facilité, à mon humble avis). Il faut aller plus en profondeur. Vu que cette "réponse" est assez longue, je vous mets le lien : http://harmonisme.or...e_vengeance.php Qu'en pensez-vous ?
  11. human

    De la liberté d'expression...

    Faux, un raciste est quelqu'un qui estime sa race supérieure aux autres (quelle que soit sa race). Faux. Et même, aucun des partis classés comme étant à droite voue un culte à une masse incarnée par un chef, ni n'envisage (officiellement) l'instauration d'une dictature.Etc. Je suppose que tu attribues à d'autres personnes que toi, l'usage des qualificatifs à la fin de tes phrases, ce qui reviens à les traiter d'abrutis. Mais pour pouvoir faire honnêtement cette attribution, encore faudrait-il les citer. Je vois donc là une insulte pas forcément justifiée, qui permet, à peu de frais, de susciter l'approbation et dénigrant autrui. Certes, un individu de plus de soixante ans n'est pas nécessairement un vieux con, mais s'il ne sait rien faire d'autre que s'apitoyer sur lui-même en traitant d'abrutis tous ceux qui ne partagent pas sa sensibilité, c'est vrai que là, effectivement... :) Juste pour rappeler que la laïcité, c'est la liberté de culte.Liberté qui n'existe pas dans certains pays (et ça va très loin, voir le cas de Raïf Badawi, par exemple). Les terroristes "anti-charli" sont des ennemis de la liberté de culte, de la laïcité, donc...
  12. human

    De la liberté d'expression...

    oulémas musulmans: Si on est d'accord que (les auteurs d'attentats) sont une minorité qui ne représente ni l'islam ni les musulmans, alors comment peut-on y répondre par des actes qui ne sont pas dirigés contre eux, mais contre le prophète vénéré par un milliard et demi de musulmans?" Pourrait-on m'expliquer en quoi représenter quelqu'un en pleur, se joignant l'émotion générale et disant "tout est pardonné" peut être considéré comme une attaque contre cette personne ? Il me semble que cela est plutôt valorisant pour elle, non ?
  13. human

    De la liberté d'expression...

    Entre autres, oui, mais pas seulement. J'essaie de dégager des vérités plus générales. Quel est le problème ? Après, je m'intéresse là à l'élaboration d'une référence éthique, pour le long terme. Je suis également d'accord qu'il peut être nécessaire dans certains cas de faire preuve de prudence. Je ne défends pas la provocation. Mais cette prudence de circonstance ne doit pas conduire à une lâcheté systématique face à tous les obscurantismes qui veulent nous imposer leur façon de penser. Sinon, on risque de terminer comme en Arabie Saoudite où un certain Raïf Badaoui, est en train de se faire flageller pour avoir osé animer un site internet dédié à des discussions relativement libres sur des sujets politiques et religieux (10 ans de prison, 225000€ et 1000 coups de fouets rien que pour ça).. .
  14. human

    De la liberté d'expression...

    Justement non, chacun est libre de se sentir insulté ou pas.Ce débat pose la question de la limite de la liberté d'expression. Si je dis des contre-vérités sur quelqu'un dans le but de nuire, c'est clair que ce n'est pas acceptable. Mais si quelqu'un m'interdit de parler de quelque chose, qui ne le concerne même pas directement, sous prétexte que cela blesserait sa sensibilité, le choquerait moralement, ça pose problème, car n'importe qui peut alors décréter que parler de ceci ou cela le choque moralement ou blesse sa sensibilité... Il me semble donc plus logique de considérer que ceux qui imposent un tabou religieux impose arbitrairement quelque chose aux autres, plutôt que le contraire ! Chacun peut croire en ce qu'il veut, mais ne doit pas imposer sa croyance aux autres (via un délit de blasphème). Il me semble donc que la parole (et l'expression en général) devrait être libre, avec pour seule limite de ne pas nuire à des intérêts réels (qui n'entraînent pas eux-mêmes de nuisance), ne fût-ce que pour permettre le progrès de la pensée ! Plutôt qu'accuser ceux qui "blasphèmeraient", ne conviendrait-il pas plutôt de s'interroger sur l'origine de cette hyper-sensibilité de certains, à l'origine de tant de violence (et d'abord de leur propre souffrance). L'éducation ne devrait-elle pas inviter les enfant à devenir moins susceptibles plutôt que se borner à proscrire l'insulte. Certes l'insulte est souvent condamnable, lorsqu'elle découle d'une volonté de faire le mal, mais le susceptible a vite fait de devenir violent même lorsqu'il n'y avait aucune intention de lui nuire. On connait le cas de ces caïds qui en viennent aux mains (voire pire) pour un simple regard considéré comme pas assez "respectueux"...
  15. Pour ma part je ne te taxe pas de raciste mais je te signale un manque d'objectivité de ta part. Par exemple, maintenant, tu fais une généralisation en disant que "personne ne le veut", que "les musulmans ne le veulent pas". Comme si parmi six millions de personnes, il n'y en avait pas une qui... et même si c'est un pourcentage élevé, il faudrait au moins faire des sondages précis avant d'émettre ce genre d'affirmation. é mon avis, le problème du rac... euh, pardon, d'une certaine difficulté de vivre ensemble vient de là... on raisonne trop en faisant ce genre de généralités. En plus, tu as l'air d'y tenir, et tu martèles ton assertion par des "c'est un fait", "c'est évident", "ce serait un déni de réalité"... Qu'est-ce qui te fait tenir à ce point à cette d'idée. Tu as été traumatisé par un ou plusieurs évènements particuliers ? Quand on est aussi péremptoire, au moins on étaye d'une façon plus sérieuse. Si on prétend à l'objectivité, bien sûr. J'ai seulement dit que ce n'était pas un privilège par rapport aux français, puisque c'est leur accorder la même chose. Simple question de logique.Ensuite, on pourrait aussi demander à tous les français qu'ils demandent leur nationalité (à leur majorité par exemple), et qu'on ne la leur accorde que s'ils font acte d'allégeance, expriment leur amour etc. Là, il n'y aurait plus de privilège . C'est une idée à creuser (faudrait prévoir de la terra nullius pour les apatrides ;-) ) Ben oui, nous sommes tous différents. Mais je ne vois pas bien qui a parler de lisser vers l'insipide. Là encore, aurais-tu des citations pour étayer ?Des noms, des noms ! Sinon, pour le sujet du fil , mon idée serait d'instaurer un système de vote plus juste : on indiquerait son niveau de désir pour chaque candidat. 0: indifférent, +5 oh ouii, il est super, -5: surtout pas lui ! (comme le système amopien, en fait). La satisfaction totale serait mieux optimisée. Je pense qu'ainsi, le FN aurait moins de chances de passer... En plus, on verrait la "côte d'amour" réelle des candidats... Ce serait une chefferie plus élective (donc un progrès vers moins de tyrannie).
  16. Là encore, accorder le droit de vote, ce n'est pas accorder un privilège, mais en supprimer un. Je rappelle que ton propos était : Ensuite, les interprétations... les procès d'intention... Pas toujours très objectif, tout ça ! Là, tu m'inclus apparemment dans "les gauchos". On se connait ?Les stéréotypes, tu as entendu parler ? En ce qui me concerne, j'estime que le racisme doit être dénoncé également dans quelque sens qu'il soit : qu'il soit anti-blanc, anti-beur, anti-calcaire etc. Ensuite, un problème à la base du racisme est un manque d'objectivité à tendance paranoïaque. Ainsi, les racistes blancs se fondent sur un "racisme anti-blanc", et les racistes noirs sur un racisme anti-noir etc. é l'origine des guerres il y a souvent une diabolisation d'un supposé ennemi. Par exemple, Ben Landen fait partie de ceux qui diabolisent les USA... C'est bien pourquoi la politique telle qu'elle est faite actuellement, ne m'intéresse pas. Je suis pour construire quelque chose ensemble, donc: avec les blancs, les jaunes, les rouges etc. ou mieux : et si on enlevait ces étiquettes ? Si chacun commençait par essayer de s'améliorer lui-même avant de critiquer les autres, de juger, de coller des étiquettes qui englobent, rejettent, opposent, je pense que les choses iraient mieux. Par exemple, ou pourrait commencer par essayer d'être objectif... Poil aux tifs.
  17. Pourrais-tu étayer tes dires en citant ce qu'a réellement dit un homme ou une femme politique de gauche ?Pourrais-tu répondre à ma question ? à savoir, fournir une citation d'un politique professant de favoriser les étrangers sur les français... (ou à la limite des faits prouvant l'intention d'un tel favoritisme).Parce que là, la seule chose dans ton discours qui pourrait avoir un rapport avec ma question est : "Besancenot est pour l'ouverture des frontières". Ce n'est pas pareil que servir les étrangers en premier... Ensuite, Besancenot, c'est plutôt l'extrême gauche. Or, tes propos ont englobé toute la gauche... Donc, demander l'objectivité c'est bien, en faire preuve, ce serait encore mieux...
  18. Pourrais-tu étayer tes dires en citant ce qu'a réellement dit un homme ou une femme politique de gauche ?Je dis ça, parce que tu réclames apparemment de l'objectivité :
  19. human

    le socialisme dans tous ses états

    Apparemment rjv confond socialisme avec autocratie. L'autocratie est un régime politique dans lequel un chef suprême a tous les pouvoir (généralement avec culte de la personnalité) (le pharaon, l'empereur, le fürher, le petit père des peuples...) Le socialisme est un régime économique dans lequel les moyens de production sont propriété collective (afin de limiter l'exploitation de l'homme par l'homme). Une autocratie peut s'accompagner d'un capitalisme (exemple: le IIIième reich), ou d'un socialisme (la corée du nord actuelle, par exemple). Ensuite, il ne faut pas confondre non plus avec le parti socialiste français qui est un partie social-démocrate (capitaliste, en fait). chplouf,
  20. Même cette question n'a pas de sens puisque c'est le concept même de "but" ou de "sens" dénué d'un complément suffisamment restrictif qui est absurde. Ce qui aurait un sens, par exemple, serait: "Pourquoi quelqu'un d'autre que moi-même m'imposerait-il un but ou un sens ?" Réponse possible : parcequ'il a envie de me manipuler et que j'ai envie de l'être (ou que je n'ai pas pensé avec la rigueur nécessaire pour pouvoir déjouer sa manipulation).
  21. D'accord avec ce qui suit le "en tout cas"... Sinon, je ne suis pas sûr que tu aies lu mon explication (ici). Ce que beaucoup n'ont aucun scrupule à nommer ici "le sens de la vie" n'est autre chose qu'un sens qu'ils souhaitent privilégier pour leur propre vie, voire imposer aux autres....
  22. Comme je l'ai déjà dit, la question "pourquoi sommes-nous là" n'a pas de sens. On n'est donc certaiement pas là pour "perpétuer l'espèce", "pisser" etc. pas plus que pour quoi que ce soit d'autre. La formulation est absurde. Chacun donne à sa vie le sens qu'il veut, et c'est seulement en sondant ses propres aspirations profondes, en lui-même, qu'il peut le trouver, pas en regardant comment vivent les autres ou les animaux... ni en demandant à quelqu'un d'autre que lui-même. Il ne faut pas confondre ce qui est de l'ordre de l'observation (la science), avec ce qui est de l'ordre du désir. La morale, la religion, une grande partie de la philosophie reposent sur une telle confusion.
  23. Bonjour Mugiwara, Je fais partie des gens qui se sont longtemps posé ce genre de questions, et aiment réfléchir avant de faire n'importe quoi, de « se laisser séduire par le premier plaisir venu ». En outre, ne faisant pas partie des « religieux » et autres adeptes de dogmes en tout genres, j'essai de penser rationnellement, et de ne rien admettre gratuitement. Je veux donc bien te faire part de mes réflexions sur le sujet qui te préoccupe. Tout d'abord, pour penser rationnellement, il faut bien définir le sens de chaque mot. Or, nous avons tendance à nous illusionner au moyen de concepts déconnectés du réel. Prenons l'exemple du mot « but ». Un but est ce qu'ambitionne de faire une personne donnée, à un instant donné. Je peux dire : « mon but aujourd'hui est d'écrire sur forumfr », ou « je nettoie la table dans le but qu'elle soit propre ». Mais parler de but sans préciser pour qui et/ou pour quoi, c'est absurde. Pareil pour l'expression « être pour » (dans « pour quoi sommes nous là ? »'). Elle sous-entend également une intention de quelqu'un¿ De même avec « bon » et « mauvais »¿ Ensuite « la vie » n'est pas une personne. L'expression « but de la vie » est donc intrinsèquement et fondamentalement absurde. Inutile d'aller plus loin. La question parfaitement juste et légitime qui te préoccupe en réalité est : « quel but ai-je envie de donner à mon existence ? » (après avoir éloigné cette autre préoccupation : « j'ai besoin d'un maître »¿) Voilà. Peut-être souhaiteras-tu te donner pour but de soulager la souffrance dans le monde. Pas besoin d'un Dieu pour nous le dire, cela est dans notre « nature ». De même que d'autres animaux aussi sont "altruistes"...
  24. Ce n'est ni l'homme qui descend du singe, ni bien sûr, le singe qui descend de l'homme, ni même l'un et l'autre qui descendent d'un ancêtre commun.... Car en effet, l'homme est une espèce animale. Le singe est un ensemble d'espèces. Si l'on définit les familles d'espèces phylogénétiquement (c'est à dire par leurs degrés de parenté: ancienneté des ancêtres communs, nombre de différence du génotype...), la vérité est que l'homme est un singe. Il appartient même à une famille bien précise dans la vaste famille des singes: celles des "grands singes" ("apes" in english), les singes sans queue, pourrait-on dire encore. A l'intérieur de cette sous-famille, notre cousin le plus proche est le bonobo (suivi de près par le chimpanzé). Cette espèce absolument fascinante est d'ailleurs en voie de disparition (braconnage etc.), à causes des troubles actuels au Congo... Il est vrai que notre espèce a pas mal évolué physiquement en peu de temps (moins de cinq millions d'année), ce qui fait qu'en apparence, notre espèce ressemble moins à certaines autres espèces proches qu'elles ne se ressemblent entre elles: peu de poils, bipédie... mais les points communs restent considérables. Les observations menées dans les années soixante dans la nature (par les "anges le Leaky") ont montré des similitudes troublantes dans le comportement. Voilà pourquoi, même sur le plan psychique nous sommes très proches de nos cousins.. et que j'aime à dire que l'homme est un singe. La "honte" que certains éprouvent à ce sujet, est un phénomène subjectif qui leur appartient, et que j'associerais à l'orgueil. Ce genre de sentiment n'a rien à faire en science. De plus c'est un sentiment négatif, et je préfère cultiver les sentiments positifs.
×