Aeden & Cie

  • billets
    3
  • commentaires
    7
  • vues
    1 925

Quand j'avais 5 ans ...

Aeden

52 vues

Je suis la allongée sur cette table, des personnes sont autour de moi, des visages familiers, je tente de me souvenir de leurs noms, de leurs prénoms, de ses liens qui nous unissent, mais je suis trop fatiguée pour trouver la force de m'en souvenir, mes yeux sont humides, j'ai sans doute versé quelques larmes, une voix me demande de me calmer que tout va bientôt s'arrêter, j'ai mal, mes muscles, mes yeux, pourquoi je souffre, je regarde autour de moi et j'ai l'impression d'être dans une cage, des appareils autour de moi mais impossible de dire ce que c'est réellement, mon esprit est trop concentrée sur ses douleurs intenses qu'il ne peut réfléchir à autre chose. J'ai la sensation d'être la depuis des heures, quelqu'un me caresse le front, j'essaye de bouger mais je ne peux pas je suis attachée à cette table, mais pourquoi ? J'apprends que je vais devoir à nouveau subir cette expérience et cela pendant une vingtaine d'années, c'est pour mon bien d'après ce qu'ils disent. On me détache enfin, on me remet mes chaussures, on me demande de marcher, un homme me suit avec un bâton, et tapote sur mes chevilles lorsque qu'apparemment je fais quelque chose qui n'est pas à son goût. Je dois faire des aller-retour dans un couloir qui mène à une autre pièce ou la j'aperçois qu'il fait nuit, pendant vingt minutes on me demande de marcher, mais j'ai tellement mal que je ne fais pas attention à la façon dont je marche. A ce moment précis je ne pense qu'a une seule chose : Dormir !

Plus le temps passe et plus je redoute ces moments à subir ces douleurs, on me dit que c'est un moment à passer que c'est obligatoire. D'autres personnes me regardent je sens qu'ils éprouvent de la pitié, j'entends des : « Pauvre Petite, dans l'état qu'elle est ¿ »

Quelques jours plus tard je rencontre un homme en blouse blanche, il m'examine, je me retrouve devant lui en petit t-shirt et culotte, il regarde ma façon de marcher, il me demande de m'assoir sur cette table , de m'allonger et la je sens que mes yeux commencent à s'humidifier, et la ce n'est pas comme d'habitude, il pli mes jambes et dit des choses que je ne comprends pas, il parle de degré, je comprends pas le rapport avec mes jambes. Il parle dans un appareil en me décrivant et toujours cette histoire de degré, on me demande de me rhabiller, ce que ma mère fait. On me demande d'attendre dans un long couloir, on vient me chercher, on me demande si j'aime dessiner, je me demande pourquoi il me pose cette question, c'est évident qu'à mon âge j'aime dessiner. Alors on me demande de m'assoir sur cette table, quelqu'un prends mes mesures, pendant ce temps on me donne des crayons pour que je puisse écrire sur la feuille de papier blanc sur laquelle je suis allongée. Je sens quelque chose de chaud sur mes jambes, mes cuisses, mes hanches puis mon dos, on m'enferme dans une matière toute blanche qui finit par être dure après quelques minutes ¿ On me demande de ne pas bouger, de continuer à dessiner pendant que j'entends le bruit d'une machine avec laquelle on s'approche, je prends peur et je sens mes muscles se tétaniser à l'approche de cette machine. Elle découpe cette matière blanche et je suis enfin libérée. Je me demande pourquoi ils m'ont enfermé la dedans pour m'en sentir quelques dizaines de minutes après ¿ C'est bien plus tard que j'ai compris le sens de toutes ces choses qu'on me faisait faire.

A 5 ans on comprend pas forcement ce qui nous arrive c'est bien plus tard qu'on se rend compte que ces moments qui nous semblaient des moments de torture, où on se demandait : Pourquoi ils me font ca à moi ? Qu'on réalise que toutes ces personnes m'ont aidé dans la vie, aider à aller mieux, à trouver des parades pour rendre ses moments magiques quand cela était possible¿

La première partie, je raconte ce que j'ai ressenti à plusieurs reprises, pendant mes séances de kinésithérapie, je voyais mon Kiné comme un bourreau qui prenait plaisir à me faire mal ¿ j'ai vécu un enfer pendant toutes ces années où mon corps grandissait, et mes muscles aussi par la même occasion, il fallait sans cesse m'étirer pour améliorer ma marche, mais les douleurs de ses séances parce que mes muscles ne sont pas souples et ne se laissent pas manipuler comme on le voudrait m'ont fait vivre des moments que je ne souhaite à personne. Ces personnes qui venaient également au cabinet, n'arriver pas à croire que c'était pour mon bien, d'ailleurs ces séances étaient tellement une épreuve pour moi que cinq ans après ils se souvenaient de moi malgré que j'ai grandi ¿

La deuxième partie je vous raconte une des nombreuses fois ou l'on m'a plâtré, des plâtres pour une durée de 3 semaines voir 1 mois, pour obliger mes jambes & mes pieds à garder une certaines positions. Le moment que je raconte c'est la fois où ils m'ont fait un moule pour un appareil que j'ai du mettre la nuit pendant près de 3 ans. Je ne voulais jamais me coucher, car je savais que je devais dormir dans cette coquille qui m'empêchait de changer de côté seule (merci maman d'être venue chaque soir lorsque je t'appelais pour me changer de côté) Une coquille faite sur mesure, qui a sans doute du couter très cher et dans laquelle il faisait chaud !!

J'aime raconter ces moments qui font parti de mon histoire, elles m'ont permise d'aller mieux et si c'était à refaire je le ferai ¿.


   Alerter


1 Commentaire


Commentaires recommandés

Invité château

Posté(e) · Signaler

ah ouais quand même, tiens ça me rappelle lorsqu'à l'hosto, à peu prés même âge, oui voila cinq ans, enfin ptêtre six à la réflexion, en tout cas dans ces eaux-là, l'on m'a fait descendre "en bas" -radiothérapie je pense, pour vérifier si y avait pas un truc qui clochait dans mon cerveau, suite à ma tentative de suicide ; à côté de moi à un moment donné y avait une petite fille, elle avait l'air amochée, à aucun moment elle m'a regardé ; à trente ans m'en rappelle encore m'enfin... et pourtant c'était pas l'Enfer que j'imagine à la lecture de cet épisode de votre vie, comme quoi décidément.........

edit : pas radiothérapie, chuis con, radiologie oui voila, c'était la salle de radiologie, alors par contre mettre ça en sous-sol franchement alors qu'on se les gelait enfin bon

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant