Tartines et confiture

  • billets
    4
  • commentaires
    22
  • vues
    6 136

Les religions et le déni de la femme

Invité

52 vues

Dans de nombreux sujets on peut lire que seul l'islam accorde une moindre importance aux femmes. Que seul le coran ne fait que peu de cas de son existence. Je vous propose de regarder ce qu'il en est dans les textes. Il n'est pas question ici de participer à un quelconque concours mais bien de rendre à césar ce qui est à césar.

Je m'efforcerais d'abord de voir en quoi la femme est niée à travers les religions, puis je ferais un tour du monde des pratiques barbares et enfin je terminerais par un billet sur le prophète qui aimait les femmes.

La domination masculine des religions (très récente) est basée sur 3 principes : dénigrement, domination et oubli.

Au commencement ce fut ÿve qui précipita les Hommes dans les limbes. Au fil des siècles, chrétiens et musulmans reprirent en ch¿ur la faute originelle pour l'enrichir inlassablement.

D'emblée, la naissance de la femme, laisse peu de place au doute. Animal de compagnie semblable au labrador pour aveugle « Il n'est pas bon que l'homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui. », la femme est issue de l'homme, sans lequel elle n'existerait pas et pour lequel elle est née « L'ÿternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme. ».

L'homme est à la femme, ce que l'homme est à dieu, son supérieur. « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ». Une version égalitaire des sexes existe pourtant « Toutefois, dans le Seigneur, la femme n'est point sans l'homme, ni l'homme sans la femme. », mais l'église dans son désir d'impartialité, l'a vite oublié.

Non seulement la femme, ne sera qu'un corps subalterne, mais en plus, par la suite, ce corps cristallisera toute la terreur des hommes, pour devenir un corps démoniaque, imparfait, raté.

Au IIIème siècle, Clément d'Alexandrie écrit « la conscience même de leur nature ne doit évoquer en elles, qu'un sentiment de honte ». Thomas d'Aquin, lui n'y va pas par quatre chemins. La femme correspond au « au second dessein de la nature, de même que la putréfaction, la difformité et la décrépitude ». Albert le Grand, quand à lui, déclare « la femme est moins qualifiée que l'homme pour la morale. Car la femme contient plus de liquide et c'est une caractéristique des liquides d'absorber facilement mais de mal retenir¿ Aussi doit-on en résumé se garder de chaque femme comme d'un serpent venimeux ou du diable cornu ».

Augustin, lui, préconise de sacrifier les femmes en cas d'accouchement difficile, accouchement, qui on l'espère tous, donnera naissance à un mâle, sous peine, de voir la femme congédiée.

Le bouddhistes, ne sont pas en reste, car le corps féminin, ne permettrait simplement pas d'attendre l'éveil. Au VIIIème siècle Shantideva s'exprime ainsi « Que tous les êtres féminins, arrivent au sexe masculin ! »8. Ben voyons, je les aime bien mes miches moi ! arff.

Nous l'avons vu, par sa simple naissance, par son corps, la femme est une erreur. Et ses règles ne sont là que pour nous rappeler le châtiment divin à la faute originelle.

Chez les juifs la femme en période de règles est exclue. Il est interdit de la toucher ou de coucher avec elle. Il lui faudra d'ailleurs prendre un bain purificateur avant d'espérer reprendre une vie normale.

Chez les chrétiens et les musulmans seuls les rapports pendant cette période sont proscrits.

Chez les bouddhistes les femmes stériles ou mortes en couches, tombent dans un étang formé par l'accumulation du sang menstruel symbolisant leur souillure.

Que ce soit en orient ou en occident, les femmes seront écartées de toute fonction liturgique en raison de ce châtiment divin.

Chez les papistes, les femmes mortes en couche ne sont pas mieux traitées et ne peuvent être enterrées dans la partie commune du cimetière.

Dans les religions du livre, la femme n'est que le réceptacle passif de la semence sacrée masculine. La reproduction qui aurait pu être la gloire de la femme, lui est ainsi retirée. Elle n'est plus qu'un four incubateur, qui s'il fonctionne, produit des garçons.

A la naissance l'homme s'enorgueillit et la femme, qui n'a été là que pour le seconder, doit se purifier. La vierge se rend ainsi à Jérusalem 40 jours après la naissance de jésus pour faire une offrande purificatrice.

Dans le bouddhisme et l'hindouisme donner la vie est négatif car par la faute de la femme le samsâra continue de tourner. Les femmes sont une menace. Ainsi, Paul, persuadé de l'arrivée de la fin du monde, déclare qu'il est néfaste de se reproduire.

La femme "est" le sexe. Augustin pour qui le péché originel était l'acte de chair fait de la femme l'agent provocateur. Le sexe n'a d'intérêt que s'il permet de se reproduire. Le plaisir étant une chose éminemment satanique, les pères de l'église le codifie de telle manière qu'il n'est autorisé qu'en dehors des fêtes religieuses, uniquement certaines pratiques et vont même jusqu'à célébrer la frigidité.

Conclusion logique, lorsqu'en 1487 Krämer et Sprenger inventent l'archétype de la sorcière, la sexualité de la femme à tout de satanique. La psychose collective atteint son comble avec l'envoi de milliers de femmes sur le bûcher.

Dans l'Islam ou le Judaïsme, le plaisir féminin est sacré même si c'est celui de l'homme qui prime. "Vos femmes sont votre labour. Allez à votre labour de la façon que vous voulez".

Seulement rien n'est prévu pour les femmes au Paradis. Les hommes, eux, on le sait bien maintenant, seront comblés de vierges.

Lorsque la femme n'est pas abaissée à un rang inférieur, elle est simplement oubliée. Aussi le témoignage de Marie-Madeleine n'est pas cru, le point de vue des femmes ayant côtoyé le christ, oublié et leurs évangiles apocryphes.

Chez les musulmans, une grande partie des hadiths transmis par Aïcha seront rejetés.

Seuls les mâles s'expriment et ceci dans toutes les religions.

Dans la société les conséquences de cette misogynie sont plus visibles.

Hommes et femmes sont séparés dans les mosquées et les synagogues.

Chez les juifs orthodoxes, seuls les juifs étudient la torah. Les protestations d'Aïcha sur les dires d'Abu Huraya "le chien, l'âne et la femme interrompent la prière s'ils passent devant le croyant" furent vaines.

Dans les églises les voix des femmes doivent rester muettes car leur voix est sexuelle.

Clément VII introduit des eunuques pour préserver la pureté de la liturgie.

Chez les bouddhistes la nonne se soumet au moine, même si celui n'a été ordonné qu'un seul jour.

L'éducation des nonnes est réduite aux travaux ménagers.

Il n'y a pas de femme Rabin, sauf chez les libéraux. Chez les catholiques, les femmes ne peuvent devenir prêtre. Et dans l'Islam, leur position s'est généralement dégradée.

Dans l'hindouisme elles ne peuvent diriger les cérémonies, ni recevoir le cordon des brahmanes.

Néanmoins certaines lueurs apparaissent au loin.

Le monde anglican, le "bouddhisme occidental", certains courants protestants tentent de redonner à la femme une vraie place.

à suivre donc....

-----------------------------------------


   Alerter


7 Commentaires


Commentaires recommandés

:hu: Euh... C'est pour enchanter mon week-end que tu m'as attirée par ici ? :mouai: :D

Tes deux articles sont très bien, trop bien, trop vrais...

Bon, je vais aller me pendre par les pieds tout en fouettant mon sexe impur avec des braises... :gurp:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

t'oublieras pas de te jeter dans un lac les pieds solidement attachés à une dalle en béton, histoire de vérifier si t'es bien une sorcière.

y'a encore des gens qui en doutent.

si, si :sleep:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

J'en rajoute une :

"Je ne peux faire confiance à une créature qui peut saigner pendant 5 jours sans crever"

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Une autre m'est revenue, je ne sais plus de qui, elle est brève, concise et veut tout dire :

La femme est un homme sans tête.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Les hommes sont des déjections de la femme :sleep:

déjection

(nom féminin)

Evacuation des matières fécales.

[au pluriel] Matières évacuées.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
disons-le franchement : les hommes c'est du caca :sleep:

Ah non, déjections au pluriel ce sont les matières évacuées :sleep: nous parlons donc bien d'accouchement :mouai:

Sinon je serais scatophile ??? :o

:D

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant